MENU ZINFOS
Culture

Les Chroniques de Tonton #69 - Un calvaire de 39 ans… et la mort


Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Pour certaines, le « léger » et l’atroce se chevauchent. Parfois pas, comme cette dernière où il y eut avalanche de catastrophes. La mort de Belmondo fait partie de ces catastrophes et je vous en parlerai plus loin. D’abord, il y a eu une nouvelle révoltante, enrageante, absurde, indigne du genre humain, qui laisse un goût très amer au fond du gosier.

Par Jules Bénard - Publié le Mardi 7 Septembre 2021 à 12:51

Photo FB
Photo FB
Un calvaire de 39 ans… et la mort.

Il est mort hier… Plus personne ne se souvient seulement du nom de Jean-Pierre Adams, footballeur promis à une belle carrière. Cet effacement des mémoires est compréhensible : depuis 39 ans, cet homme était plongé dans le coma le plus profond. Suite à une erreur d’anesthésie lors d’une opération banale, cet être humain s’est retrouvé dans une nuit définitive. Depuis, selon mes renseignements, pas une seule fois durant ce calvaire, il n’a seulement entrouvert ses paupières. Sa famille, se raccrochant à une lueur d’espoir soutenue par un amour familial sans failles, a continué à croire en l’impossible. On peut comprendre l’amour ; je le comprends. Mais peut-on admettre qu’on laisse un homme, aussi aimé fût-il, endurer une nuit sans fin, une nuit peut-être de souffrance, peut-être pas, qui peut le dire ? Ce défenseur international franco-sénégalais, membre des Bleus, ne pouvait-il donc être… "libéré" ? Cela me rappelle furieusement l’histoire récente de M. Lambert, réduit à l’état de légume, dont la famille voulait empêcher qu’il ne fût simplement débranché. L’amour n’a jamais justifié l’ignominie ! Ni le respect des lois la monstruosité inhumaine.

Bébel et une Sirène mal foutue

J’ai mal, très mal, je le reconnais. J’ai été un inconditionnel de M. Belmondo comme je le suis de Delon, d’Elvis, de Ray Charles, Johnny ou Beethoven. On a mal quand on perd une idole. On en perd trop ces temps-ci. Mes préférés ? Loin au-dessus de toutes ses autres prestations, il y a "Itinéraire d’un enfant gâté", puis "Le Magnifique", "Le Professionnel" et un film dont on ne parle que très rarement, "Les Mariés de l’An II".

Sans oublier "Peur sur la ville" ou encore " Flic ou voyou " (je m’empresse de les citer sous peine de me faire écorcher vif par les connaisseurs).

La presse locale a balayé tous azimuts à propos de « La sirène du Mississippi ». Logique : le premier film « connu » tourné chez nous. Il y avait déjà eu auparavant « Cargo pour La Réunion », tiré du livre de Roger Vailland mais… ah ! ah ! M. Vailland était un communiste, hein ? On n’allait donc pas en faire des tonnes non plus.

Là, c’était une autre farine : François Truffaut lui-même venait nous abreuver de sa science filmographique. Là, je dois dire que si j’aime Truffaut, si je le vénère, " La sirène " est, de loin, une de ses plus mauvaises prestations, avec "La chambre verte ". Tiré d’un roman de William Irish comme " La mariée était en noir ", "La sirène" réunit pourtant une sacrée pléiade d’acteurs de renom : Belmondo, Catherine Deneuve, Michel Bouquet… Plus quelques acteurs bien de chez nous, Albert Ramassamy en curé de Sainte-Anne très convaincant, Yves Drouhet en directeur de BR sorti du lit par Bébel à 2 heures du matin…

Mais la mayonnaise ne prend pas et ce film n’entrera jamais dans les Annales du grand cinéma français.

Mais pour nous, les admirateurs de ce très grand monsieur, sa présence provoqua quelques petites ruées sur les lieux de tournage. J’étais alors à la Fac de Droit face à la Cathédrale. Ayant appris que ce soir-là, Bébel était en tournage rue Rontonay, nous nous y ruâmes séance tenante. Devant le Palais Rontonay, au volant de sa 403 décapotable (une merveille), il attendait le " action ! " du metteur en scène. Il démarrait alors en trombe pour se garer en catastrophe, à contresens dans la rue Jean-Chatel, devant les grilles de la BR. La première fois, il bondit de la voiture en oubliant de serrer le frein à main. La voiture commença à reculer direction Barachois… À recommencer !

Attendant l’ordre de redémarrer, décontracté comme pas permis, il accueillait avec son éternel sourire les questions des spectateurs et signait autographe sur autographe sans jamais manifester la moindre irritation. Sa bonne humeur n’était pas une légende.

Cette scène a été coupée au montage. Mais je me souviens du rire de Bébel, après qu’il eût frappé à la grille de la banque, appelant " Monsieur Hoareau, c’est très important ! " Il venait de s’apercevoir que Catherine Deneuve s’était fait la malle avec tout son pognon. Et répétant en riant de plus en plus fort "Monsieur Hoareau… Monsieur Hoareau… "

Cela me rappelle une blague qui… Non ! Je vous la raconterai une autre fois, promis !




1.Posté par boss974 le 07/09/2021 14:55

pour moi c est le casse de verneuil

2.Posté par justedubonsens le 07/09/2021 15:59

Bébel était unique et si Delon avec sa belle gueule li a tenu la dragée haute, il n'a en rien égalé ce casse cou et sa morgue parisienne.

3.Posté par nene le 07/09/2021 16:37

adams a ete mis dans le coma en 1982 et est sorti de l'hopital en 1983 dans un état végétatif
il marchait difficilement ne parlait plus mais entendait

4.Posté par Davidgoliath le 07/09/2021 16:54

Dans les interviews qu'elle a données, l'épouse de Jean Pierre Adams a toujours précisé que son mari n'était relié à aucune machine et à ceux qui lui demandait de le débrancher, elle leur répondait qu'elle ne pouvait donc le débrancher. J'ai plus tendance à croire son épouse que ceux qui savent de source sûre.

5.Posté par République le 07/09/2021 18:13

Le 07/09/21 : je retrouve toujours avec un grand plaisir un « petit » film avec Jean-Paul Belmondo (tous les « grands », je les ai vus, et en plusieurs fois !), après que j’ai bataillé à passer d’une chaine à l’autre à la télé, et avant que le sommeil ne finisse par pointer le bout de son nez…

6.Posté par Tardepeu le 07/09/2021 18:24

Pourquoi pleurer sur une vie bien remplie. Il est quand même mort à 88 ans, et tranquille. Pareil pour Johnny, vie bien remplie : pas de chômage, fête à gogo, alcool et cigarettes à gogo...
Dites moi, sur quoi et pourquoi pleurez vous ? Vivez pleinement votre vie, et vous mourrez, c'est le cycle de la vie.
La différence, c'est que votre compte en Banque, fait peut être plus pitié. 🐒

7.Posté par Yabeleso le 07/09/2021 20:46

Oh comme c'edt bobo dyonisien. On se croirait presque à Paris !!

8.Posté par Abracada bra le 07/09/2021 20:54

Pour quelqu'un de l'expérience de M.Bénard, je le trouve bien prompt à juger de "l'ignominie et de la monstruosité humaine" dans le cadre d'une telle tragédie.
On ne saura jamais si Adams a pu ressentir tout l'amour de ses proches qui les ont poussé à le maintenir dans cet état ou si il a vécu un enfer de 33 ans.
Bonne chance à ceux qui se retrouvent à devoir légiférer sur un tel sujet, le reste, les médias et le reste du monde devrait simplement ne pas s'en mêler...Quelle indécence je trouve que d'aller lâcher une telle opinion ..

9.Posté par MôvéLang le 08/09/2021 09:42

Finalement, la famille de ce pauvre footballeur lui a fait vivre un véritable enfer, on dit toujours que dans le coma, on entend toujours tout ce qui se passe autour de soi.
40 ans de punition, c'est terrible, était-ce de l'espoir ou juste de la folie, pleurer pour pleurer, il fallait bien pleurer un jour, mais était-ce autant pour lui que pour elle, raisonnable ?

10.Posté par nene le 08/09/2021 13:52

il faut arreter de penser ,de dire qu'il a fait 40 ans de coma
moins d'un an

11.Posté par SOMANKE le 09/09/2021 09:20

Pour moi « la sirène du Missisipi », ç’était Ursula Andress qui accompagnait Belmondo.
Imaginez, nous avions 12 ou 13 ans au lycée Leconte de Lisle et le bruit court (très vite quand la beauté est la cible) que Ursula, la sublime, est au  « supermarché » , aujourd’hui « Score Châtelet ». En ce temps là il n’y avait que deux « grandes surfaces »: Prisunic et Supermarché.
Je n’oublierai pas le poids de « l'émotion » (il y en a qui sont palpables) qui nous est tombée dessus, surtout lorsqu’elle nous a donné un autographe sur nos tee-shirts.
Ne me demandez pas quel temps il faisait ce jour là, pour nous il faisait très beau.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes