MENU ZINFOS
Société

Les Chroniques de Jules #19


Comme souvent, Jules Bénard décrypte l'actualité à sa sauce. Malheureusement, la sauce du jour à un goût de gazole et de pesticide. Mais voir le beau dans le laid est l’une des qualités de notre orateur. Dans ce flot de mauvaises nouvelles, Tonton Jules nous dévoile son coup de coeur pour un jeune journaliste.

Par - Publié le Dimanche 9 Août 2020 à 09:09 | Lu 2034 fois

Le vraquier de l'épouvante : c'était largement évitable !

L'épisode tragique auquel sont confrontés nos cousins mauriciens pouvait largement être évité, plutôt mille fois qu'une. Mais on a laissé naviguer un bateau pourri piloté par des incompétents notoires. J'explique... Les cartes marines, qui existent « normalement » à bord de chaque navire de haute mer, du petit sloop de 10 mètres jusqu'au porte-containers, sont d'une infinie précision. Je le sais, je les ai utilisées. A une époque récente où le point s'effectuait encore au sextant, une marge d'erreur était encore admissible, quoique... quoique des navigateurs chevronnés comme Eric Tabarly ou le grand « monsieur » Moitessier parvenaient, au sextant, à se positionner sur le globe avec une marge d'erreur de moins de 500 mètres, excusez du peu. Aujourd'hui, cette marge d'erreur, avec le positionnement satellitaire, n'est plus admissible : le satellite vous positionne au mètre près sur la planète. Alors, comment ? Pourquoi ? Akoz ? Akoz margoz lé amer in' chié. Les vraquiers appartiennent à des multinationales basées dans des paradis fiscaux, Panama, Îles Vierges and so on, tandis que leurs propriétaires, eux, sont logés à Monaco sinon Capetown, Paris, Berlin. Bref, on en peut jamais, on ne veut jamais leur faire rendre gorge, à ces multinationales qui se foutent du tiers comme du quart, font voguer des bateaux pourris sous les ordres de commandants qui n'arriveraient pas au petit orteil de Haddock ! 

On ne peut pas louper le récif mauricien, sauf, sauf... sauf que la veille n'est plus du tout assurée sur les bateaux de commerce. On compte sur le radar embarqué pour que sonne l'alarme... si elle veut bien sonner. Mais aucun radar ne sonne pour cause de récif imminent. Je sais, je sais. Vous allez encore me dire que j'entonne ma vieille antienne anti-multinationales. Ben je vais vous faire un aveu : c'est exact. Et s'il n'en reste qu'un...


Monsanto : 15 milliards de bénèf' en 2019.
Sens mon ki ! Monte dessi, to momon !

15 milliards, oui, c'est la somme faramineuse qu'a enregistrée cette firme de « saloperies et plus si affinités », l'an dernier. Il est aisé de comprendre pourquoi cette multinationale, qui nous vend des cochonneries sous forme nauséabonde, dépense quelques petits millions de dollars en pub et pots-de-vin divers pour acheter les politicards qui vous assènent sans rire que « les OGM sont l'avenir ». On sait, on le sait bien, que les OGM augmentent les rendements et éliminent les soi-disant parasites des cultures ; mais comment faisait-on avant les OGM ? Comment l'humanité a-t-elle pu survivre tant de millénaires sans OGM ? Fallait-il donc que l'être humain ait une si solide constitution pour se passer des anti-puces... La prochaine fois que Bové veut faire péter un champ, un antre de la mal-bouffe, please, José, dites-le moi ! Je viens.


Une bonne note quand même : Enilorac bis

Je le surveille du coin de l'oeil, ce jeune mec. Ben pour une fois qu'un présentateur présente comme il faut... Sa sobriété et son sens de la phrase restent en veille. Il sait que la voix doit s'abaisser quand vient la fin de la phrase, comme le point à la fin d'une phrase écrite. Si ce jeune Stéphane poursuit sur cette même lancée, il ira loin. Vas-y mon petit gars !


Jules Bénard
Le plus ancien de l’équipe ; la mémoire de Zinfos. Jules Bénard, globe-trotter et touche-à-tout... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Detourdumonde le 09/08/2020 11:20

Comment on faisait avant les OGM ? L'écrasante majorité de la population était paysanne, elle se pétait le dos pour des suzerains et, surtout, elle était très loin des sept milliards. D'ailleurs, les récoltes étaient souvent moindres et les années de vache maigre ne pardonnaient pas.

On attendait des famines dévastatrices pour la fin du dix-neuvième siècle, mais les scientifiques ont trouvé des solutions à grands renforts de pesticides et d'OGM. D'ailleurs, tout ce qui est domestiqué est OGM, un chiot, du maïs Bio, tout.

Je vous invite à me contacter et à aller vous informer auprès de scientifiques et autres ingénieurs agronomes avant de publier des questions dont les réponses sont pourtant évidentes pour peu qu'on effectue un travail de recherche.

2.Posté par Kanal bisik le 09/08/2020 13:13

Jules ,rien sur le petit a veste trop serré siégeant dans le truc a l'envers ?...fé ri a nou un pé ôté !

3.Posté par Roberto le 09/08/2020 14:52

@1 faut avertir les paysans bio qu'ils vont se" péter" le dos s'ils continuent....
En attendant les procès pour cancers avérés sont contre Monsanto, pas contre l'agriculture du dix neuvième siècle (au fait le Round up est commercialisé depuis 1975).

C'est bien, il y a encore des défenseurs de Monsanto....de l'agent orange...des radiations atomiques, bonnes pour la peau, si si, ça rend aimable, comme les carottes australiennes de 30 cm....
Allez, une rasade d'hydroxy chloroquine à la santé des scientifiques, ceux qui nous veulent du bien et luttent contre le mal de dos...!

4.Posté par ah,ahah, le 10/08/2020 05:42

Post 1: permettez moi de me méfier des agronomes et autres ingénieurs chimistes qui depuis un siècle inventent uniquement des saloperies mortifères pour notre bien!
J'ai encore dans les oreilles la réponse sur France Inter d'un "ingénieur agronome " de l'INRA à qui on posait la question de la valeur nutritive de tous ces fruits et légumes trafiqués sortis de ses beaux et merveilleux laboratoires:" ah mais nous , on crée ce que le client nous demande , nous sommes aujourd'hui tributaires des grandes surfaces et autres grosses coopératives qui nous financent - l'état s'étant retiré- dans leur cahier des charges il n'est pas fait mention de la valeur nutritive donc , ce n'est pas notre problème . le jour où , dans notre cahier des charges, il y aura la valeur nutritive ( en plus de la beauté , du calibre , de la résistance au flétrissement après la cueillette) alors on s'en préoccupera.
Quant aux famines , faut-il rappeler que de nos jours on jette environ 30% de la nourriture produite et que si dans certains pays pauvres les famines sévissent encore c'est parce que les états et le commerce international ( qui pourrait bien sûr approvisionner ces pays à bas prix) le veulent bien.
je ne sais plus quel homme politique faisait il y a près d'un siècle le constat suivant :" en dessous de 1000 calories par jour , l'homme ne pense plus qu'à se nourrir , pas à se révolter"!

5.Posté par Detourdumonde le 10/08/2020 08:34

@3 Monsanto mérite d'être jugé pour un paquet d'actions et je ne les défends aucunement.

Mais le glyphosate est majoritairement commercialisé par la Chine, pas par Monsanto.

Les jugements ne sont pas la science, les plus grosses méta-analyses (niveau de preuve maximal), qui s'étendent sur plus de trente ans et des millions d'agriculteurs, n'ont jamais conclu à plus de cas de cancer.

Pour que le Bio soit viable pour la population, il faudrait déforester massivement et faire en sorte qu'un humain sur trois soit agriculteur. Perso, c'est pas ma vocation.

6.Posté par Roberto le 10/08/2020 09:06

@5 mais les jugements s’appuient sur la science et ses études....sans preuves pas de jugement. Ou alors on verse dans le complotisme....

7.Posté par Roberto le 10/08/2020 09:24

Ce n'est pas le rôle de la justice d'établir des preuves scientifiques. Les avocats défendent leurs clients et sont prêts à actionner tous les levier, même les plus spécieux, pour jouer sur les émotions. La justice a déjà condamné des innocents.

Si vous cherchez du côté des preuves, allez-voir du côté des agences internationales dont les études sont expliquées point par point. Ce qu'on remarque, c'est qu'il existe un très large consensus international sur l'innocuité du glyphosate dans un usage normal. Si vous ne faites pas confiance à des scientifiques rigoureux qui ne sont pas à la solde de Bayer-Monsanto pour établir ces résultats, c'est que la balle du complotisme est dans votre camp.
____________________________

"Le groupe de travail estime que l’analyse qui a été conduite montre que le niveau de preuve de cancérogénicité chez l’animal peut être considéré comme relativement limité et ne permet pas, au sens du règlement (CE) n°1272/2008, de classer le glyphosate (substance active) sur le plan des effets cancérogènes en catégorie 1B". ANSES 2016 (France)

"Le poids de la preuve suggère qu'il n'y a pas de risque cancérogène lié aux utilisations herbicides prévues et, de plus, aucun danger pour la cancérogénicité n'est justifié pour le glyphosate selon les critères CLP." BfR 2015 (Allemagne)

"Sur la base des données épidémiologiques ainsi que des données d'études à long terme chez le rat et une approche fondée sur le poids de la preuve, aucune classification des risques de cancérogénicité n'est justifiée pour le glyphosate selon les critères" CLP. BAuA 2016 (Allemagne)

"L'EFSA a conclu qu'il est improbable que le glyphosate présente un risque cancérogène pour l'homme et les éléments de preuves ne justifient pas de classification en ce qui concerne son potentiel carcinogène selon le règlement (EC) No 1272/2008." EFSA 2016 (Europe)

"En adoptant une approche fondée sur le poids de la preuve, aucune classification cancérogène n'est justifiée pour le glyphosate selon les critères CLP." ECHA 2017 (Europe)


"Les preuves soutiennent le plus l'option : « peu susceptible d'être cancérogène pour l'homme » à des doses pertinentes pour l'évaluation des risques pour la santé humaine. " US EPA 2013 (USA)

"La conclusion générale est que, sur la base d'une approche fondée sur le poids de la preuve, en tenant compte de la qualité et la fiabilité des données disponibles - il est peu probable que le glyphosate soit génotoxique ou cancérogène pour l'homme" NZ EPA 2016 (Nouvelle-Zélande)

"Sur la base de cette évaluation, l'APVMA conclut que le poids de la preuve scientifique indique que [...] l'exposition au glyphosate ne présente pas de risque cancérogène ou génotoxique pour l'homme." APVMA 2016 (Australie)

8.Posté par Roberto le 10/08/2020 13:32

@7: "Ce n'est pas le rôle de la justice d'établir des preuves scientifiques."
C'est exactement ce que je dis. Il appartient à la justice de se baser sur les données scientifiques et je doute fort que les avocats de quelques agriculteurs soient plus puissants que ceux de Monsanto...
Mais oui, vous avez raison, la justice condamne parfois des innocents, votre esprit cartésien et scientifique doit cependant vous amener à reconnaitre qu'il s'agit de l'exception qui confirme la règle. De même, vous reconnaitrez que citer les travaux de l'Anses comme première source vous expose à la critique des nombreuses erreurs de cet organisme....
En fait vous devriez modérer vos propos partisans car la science est partagée sur ce dossier. Je vous serai reconnaissant de ne pas être trop condescendant à mon égard. On ne va pas se jeter les analyses et contre analyses pendant des jours, néanmoins, la méta analyse des universités de Washington et de Californie (Berkeley), ainsi que l'Icahn School of Medicine de New York publiée en 2018 sur 50000 agriculteurs américains démontre une augmentation de 41% de lymphome chez les agriculteurs utilisant le glyphosate.
Il faut donc eviter d'affirmer des "vérités" et sans doute se servir du principe de précaution.
Évitons également des affirmations comme "usage normal du glyphosate", scientifiquement ça ne veut rien dire!
A moins de prétendre qu'un usage normal de la cigarette et sans effet sur la santé...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes