MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Les Mahorais chassent "leurs" clandestins. Et ici, qu’en pensent-ils, ces mêmes Mahorais?


- Publié le Dimanche 22 Mai 2016 à 01:29 | Lu 2068 fois

Les Mahorais chassent "leurs" clandestins. Et ici, qu’en pensent-ils, ces mêmes Mahorais?
Les Mahorais chassent "leurs" clandestins. Et ici, qu’en pensent-ils, ces mêmes Mahorais ? Car nous sommes tous concernés ! (Eléments de réflexion)
 
Les élus et hautes autorités de Mayotte sont débordés par les violences exercées à l’encontre des immigrants anjouanais et grands-comoriens supposés illégaux.

Ils bottent en touche et demandent que le gouvernement parisien accorde à ces pauvres gens des certificats de résidence permanente sur le territoire français.

En fonction de quoi, souhaitent-ils très hypocritement, ces immigrants pourront se barrer, aller et venir sur tout le territoire français. Donc en métropole… en passant par La Réunion… où ils pourront prendre racine.

La 1è question qui se pose est simple : La Réunion est-elle capable d’accueillir une arrivée en masse d’immigrants chassés de chez eux par la misère et les exactions ?

Ma 2è question va en faire bondir in tas èk in paquet. Je précise donc avant tout que je ne suis pas raciste : la mère de mes enfants est noire et une de mes filles s’appelle Leïla. Quant aux plus belles années de ma chienne de vie, je les ai passées à Madagascar et à Mayotte (le Mayotte d’autrefois). CQFD.

Question : les Mahorais de Mayotte s’insurgent contre la délinquance violente chez eux, une réalité incontournable qui rend leur île autrefois charmante aujourd’hui invivable, délinquance dont ils rendent les immigrants clandestins responsables ; que pensent-ils de la délinquance tout aussi violente, ici, violence imputable, elle (je le vois bien en correctionnelle chaque semaine), pour partie, à des gangs de jeunes Mahorais qui écument l’île entre Saint-André, Saint-Denis, le Port, Saint-Pierre, comme encore la gare routière de Saint-Joseph ?

Question 3 : et les anciens Mahorais installés ici depuis des décennies, qu’en pensent-ils ? Je les connais bien, ces hommes de mon âge. Pour la plupart, je me suis lié d’amitié avec eux quand j’habitais à Mayotte.

Leur réponse est sans appel :
« Jules, nous, leurs propres parents, nous n’avons plus aucune influence sur ces voyous ! Le tissu familial, autrefois garant de stabilité, de paix sociale, ne joue plus son rôle. Ils ne nous écoutent plus. Pire, ils nous méprisent. Ils rentrent le soir à 22 heures, mangent et boivent tout ce qu’ils trouvent dans la cuisine ou le frigo, puis repartent roder en ville avec leurs copains, jusqu’à 5 heures du matin. La police vient nous prévenir que l’un est en garde à vue, ou tel autre aux Urgences ».

La chasse aux migrants, la violence en général, à Mayotte, est le fait de bandes organisées, de gangs. De jeunes pour lesquels, là-bas aussi, les cellules familiales ne sont plus que des survivances d’un passé renié.

Les Mahorais de La Réunion seraient bien avisés de faire leur propre police. Faute de quoi, ils subiront ici ce qu’ils font subir aux Anjouanais, aux Mohéliens et aux Grands-Comoriens  là-bas.

Car si le Réunionnais a jusqu’ici fermé sa gueule devant la montée exponentielle de la violence, de nombreux signes avant-coureurs disent que la coupe déborde. Et ce que je dis là est tout aussi valable pour les gangs de jeunes Créoles.

S’il n’y a pas assez de policiers, de gendarmes, de juges et de places de prison, il est à craindre que l’autodéfense ne prenne le pas sur la raison sociale.

Des quartiers entiers de l’île sont devenus infréquentables : gare routière, Pont-Neuf, Roches-Maigres, Palissades à Saint-Louis ; Joli-Fond, Basse-Terre, boulevard Hubert-Delisle, front-de-mer de Terre-Sainte à Saint-Pierre ; front-de-mer et gare routière de Saint-Paul ; le Port dans sa totalité ; bas-de-La-Rivière, La Source, Chaudron, Camélias, quartier Bouvet etc. à Saint-Denis ; Saint-André en totalité ; gare routière de Saint-Benoît ; j’en passe et des plus saumâtres.

Si un flic n’est pas là pour me protéger chez moi ou dans la rue, je le ferai moi-même ! Parce que comme beaucoup, je préfère passer devant le tribunal que recevoir l’Extrême Onction.

A ces motifs de rogne de la population s’ajoute le fait que certains ont des passe-droits invraisemblables lorsqu’il s’agit d’allocations ou d’accès à un logement digne de ce nom. Quand des familles indigènes (on l’entend tout le temps aux informations) attendent depuis 5, 10, 15 ans pour avoir droit aux mêmes prestations.

Je vais passer, aux yeux de certains, pour un abominable xénophobe, voire un raciste, un nazi au besoin, pourquoi pas ! C’est si facile de traiter de salaud celui qui ouvre sa grande gueule quand l’angélisme soixante-huitard autorise toutes les lâchetés.

Vous pensez bien qu’à mon âge, et sûr de ne pas avoir tort, je ne vais pas la fermer. J’ajoute, à l’intention des médias qui oseront publier mes propos, qu’ils ne doivent en aucun cas se sentir engagés par mes écrits. J’assume seul, comme toujours, ce que je pense, dis et écris.

Persiste et signe,

Jules Bénard




1.Posté par O Kaïdi, Kaïda, Kaïdo... le 22/05/2016 02:42

Les Mahorais de La Réunion seraient bien avisés de faire leur propre police.
.......................

En mettant tous les réunionnais dehors et ainsi créer une nouvelle Mayotte.

2.Posté par Rouble le 22/05/2016 04:39 (depuis mobile)

Les reunionnais n' ont aucune leçon a donne au contraire quand on voit comment lile se compirte envers leur voisin voir même ceux qui leur donne a manger....c losto qui se fou de la charité.....

3.Posté par inconnue9740op le 22/05/2016 04:12

bien dit !

4.Posté par cimendef le 22/05/2016 07:04 (depuis mobile)

Vous avez parfaitement résumé la situation Monsieur Bénard.

5.Posté par 974 le 22/05/2016 05:35

Tout à fait d'accord.
À quand le réveil de 984?

6.Posté par Pierre le 22/05/2016 07:55 (depuis mobile)

J''ajoute que pour protéger leur beau Mayotte les mahorais de la Reunion feraient bien de rentrer à Mayotte et ainsi la protéger des migrants illégaux! tout le monde applaudira leur volonté de protéger Mayotte. La Réunion gagnera en sécurité.

7.Posté par Mike le 22/05/2016 07:57 (depuis mobile)

Tous que tu dis est vrai,les enfant créole sont devenu tête dure il veulent et tout suite j ai deux garçon l encadrement les coup de gueule c est qui les parent tu n est pas content tu dégage il est faut ferme tout commence au berceau

8.Posté par ti kaf le 22/05/2016 08:01 (depuis mobile)

ICI si nouveau fou pas bana dehors et le nousorganise pas pou totocher 'nout canard is black

9.Posté par Mike le 22/05/2016 08:14 (depuis mobile)

C''est dure d assumer son rôle deparent on ne pas empécher les enfant de jouer mais les laisser trainer non!faire facile et éduquer?surveillance oui; pas par un ado qui lui même n est pas responsable, vs l avez conçue, à vs prendre vos responsbités!!

10.Posté par rito le 22/05/2016 08:28

Jules, vous êtes le scripteur de ma pensée. Ceux à qui on a confié le rôle de protéger les citoyens ont failli à leurs devoirs depuis longtemps. Les politiciens, les médias et la justice ont installé un enfer là où il y avait le paradis. La chienlit s'installe inexorablement, irréversiblement.

11.Posté par th le 22/05/2016 08:49 (depuis mobile)

Le mahorais làbas i chasse sa famille même lui même qui il est? Il vient d où? Il descend des gaullois?l education nationale doit mettre dans son programme à apprendre àces élèves d où ils viennent

12.Posté par maroco le 22/05/2016 08:58

excellent, comme d'hab...

13.Posté par Phil974 le 22/05/2016 07:04

Tout à fait d'accord avec vous M. BENARD. Vous ne faites que dire tout haut ce que la majorité des Réunionnais pense tout bas. Je suis pessimiste quant à l'avenir de notre île.

14.Posté par Gérard. le 22/05/2016 07:33

Il faut redéfinir " vivre ensemble en savoir vivre ensemble ".
Les citoyens(nes) de ce pays doivent prendre leurs responsabilités face au laxisme ambiant.
Merci Monsieur Benard pour votre prise de position.

15.Posté par RIPOSTE le 22/05/2016 09:52 (depuis mobile)

M. Jules BENARD , comme d'' habitude se fait plaisir qu''en écrivant ! La réalité est autre. Des politiques en 1ère ligne ici servent de ces mahorais que pour voter en temps et en heure
Le reste du temps qq mahorais font la une des faits divers.

16.Posté par O Kaïdi, Kaïda, Kaïdo... le 22/05/2016 10:06

C’est si facile de traiter de salaud celui qui ouvre sa grande gueule...
...............

Sans polémiquer M. BENARD. Votre lettre pose la bonne question. Mais de vous à moi, depuis longtemps, j'ai appris ce que valait le créole. Il n'y a rien a attendre. Zéro solidarité, égoïste, traître (archétype du "oui bwana, bien bwana, mette encore". Des cireurs de pompes déhors.). Sur certains aspects, notamment la fierté, l'antillais nous fait la leçon. La seule chose qui intéresse la classe péï c'est le consumérisme.....
Très peu l'ouvre: les chaines ne sont pas rompues. Le terme "créole lé macro" n'a pas été inventé pour rien. Se faisant, "les autres" profitent de la brèche....et le pire est à venir.

17.Posté par Jules Bénard le 22/05/2016 11:10

à posté 16 "O Kaïdi, Kaïda..." :
Je ne peux, hélas, qu'être d'accord avec vous. Le pire est devant nous.

Pour ce qui est de la solidarité, cependant, je ne vous suivrai pas : il y a souvent des appels au secours sur Freedom et les Réunionnais donnent. Ce qu'ils peuvent mais ils donnent.
De même qu'ils ne restent jamais sourds aux appels du Père Pédro.
Il y a aussi "Momon papa lé là". Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain.
On peut être alarmiste, je le suis, vous l'êtes. Cela n'empêche pas de continuer à croire en l'Homme.

18.Posté par Gérard. le 22/05/2016 12:34

L'histoire ne fait que se répéter :
Après le renversement du président Malgache Philibert Tsiranana (1960-1972), les Comoriens commencèrent à être chassés de Madagascar. En décembre 1976, une émeute entraîna la mort de plus de 1374 ressortissants Comoriens et environ 17 000 originaires des Comores furent rapatriés.
Aujourd'hui, ceux qui furent chassés et/ou leurs descendants appliquent la loi du Talion

19.Posté par Zozossi le 22/05/2016 16:27

Que l'immigration mahoraise (ou comorienne? qui peut faire la différence?) pose un sacré problème à la Réunion est une évidence.

Mais il ne s'agit que du volet local d'un angoissant problème national (interdit de média): l'afflux massif, ininterrompu et aggravé d'immigrés légaux ou clandestins dans le moindre des départements français.
Plus personne, nulle part, n'est à l'abri de ce déferlement indésirable.

Mais le problème est d'abord chez nous: le sentiment de culpabilité et la haine de soi promus incessamment, et le passage à "l'ennemi" de nos "élites" dévoyées, au premier rang desquelles "notre" gouvernement qui, par laxisme ou perversité, objectivement ou subjectivement (j'ai mon idée), favorise la submersion migratoire (et donc la délinquance qu'elle entraîne).

Le salut ne peut désormais venir que du peuple lui-même, par les urnes de préférence, et le plus vite possible.
Tant que ce n'est pas le cas, on ne peut que comprendre la réaction de légitime défense constatée à Mayotte.
Sera-ce le cas à la Réunion, et en métropole?
Je le souhaite, car la légitime défense -faute d'être défendu par ceux qui institutionnellement devraient le faire et ne le font pas- est naturelle et légitime.

Il faut se réjouir que celle-ci ait commencé par Mayotte, car le fait que des Noirs français expulsent des Noirs étrangers clandestins fait voler en éclat l'arme atomique du système immigrationniste: l'accusation bidonnée permanente de "racisme" contre les Français excédés de l'invasion qu'ils subissent. Plus de "racisme", plus de culpabilité.
Si des Réunionnais et des métropolitains en font autant, il sera plus difficile de les accuser de "racisme" puisqu'on pourra dire que "c'est Mayotte qui a commencé".

Imaginons que la réaction populaire anti-clandestins se généralise (et on en est loin).
Reste le problème de la délinquance "locale".

Que faire?
On ne le réglera qu'en l'identifiant.
Pas besoin de faire un dessin: seul un gouvernement conscient du problème et de ses raisons peut le faire.
Immigration excessive (légale ou pas), laxisme social, policier et judiciaire (sur ordre), perte des repères moraux du fait d'allocations abusives, de dénaturation de l'instruction publique (tolérant l'intolérable, apprenant aux enfants qu'ils ont des "droits"): une bonne part de ces problèmes tient à une politique démente dont nous n'avons pas toujours conscience, même si on peut aussi incriminer une "évolution naturelle" de la société, de la famille, de la mentalité.
Mais une "évolution" sort de quelque part: elle n'est ni vraiment "naturelle", ni fortuite, ni irréversible!
Et en particulier elle ne peut se contrecarrer que par une impulsion publique, gouvernementale, qui se répercute, par l'exemple et par les effets des mesures politiques prises, au niveau des familles (à favoriser!) et donc des individus.
A nous de comprendre, mais vite, que le poisson pourrit par la tête.

Mais revenons pour finir au sujet de l'auteur, la délinquance mahoraise à la Réunion (appelons un chat un chat).
Il entre partiellement dans le cadre général ci-dessus évoqué, mais présente un caractère particulier par sa surreprésentation.
Soyons pragmatiques (à défaut d'être politiquement corrects).
Mayotte libérée de ses clandestins, bien des Mahorais venus à la Réunion en quête de sécurité envisageraient de retourner au pays.
Mais il conviendrait, pour éviter un choc culturel néfaste à tous, d'inciter à rester au pays les candidats mahorais à l'émigration.

Il y a du boulot.
Cela va faire hurler.
Cela tombe peut-être même sous le coup de certaines lois imbéciles (à abolir).
Mais n'en avons-nous pas soupé des utopies légales, chics et… mortifères?

20.Posté par mon expérience le 22/05/2016 16:40

des jeunes mahorais (dans les 20 ans) son t aussi victimes d'autres mahorais ou de comoreins
comme le dit l'auteur, ces phénomènes incluent aussi des jeunes créoles
a mon avis c'est pas une question de race ou de pays, mais plutot une question d'époque
il suffit d'un mauvais exemple dans un quartier, et beaucoup suivent... les petit frères essaient de surpasser les grands et ils y arrivent parfois

ça fait longtemps que c'ets comme ça, partout en france et dans le monde
les médias n'ont fait que donner de mauvais exemples, de sombres références pour les jeunes esprits
tout ça au nom de l'argent qu'il pouvaient se faire la dessus
c'est pas eux qui trinquent, au final

beaucoup parlent mais très peu agissent
dès qu'il y a deux trois courageux qui se montrent prets à agir, les autres parleurs rentrent chez eux et attendent qu'on fasse le boulot pour eux (il y en a même qui vous dénoncent pour se faire bien voir ou régler leurs comptes avec vous)
j'ai vécu cette situation plus d'une fois et depuis je ne bouge que pour moi même

avant il y avait des guerres pour résoudre ces problèmes
on était content d'avoir des tètes brulées
maintenant ces tètes brulées errent dans nos rues et satisfont leurs instincts comme ils peuvent
ainsi va la vie

21.Posté par kersauson de (p.) le 22/05/2016 17:09

ici les mahorais ne sont pas clandestins. ils sont francais en france.

22.Posté par O Kaïdi, Kaïda, Kaïdo... le 22/05/2016 20:19

7.Posté par Jules Bénard le 22/05/2016 11:10
à posté 16 "O Kaïdi, Kaïda..." :
Je ne peux, hélas, qu'être d'accord avec vous. Le pire est devant nous.

Pour ce qui est de la solidarité, cependant, je ne vous suivrai pas : il y a souvent des appels au secours sur Freedom et les Réunionnais donnent. Ce qu'ils peuvent mais ils donnent.
.......................

Exact mais vu votre expérience des hommes, vous le savez bien, les gens de bonne âme ne sont pas légion et ensuite ils sont d'une totale discrétion. Ils rasent les murs n'osant même pas piétiner les ombres des autres de peur de les froisser. Comme ils ont une bonne âme, ils sont empreints de bonne volonté, c'est à dire n'ayant aucune inclination pour le mal: ils subissent plutôt, tant il y a plein de malokis qui leur jette le mauvais oeil. Ce sont ceux-là les dangereux, prêts à se vendre au plus offrant c'est à dire à ceux qui tiennent le pouvoir et à la Reunion les mieux placés ne sont pas du bois de péï. J'en ai connu et j'ai eu la nausée de cette servilité gardée.

Hors du pays (exemple à Diégo, Hell-ville, Dzamandzar), il y avait une vraie solidarité entre créoles. J'ai vécu cela. Idem à la Reunion dans "temps lontemps", que je regrette. Koméla, lé fini. Na plus de respect pour rien. le bon moune lé rare.....comme la " neige sur la Reunion".

Mais il vrai que cette question concernant les mahorais à la Reunion çà va péter un jour. Le créole il est patient mais quand le zamal va monter attention ça va déchirer. La faute tient principalement des politiciens à l'instar de Mayotte à vouloir mettre la charrue avant les zébus. Une intégration (la départementalisation) ne s'improvise pas. Cela demande des années. SARKOZY a voulu aller vite sans mesurer les conséquences résultantes du poids des clandestins, problème qu'il fallait traiter en amont de cette décision. Maintenant, l'Etat est désemparé. Mais cela correspond à l'esprit français adepte de la politique de l'autruche. Si quelqu'un apporte la solution à Matignon, Valls le fait nommer préfet ou secrétaire d'Etat gère.

23.Posté par Mike le 22/05/2016 20:31 (depuis mobile)

La france en général pense que c est les étranger qui sont là cause de nos probleme. L''etat ne fait rien (délocalisation profite à qui)on acheté tout avec la Chine !!on ne fait que consommer a qui sa raporte.Un pays sans bolot n''a plus besoin étrange

24.Posté par alc le 22/05/2016 19:14

bravo monsieur

25.Posté par li le 22/05/2016 21:20

Quitte à opter pour le tri collectif, commençons par le début: les politiciens.
La cause du problème c'est eux.
Les lois la justice la police les orientations de la commune du département de la région ce sont eux
Le laxisme l attentisme ce sont eux.

Nous pouvons encore nous sauver. Condamnons les à agir ou à trépasser

26.Posté par O Kaïdi, Kaïda, Kaïdo... le 22/05/2016 22:53

@22
Vous avez raison. Nos problèmes sont causés par nos politiques.
Hollande : 35 ans en politique
JUPPE: 40 ans
SARKOZY: 30 ans

Depuis toutes ces années ils promettent la lune mais le peuple arrive à peine à tenir la tête hors de l'eau des difficultés, des impôts. En un mot, ne pas réussir sur une aussi longue période tient de l'incompétence...

27.Posté par surcouf le 23/05/2016 05:30

On paye l'erreur majeure du " grand visionnaire" Giscard d'Estaing d'avoir séparé Mayotte des Comores. Qui la rendra aux comoriens? Je ne sais pas mais je voterai pour lui.

28.Posté par lesseps le 23/05/2016 08:41

Encore un courrier de BENARD qui enfonce des portes ouvertes... On est habitués ! On a de la chance il parle pas (cette fois-ci) de tirer au 357 ... Il fait juste son justicier 2.0 du pauvre comme à son habitude en fin de courrier ... C'est fou quand on est à la retraite (et qu'on ne produit plus rien) et qu'on s'emmerde le nombre de courriers inutiles que peuvent débiter certains !! BENARD, GUNET, CARANTA-PAVARD...

29.Posté par lenou le 23/05/2016 09:43

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/03/08/31001-20160308ARTFIG00241-immigration-cette-loi-votee-en-catimini-qui-elargit-le-droit-du-sol.php

cette loi élargit le droit du sol à la fratrie.....

30.Posté par Zozossi le 23/05/2016 13:55

@24.Posté par surcouf

Personne (ni Giscard ni personne) n'a "séparé Mayotte des Comores".
Historiquement, Mayotte n'a jamais été rattachée de son plein gré aux Comores: tantôt indépendante des autres sultanats, tantôt soumise à eux malgré elle, ce n'est pas d'aujourd'hui qu'elle se sent proche de la France.

Les Mahorais ont voté pour le maintien dans la France. Point.

La "rendre aux Comoriens" ne veut donc rien dire.
Si on la donnait aux Comoriens, ce serait contre la volonté des Mahorais et contre les intérêts de la France, puisque TOUTES les anciennes colonies françaises d'Afrique (Comores comprises), à peine indépendantes, ont déversé vers l'ancienne puissance coloniale des flots d'immigrés qui ne tarissent pas depuis soixante ans.
Il en irait de même avec Mayotte indépendante.

31.Posté par Jules Bénard le 23/05/2016 14:44

à posté 25 lesseps :
monsieur, vous n'écrivez QUE pour critiquer ceux qui émettent une opinion. Si vous ne nous aimez pas, pourquoi pousser votre masochisme jusqu'à nous lire régulièrement ? Si encore vous apportiez des critiques positives, constructives. Mais non, vous ne faites que baver.
Attention, à ce rythme, vous allez vous dessécher totalement, mon vieux.

32.Posté par KLD le 23/05/2016 16:08

" les chasseurs d'étranger" ..je n'ai jamais aimé , bien que "la France ( puisque "Mayotte est framçaise" ) ne peut accueillir toute la misère du monde , disait Rocard .............. ouaix. affligeant .

33.Posté par Boa Bill le 23/05/2016 17:32

"S’il n’y a pas assez de policiers, de gendarmes, de juges et de places de prison, il est à craindre que l’autodéfense ne prenne le pas sur la raison sociale. "

Navrant quand même de lire cela... sauf sur les sites dédiés au fhaine !

"La chasse aux migrants, la violence en général, à Mayotte, est le fait de bandes organisées, de gangs. De jeunes...."
"Les élus et hautes autorités de Mayotte sont débordés par les violences exercées à l’encontre des immigrants anjouanais et grands-comoriens supposés illégaux. Ils bottent en touche et demandent que le gouvernement parisien accorde à ces pauvres gens des certificats de résidence permanente sur le territoire français. "

Les Mahorais font partie intégrante de l'ensemble pluriel français ! Et là, vous avez raison, il appartient aux élus de prendre leur responsabilités !

Ces élus sont des élus FRANçAIS qui ont des responsabilités de POLICE sur le territoire de leur commune, s'ils sont incompétents.... comme beaucoup d'élus de l'île de La Réunion.... ce n'est pas au gouvernement de prendre leur place.... mais aux électeurs de les virer !

Le côté stigmatisant de votre prose.... Beurk !(...)

_ Modéré par La Rédaction.

34.Posté par lesseps le 23/05/2016 18:18

@ 31: et côté dessèchement et aridité des idées vous êtes un expert.... Vous connaissez l'expression parler pour ne rien dire ? Beh vous c'est écrire pour ne rien dire : un comble pour un ancien journaleux baveux ... L'EPAHD vous a laissé des crayons ??

35.Posté par Boa Bill le 24/05/2016 06:32

"Les Mahorais chassent "leurs" clandestins. Et ici, qu’en pensent-ils, ces mêmes Mahorais?"

Permettez-moi une question !!! Il y a une forte communauté réunionnaise en métropole ! Viendrait-il à l'idée de quelqu'un des demander de cette façon à ces réunionnais ce qu'ils pensent des exactions que commettraient des réunionnais vivant à La Réunion ?

Dans le même ordre d'idée, lorsque des bretons commentent des exactions, demande-t-on aux "communautés" bretonnes implantées dans d'autres DOM, ce qu'ils en pensent, avec ce style ?

Alors pourquoi le faire avec les mahorais ?

"Les Mahorais de La Réunion seraient bien avisés de faire leur propre police." .... nous dit le Monsieur ! Cette phrase dépasse mon entendement !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes