Social

Les Avirons : Grève dans la crèche Les Kayambes pour des impayés de salaires

Lundi 22 Janvier 2018 - 12:33

Les assistantes maternelles de la micro-crèche Les Kayambes aux Avirons ont cessé le travail ce matin, leur employeur ne les paie pas depuis décembre.


C'en est trop pour les assistantes maternelles de la micro-crèche Les Kayambes, elles ont décidé ce matin, à contrecoeur, de ne pas accueillir les enfants. Elles n'ont pas été payées en décembre, et leur salaire de novembre leur est parvenu début janvier.

Depuis trois ans que leur patron, Christophe Lokossou, a ouvert cette structure d'accueil, les impayés de salaires sont récurrents. Pourtant, M. Lokossou a ouvert deux autres micro-crèches durant ces trois années, empochant des subventions au passage, et, selon une des grévistes "Il est très souvent hors-département, et roule dans une belle voiture neuve...".

Les assistantes maternelles ne sont pas les seules victimes des oublis de paiement de M. Lokossou : le prestataire de service livrant les repas aux tout-petits, lassé de n'être pas réglé, n'a pas livré les repas durant deux jours au mois de décembre. La crèche a dû fermer ses portes deux jours avant la date prévue des congés annuels. À la rentrée, le 9 janvier, les parents ont apporté le repas de leurs bambins, les factures n'ayant pas été réglées durant les vacances. Finalement, les petits recevront leurs repas durant un mois, jusqu'à la prochaine facture.

Les assistantes maternelles réclament naturellement leurs salaires impayés, mais aussi que cessent ces pratiques répétées, qui les mettent dans des situations intenables. Noël fut difficile pour ces professionnelles de la petite enfance.
Bérénice Alaterre
Lu 2365 fois



1.Posté par alcide le 22/01/2018 12:54

Patron voyou qui officie dans la plus grande impunité ! Jusqu'à quand ?

2.Posté par Hugues Neau le 22/01/2018 14:04

"Il est très souvent hors-département, et roule dans une belle voiture neuve...".


LOL...c'est quoi le rapport??!

3.Posté par SITARANE le 22/01/2018 15:16

Une gestion à la Béninoise, voire à l'Africaine !!!!!!!!!! Inauguration en grande pompe avec les édiles dociles et naïfs !!!!!!!!!!!!!

4.Posté par jeanjan le 22/01/2018 15:32

Il est possible que ce soit des contrats aides ( pas cher ) et comme il y a eu du changement et bien vola le resulta

5.Posté par Edmond le 22/01/2018 15:38 (depuis mobile)

@2 rouves out zieux

6.Posté par Mimie le 22/01/2018 17:15 (depuis mobile)

Non personne n est pas en contrat aidé dans cette crèche. Quand à la personne qui a déclaré qu'' il roulait dans sa voiture neuve et est souvent hors département, c est parce qu'' il n a pas d argent pour payer les employés mais va souvent en voyage

7.Posté par PFFUU le 23/01/2018 09:42

J ADORE !!! Quel rapport qu il roule en superbe voiture??? c'est un patron donc tout son argent personnel doit sauver la société??? Et bien non ca ne fonctionne pas comme ca ! Si un patron n'a pas le droit de piocher dans les caisse de l entreprise, il n est pas non plus obligé de rajouter de l argent dans ces dites caisses. Maintenant si sa société ne fonctionne pas au point de ne pouvoir régler des salaires dus et des factures, c est a lui en tant que patron a faire les choses qui s imposent : licencier, réduire les couts, augmenter le prix de sa crèche.... là est sa responsabilité, uniquement là.

8.Posté par citoyen le 23/01/2018 10:45

Jusuq'à quand des subventions publiques vont venir engraisser des patrons véreux qui se fichent de leurs obligations?
Il serait temps qu'à la Réunion, un controle soit fait afin d'arrêter ce gaspillage de nos impôts. Une peu plus de transparence sur les deniers public s'il vous plait...

9.Posté par yab974 le 23/01/2018 12:00

@post2: tu fais exprès d'être couillon?

10.Posté par roro 61 le 23/01/2018 23:35

Suivant le statut juridique de l'entreprise, le dirigeant a plus ou moins de responsabilités, et donc d'engagement sur ses biens personnels. En créant une société (SARL, SA, SAS), l'entrepreneur est moins exposé. En cas de difficultés de l'entreprise, sa responsabilité est limitée et ses biens personnels sont à l'abri de l'action des créanciers. Ce n'est pas le cas en entreprise individuelle : le créateur est indéfiniment et personnellement responsable des dettes de l'entreprise sur son patrimoine personnel. Donc vous pouvez mener la belle vie et déclarer faillite puis recommencer sans risque certains aiment jouer à ce jeux là .

11.Posté par Michel le 24/01/2018 08:58

Ras-le-bol de ces patrons de crèches privées qui vivent de l'argent public (la CAF) et de celui des parents, qui exploitent les taties, ne les paient pas pendant des mois et économisent sur le matériel et les locaux accueillant les marmailles !

Les crèches devraient être des structures publiques dont le financement serait garanti par l'Etat ou les collectivités locales et dont le personnel serait assuré de bénéficier d'un emploi et d'un salaire permanents !

C'est quand même le minimum auquel la population devrait avoir droit.

Et la même proposition est valide pour toutes les structures qui s'occupent des personnes âgées dépendantes, de l'aide à la personne en général.

Assez de filer du fric public à des patrons voyous qui mettent en danger les emplois de centaines de salariées et les bénéficiaires fragiles qui ont besoin de se sentir entourés et bien traités par du personnel lui-même sécurisé et respecté !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter