MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le scandale Cilam, le silence des élus et l’indécence du Medef


- Publié le Jeudi 3 Juillet 2014 à 15:49 | Lu 649 fois

Le scandale Cilam, le silence des élus et l’indécence du Medef
D’un côté les « grands » actionnaires et dirigeants d’entreprises qui n’ont plus honte, se permettent tout, même des pleurnicheries quand leurs poches se remplissent … pas assez apparemment. De l’autre les travailleurs aux salaires pressurés et à la dignité bafouée. Au milieu le silence assourdissant des élus : manque de courage ou approbation de la situation ? Les deux.

Cette semaine, Yann de Prince, président du MEDEF Réunion, rabâchait encore le prétendu manque d’attractivité fiscale de notre île. Peut-être n’est-il toujours pas au courant des innombrables lois d’exonérations de cotisations sociales et de défiscalisation de toutes sortes qui existent à la Réunion depuis des dizaines d’années. Je lui conseille de changer de comptable et lui propose une expertise indépendante comme à la CILAM…
 
… Cette seule entreprise a reçu en trois ans 23 millions d’euros d’aides par l’Europe, l’Etat et la Région. La contrepartie ? Aucune. Pensez-vous, nous n’avons pas à nous immiscer dans la gestion des entreprises, même s’il s’agit de notre argent. Sa rentabilité est à 10.5 % ! Pour le peuple, la rémunération du livret A est à 1.25%, pour peu qu’il arrive à épargner un petit capital. Un grand groupe industriel morcelé en petites ou moyennes unités pour être éligible à tous les avantages fiscaux et pour casser la solidarité des travailleurs. Des salariés payés 20% de moins qu’ailleurs dans le secteur. « Mais imaginez-vous, si nous leur tendons la main, ils nous prendront le bras », doivent-ils penser, par mépris des classes populaires. Un dumping social au seul bénéfice des actionnaires et quelques dirigeants. Non, les travailleurs réclament juste des salaires décents et mérités au vu de leurs efforts. Et les éleveurs la juste rémunération de leur production. Un salaire au mérite et une répartition des richesses pour toutes les parties prenantes, dans l’intérêt général … l’intérêt quoi ? D’ailleurs, où sont les élus, les représentants du peuple … les représentants de qui ? Où sont Didier Robert, Michel Fontaine, Jean-Jacques Vlody ? L’utilisation de plusieurs millions d’argent public ne les intéresse apparemment pas.
 
Il est grand temps de réformer tous ces avantages acquis, cet assistanat fiscal, cette corporation de « grands » dirigeants et actionnaires, ces statuts spéciaux. Les inégalités se creusent de manière vertigineuse, même entre les entreprises. Selon l'Insee, elles ont atteint en 2011 leur plus haut niveau enregistré depuis 1996. L'année a été exceptionnellement faste pour les hauts revenus, tandis que la pauvreté a touché 8,7 millions de personnes, un niveau historique. Les priorités retenues par François Hollande risquent d'aggraver encore plus ces fractures sociales. Et l’attitude irresponsable du MEDEF en cette période d’injustice flagrante doit être dénoncée. Selon Yann de Prince, il compte par exemple calculer le montant de taxes que ces bons seigneurs sont disposés à laisser à la collectivité. Ben voyons. J’ai le pressentiment que le taux ne sera pas très élevé.
 
Parmi les solutions pour libérer les entreprises de la rapacité des actionnaires, limiter les rémunérations indécentes de certains dirigeants et garantir l’efficacité de la dépense publique, il est indispensable d’instaurer un seuil de rentabilité actionnariale, une réelle progressivité de l’imposition des entreprises, un ratio maximum de rémunération entre le plus bas salaire et le plus haut, permettre la reconnaissance de l’unité économique et sociale pour les grands groupes, ou encore attribuer les aides publiques aux entreprises sur la base de critères sociaux (en matière d’emploi et de salaires) et écologiques. Seule une politique de relance de l’investissement et de la consommation écologiquement et socialement responsables pourra réamorcer la confiance, le crédit et l’activité économique. La hausse des salaires et la titularisation des contrats précaires, à la CILAM comme ailleurs, en constituent des outils indispensables.
 
Etienne Phalip, militant au Parti de Gauche.




1.Posté par David Asmodee le 03/07/2014 17:52

Ras le bol du blabla des partis de gauche. Il suffit de survoler le premier paragraphe et on devine la suite. Toujours le même baratin : cadeaux aux patrons, exonérations.. bla bla...

Je conseille à Etienne Phalip de monter sa boite modèle, de montrer la voie aux patrons et d'embaucher les saboteurs de la Cilam. Sinon, ils n'embauchent pas au Parti de Gauche ?

2.Posté par chikun le 04/07/2014 15:41

Chers amis, allez vous faire soigner le plus rapidement possible.
PDG (parti de gauche) : quel drôle de nom pour un parti anti capitaliste ! Ces gens là n'ont aucune conscience . Ils ne vivent que pour casser du patron et des entreprises. Incapables de prendre le moindre risque pour monter une boite, ils ne veulent que profiter du travail des autres . Curieuse façon de concevoir la vie. Ces gens là sont des malades , fruits de la mainmise des rouges sur l'enseignement et l'université.
Je leur conseille une thérapie de choc pour qu'ils ne finissent pas comme le chanteur Renaud ; alcooliques et désenchantés du communissme.

3.Posté par Frgidaire le 06/07/2014 09:32

Je ne pense pas que ce sont les "vrais" patrons qui répondent à ce courrier car les vrais patrons sont les éleveurs.
Sauf que l'URCOOPA a totalement "fagocité" la CILAM et toutes les entreprises de la chaine alimentaire animale.
Peut-on demander aux éleveurs qui leur fournit en aliment, en vaches, en aide pour aller chercher les subventions, etc. ?
Autre chose et là c'est très dommage, que fait TAK ? C'est bien son secteur ? Au lieu de s'embourber avec la cité du volcan il est préférable qu'il défende les éleveurs, surtout qu'il est (était) proche du MEDEF.

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 06/07/2014 23:04

La loi dispose des relations entre employeurs et institutions representatives du prrsonnel. Les premiers respectent ils le rôle économique et.social du comité d entreprise..ou n en ont ils rien à foutre quitte à s exposer au delit d entrave...les seconds savent ils user de leurs prérogatives et obtenir de la justice quand cela est necessaire, les decisions necessaires à l accomplissement de leurs rôles..?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes