MENU ZINFOS
Culture

Les Chroniques de Tonton Jules - #96


« Vous ne parlez pas de lui mais vous citez quand même son nom », disent certains, plus attirés par le fond que par la forme. « Je n’ai rien à dire mais je veux que cela se sache ! » disait le grand Devos. Bref, pour ne pas m’attirer les foudres de ceux qui écrivent pour prouver qu’ils existent, je ne citerai pas le nom de l’homme-sans-nom. Content, monsieur-la-foudre ? Après tout, la vie continue. Enfin, tant que monsieur-sans-nom l’autorise. Il y a du bon, du saumâtre, du triste aussi. Il y a un truc qui m’a plié en quatre (avant, j’aurais été juste plié en deux mais j’ai perdu du ventre depuis !)

Par Jules Bénard - Publié le Vendredi 1 Avril 2022 à 09:12

Les Chroniques de Tonton Jules - #96
Journée mondiale de la procrastination : au fou !

Il y en a qui ont vraiment du temps à perdre. Que l’on institue une journée mondiale de la violence, d’accord (il en faudrait plutôt 365 par an). Une journée de lutte contre le cancer ? Okay ! Une journée de la branlette ? Ça peut rendre service. Une journée du vin Isabelle ? Ça consolera les fous. Une journée du big-mac ? Pardon saint Escoffier. Une journée de la procrastination, non mais. Pour ceux qui ne le savent pas, la procrastination consiste à remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui. Autrement dit, les cossards comme moi sont voués aux Gémonies. Je vais vous le confirmer avec ma propre définition de l’affaire : la procrastination consiste à ne jamais remettre à demain ce que l’on peut faire après-demain ! Vous avez déjà lu « L’éloge de la paresse ? » Très agréable lecture… entre trois siestes de deux heures chacune. Don’t disturb !

Jean-Louis Lagourgue

Je ne dois rien à Jean-Louis Lagourgue ; il ne me doit rien. Mais je le connais et ça ne date pas d’hier. Aussi, lorsque je vois son ancien premier adjoint et soi-disant ex-ami, actuel maire de Sainte-Marie, poste auquel il a été adoubé par Jean-Louis, chercher à lui coller sur le dos l’actuel déficit de sa commune, je me sens obligé de rectifier. 
Je connais Jean-Louis depuis le lycée Leconte-de-Lisle, l’ancien de la rue Jean-Châtel. Nous étions ensemble en 4è/3è. 
Nous n’étions pas spécialement amis mais j’avais noté un fait significatif : lui, comme certains de ses condisciples issus de « grandes familles » bourgeoises, les Lagourgue, les Delisle, les Gérard, les Legras-Vinson, les Ozoux et quelques autres, ne nous ont jamais fait sentir que nous n’étions que des Yabs. Jamais ils n’ont manifesté le moindre soupçon de silhouette de supériorité. Sans doute parce qu’ils ne se sentaient pas supérieurs. 
Je me souviens qu’un jour, alors que nous emmerdions un copain un peu boudiné (les jeunes sont féroces), Jean-Louis m’a dit : « Tu as quelque chose à lui reprocher ? » Cela m’a interloqué. Je n’avais pas peur de lui ; je lui rendais bien une demi-tête et quelque bons vingt kilos. Mais sa façon de me fixer a jeté le trouble en moi.
Bien des années plus tard, il était directeur de la Caisse d’épargne et, touché par la détresse de nombre de petits entrepreneurs, il leur a accordé des prêts. Bien mal récompensé au demeurant car beaucoup n’ont pas remboursé, ce qui a creusé un trou plus profond que la Soufrière dans les comptes. Jean-Louis fut accusé pis que pendre. Il n’y était pour rien, ayant juste voulu donner un coup de pouce à ceux qui l’en ont bien mal récompensé.
Voilà ce que je voulais dire et, je le répète, je ne lui dois rien et il ne me doit rien.

Sida, Covid, etc. : les traitements existent sans doute…

Je précise tout-de-suite, je ne suis pas un adepte du complotisme. Mais on a quand même le droit, devant tant d’évidences révélées par des reportages frappés au coin du bon sens, qu’on se fait souvent baiser la gueule. Ainsi… les multinationales pharmaceutiques sont, on le sait, parmi les plus puissantes de la planète. On a aussi la preuve qu’elles ont délivré, dans le Tiers-Monde, à prix fort, des médicaments périmés faisant plus de mal que de bien.
Il y a eu, récemment, plusieurs enquêtes prouvant que des pandémies, jugées irrépressibles, ont leur remède. Mais… mais-mais-mais… vendre des médocs inopérants rapporte plus que de mettre sur le marché des remèdes définitifs. Auquel cas ces multinationales pharmaceutiques perdraient, d’un seul coup d’un seul, 90% de leurs bénéfices.
Quand on sait que durant les deux dernières années de pandémie, les entreprises du CAC-40 ont engrangé des milliards de bénéfices, pendant que le reste du pays s’appauvrissait, il est permis de se poser des questions.
Mais je peux me tromper. Quand je vois que certains thuriféraires de l’ultra-mondialisme proposent de confier aux ultra-capitalistes le soin de nous guérir des maux qu’ils ont créés… ben dit le chat veille saucisses.

Tantine Zaza

Tout a été dit sur cette très grande dame qu’était et que restera Françoise Gimbert. Comme chacun, j’ai été ému de sa disparition. Ce très grand acteur qu’est Jean-Louis Trintignant, a dit : « L’avantage de vieillir est qu’on n’a pas besoin de se forcer pour pleurer ». Je souscris… Mais je ne pourrai dire mieux que Danyel Waro ou Didier Kèrgrain (excuse po l’orthographe, l’ami !). Leurs hommages furent émouvants et je ne peux mieux parler qu’eux.
Je n’ai rencontré Tantina Zaza que quelques fois. Ce qui m’a touché, régulièrement, ce fut cet immense sourire, un sourire spontané, direct issu de son coeur.
Si néna in’ « en l’air-ba », ils doivent s’en payer, un boeuf, avec Zaza, Joron, Lélé, Baba, Loulou, Luc, Legras…

Le Guide Michelin : un bibendum honteux !

Alexandre Bègue, auteur d’une excellente rubrique culinaire dans le JIR, s’insurge à juste titre contre l’absence intolérable du Guide Michelin en outremer. Je me poserai d’abord une simple question : voici quelques années, ce même pneumatique boudiné a accordé le titre de meilleur cuisinier à un restaurant espagnol adepte… de la cuisine moléculaire. Horreur ! Malheur ! C’est une référence, ça ?
Et il ne vient pas chez nous goûter le rougail zandouilles ? Il ne va pas déguster un Colombo aux Antilles ? Il crache sur le poisson tahitien ? Il ne connaît pas le mtsolola mahorais ?  Je ne parle pas, à dessein, du cari bichiques, plat de luxe. Lu la déjà goûté in’ sauce sardines èk gros pois ? Lu sorte déyèr soleil koça ?
Fort heureusement, les défenseurs de la bonne cuisine locale ne manquent pas. Je peux citer le même  Alexandre Bègue, dont les rubriques sont un vrai péché de gourmandise. « Kaspro », guide local dont les remarques proviennent de vrais connaisseurs. Antoine Hasler et son complice, Thierry James qui, chaque mercredi soir, nous mettent l’eau à la bouche. Et l’inimitable Bavol…
Les touristes le disent tous : notre cuisine métissée est l’une des meilleures. Je ne dis pas « la meilleure » ; je déteste les superlatifs. Mais cette cuisine métisse, issue de l’Europe, de la Chine, de l’Inde, de Madagascar, d’Afrique, des Comores, alliant les subtilités de la vanille et la puissance du gingembre, la force du piment et la douceur de la fleur de sel, sans être la meilleure, est L’UNE des meilleures.
Nous avons ici quelques (très) grands restaurants, alliant l’excellence de leurs créations à la modestie de leurs additions. Je n’en citerai aucun sous peine d’en oublier.
Je suggérais à Michelin d’aller se faire regonfler ses boudins adipeux.




1.Posté par polo974 le 01/04/2022 20:42

Une chose est sûre, c'est que la journée mondiale de la procrastination ne peut être programmée qu'aux calendes grecques ou le surlendemain (pour avoir un jour de marge).

Pour le reste, il y a à boire et à manger...

2.Posté par Question ? le 01/04/2022 23:00

Bien des années plus tard, il était directeur de la Caisse d’épargne et, touché par la détresse de nombre de petits entrepreneurs, il leur a accordé des prêts
..........................
Moi, j'ai la version de plusieurs petits entrepreneurs et......

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes