MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le prédicat, remède indispensable et urgent


- Publié le Vendredi 20 Janvier 2017 à 11:30 | Lu 4430 fois

Le prédicat, remède indispensable et urgent
Mon épouse qui a entendu pour la première fois ce mot pendant qu’elle faisait la vaisselle m’a demandé à quelle maladie servait ce médicament. Je lui ai alors expliqué que c’en est peut-être un, mais qu’il ne concernait pas notre famille mais seulement les surdoués.
En effet, pour qu’ils arrivent au bac à onze, douze ou exceptionnellement quatorze ans, dès que les enseignants des maternelles les ont identifiés, ils les font passer au collège. En conséquence tout ce qu’on enseigne au primaire leur échappe et je lui cité le cas de M. Orphée.

Je n’ai pas eu ce désagrément. Après avoir redoublé seulement le CP, j’avais toujours le niveau suffisant pour compléter l’effectif de la classe supérieure qui, lui, ne l’était pas. Aussi, j’ai eu le temps, à force de l’entendre, d’apprendre ce que sont les divers compléments et autres banalités. Dorénavant, les enfants du primaire seront traités au prédicat pour qu’ils arrivent en bonne santé en cinquième où les surdoués les rejoindront.

En attendant que le traitement porte ses fruits, je propose un cours de rattrapage.

Un verbe peut avoir un complément, COD ou COI. Mais un nom peut aussi en avoir un. Exemples : un sac de pommes vertes. De pommes vertes complète le nom sac. Vertes est au féminin pluriel car s’accordant avec pommes et non sac. Le sac n’est pas vert. Exercice pour nos présentateurs météo : une masse d’air sec ou sèche ? Allez, vite ! Levez vos ardoises !

Maintenant le pronom relatif qui.
Le maire de St Etienne du Rouvray, comme beaucoup d’autres surdoués, a dit  « Nous sommes de ceux qui pensons… ». Est-ce bon ? Non car le sujet de « pensons » n’est pas « nous » mais « qui ». Le pronom relatif qui remplace l’antécédent « ceux », ensemble plus vaste que l’ensemble « nous ». On doit donc dire « Nous sommes de ceux qui pensent ».
Troisième et dernier exercice pour aujourd’hui destiné aux surdoués des routes.
Dans la nationale un, un est un cardinal employé comme ordinal. Si les adjectifs ordinaux s’accordent (premier, première..), l’adjectif cardinal « un » employé comme ordinal ne s’accorde pas (nationale un et non une..). Le Larousse donne comme exemple « page un ». Oui, c’est compliqué. Dans ce cas, restez discret et parlez comme tout le monde.
Pour la prochaine fois, en dix lignes justifiez pourquoi l’expression « outre-mer » ne peut jamais être au pluriel.

Jr BOYER




1.Posté par Zarin le 20/01/2017 12:02

Prédicat (programmation)

Le prédicat en programmation est une partie de la méthode d'analyse conceptuelle (Merise) qui simplifie les jointures dans les requêtes SQL faites sur des bases de données.

Cette méthode graphique permet de générer des algorithmes de jointures à partir d'un modèle logique des données.

Le prédicat est une base fondamentale des systèmes de gestion de base de données objet.

Wikipédia

2.Posté par Zarin le 20/01/2017 12:06

Je suis retraité, maintenant je fais "ma vaisselle" !

3.Posté par Pif le yinch le 20/01/2017 16:51

Quand on apprend une langue étrangère, on a recours à la linguistique pour expliquer la construction de la phrase.
Déjà 25 ans en arrière, ce mot "prédicat" était utilisé à la place de "COD", "COI". Preuve que c'est loin d'être une nouveauté.
On pouvait même entendre parler de "syntagme prédicatif".

Quand on demande à un gamin "qu'est-ce que tu manges", il répond "un bonbon". Quand on a lui demande à qui il a donné son jouet, il répond "à mon pote Pif". Il utilise des COD et des COI sans en connaître le nom, mais dans son esprit il a parfaitement compris la distinction entre les 2.
Déjà pour pouvoir comprendre un cours de grammaire ou de linguistique, on doit avoir acquis des principes de grammaire ou de linguistique !

"LES outre-mer", c'est simplement une abréviation de "les départements et territoires d'outre-mer". C'est peut-être pas correct grammaticalement (ou linguistiquement), mais c'est populaire. C'est l'usage pratique qu'on fait d'une langue qui détermine son évolution.

Les étrangers qui apprennent le Français doivent devenir fou quand ils réalisent l'écart entre la langue orale et la langue écrite. On ne dit plus "je suis" ou "je t'ai", mais "chuis" ou "chtai".
Qui utilise, à l'oral, le passé simple, le subjonctif passé, le participe présent ?

4.Posté par PATRICK CEVENNES le 20/01/2017 17:03

fukcd473
Qui ose citer la méthode Merise !
- Méthode Éprouvée pour Retarder Indéfiniment la Sortie des Études (Pdr !)
- Méthode pour Rassembler les Idées Sans Efforts (Mdr !)

Voilà pour quoi la Maison des didacticiens de France, de Navarre, des Outre-mer se lance dans l'apprentissage du Prédicat en grammaire ! Mdr !

5.Posté par PATRICK CEVENNES le 20/01/2017 17:12

fukcd473
Sinon à la question posée par le rédacteur.
Je pense que c'est une "connerie" du style : "là-bas, au-delà de l'horizon, un océan et une ile, la Réunion" par exemple.

Mais pour notre professionnel de la politique, autoritaire de surcroit, et se prenant des baffes, je cite Manolito, il pourrait écrire Outre-mers, puisque pour cet analphabète l'ile de la Réunion si situe dans l'Océan pacifique ! Mdr !

6.Posté par klod le 20/01/2017 19:31

trop simplifier , comme les simplistes à la trump ou autres est ridicule ............... drôle d'époque !

7.Posté par Choupette le 20/01/2017 19:51

Si vous voulez parler français, écoutez juste ze radio :

une voiture de couleur blanc ... .

les outre-mers ... .

8.Posté par Pif le yinch le 20/01/2017 22:49

Après, si on veut pinailler encore et encore sur la langue française, on peut aussi dire que "vive les vacances" est grammaticalement faux.
Puisque "vive" est l'abréviation de "que vive".
Donc, puisque "les vacances" est pluriel, il faudrait écrire "vivent les vacances" ( = "que vivent les vacances").
En même temps, les vacances, ça vit pas ...

9.Posté par Samwinsa le 20/01/2017 22:57 (depuis mobile)

Continue fé croire marmay tout lé facile et mand à zot pokwé la société i dégrade. La vie lé dure, c''est pas un télé réalité. I empêche à zot comprendre l''importance travay ek l''effort. Lé pas bon.

10.Posté par Samwinsa le 20/01/2017 23:00 (depuis mobile)

Bann na i vé 80% i giny le bac...ben, kan la plupart i travail pas, zot lé obligé donner... Les mêmes bacheliers i perd à zot l'université aprésa.

11.Posté par Kayam le 21/01/2017 00:43

C un truc de ouf (fou) toutes ces réformes. Bientôt comme épreuve facultative : Les SMS ou les toms (mots) en verlan (à l’envers) :

« J’m’trai nieb nu pouc de iep dan le mennérvegou qui viende chelou. Y sont menvrai relou… Vaimau zikmu .. Y vont pas m’pécho…»

Relou : si mi kompren c « loure » dans le langaz dé zado … pass’ enkor pou le son mé lékri : LOURE au lieu de LOURD !

Le français a encore de beaux jours d’écriture ortho-parlée devant elle !

Les jeunes la prédit nimporte kwé et le cas lé vrémen… komen dire ? pétèt pa dézespéré mé assé … heu… interrogatif ??

Vive la nouveauté ! Si ministèr y wa ke lé méyèr, fé roulé ! Et tout’façon mi gainll’ra pa défen'n---- A ou, ou va gainllé ou ?

12.Posté par Zeb BULO le 21/01/2017 10:06

3.Posté par Pif le yinch le 20/01/2017 16:51
Je suis un vieux de la vieille, mais je n'ai pas souvenir de cette leçon de grammaire, rire.

Je m'imagine les bambins dans la classe et l'enseignant(e) dire : "aujourd'hui, nous allons apprendre ce qu'est le "syntagme prédicatif", ouvrez vos cahiers !" L'enseignant(e) devra s'armer de cachets d'aspirine pour en faire une distribution gratuite.

13.Posté par Zarin le 21/01/2017 10:13

La pensée de Rudolf Steiner au sujet de la France,
sa langue, sa culture, son âme.

http://jf.bizzart.biz/pdf/PRASF.pdf

14.Posté par A mon avis le 22/01/2017 19:00

Au lieu d'exposer avec prétention le contenu de votre livre de grammaire, vous seriez mieux inspiré de faire la vaisselle à la place de votre femme qui pourrait alors apprendre l'orthographe !

15.Posté par Edul CORE le 23/01/2017 17:04

A mon avis
Le rédacteur de ce courrier a voulu faire de l'humour mais il n'a pas pensé qu'il pourrait déplaire à ceux qui sont visés tant à Antenne pour la météo qu'à Réunion première pour la route. Si vous êtes concerné vous avez raison de sortir votre agressivité.

16.Posté par jr BOYER le 25/01/2017 17:07

A post 14 A mon avis

Quand vous grimpez au cocotier, assurez- vous d'avoir les fesses propres.

Dans Post 27 relatif à M. ORPHEE vous écrivez:

L'arroseur arrosé.

Pierrot vous écrivez:
"Mais si la députée de l'Ouest semble avoir fait des progrès, je pencherai (et vous soulignez la faute),
plutôt pour un changement..."

Grammaticalement parlant, "je pencherais" plutôt pour le conditionnel.

Quand vous ne connaissez pas votre grammaire, évitez les remarques désobligeantes et surtout ne donnez pas de leçons.

Je constate que vous êtes aussi un surdoué qui a sauté les primaires et que mon courrier vous vise.


Comme j'ai encore mon livre de grammaire je vais vous donner une leçon particulière;

LORSQUE LE VERBE DE LA CONDITION EST AU PRESENT, LE VERBE DE LA PRINCIPALE EST AU FUTUR SIMPLE.
Ex: si la députée semble.(CONDITION)...je pencherai.

Par contre

LORSQUE LE VERBE DE LA CONDITION EST A L'IMPARFAIT , LE VERBE DE LA PRINCIPALE EST AU CONDITIONNEL.
Ex. Si la députée semblait faire des progrès, je pencherais.

Pierrot, sac ou la fait lé bien bon.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes