Justice

Le transporteur Jonathan Rivière réclame 2 millions à la SBTPC

Mercredi 7 Juin 2017 - 08:36

2,2 millions d’euros. C’est le dédommagement que réclame la société de transport située aux Avirons LTM Doogy Reeta. Son gérant, Jonathan Rivière, par ailleurs déclaré candidat des législatives sur la 7ème circonscription, a décidé de porter le conflit qui l’oppose au groupe SBTPC devant la justice. 

Après un report de l’audience prévue le 10 mai dernier, le tribunal de commerce devait examiner, ce mercredi, le recours en référé du chef d'entreprise. Le procès a finalement été renvoyé au 14 juin prochain. Pour Jonathan Rivière, "la SBTPC essaye de contester la tenue du procès devant le tribunal de commerce, estimant que le tribunal de commerce est incompétent dans ce conflit".

Le transporteur avait signé en 2015 un contrat l’engageant à livrer des roches pour le chantier de la NRL auprès du groupement. La SBTPC avait mis fin à ce contrat l’an dernier, au mois d’août, provoquant des actions assez osées du jeune chef d’entreprise dans les locaux de la SBTPC. Le jeune chef d'entreprise avait filmé les échanges très vifs qui s'étaient déroulés dans les locaux du groupe de BTP.

Jonathan Rivière accuse la SBTPC d’avoir mis fin prématurément au contrat le liant au donneur d'ordre. Ce contrat portait sur la livraison de 230.000 tonnes de roches à livrer pour un montant de 4,8 millions d’euros. Un deal qui sera stoppé net dès les 55.000 tonnes de roches fournies, malgré des avenants signés en cours de route, mettant dans l’embarras l’entrepreneur qui assure avoir dû licencier près de 40 employés et plaçant son entreprise dans le rouge.
Zinfos974
Lu 3611 fois



1.Posté par SOMANKE le 07/06/2017 10:20

Et sur le fond, quelle est la position de la SBTPC?
Un simple coup de fil à celle ci aurait permis à l'auteur de cet article de faire vraiment son métier, en d'autres termes de pouvoir se présenter comme un journaliste......

2.Posté par INCOMPETENCE le 07/06/2017 10:53

Ce qui est clair dans cette affaire c'est que le tribunal de la Réunion est incompétent pour juger ce dossier.
Ce Monsieur semble avoir été très mal conseillé car il aurait dû s'adresser au tribunal de Paris qui est seul compétent en la matière. On peut donc affirmer sans risque qu'il y a une vraie incompétence dans son dossier.

3.Posté par SOMANKE le 07/06/2017 11:04

Et pourquoi donc Paris?, un contrat le dit ou est ce l'humeur de la SPTPC qui entend choisir son juge?
"C'est clair",........ pas tant que ça

4.Posté par INCOMPETENCE le 07/06/2017 11:49

C'est un article du code de commerce qui le dit !

Et c'est imparable. Aucune discussion n'est possible.

M. RIVIERE aurait dû mieux lire le code avant de lancer sa procédure.

5.Posté par Jean le 07/06/2017 12:11 (depuis mobile)

Na pwin riz po met au feu kwe ?

6.Posté par Fredo974 le 07/06/2017 13:50

Essaie le Loto !

7.Posté par christian le 07/06/2017 20:10

Moi député , je demande le remboursement de la SBTPC à hauteur du double de mes avoir
Moi député , je demande que justice me soi redu
Moi député , je amande à CAROUPAYE de m'aider dans la baisse du cout du gazole
Moi député , je demande à Thierry R de supprimer la région
Moi député , euh , je ne sais plus lol

8.Posté par REPONSEATOUT le 09/06/2017 16:47

Parler aussi joliment d'un dossier sans en connaître les termes, c'est peut-être cela la vraie incompétence?!

* Rupture abusive d'une relation commerciale établie et demande de dommages et intérêts : compétence PARIS mais ce n'est pas ce qui est demandé au Tribunal.
* Inexécution d'une obligation contractuelle entre des sociétés à la Réunion sur un chantier Réunionnais : compétence Réunion et là, c'est ce qui est demandé au Tribunal.
Venez à l'audience...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >