MENU ZINFOS
Culture

Les Archives d'outre-mer ouvrent les documents des condamnés aux bagnes coloniaux


De 1852 à 1953, la France a exilé plus de 100.000 personnes (criminels, délinquants récidivistes, ou condamnés politiques) dans ses colonies pénitentiaires, entre autres en Guyane et en Nouvelle-Calédonie.
Le fonds des bagnes coloniaux, aujourd'hui conservé aux Archives nationales d'outre-mer à Aix-en-Provence, constitue une ressource pour la recherche sur ces institutions répressives autant que pour la mémoire des personnes concernées.
Les archives nationales d’outre-mer viennent ainsi de mettre en ligne les fonds de l’administration pénitentiaire coloniale.

Par Ludovic Grondin - Publié le Jeudi 12 Mai 2011 à 07:35 | Lu 2630 fois

Les Archives d'outre-mer ouvrent les documents des condamnés aux bagnes coloniaux
Les Archives nationales d’outre-mer mettent en ligne à la fois les fonds de l’administration pénitentiaire coloniale et la base de données nominative donnant accès aux dossiers individuels des condamnés écroués avant 1891.

Outre les condamnés, la France a envoyé dans les bagnes coloniaux de nombreux opposants politiques du second Empire et les acteurs de plusieurs soulèvements de la deuxième moitié du XIXe siècle (l'insurrection de 1851, la Commune de 1871, les révoltes de 1871 en Algérie et à la Martinique, etc.). Au-delà de chaque personne, se dessine donc une histoire politique et sociale de la France métropolitaine et coloniale du XIXe siècle.

Avec ces publications électroniques, les Archives nationales d'outre-mer poursuivent leur travail de valorisation du fonds des bagnes déjà engagé avec la publication en 2007 de l'ouvrage "Lettres du bagne" dans leur collection Histoires d'outre-mer, et la mise en ligne en 2010 de deux expositions virtuelles sur leur site internet.

Les bagnards comme main-d'oeuvre bon marché après l'abolition de l'esclavage

Les articles concernent ainsi presque exclusivement les bagnes des deux colonies de Guyane et de Nouvelle-Calédonie, et couvrent essentiellement la période 1852-1953. Notons également que l'on trouve des informations sur d'autres territoires pénitentiaires ayant reçu des déportés politiques (les îles Marquises notamment) ou des forçats à Madagascar.

L'envoi dans cette terre lointaine présentait en effet un double avantage, précisent les Archives nationales d’outre-mer dans leur présentation de cette mise à disposition des documents d’époque. D’une part, la disparition, sans retour possible, de la population dangereuse bien loin de la métropole. D’autre part, le remplacement avantageux, pour la mise en valeur d'une colonie qui stagnait, des esclaves libérés en 1848 par une autre main-d’œuvre aussi peu coûteuse.




1.Posté par noe le 12/05/2011 09:28

Le bagne fut la prolongation de l'esclavage et bon nombre de nos ancêtres y sont passé sous une forme ou une autre. Esclaves et bagnards ont été unis dans la même souffrance...
L'île de la réunion a payé un lourd tribut et nous avons heureusement conservé dans ces archives la mémoire du drame qui s'est joué ici les siècles passés Nous sommes tous des fils et filles d'esclaves.. Rappelons nous toujours de cette sombre période de l'histoire et nous pourrons avancer la tête haute et construire la réunion de demain car notre force vient de l'héritage et de la connaissance de notre histoire!

2.Posté par L.F. le 12/05/2011 10:09

Ben la question est : à quand la ré-ouverture de ces établissements. Y'en a qui se la coule trop douce en pris.. oups hotel de luxe à domenjod.

(et j’étends déjà siffler mes oreilles: les humanistes vont encore donner de la voix...)

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes