Société

Le puits du Baril définitivement fermé : La présence chronique d'herbicide en cause

Jeudi 9 Novembre 2017 - 16:42

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Présence chronique d'herbicide dans l’eau du puits du Baril à Saint-Philippe. Un peu de glyphosate en dessous du seuil de tolérance, mais surtout des dépassements fréquents de métribuzine et de métolachlore. Deux molécules d'herbicide dont la deuxième est interdite depuis 2003 et remplacée par le S-métolachlore. La CASUD a décidé en juin dernier d’abandonner définitivement l’exploitation du puits du Baril situé sur la commune de Saint-Philippe.

Le site permettait une alimentation en eau de la commune à hauteur de 65m3/heure et 400m3/jour jusqu’en fin 2003 où son exploitation a été stoppée en raison d'herbicide en concentration hors norme. Le puits du Barils de faible profondeur - 30 m - se situe à proximité du littoral dans une zone où la canne est cultivée. Malgré les nombreux échanges visant à sensibiliser les planteurs sur l’utilisation des pesticides, les résultats des analyses menées en partenariat avec l’ARS jusqu’en 2016 sont sans appel. "La contamination de l’aquifère par des pesticides n’a pas diminué et au contraire semble à présent, s’accentuer et dépasser systématiquement les seuils de tolérance de concentration des molécules indésirables ", écrit la CASUD dans l’extrait du procès verbal des délibérations du conseil communautaire de juin dernier. 

390 000 euros auraient été nécessaires à la mise en place d’un dispositif de traitement de la pollution auxquels se sont ajoutées "des difficultés de maîtrise foncière du périmètre de protection du puits".

Pour faire face aux besoins en eau de la commune, la CASUD planche sur un projet de nouveau forage d’eau potable à Takamaka.
NP
Lu 2847 fois



1.Posté par poison le 09/11/2017 17:22

"Malgré les nombreux échanges visant à sensibiliser les planteurs sur l’utilisation des pesticides"
blabla
"on" a laissé empoisonner l'eau est plus justement dit
et c'est pas la seule commune

2.Posté par DOGOUNET le 09/11/2017 18:38

PAGRAV car dans le grand sud, ça fait longtemps qu'ils carburent à la bibine de la bout'hic.

3.Posté par GIRONDIN le 09/11/2017 20:24

St Philippe n'a pas de change: le maire, le superbe,....

4.Posté par TICOQ le 09/11/2017 22:54

notre sucre de canne est le meilleur du monde !!! mouaaaaahhhhhhahahahahahhah

5.Posté par justedubonsens le 10/11/2017 14:06

Et pas d'enquête concernant cet usage de pesticide interdit depuis près de 15 ans ? Comment cet abruti de planteur qui en use se fournit-il ? Non on préfère investir dans de nouvelles exploitations au détriment des contribuables plutôt que chercher le ou les coupables ! Enfoirés qui sont sans doute les plus gros consommateurs de flotte qu'ils puisent sans vergogne et qui pleurent parce "kil gagn pas lo" !!! les pleureuses ont encore quelques beaux jours devant eux mais la fin des quotas sonne le glas !

6.Posté par EMPOISONNEURS et COMPLICES le 11/11/2017 10:07

"Présence chronique d'herbicide dans l’eau du puits du Baril à Saint-Philippe. Un peu de glyphosate en dessous du seuil de tolérance, mais surtout des dépassements fréquents de métribuzine et de métolachlore. Deux molécules d'herbicide dont la deuxième est interdite depuis 2003 et remplacée par le S-métolachlore. La CASUD a décidé en juin dernier d’abandonner définitivement l’exploitation du puits du Baril situé sur la commune de Saint-Philippe."

Posts 1 et 5: tout à fait d'accord.

Non seulement la commune et la CASUD sont responsables d'avoir laissé exploiter de l'eau malsaine et même empoisonnée (même si selon le baratin habituel, ou nous parle parfois de "seuils" , ha ha ha ha ha ha ha: un poison pour la santé reste un poison pour la santé, même à petite dose, mais en plus, aucune enquête sur les COUPABLES d'EMPOISONNEMENT (agriculteurs).

Et la Justice, personne ne lui demande d'agir ni à la police ou la gendarmerie d'enquêter?

Je rappelle quand même qu'il y a EMPOISONNEMENT au sens légal (utilisation d'herbicides au dessus des seuils et utilisation d'un produit interdit).

Vous attendez quoi?

A quand un ou une habitante de Saint-Philippe pour porter plainte?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter