MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le vrai revenu des médecins


- Publié le Mercredi 31 Décembre 2014 à 09:37 | Lu 1778 fois

Le vrai revenu des médecins : ceux qui galèrent, ceux qui abusent

Le bras de fer entre praticiens et gouvernement a remis sur la table la question des dépassements d'honoraires. Enquête sur les disparités du système de soins.
Enseignant en Savoie, Gilles n'est pas spécialement près de ses sous. Mais chez le chirurgien consulté pour un cancer de la prostate, il est tombé de haut : "A la fin de l'entretien, il m'a annoncé la couleur : 1.000 euros pour lui, 500 pour l'anesthésiste. En plus du tarif remboursé par l'assurance-maladie. J'étais scotché !" Nourri au lait de notre bonne vieille sécu, habitué à son généraliste de village au tarif de base, Gilles, interloqué, s'est tourné vers la mutuelle des profs. Mauvaise surprise. La MGEN ne rembourse pas les dépassements d'honoraires. Gilles s'est renseigné. Et il a découvert que plus des trois quarts des chirurgiens en France font partie de ces médecins dits du "secteur 2", autorisés à fixer librement leurs tarifs. Bien au-delà de 23 euros pour un généraliste et de 28 euros pour un spécialiste.
Accord au forceps sur les dépassements d'honoraires
C'est pour éviter ce type de déboires que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait sommé l'assurance-maladie, les syndicats de praticiens et les mutuelles de trouver un accord sur les dépassements d'honoraires, qui n'ont cessé de croître depuis leur autorisation en 1980. Il a finalement été arraché aux forceps le 23 octobre après plus de vingt et une heures de négociations.
Même si 11% seulement des généralistes et 40% des spécialistes font payer au-dessus du tarif sécu, la note des dépassements est de plus en plus salée : 2,5 milliards d'euros l'an dernier. Et le constat est sans appel : la sécu ne rembourse plus que 55% des soins de ville. […]
Evaluer le rapport qualité-prix
"Tu ne connaîtrais pas un ORL pas cher ? J'ai une mauvaise mutuelle." La question, désormais, devient récurrente. Les patients commencent sérieusement à éplucher les tarifs de leurs praticiens. 40% d'entre eux n'ont pas de mutuelles ou sont mal remboursés par leur complémentaire, et doivent donc y aller de leur poche en cas d'honoraires libres. Alors, ils font comme chez le coiffeur ou le garagiste : ils évaluent le rapport qualité-prix. "Dix-minutes, la visite chez mon ophtalmo, pendant lesquelles il répond au téléphone à son fils puis à sa femme ! 95 euros ! Est-ce qu'il les vaut ?", s'indigne ainsi un patient.
Le résultat, déplore le Dr Paul Gallet, généraliste à Nîmes, c'est que "90% des Français nous considèrent comme de richissimes geignards". Comment en serait-il autrement ? Seulement 10% des Français gagnent plus de 2.800 euros par mois. Or les médecins libéraux, toutes spécialités confondues, disposent d'un revenu moyen net qui avoisine les 9.000 euros mensuel, une fois les charges de leur cabinet déduites. Très précisément 8.117 euros en 2008 selon la Direction de la Recherche, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees) du ministère de la Santé. Bien sûr, cette moyenne cache d'immenses disparités. En haut de la pyramide, le quart le mieux payé des anesthésistes affiche, en 2011, 31.247 euros mensuel (soit 22 smic), quand un médecin remplaçant doit se contenter bien plus modestement de 1.504 euros, à peine plus que le salaire minimum. […]
Les conséquences des dépassements d'honoraires sont désormais bien connues : problème de renoncement aux soins - qui touche 15% des Français, essentiellement en dentaire et en optique -, creusement des inégalités face à la santé et difficultés d'accès à un médecin. Dans certaines régions - à Paris, Lyon, en Paca - et même dans certaines villes moyennes comme Mulhouse, Le Havre, Orléans ou Besançon, c'est la croix et la bannière pour trouver un spécialiste de type ORL, gynéco ou pédiatre au tarif sécu.
A Châteauroux, les deux malheureux ophtalmos aux tarifs de base sont totalement submergés. Au point que l'un d'eux, pris d'assaut, donne ses prochains rendez-vous pour le printemps... 2014. L'anecdote est racontée par l'association de consommateurs UFC- Que choisir, qui a établi une carte de la "fracture sanitaire". 28% des Français ne disposent pas à proximité de chez eux (moins de quarante-cinq minutes) d'un pédiatre au tarif remboursable par la sécu. Le pourcentage monte à 45% pour un ophtalmo et à 54% pour un gynéco.

Une question de considération
Quand ils ont vu leurs confrères spécialistes monter au créneau pour défendre leurs dépassements, nombre de généralistes (qui à 90% respectent les seuils de la sécu) ont vu rouge. Avec une moyenne de 6.572 euros de revenu net en 2011, ils se situent en bas de l'échelle des rémunérations, alors qu'ils représentent plus de la moitié des 122.000 praticiens libéraux. "Ce n'est pas une question de gros sous mais de considération, résume ce généraliste parisien, réputé pour ses longues consultations et son écoute. Avec une consultation à 23 euros, payée moins cher qu'une réparation d'un technicien de Darty, je me sens humilié".

DOM




1.Posté par missié lo préziden le 31/12/2014 12:19

on a plus qu'à leur donner du "missié lo méd'cin" pour faire reluire leur fierté...foutu société française ...ou foutu corps médical ?

2.Posté par moi le 31/12/2014 13:05 (depuis mobile)

Allez en fac de médecine,au lieu détre jaloux de certains. Cest plus facile de critiquer ceux qui ont bossè pour réussir que de se donner les moyens détre au méme niveau. Moi lé pas médecin mais i géne a moi la jalousie domoun i crititque et i atten

3.Posté par KLD le 31/12/2014 13:53

problèmes de pays riches ................

4.Posté par L'Ardéchoise le 31/12/2014 14:07

Je ne tiens pas particulièrement à défendre les dépassements d'honoraires, mais je veux juste proposer une explication concernant le cas "Gilles".
Cela ressemble fort à un chirurgien qui opère en hôpital privé, et qui à ce titre doit louer la salle d'opération à cet hôpital, à un prix élevé...
Si les prestations sont à la hauteur du mot "privé", il est malheureux de se dire que l'on est face à une médecine à deux vitesses, car tout le monde ne peut pas "s'offrir" la qualité de soins.
Quant à la MGEN, elle est pleine d'aberrations, en ne prenant pas en charge tout ou partie des dépassements, mais en dépensant des sommes astronomiques pour des taxis alors qu'elle rembourse des clopinettes si le malade utilise son propre véhicule...
...

5.Posté par Bouhhh le 31/12/2014 14:27

Dom (alias lé bon),
Facile comme courrier, il suffit d'aller sur internet (voir site web ci-joint)......
Bouhhhhhhh

6.Posté par desréformesdesréformes le 31/12/2014 16:28

Dans les DOM, les rémunérations moyennes doivent friser l'indécence. Je comprends pourquoi certains médecins en viennent à prendre des vacances sur au moins quatre mois!
A croire que le serment d'Hippocrate qui a pour principal objectif de rappeler aux médecins qu'ils sont liés à des obligations légales, morales et éthiques est devenu obsolète!

Mon témoignage. J'étais dans le cabinet d'un spécialiste à Saint-Denis. Un patient est venu demander un soin.
Voici la réponse du médecin en ma présence " Quand monsieur X aura des sous, qu'il revienne me voir"
Sans commentaire aucun. Le gouvernement doit restructurer ces dépassements d'honoraires.

7.Posté par Masson le 02/01/2015 15:27

Bonjour,

Je suis médecin, j'ai pris ma retraite à 50 ans en travaillant 3 jours et demi par semaine avec en moyenne 70 à 90 consultations par jour.

Je ne faisais pas de la médecine mais de la CMU principalement, certificat médical, renouvellement d'ordonnance, mal de tête.

Quand une maman venait avec ses deux enfants pour une consultation je facturais 3 cartes vitales et ce en moins de dix minutes.

Devant autant d'impôts à payer j'ai acheté plein d'immobilier pour défiscaliser !!!

J'ai économisé en moyenne 200.000 euros d'impôts par an en moyenne.

Je suis riche et rentier ! Merci la sécu, l'état français et moi car il fallu que je bosse dur pour être médecin et aussi tenir le coup pour tenir ce rythme effrayant de 90 consultations par jour.

Voilà le dur quotidien d'une majorité de médecin à la Réunion....

Ce qui me chagrine c'est que les études sont tellement sélectives que ce ne sont pas forcément ceux qui ont la foi et qui seraient de parfait médecin qui réussissent.
Des réseaux parallèles se forment à l'étranger en Roumanie en belgique où de nombreux réunionnais débrouillards envoient leurs enfants.
Sans compter les médecins étrangers qui s'installent en France au détriment de ces jeunes français qui sont écartés à l'issue de la première année sélective du au numerus clausus.

Effectivement nous sommes des nantis fonctionnaire de la sécurité sociale



8.Posté par DR ANONYME le 02/01/2015 17:47

Tiens ! vous affirmez : "Je suis médecin, j'ai pris ma retraite à 50 ans."

Cela me semble impossible du moins à la CARMF. Ne seriez vous pas un affabulateur ?

Moi j'ai du attendre 65 ans comme tous les médecins !

9.Posté par DR ANONYME le 02/01/2015 18:41

Tiens ! vous affirmez : "Je suis médecin, j'ai pris ma retraite à 50 ans."

Cela me semble impossible du moins à la CARMF. Ne seriez vous pas un affabulateur ?

Moi j'ai du attendre 65 ans comme tous les médecins !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes