Océan Indien

Le récit d'un journaliste à bord de l'avion détourné de Ravalomanana

Dimanche 22 Janvier 2012 - 07:02

L'image que les malgaches ne sont pas prêts de revoir de sitôt
L'image que les malgaches ne sont pas prêts de revoir de sitôt
Un envoyé spécial du Monde a voyagé ce samedi à bord de l'avion emportant Marc Ravalomanana vers sa terre natale malgache, Un article à lire dans son intégralité sur le monde.fr. Un extrait du récit de l'envoyé spécial :

"Le déjeuner déjà été servi, les passagers s'assoupissent, lisent ou conversent. Le vol SA 8252 a déjà parcouru les deux-tiers de son trajet. Derrière les hublots, le bleu de l'océan Indien.

Soudainement, la porte du cockpit s'ouvre, et un membre de l'équipage, un gilet jaune fluorescent sur le dos, apparaît. "Nous devons faire demi-tour, ils ont fermé l'aéroport", lance-t- il à la délégation accompagnant l'ex-président malgache. Un attroupement se forme à l'avant de l'aéronef. Marc Ravalomanana, cravate bleu, chemise rayée, se lève à son tour. Le visage est fermé.

Dans les rangs, l'agacement est perceptible, mais pas la surprise. Tous se doutaient qu'Andry Rajoelina, l'actuel président du pays, serait prêt à tout pour empêcher son rival de rentrer au pays.

Le matin même, Marc Ravalomanana avait pourtant réussi cette fois-ci à obtenir sa carte d'embarquement, qui lui avait été refusé il y a un an. Confiant, l'ex-homme fort de la Grande Île avait même ajouté : "J'ai parlé ce matin au premier ministre malgache, et il m'a dit que tout était ok". A ses côtés, on rappelle qu'il n'y a "aucune base légale" pour l'arrêter une fois sur place. (...)

L'avion fait alors un virage à 180 degrés. Retour à Johannesburg.

A chaud, devant quelques journalistes présents à bord, Marc Ravalomanana réagit : "C'est la preuve que ce gouvernement ne respecte pas la "feuille de route" (...) Sur le chemin du retour, la petite équipe cogite autour de l'ex-chef d'Etat pour tirer parti de ce nouvel échec. "Pour nous, c'est presque une victoire car cela va montrer que Madagascar est dirigé par un homme qui n'en fait qu'à sa tête, qui ne veut pas d'une transition consensuelle et inclusive", juge une proche de Marc Ravalomanana.

A l'atterrissage à Johannesburg, la délégation refuse de descendre de l'avion. "La stratégie est désormais de faire plus de bruit possible à l'extérieur avec cette histoire", résume un conseiller en communication. A Madagascar, sa mouvance politique annonce au même moment qu'elle suspend sa participation aux institutions de la transition.

Des responsables de la compagnie aérienne, puis des policiers essaient d'inciter les passagers récalcitrants à sortir. Mais on ne malmène pas un VIP de la sorte. Ses conseillers enchaînent les coups de fil. Marius Fransman, vice-ministre sud-africain de la coopération internationale et chef de la délégation de la médiation de la Troïka de la SADC à Madagascar est au bout du fil.

Tout d'un coup, le silence se fait. C'est le président sud-africain Jacob Zuma. Au bout de quelques minutes, la conseillère de M. Ravalomanana raccroche, et chuchote la nouvelle. Le chef d'Etat est d'accord pour faire pression sur le régime malgache lors du prochain sommet de l'Union Africaine à Addis-Abeba la semaine prochaine. Un grand sourire se dessine alors sur le visage de Marc Ravalomanana. Il tape dans la main de sa conseillère.

L'homme va de nouveau passer la nuit en Afrique du Sud, mais il a la certitude d'avoir marqué des points dans la longue bataille l'opposant à son rival, Andry Rajoelina. L'avion a atterri il y a déjà deux heures. Devant les photographes, Marc Ravalomanana peut alors descendre les marches le menant au tarmac.
.
Lu 2314 fois



1.Posté par FINI POUR AOU le 22/01/2012 08:10

Quelle victoire de Mr Ravalomanana, l'échec encore une fois, oui !

2.Posté par @ux anti-Pierrot le 22/01/2012 09:05

Alors zot y bouge encore ?
... Et Pierrot marqua des points.... Avec certitudes.... Mdr

3.Posté par Gajik le 22/01/2012 12:05

Une question, monsieur Dupuis, que faisait vraiment Sébastien Hervieux dans cet avion et aux frais de qui pour oser produire cet article qui sert les intérêts exclusifs de Ravalomanana ?
En effet, cet article est exactement ce qu'en attend Ravalo puisque la vérité journalistique n'y apparaît pas. Ce journaliste ne donne que la version du passager et les réactions de Ravalomanana (qui se frotte les mains, seul point éclairant). N'importe quel passager aurait pu pondre cet article qui ignore absolument toute investigation extérieure. Le publier sans donner la version de la HAT est d'une mahonnêteté absolue et n'est pas déontologique et à la limite suspect de collusion avec les intérêts de Ravalomanan (très représentés à la Réunion, comme nous le savons tous)

On se souvient du "journaliste" tué à Homs par l'opposition Syrienne (en fait libyo-turco-française) qui était en fait un espion français et de l'OTAN donc. De la prudence svp sur ce genre de "témoignage" partiel qui n'analyse rien du tout mais suggère et oriente le lecteur vers les thèses du complot du gouvernement de Transition. Tout ceci est orchestré évidemment. Seuls les naïfs foncent dans le panneau. Le problème c'est que les naïfs sont légion avec ce genre de journalisme. Une forme de "journalisme" assez suspect donc.

Manifestement, on donne ici un témoignage sans aucun élément de réponse. Où voit-on dans Zinfos ou ailleurs à l'étranger l'information qui dit que le pilote avait été autorisé d'atterrir dans un autre aéroport afin que Ravalomanana soit arrêté et emprisonné comme il se doit et afin d'éviter des troubles lors de son arrestation ?. La seule question à poser est de savoir pourquoi le pilote a pris ses ordres avec Ravalomanan et Jacob Zuma au lieu d'atterrir pour livrer le putschiste Ravalomanana à la justice de son pays pour ses crimes.

Je ne comprendrai jamais pourquoi on assiste à une telle collusion de tous les journalistes occidentaux avec un criminel et un spoliateur ? Faudrait-il chercher dans les comptes bancaires de ces "informateurs" patentés ou dans leur idéologie prompte à soutenir les ultra-libéraux ? l'avenir nous le dira.

Jacob Zuma et tous les services secrets étaient bien sûr accrochés à cette affaire à la seconde. Il s'agissait bien entendu de participer à une tentative de coup d'état en misant sur les affrontements sanglants préparés par les hommes de main de Ratsiraka, de Zafy et de Ravalomanana (les Kung-Fu s'étant déjà organisés) ou tout au moins de lancer le plan B, médiatique celui là, auquel les journalistes de tous bords sont invités à participer. Les agences conseil qui préparent ce genre de coup médiatique savent les points faibles des media, qu'ils soient du Net ou du papier, ou télé.

Et voilà, le coup marche tellement bien ! Et après on dira, mais non Ravalo est un démocrate, un homme sincère qui aime son pays et veut la Paix. En réalité on a affaire à un criminel de haute volée totalement amoral, doublé de gens intelligents qui savent le manier pour tout tenter pour le remettre sur le trône du pouvoir absolu.

N'oublions pas que ce type est un ultra-libéral à l'image de plus en plus nombreux dirigeants des pays du Monde, et que même corrompu jusqu'à la moëlle (je dirai même surtout à cause de çà), il est coopté par ses pairs. Ravalomanana est, à l'image de nombreux présidents ou ex-présidents, un agent objectif des américains. Simplement, les officines ne réussissent pas leurs coups à chaque fois. La preuve !

Je ne me fais aucun souci pour la Transition, malgré cette opération bien menée par Ravalomanana jusque dans les colonnes des journaux étrangers qui reprennent béatement des infos tronquées, la vérité va sortir. Bien sûr, il faut compter sur l'omertà du JIR et du Quotidien, en ce qui concerne la Réunion, on sait leurs collusions habituelles avec le milliardaire. Mais les gens du Peuple qui ne font plus confiance à aucun journaliste dont la profession est vendue au plus offrant, ont les moyens de s'informer désormais.

On encense béatement les "révolutions" arabes qui ne sont que des manipulations téléguidées de Paris, de Londres , de Bruxelles et de Washington pour mettre au pouvoir les Frères Musulmans, plus enclins à faire du business avec les occidentaux et moins SOUVERAINISTES, mais on prend le parti de ravalomanana contre les intérêts du Peuple malgache.

Il est clair comme de l'eau de roche que le but de tous ces occidentaux est de supprimer tous les gouvernants SOUVERAINISTES pour mieux commercer avec des régimes achetés et reconnaissants pour l'accession au pouvoir.

Qui a compris çà a tout compris : on élimine le régime qui défend les intérêts d'un Peuple et on protège et finance uniquement ceux qui défendent les intérêts de la finance internationale et des multinationales.

4.Posté par Gajik le 22/01/2012 12:33

Voici le communiqué officiel qui fera taire les désinformaeurs qui sévissent ici aussi :

N°019-P.T/SGP/COM - COMMUNIQUE DE PRESSE

Cas de Monsieur Marc RAVALOMANANA

Face aux risques de troubles certains, générés par les partisans de Monsieur Marc RAVALOMANANA face à des éléments des Forces de l’ordre déterminés à maintenir l’ordre public dans les environs de l’aéroport international d’Ivato et consécutivement à la nécessité impérieuse d’exécuter un mandat de Justice ayant force exécutoire, il a été décidé de provisoirement fermer l’aéroport international d’Ivato et il a été indiqué à la Compagnie aérienne Air Link de, dans un premier temps, atterrir à l’aéroport international de Morondava pour non seulement permettre aux autorités de police judiciaire d’exécuter le mandat d’arrêt décerné contre Monsieur Marc RAVALOMANANA mais encore, et surtout, pour attendre à ce que la situation revienne à la normale aux environs de l’aéroport international d’Ivato, avant que l’aéronef et les passagers restants de Air Link puissent y atterrir en toute sécurité.

En tout cas, les hauts responsables de Air Link ont été préalablement informés, par lettres officielles et à deux reprises, par les autorités malgaches que ces dernières sont déterminées à exécuter le mandat d’arrêt décerné à l’encontre de l’un des passagers, en l’occurrence Monsieur Marc RAVALOMANANA, et que cette opération pourrait ainsi mettre en danger tant leur aéronef que les passagers.

De son propre chef, le Commandant de bord du vol Air Link SA 8252 de ce Samedi 21 Janvier 2012 a ainsi décidé de reprendre le cap sur Johannesburg.

Arrivés à l’aéroport international de Johannesburg, tous les passagers ont débarqué sauf Monsieur Marc RAVALOMANANA qui a déclaré vouloir joindre, coûte que coûte, Madagascar.

Comme les autorités malgaches ont déjà manifesté leur ferme volonté de laisser Monsieur Marc RAVALOMANANA rentrer sans conditions à Madagascar, selon les dispositions du Paragraphe 20 de la Feuille de route, tout comme elles restent également catégoriques quant à leur détermination d’exécuter le mandat d’arrêt décerné contre celui-ci, en application des termes du Paragraphe 45 de la même Feuille de route, les mêmes autorités malgaches souhaitent envoyer un avion spécial à Johannesburg pour ramener Monsieur Marc RAVALOMANANA à Madagascar afin qu’il soit présenté devant la Justice malgache.

Les démarches afférentes vont ainsi immédiatement être entamées auprès du Gouvernement sud-africain.


Antananarivo, le 21 Janvier 2012
Le Chargé de la Communication
à la Présidence de la Transition


5.Posté par Gajik le 22/01/2012 12:40

Voulez vous un autre témoignage dune personne présente dans l'avion ? Le voilà : (diffusé par Jeannot Ramambazafy bien entendu, la bête noire de tous les mafieux qu'il combat depuis tant d'années !)

"Voilà Madagascar !", s’exclama Marc Ravalomanana, pointant de son hublot les côtes de la Grande île où il n’a pas mis les pieds depuis ses trois ans d'exil en Afrique du Sud.
Sous l’avion, le sable fin ocré et le littoral verdoyant de la Grande ’île de l'océan Indien. Ou bien était-ce le Mozambique ? Rien n’était plus certain sur ce vol 8252 d’Air Link SA, en ce matin du samedi 21 janvier 2012, en route pour l’aéroport d’Ivato Antananarivo.

Aux alentours de midi, Ravalomanana est informé par le dénommé Heinrich, chef de la sécurité de la compagnie aérienne, qui était à bord, que l'avion avait fait un demi-cercle pour retourner vers Johannesburg. L’information n’était pas claire et le dépit se lisait sur le visage de Ravalomanana et ceux de son entourage, dans cet avion en plein vol.

La tentative de Ravalomanana de fouler le sol malgache avait été contrariée une heure avant même l’atterrissage à Madagascar. Selon le chef de sécurité, le pilote avait été informé par la tour de contrôle de l’aéroport international d’Ivato que celui-ci avait été fermé pour des raisons de « mesures de sécurité ».

Les nouvelles parvenues dans l’avion parlaient d’une foule -estimée entre 20.000 et 30.000 personnes- qui était venue pour accueillir l’ancien président à Ivato. Personne ne savait encore qui avait donné l'ordre de fermer l'aéroport. Mais dans l’entourage de Ravalomanana, on pensait que cela devait être venu de quelqu’un de la présidence de la transition d’Andry Rajoelina.

La fermeture d’Ivato durerait « entre cinq à six heures », selon les dernières informations recueillies. A la suggestion formulée au pilote d’aller atterrir sur un autre aéroport du pays, celui-ci affirma que tous les principaux aéroports de Madagascar étaient fermés à la circulation aérienne.

Interrogé par Ravalomanana et son entourage sur la possibilité d’aller atterrir à l’île Maurice ou au Mozambique, le pilote ne donna aucune réponse satisfaisante. Et Ravalomanana soupçonna une collusion entre la compagnie aérienne sud-africaine et le pouvoir de transition malgache.

Un proche de Ravalomanana a même confié qu’ils avaient été approchés par la compagnie Air Link SA, tard dans la soirée du vendredi, pour tenter de convaincre Ravalomanana de ne pas prendre ce vol. Ainsi quand Ravalomanana et son entourage ont embarqués, le pilote savait qu'il allait devoir rebrousser chemin.

Visiblement déçu, Ravalomanana a refusé de quitter l’avion, après son atterrissage à Johannesburg. Dans l’espoir d’un nouvel envol vers Madagascar. Mais il n’eut pas lieu. L’ancien président est bien resté près de deux heures dans l’avion, avant de le quitter à regret. Il a alors déclaré à la presse qui l’attendait dans l’aéroport Oliver Tambo, avant de passer la soirée à Pretoria : "Voilà la preuve que le gouvernement Rajoelina ne respecte pas la feuille de route. Il est temps maintenant pour l'Union africaine et la Troïka de la SADC prennent des mesures… ».

6.Posté par Sébastien Hervieu le 22/01/2012 13:50

@Gajik

Voici trois précisions nécessaires me semble-t-il :

1/ mon billet d'avion (plus de 650 euros) a été payé par mon journal

2/ la version de la HAT a été également reprise sur le site du Monde.fr :
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/01/22/le-pouvoir-malgache-voulait-arreter-l-ex-president-ravalomanana_1632925_3212.html#ens_id=1632840

3/ voici le lien vers l'article original (en anglais) que vous citez abondamment :
http://mg.co.za/article/2012-01-21-ravalomananas-return-to-madagascar-up-in-the-air
Vous constaterez notamment cette différence dans la traduction :
One Ravalomanana aide confided that they had been approached by the SA Airlink brass at midnight on Friday in an attempt to convince Ravalomanana not to board the flight. "So when they boarded this flight, they knew they were going to turn back," she said, outraged.

Cordialement

Sébastien Hervieu (et non Hervieux)

7.Posté par contre information le 22/01/2012 14:02


Témoignage même pas signé par la soi-disant personne présente ou tout simplement inventé par le Jeannot plein d'imagination à défaut d'information !!! !!!! Minable !!!!

8.Posté par Gajik le 22/01/2012 16:22

Merci Mr Hervieu pour votre mise au point.

Cependant je ne visais évidemment pas le prix du billet (dérisoire, vus les intérêts politiques en jeu) dans mes interrogations sur l'éventuelle collusion entre les journalistes et Ravalomanana. Vous avez été embarqué dans un "coup médiatique", c'est un fait. Il n'est nul besoin d'être directement financé par Ravalomanana pour servir ses intérêts idéologiques. Il suffit d'être là où il faut quand il faut et de dire les mots qu'il faut en éludant ce qu'il faut. La question d'argent ne se pose vraiment que pour les journalistes appointés (on les connait tous) et les officines de communication, bien entendu. C'est une question idéologique, la caste des journalistes étant le plus souvent au service d'une des parties ou bien ceux qui se croient "indépendants" sont facilement manipulables et donc récupérables par les autres. Je ne crois plus vraiment à un journalisme d'investigation qui serait "objectif". Il faut absolument s'engager dans le maximum de recherche de vérité pour pouvoir se prétendre honnête et clair dans ce métier. La fabrication actuelle des guerres "humanitaires" en Iraq et bien davantage en Libye et en Syrie, pour ne pas parler de l'Iran m'a définitivement écoeuré de la caste des journalistes.

Vous citez Niren Tolsi, l'auteur de l'article partiellement cité et traduit sur Madagate, qui est un journaliste aux ordres, qui emploie d'ailleurs le langage du clan Ravalo, il suffit de citer cette seule phrase de ce Tolsi, pleine de compassion pour ce pauvre Ravalomanana, victime d'ignominie :

"It was not the first time that the exiled president had suffered such ignominy: embolded by the Arab Spring early last year, he had tried to return to Madagascar, only to be prohibited from boarding his plane by SA Airlink." et tout le reste est de la même veine. Une véritable honte, oser comparer Ravalomanana et ses sbires et mercenaires à un révolutionnaire, on est là dans une inversion perverse de la réalité ! le printemps Malgache (si on peut parler de printemps en mars dans l'hémisphère Sud, ce qui serait plutôt l'automne !), disons le mouvement populaire "orange" a eu tort d'être précurseur bien à l'avance de ces mouvements arabes. A l'époque la cohorte de votre caste médiatique a commencé déjà à saboter cette révolution authentique contre les abus et les crimes de Ravalomanana. Personne n'a défendu ce besoin profond de changement de la société malgache, totalement vérolée depuis 50 ans par des présidents tous aussi corrompus les uns que les autres.
Avec naïveté ou collusion, ce qui revient au même, les journalistes dans leur grande majorité n'ont pas soutenu cette volonté populaire de révolutionner ce pays. Vous avez tous raté l'occasion de faire du bien aux Malgaches. Vous avez tous emboité, donc soit pas collusion, soit par ignorance, le pas à la mafia internationale des présidents qui dirige et vérole la totalité des institutions internationales.

Ce Tolsi parle aussi de betrayal of agreement, de la part de Rajoelina. On voit donc que ce journaliste est de parti pris en faveur de Ravalomanana, car la déontologie d'un vrai journaliste lui enjoindrait de dire que Rajoelina n'a pas renié sa parole car il a respecté l'article 20 sur le retour des exilés (volontaire, rappelonsle, car il s'agissait d'une fuite). Il a laissé Ravalomanana revenir. Pas de NOTAM individuel, mais un avis de fermeture de 5 aéroports. Car l'ordre public nécessitait un débarquement ailleurs qu'à Ivato, et c'est ce qui était prévu par le gouvernement malgache.

Votre travail, maintenant à vous, journalistes en service commandé, conscients ou inconsciemment pré-convaincus des turpitudes de la HAT et de l'honnêteté de Ravalo (!) est de diffuser largement avec la force de vos moyens puissants de propagation de nouvelles, vraies ou fausses, l'idée que Ravalomanana a été empêché de débarquer, alors que c'est faux. Il a été dirigé sur un autre aéroport, celui de MORONDAVA en l'occurrence afin que son arrestation se passe sans effusion de sang et sans danger pour les passagers du vol régulier.

Il est clair que le pilote a pris sur lui (?) de rentrer en Af du Sud, au lieu de livrer le colis encombrant, comme le Gvt malgache le lui a demandé AFIN D'EVITER QUE SE REALISE LE PLAN CRIMINEL MONTE PAR LE PRESIDENT DU CT A IVATO. Vous n'en avez rien a faire de l'ordre public à Antananarivo, bien entendu, le seul fait qui vous intéresse c'est le retour de ce criminel afin qu'il reprenne le pouvoir absolu. Peu importent les morts, les blessés, les gens par centaines qui vont rentrer le soir à l'hôpital et finir leur vie amputés ou aveugles ou s'entasser dans les morgues ! Vous ne rentrez pas dans ces considérations, vous les journalistes friands plutôt de savoir que ce brave homme de Ravalomanana va bien pouvoir se présenter aux élections avec ses milliards, pour annuler enfin le mouvement populaire qui l'a poussé à s'enfuir !

Pour revenir à la traduction en français de la phrase citée, il est vrai que la différence c'est informé à minuit au lieu de soirée et eux (la compagnie) au lieu du pilote. De plus l'informateur est une dame et non un homme. Je ne vois pas ce que cela a comme importance.

Le pouvoir des media est devenu un monstre difforme. J'avais commencé l'école de, journalisme, je me suis enfui tellement ce que j'y ai vu comme formation au compromis m'a écoeuré.

Merci quand même d'avoir pris la peine de défendre votre métier. Au Monde il y a encore des gens honnêtes.

9.Posté par Sébastien Hervieu le 22/01/2012 17:00 (depuis mobile)

@Gajik

Je respecte votre liberté de défendre vos opinions personnelles.

10.Posté par Gajik le 22/01/2012 17:12

M. Hervieu, j'ai oublié de vous répondre au sujet de l'article publié ce matin par le Monde qui reprend la version officielle. Il est évident que votre article sera repris partout sur le Net, mais pas celui de ce matin. Pourquoi ? parce que vous écrivez :

..." .Tous se doutaient qu'Andry Rajoelina, l'actuel président du pays, serait prêt à tout pour empêcher son rival de rentrer au pays....

....La fin de trois années d'exil depuis son éviction par un coup d'Etat mené par Andry Rajoelina est proche....

....L'homme va de nouveau passer la nuit en Afrique du Sud, mais il a la certitude d'avoir marqué des points dans la longue bataille l'opposant à son rival, Andry Rajoelina "....


1- vous accréditez l'idée que Rajoelina serait son rival, vous réduisez ainsi le sort du Peuple malgache à un combat entre deux hommes. C'est cette version des choses qui est diffusée depuis 3 ans par les tenants de Ravalo, qui veulent minimiser la portée de cette révolution. On a même diffamé Rajoelina en disant que c'était une affaire de coq car Rajoelina aurait séduit la fille de Ravalo, etc ... que d'âneries pour maquiller une révolution populaire légitime !

2- vous ressortez la théorie fausse du coup d'Etat qui est la version des pro Ravalo : même l'ambassaeur américain de l'époque, aujourd'hui au placard en Australie, a témoigné que Ravalo a démissionné inconstitutionnellement. Depuis, Ravalomanana ment effrontément sur ce sujet, alors qu'il a confié le, pouvoir à 3 hauts gradés qui l'ont refusé et ransmis à Rajoelina, décison entérinée par la HCC (nommée par Ravalo lui-même!), dont l'un est même devenu Ministre des Affaires étrangères de la HAt par la suite, ô ironie du sort !

3- enfin, vous récidivez sur le "rival" en fin d'article !

Votre article, donc, qui élude tellement de choses déjà connues avant le départ, ainsi que les tournures employées, (coup d'état, rival) pour toutes ces raisons va beaucoup plaire au GTT, je vous l'assure et surtout à Ravalomanana lui-même. Il n'a pas fini de taper dans les mains de ses conseillers et conseillères. Tout ceci sans doute à votre insu, cela va de soi.

Vous savez le vieil adage "Audaciter calomniare semper aliquid haeret" (diffamez, diffamez, il en restera toujours quelquechose), peut s'appliquer à tout article qui s'envole sur la spontanéité du Net. Rectifier, rabotez, excusez vous, il est trop tard, les requins du Net on déjà avalé et digéré la proie.
L'indigeste complément d'info n'a plus aucun goût ni d' intérêt pour le prédateur Ravalodépendant.

11.Posté par Pierre Maurice le 23/01/2012 13:06

Citer Jeannot Ramambazafy webmaster du site de desinformation numero 1 sur la question Malgache ....mort de rire...

12.Posté par Gajik le 23/01/2012 13:39

vous avez raison, Pierre Maurice, j'aurais dû plutôt citer Eugène Rajaofera de Midi-Madagasikara, la voix de son Maître de Prétoria, c'est un journaliste plus objectif que tous ceux qui ont pris à coeur de défendre la démocratisation de Madagascar ! Si c'est tout ce que vous inspire cette non-affaire Ravalo, c'est bien léger comme argumentation. Tsssss ....

13.Posté par Gilles d'Alest le 23/01/2012 19:19

@ Gajik, il me semble vraiment que vous vous mélangez les pédales ; dire que Madagate est à la solde de Ravalo démontre bien que vous n'êtes que très éloigné de la réalité malgache ; pour votre info, Madagate est l'organe de presse le plus anti-ravalo possible. Franchement, avec une bavure de ce genre, vos écrits ne peuvent avoir aucun crédit.
D'ailleurs, ils sont si conventionnels et pathétiques de naïveté, qu'on se demande si vous êtes un adolescent retardé ou un vieillard précoce ; mais je ne vous chargerez pas plus, j'ai le sens de la pitié.

Je ne suis franchement pas un pro-Ravalo, et cela n'a jamais fait de moi un pro-Rajoelina.
Mais franchement, le piège que projetait Rajoelina pour arrêter Ravalo était tellement lâche et fourbe que nombre de personnes telles que moi accordent une sympathie de fait à Ravalo.

Je ne peux que rire en pensant au piège raté de Rajoelina. C'était bien "huilé", mais son impatience, celle qui le caractérise et qui le fera tomber un jour lui a joué un tour ; en effet, en patientant 17 minutes de plus, l'avion aurait atteint son point de non retour et aurait été obligé d’atterrir à Morondava, ou sur un autre aérodrome autre que celui d'Antananarivo.

14.Posté par Gajik le 23/01/2012 20:34

Gilles d'Alest, vous dites vraiment des sornettes, ou bien vous mentez effrontément comme l'ex président voyou à qui vous portez désormais toute votre estime !

où avez vous lu que je disais que Madagate était à la solde de Ravalo, alors que depuis que je m'exprime sur ce site les ravalomaniaques du GTT - Collectif and Co me taxent de répéter bêtement les mots de Jeannot Ramambazafy et d'être un crétin borné incapable de réfléchir par moi même et sans doute qui est payé par Rajoelina comme d'autres le sont par Ravalo ! .... ?

Pour votre info, vous avez aussi la VERITE dont est issu Rolly Mercia alias Rahajason qui est le Ministre de la Communication actuel, qui soutient tout aussi catégoriquement que Madagate le changement démocratique initié par le mouvement Orange de Rajoelina. Dans une moindre mesure, l'Express, la Gazette et les Nouvelles, soutiennent de façon plus critique tout ce qui va dans le sens d'une démocratisation du pays et adhèrent au principe admis par la majorité des Malgaches de la délinquance de Ravalomanana.

Je vous prie donc d'apprendre à lire avec attention les posts avant de dire n'importe quoi. Merci.

Quant à mon âge, si çà peut avoir un quelconque intérêt pour vous, d'après le choix binaire donc très limité que vous m'offrez, je suis plutôt en chemin vers le vieillard précoce, mais être vieux est loin de signifier qu'on soit sénile, contrairement à vous qui ne savez pas lire alors qu'apparemment pour écrire des sottises, çà vous savez le faire, et même bien.

Si vous êtes honnête, je vous prie de me répondre publiquement :

où ai-je écrit que Madagate serait à la solde de Ravalo ? alors que j'ai le plus profond respect pour le combat engagé de ce journal en ligne pour la démocratisation de Madagascar.

Si vous ne le savez déjà, J. Ramambazafy a été, avant 2002, victime de Ratsiraka puis a cru, comme de nombreux Malgaches, à Ravalo et a soutenu contre Ratsiraka cet espoir de changement qui s'annonçait en 2002.
Ce journaliste sait donc mieux que quiconque de quoi il parle car il a été aux premières loges pour dénoncer les dérives graves du président pdg qui est dans votre estime désormais, à cause du déroutement de son avion, ce que vous appelez un "piège".
Le combat de Jeannot Ramambazafy en faveur du changement pourrait tout à fait devenir un combat contre Rajoelina si celui-ci dérivait de son objectif de changer Madagascar en profondeur. Il n'est pas un courtisan prêt à toutes les compromissions et mensonges les plus flagrants envers Rajoelina, comme peut l'être le laquais- jounaleux Rajaofera de Midi par exemple pour Ravalomanana.

Vous ne ferez croire à personne que votre amour soudain pour l'ex dictateur homme d'affaires date d'hier, c'est d'un ridicule absolu. Ou alors vous n'avez aucune analyse politique sur la situation. Vous étiez déjà forcément convaincu envers Ravalomanana et votre post n'est qu'une ruse pour tenter de démontrer aux lecteurs que l'acte du Gvt Malgache d'arrêter l'ex dictateur est d'une telle gravité qu'il peut vous avoir fait changer d'avis? C'est que votre avis change avec peu de choses. Mes convictions personnelles ne sont heureusement pas aussi volatiles que les vôtres, cher Gilles, malgré mon gâtisme supposé !

Quant à vos insultes sur ma naïveté, je vous prie de les garder pour d'autres forum style Sobika ou d'autres où on en est friands lorsqu'on refuse le débat de fond. Quant à ma personne supposée qui n'est ici représentée que par ce misérable pseudo de Gajik, tout le monde s'en contrefiche et moi le premier, car j'ai une VIE en dehors de tapoter sur un ordi. Je ne suis pas là à perdre du temps pour me défouler. Je suis là pour partager si possible des idées et tenter d'en échanger. A bon entendeur salut.
Et merci pour les insultes qui ne peuvent que desservir votre argumentaire bien léger..

15.Posté par Gilles d''''Alest le 23/01/2012 21:21

@Gajik
Oops !
Je suis navré et vous présente toutes mes excuses !
Je comprends votre réaction.
Je vous dois une explication ; j'étais sur plusieurs posts à la fois, et ce que j'ai écrit ne vous était pas destiné ; là est le danger de la manip Crtl+c suivi de Crtl+v ! Le point commun entre le post auquel je voulais répondre sur un autre site (genre Sobika) , et le vôtre, était Madagate.

Par ailleurs, si je ne partage pas du tout vos points de vue sur ce qui se passe à Madagascar ou sur Madagate, je les trouve pertinents, et on y sent effectivement l'envie de partager si possible des idées et tenter d'en échanger.

Encore une fois, je suis désolé et vous prie d'accepter mes excuses.

16.Posté par Gajik le 23/01/2012 22:15

Gilles d'Alest, excuses naturellement acceptées. Je vous en remercie.

C'était plus gênant pour vous que pour moi, de toutes façons, parce que la mise en cause des gens sur leur âge ou sur leur santé mentale n'est pas un argumentaire très pertinent et ne fait pas beaucoup avancer le débat. Cà concerne plutôt notre besoin de défoulement. Nous avons tous tendance à la parano sur ces forum, car c'est frustrant d'avoir face à soi des gens soit de mauvaise foi, soit insultants et injustes qui, dans un véritable débat public n'oseraient jamais vous maltraiter ainsi.
Je ne me sens jamais visé personnellement, par quelqu'un du forum, car nous ne nous connaissons pas et personne ne peut s'octroyer le don de divination quant à la véritable nature du contradicteur. Il faut faire toujours l'effort de faire abstraction de la personne réelle de celui qui écrit pour ne s'attarder que sur les idées et les infos. Bien cordialement à vous.

17.Posté par Gilles d''''''''Alest le 23/01/2012 22:37

@Gajik
Merci pour votre compréhension, et vous remercie pour vos remarques.
Ce sera toujours un plaisir de vous lire.

18.Posté par Borg le 29/01/2012 08:58

@ Mr Gilles d'Alest! Pour exécuter une décision judiciaire(condamnation de Ra8), il n'est pas besoins de monter un piège, Monsieur, par ce que le jugement en question est pris au nom du peuple malagasy.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >