Courrier des lecteurs

Les 30 ans de l'homme-coq

Mardi 23 Octobre 2018 - 12:14

Les 30 ans de l'homme-coq

Cela fait 30 ans que l'homme-coq a défrayé la chronique : c'était en novembre et décembre 1988.

En novembre 1988, des personnes auraient aperçu, à Saint-Paul, un homme à la tête de coq aux abords des écoles. Le jeudi 1er décembre 1988, Le Quotidien relaye la rumeur, en publiant un article sur le sujet et surtout en plaçant à la une un photomontage représentant l'homme-coq en question. Cet article a fortement marqué l'imaginaire des Réunionnais en général et des écoliers du primaire en particulier. Certains enfants amenèrent le journal dans la cour de récréation pour le montrer à leurs camarades, d'autres ne voulaient plus se rendre à l'école ou devenaient hystériques tellement ils craignaient le monstre.

Cet article qui a mixé en trois pages, photos à l'appui, le sacrifice du coq des Malbars, celui des sorciers, le petit Albert et le mois de novembre (mois des morts), a eu un impact considérable. Si vous interrogez les personnes aujourd'hui âgées de quarante ans à ce propos, vous ne manquerez pas de recevoir une foule d'anecdotes, d'histoires et de sentiments très divers. En général, on vous répondra que cet épisode a été terriblement effrayant mais vous entendrez aussi plusieurs versions, plusieurs ressentis, et vous n'échapperez pas à ceux qui vous conteront une autre histoire très proche : celle de loto rouz.

L'homme-coq ne date pas de 1988. Certains octogénaires pourront le confirmer : c'est une histoire qui revient régulièrement.

Vincent Constantin
Auteur d'un ouvrage bilingue kréol/français intitulé "Lom-kok/L'homme-coq" paru en avril 

Vincent Constantin
Lu 6363 fois



1.Posté par Cimendef le 23/10/2018 12:35 (depuis mobile)

L'homme-cop ou la fameuse voiture rouge, exemples de superstitions courantes à l'époque. Des légendes urbaines qui ont terrorisé les gamins.

2.Posté par Vendre du papier selon JLR le 23/10/2018 16:08 (depuis mobile)

C’était surtout le délire d’un pseudo journaliste, Jean-Louis Rabout, pas très bien dans sa peau à l’époque (il ne l’ est toujours pas d’ailleurs, selon ses proches) qui a profité de sa position pour écrire n’importe quoi et amplifier une rumeur.

3.Posté par Se faire plaisir selon JLR (bis) le 23/10/2018 16:11 (depuis mobile)

Voulait il vendre du papier ou simplement se faire mousser, toujours est-il qu’en effet cet article a fait beaucoup de mal autour de lui. Le pire, c’est que Jean-Louis Rabout s’en vante encore 30 ans après, trop fier de sa c.

4.Posté par A Nivet le 23/10/2018 17:42 (depuis mobile)

D’accord avec vous sur le délire du journaliste. Ce Raboux n’a jamais su écrire, il est confus et infatué. Il n’y a qu’à lire ses romans dont on pourrait se gausser, si on ne devait pas pleurer d’avoir gaspillé une tite monnaie pour les acheter.

5.Posté par Jules B. le 23/10/2018 17:54 (depuis mobile)

Pourquoi vous vous acharner sur un gars dont plus personne ne se souvient ? Et surtout qui ne mérite pas qu’on parle de lui. L’homme a la tête de coq est sa Légion d’honneur auto décernée, lui qui souffre tant de n’avoir été reconnu par personne.

6.Posté par Question bete le 23/10/2018 19:40 (depuis mobile)

4.
Jalousie mal placee?

7.Posté par Adam le 24/10/2018 06:36 (depuis mobile)

Surtout, a l époque du Coq, Agamemnon Casanova defrayait aussi la chronique.
I

8.Posté par Modeste le 24/10/2018 09:08

Nivet A est mal placé pour critiquer!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?