Océan Indien

Le premier tour de la présidentielle malgache s'est bien déroulé dans l'ensemble, selon la COI

Jeudi 7 Novembre 2013 - 17:48

La COI (Commission de l'Océan Indien) a livré son rapport final de mission d'observation sur le premier tour de la présidentielle malgache. Pour l'organisation, ce scrutin s'est relativement bien déroulé, malgré quelques accrocs. Elle appelle à la responsabilité de chacun lors du second tour de cette présidentielle, qui se déroulera en décembre prochain.


Le premier tour de la présidentielle malgache s'est bien déroulé dans l'ensemble, selon la COI
"La mission d’observation constitue une phase décisive de cet accompagnement car elle contribue à la consolidation du processus démocratique à Madagascar. La mission, constituée de 20 délégués provenant des pays membres de la COI, a été déployée dans 220 bureaux de vote dans Antananarivo et sa périphérie sous la direction de l’Ambassadeur Claude Morel, diplomate seychellois, chef du Bureau de liaison de la COI à Madagascar et de la Chargée de mission de la COI, Fatoumia Bazi.

Une phase d’observation s’est déroulée le Jeudi 24 octobre 2013. Les équipes constituées de deux membres ont effectué des visites de terrain pour identifier les emplacements des centres et bureaux de vote et pour s’assurer que le matériel électoral est bel et bien en place comme exigé par la CENI-T.

Ces visites de reconnaissance et de repérage visent à procéder à une meilleure planification de la stratégie d’observations du scrutin.

Le vendredi 25 Octobre 2013, jour du scrutin, très tôt le matin, les différentes équipes se sont rendues dans leur circonscription électorale pour procéder à l’observation du processus.

De l’analyse des rapports d’observation ressortent les constats suivants :

• en grande majorité, les bureaux de vote ont ouvert

• les bureaux de vote étaient au complet

• les membres des bureaux ont travaillé avec efficacité

• le respect des règlements et des procédures

• le matériel électoral et les textes règlementant

• les électeurs ont exercé leur droit librement dans

• aucune plainte de nature à perturber les résultats

• aucun incident majeur pouvant aboutir à des violences

• aucun cas de pratique frauduleuse n’a été observé à 6 heures du matin, comme exigé par la législation et dévouement a été observé le processus électoral étaient disponibles un climat de paix et de sérénité de scrutin n’a été enregistrée ou confrontations n’a été observé ou signalé ou rapporté


Quelques incidents et irrégularités à signaler :

• beaucoup de citoyens n’ont pas pu exercer leur droit de vote, faute de carte d’électeur ou de carte d’identité nationale certains électeurs, bien que munis de leur carte d’électeur, ne figuraient pas sur la liste électorale du bureau de vote où ils se sont présentés.

• quelques bureaux de vote n’ont pas pu fermer à l’heure stipulée par les textes, ce à cause de malentendus dus à des erreurs d’appréciation et d’information relatives à l’heure de la clôture du scrutin. Cela a contribué à créer une confusion, mais tout est rentré dans l’ordre.

• le dépouillement du scrutin et le comptage des voix se sont déroulés dans un réel vacarme, phénomène auquel certains observateurs n’étaient pas habitués.

Tous les efforts de la CENI-T s’inscrivent dans un souci de facilitation du processus électoral pour mener à bonne fin la sortie de crise et le retour à l’ordre constitutionnel à Madagascar.

Commentaires et observations générales :

• La présence des observateurs à été généralement bien accueillie dans les centres et bureaux de vote.

• Le choix de l’utilisation d’un bulletin unique constitue une bonne décision.

• La présence des délégués des candidats et des observateurs a contribué a donner plus de crédibilité au scrutin.

Suggestions et recommandations :

Suite aux manquements et irrégularités constatés lors du déroulement du scrutin, des mesures doivent être prises pour :

• une meilleure distribution des cartes d’électeur afin d’éviter la frustration de certains électeurs, situation pouvant engendrer des débordements.

• procéder à une large mobilisation et sensibilisation pour convaincre les indécis ou abstentionnistes du 1er de voter au 2e tour.

• permettre une sécurisation des centres et bureaux de vote pour que le dépouillement et le comptage des voix puisse avoir lieu dans l’ordre et la discipline.

• qu’une nette distinction soit faite entre le rôle du chef de quartier et les fonctions du président du bureau de vote afin que l’autorité soit établie et respectée.

• faciliter le circuit électoral à l’intérieur des bureaux de vote.

• encourager la présence discrète des forces de sécurité à proximité des bureaux de vote.

• assurer un maximum de luminosité lors du dépouillement du scrutin: plus de lampes.

• libérer les salles de classe dans les écoles un jour avant pour permettre l’aménagement des bureaux de vote.

• organiser une meilleure tenue des élections couplées du 20 décembre 2013. Les bureaux de vote devront procéder à de nouveaux aménagements avec plus d’isoloirs et d’urnes.

• que les urnes remplies soient scellées au fur et à mesure et à la fin du scrutin.

• une meilleure formation des fonctionnaires électoraux et des membres des bureaux de vote de manière à renforcer leurs capacités.

• une éducation civique, citoyenne, permettant de conduire un respect de toutes les étapes du scrutin.

Les recommandations qui suivent pourraient contribuer à créer un climat politique de paix et améliorer le déroulement des prochaines échéances électorales. A cet égard, la COI :

• exhorte toutes les parties d’accepter les résultats des urnes comme l’expression ultime de la volonté populaire malgache

• souhaite que les délais constitutionnels et légaux pour l’annonce des résultats provisoires et la proclamation des résultats définitifs soient respectés.

• souhaite que les dirigeants politiques et l’électorat fassent preuve de grandeur et de maturité démocratique pour éviter les dérapages ou succomber à la tentation des confrontations et de conflits.

• souhaite que la CENI-T et la CES aient la même perception et la même lecture des textes électoraux afin d’éviter des divergences qui pourraient entraver le processus électoral.

• encourage tous les acteurs politiques à adhérer aux règlements et à trouver une méthodologie légale et pratique pour gérer d’éventuels contentieux et que les intérêts supérieurs du peuple malgache prévalent.

• sensibiliser les électeurs détenteurs de carte d’électeur et figurant sur la liste électorale qui n’ont pas voté au 1erd’aller exercer leurs droits lors du 2e tour des élections couplées.

Considérations générales :

Après une analyse globale de la situation pré-électorale à Madagascar et vu le déroulement du 1er tour des élections, la COI :

• salue le comportement exemplaire du peuple malgache qui a voté librement dans la paix, la sérénité et la dignité.

• rend hommage à la CENI-T pour la préparation et la conduite du 1er tour avec professionnalisme et intégrité

• exprime toute sa satisfaction aux Hautes autorités de la Transition et tous les acteurs politiques pour avoir contribué à créer un climat politique apaisé.

• apprécie hautement les réunions de travail et d’information organisées d’une part entre la CENI-T et les Institutions de la communauté internationale représentés à Madagascar, et d’autre part entre les différentes Institutions internationales.

La COI considère le 1er tour des élections présidentielles, qui a eu lieu le 25 octobre 2013 comme libre, transparent, juste, en dépit de quelques incidents qui n’entravent en rien la crédibilité du scrutin.

Conclusions :

La journée du 25 octobre 2013 constitue une étape importante pour l’effort de sortie de crise de la nation malgache.

Dans l’ensemble, le scrutin s’est déroulé dans la paix et l’électorat a pu exercer son droit librement. La COI, en participant pleinement aux efforts de la communauté internationale pour trouver une solution à la crise malgache, a joué depuis 2009, et de façon croissante, un rôle constructif et dynamique, agissant comme relais de proximité auprès des parties prenantes dans la crise malgache.

Conformément au mandat qui lui a été fixé en 2005 lors du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement pour appuyer "la stabilité régionale et la présence de l’organisation au plan régional et international, notamment l’accroissement de la médiation diplomatique et la participation au règlement des crises nationales et internationales", la COI a agi tout au long de la crise pour une solution nationale malgache, respectueuse de droit et de l’esprit des lois.

La COI suit de près l’évolution de la période post-scrutin et souhaite que le 2e tour puisse se dérouler dans les meilleures conditions possibles."
.
Lu 474 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >