MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Les 30 ans de l'homme-coq


Par Vincent Constantin - Publié le Mardi 23 Octobre 2018 à 12:14 | Lu 7657 fois

Les 30 ans de l'homme-coq

Cela fait 30 ans que l'homme-coq a défrayé la chronique : c'était en novembre et décembre 1988.

En novembre 1988, des personnes auraient aperçu, à Saint-Paul, un homme à la tête de coq aux abords des écoles. Le jeudi 1er décembre 1988, Le Quotidien relaye la rumeur, en publiant un article sur le sujet et surtout en plaçant à la une un photomontage représentant l'homme-coq en question. Cet article a fortement marqué l'imaginaire des Réunionnais en général et des écoliers du primaire en particulier. Certains enfants amenèrent le journal dans la cour de récréation pour le montrer à leurs camarades, d'autres ne voulaient plus se rendre à l'école ou devenaient hystériques tellement ils craignaient le monstre.

Cet article qui a mixé en trois pages, photos à l'appui, le sacrifice du coq des Malbars, celui des sorciers, le petit Albert et le mois de novembre (mois des morts), a eu un impact considérable. Si vous interrogez les personnes aujourd'hui âgées de quarante ans à ce propos, vous ne manquerez pas de recevoir une foule d'anecdotes, d'histoires et de sentiments très divers. En général, on vous répondra que cet épisode a été terriblement effrayant mais vous entendrez aussi plusieurs versions, plusieurs ressentis, et vous n'échapperez pas à ceux qui vous conteront une autre histoire très proche : celle de loto rouz.

L'homme-coq ne date pas de 1988. Certains octogénaires pourront le confirmer : c'est une histoire qui revient régulièrement.

Vincent Constantin
Auteur d'un ouvrage bilingue kréol/français intitulé "Lom-kok/L'homme-coq" paru en avril 





1.Posté par Cimendef le 23/10/2018 12:35 (depuis mobile)

L'homme-cop ou la fameuse voiture rouge, exemples de superstitions courantes à l'époque. Des légendes urbaines qui ont terrorisé les gamins.

2.Posté par Vendre du papier selon JLR le 23/10/2018 16:08 (depuis mobile)

C’était surtout le délire d’un pseudo journaliste, Jean-Louis Rabout, pas très bien dans sa peau à l’époque (il ne l’ est toujours pas d’ailleurs, selon ses proches) qui a profité de sa position pour écrire n’importe quoi et amplifier une rumeur.

3.Posté par Se faire plaisir selon JLR (bis) le 23/10/2018 16:11 (depuis mobile)

Voulait il vendre du papier ou simplement se faire mousser, toujours est-il qu’en effet cet article a fait beaucoup de mal autour de lui. Le pire, c’est que Jean-Louis Rabout s’en vante encore 30 ans après, trop fier de sa c.

4.Posté par A Nivet le 23/10/2018 17:42 (depuis mobile)

D’accord avec vous sur le délire du journaliste. Ce Raboux n’a jamais su écrire, il est confus et infatué. Il n’y a qu’à lire ses romans dont on pourrait se gausser, si on ne devait pas pleurer d’avoir gaspillé une tite monnaie pour les acheter.

5.Posté par Jules B. le 23/10/2018 17:54 (depuis mobile)

Pourquoi vous vous acharner sur un gars dont plus personne ne se souvient ? Et surtout qui ne mérite pas qu’on parle de lui. L’homme a la tête de coq est sa Légion d’honneur auto décernée, lui qui souffre tant de n’avoir été reconnu par personne.

6.Posté par Question bete le 23/10/2018 19:40 (depuis mobile)

4.
Jalousie mal placee?

7.Posté par Adam le 24/10/2018 06:36 (depuis mobile)

Surtout, a l époque du Coq, Agamemnon Casanova defrayait aussi la chronique.
I

8.Posté par Modeste le 24/10/2018 09:08

Nivet A est mal placé pour critiquer!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes