Economie

Les acteurs du BTP en crise attendent la ministre de pied ferme

L’année 2018 s’est clôturée sur un mauvais niveau d’activité pour le BTP : 440 entreprises ont dû mettre la clé sous la porte, avec notamment de nombreuses PME. Face au manque de visibilité, la FRBTP espère obtenir des engagements concrets de la part du gouvernement lors de la visite de la ministre des outre-mer.

Vendredi 15 Mars 2019 - 17:32

Bernard Siriex ne sait pas encore s’il pourra rencontrer Annick Girardin durant sa visite sur notre île. À deux jours de son arrivée, le président de la Fédération réunionnaise du bâtiment et des travaux publics (FRBTP) tire la sonnette d’alarme sur la situation critique du bâtiment sur l’île :
 
"On attend un engagement de l’état, une réponse concrète. Si on doit adapter nos effectifs à 2000 logements par an, on va les adapter, même si ça augmentera le nombre de chômeurs. Mais sans visibilité on ne fait rien !" regrette la fédération.
 
L’année 2018 s’est terminée avec une perte de chiffre d’affaire de 60 millions pour le bâtiment. Comme l’explique Bernard Siriex, 440 entreprises ont dû mettre la clé sous la porte, et parmi elles de nombreuses PME. "Des appels d’offre ressortent régulièrement infructueux, ce qui veut dire qu’aucune entreprise n’y répond parce qu’il y en a de moins en moins", explique-t-il.
 
Un plan Marshall pour tenir jusqu’à 2020
 
Pour tenter de sauver les entreprises du bâtiment, le président de la FRBTP demande en urgence la mise en oeuvre d’un plan Marshall, pour compenser la phase de creux entre aujourd’hui et la mise en place du nouveau PLOM (Plan Logement Outre-Mer) prévue pour 2020 :
 
"En attendant 2020 nos entreprises n’ont pas d’activité et se meurent à petit feu. Ma crainte pour ces entreprises réunionnaises c’est qu’elle ne participent pas au PLOM parce qu’elles seront déjà mortes !", explique-t-il.
 
"Le BTP a besoin de construire du logement social à La Réunion", indique Bernard Siriex. C’est sur ce marché que compte le BTP puisque les besoins sont importants sur notre île. Pour autant, ces chantiers ainsi que ceux liés à l’APL n’avancent pas aujourd’hui.
 
La commande publique, sur laquelle repose 85% du chiffre d’affaires du secteur, voit aussi ses dotations baisser d’année en année, avec un impact direct sur les entreprises du BTP de La Réunion.
 
Délais de paiement et offres anormalement basses
 
Autre problématique qui dure maintenant depuis un certain temps concerne les délais de paiement toujours trop longs : "il y a parfois jusqu’à 6 mois de retard ! La trésorerie est très importante pour une entreprise sans ça elle ne peut pas fonctionner ! Il faut trouver des solutions pour payer les entreprises en temps et en heure", s’exaspère le président du syndicat.
 
Enfin, la fédération pointe du doigt les offres anormalement basses : "dans la situation actuelle, certaines entreprises préfèrent travailler pour moins cher, plutôt que de licencier leurs salariés. Alors des donneurs d’ordre n’hésitent pas à faire des offres bien en deçà des prix du marché !" Il demande donc à ce qu’elles soient identifiées et éliminées.
 
"Sans la mise en oeuvre prioritaire de ces actions, nous allons continuer à mourir, et voir disparaitre nos entreprises et leurs savoir-faire", conclut Bernard Siriex.
Charlotte Molina
Lu 1355 fois




1.Posté par GIRONDIN le 15/03/2019 20:30

7700 constructions par an, on marche sur la tête !


....... '' '.... De 2013 à 2035, 168 900 logements seraient à construire à La Réunion : ces besoins sont liés pour les deux tiers à l’augmentation attendue du nombre de ménages. Si les tendances se poursuivaient, davantage de logements seraient à construire à la Cinor, à la Civis et au TCO (environ 40 000 pour chacune sur la période 2013-2035) qu’à la Cirest et à la CASud (environ 23 000 chacune). Ensuite, chacune des cinq intercommunalités de l’île fait l’objet d’une double-page illustrant les principales évolutions à venir grâce à dix indicateurs représentés sous forme graphique et d’un commentaire mettant en avant les traits saillants du territoire.

INSEE DOSSIER RÉUNION
No 6
Paru le : 11/10/2018..... ''......


Incroyable! 🙄

2.Posté par La gitane le 15/03/2019 23:46 (depuis mobile)

Une nouvelle loi Girardin s'impose !!😬

3.Posté par Choupette le 16/03/2019 20:11

Montez des apparts sur les toits des hypermarchés !

Cela évitera l'expropriation des petits propriétaires de leurs biens qui se retrouveront dans des immeubles construits sur leur propre terrain et dont ils paieront la location toute leur vie !

Arrêtez de faire ch ... r avec cette politique coloniale. Des gens souffrent.

Bientôt toute La Réunion sera Domaine de l'Etat.

4.Posté par Choupette le 16/03/2019 20:16

1.Posté par GIRONDIN

Oui, et cela signifie "expropriations de petits propriétaires à la pelle".

En Métropole, on n'exproprie plus les petits propriétaires.

5.Posté par GIRONDIN le 16/03/2019 21:39

4.Posté par Choupette le 16/03/2019
..... expropriations de petits propriétaires à la pelle"...

Et petit c'est quoi ? Combien ?

6.Posté par polo974 le 17/03/2019 13:21

""" ... et voir disparaitre nos entreprises et leurs savoir-faire."""

Chouette, ils réapprendront le vrai métier, et il y aura moins de malfaçons...

à choupette: on peut aussi exproprier CBO et consoeurs, héritières des gros proprios...
(plutôt que de leurs faire des ponts en or comme à st Marie)

7.Posté par lou le 18/03/2019 03:56

en corre les lobie toujour heux il y a plus place pour construire quoi que se soit dans cette île alors prennait veaux connerie et foutait la ou je pense

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >