Société

Le pont suspendu de la rivière de l'Est devient le 18e monument classé historique à La Réunion

Mercredi 23 Mai 2018 - 11:06

Photo : Wikipédia - Auteur : MOSSOT
Photo : Wikipédia - Auteur : MOSSOT
Inscrit au titre des monuments historiques depuis 2014 par arrêté préfectoral, le pont de la rivière de l'Est devient officiellement le 18ème monument classé historique à La Réunion, qui compte au total 187 monuments historiques.

La commission régionale du patrimoine et des sites ayant émis un vœu de classement, le dossier a été présenté devant la commission nationale des monuments historiques à Paris, indique la Préfecture.

L'arrêté ministériel de classement, signé le 7 mai 2018, reconnaît l'intérêt public à la conservation de cet édifice de la fin du XIXe siècle, considéré comme un remarquable témoignage des réalisations de l'entreprise Arnodin, par son élégance architecturale et ses caractéristiques techniques. 

Le pont suspendu de la rivière de l'Est situé à l’entrée nord de la commune de Sainte-Rose, propriétaire de l’ouvrage d’art, a été ouvert à la circulation en 1894. La rivière de l'Est, séparant les communes de Sainte-Rose et Saint-Benoît, constituait avant l'établissement du pont un obstacle difficilement franchissable pour la circulation. Plusieurs tentatives de constructions se succèdent à partir de 1840 mais les variations du niveau de la rivière emportent les ouvrages.

Un premier projet de pont suspendu est envisagé en 1862 par l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, Pierre-Joseph Bonnin, qui a également dirigé les travaux du port de Saint-Pierre. Les pylônes en maçonnerie sont construits en 1866 (rive droite) et 1889 (rive gauche). Une passerelle suspendue permettait alors le passage des piétons.

En 1891, le projet de pont suspendu de l'ingénieur Ferdinand Arnodin, constructeur à Chateauneuf sur Loire, est retenu. Cet industriel, spécialiste des ponts à câbles, est également l'inventeur des ponts transbordeurs (tel le pont de Rochefort en Charente-Maritime, classé monument historique). Pour franchir la rivière de l'Est, il propose un pont suspendu à 42 m au-dessus du cours d'eau et situé à 3,5 km du rivage. Le tablier long de 147,9 m s'appuie sur les piles déjà construites. Large de 5,3 m le pont permet le passage des véhicules sur une voie charretière de 4,7 m de large, bordée de trottoirs pour les piétons.

Les pièces métalliques sont fabriquées dans les ateliers de l'entreprise Arnodin et numérotées, puis acheminées à La Réunion en bateau depuis Le Havre. L'ensemble, suspendu grâce à douze câbles paraboliques et vingt câbles obliques de rigidité, est assemblé sous la direction de Georges Arnodin, fils du constructeur. Le nouveau pont suspendu est inauguré en décembre 1893 et entre en service l'année suivante.

Site touristique majeur, l’actuel pont suspendu de la rivière de l’Est n’est plus utilisé depuis 1979 par les véhicules. Pour répondre aux normes de sécurité, un deuxième pont dédié aux voitures et parallèle au pont suspendu remplace celui-ci. 
A.D
Lu 8434 fois



1.Posté par RÉUNIONNAIS le 23/05/2018 11:24 (depuis mobile)

A ce rythme il faudra attende l an 3 000 pour classer les autres monuments historiques recensés.

2.Posté par Gerard le 23/05/2018 11:27

chic au moins la région va pouvoir dépensé notre argent pour le rénover afin que des personnes puissent se suicider tranquille

3.Posté par doudou60 le 23/05/2018 09:48

Maintenant, reste a savoir qui va réaliser les travaux de rénovation ? Quelle commune ? Car à mon dernier passage, interdit aux piétons. Une guerre entre deux communes le laisse pourrir.

4.Posté par Jp POPAUL54 le 23/05/2018 11:49

A quand sa réouverture au public ?

5.Posté par bof! le 23/05/2018 12:53

Et alors , les élus se foutent complètement du patrimoine bâti de la Réunion, rien ne vaut une bonne et belle case classée qui brule , ça fait de l'espace à rebâtir pour les potes ( voire la famille) qui bossent dans l'immobilier.
ce n'est pas le classement du pont qui les obligera à dépenser un euro pour le remettre en état!

6.Posté par kersauson de (p.) le 23/05/2018 11:22

mdr
alors qu'il est URGENT de le détruire. .
Il remonterait aux légions romaines ayant envahi notre île en 33 après JC..

7.Posté par noe le 23/05/2018 17:49

Et quel est son classement au nombre de suicides ?

8.Posté par klod le 23/05/2018 19:24

c'est bien mais une question pragmatique : ""A quand sa réouverture au public ?" comme dit post 4 ......... ça c'est du concret !

9.Posté par Marie le 23/05/2018 21:15

oui et alors......! on a pas mieux et plus urgent à faire????

10.Posté par Yab le 23/05/2018 21:28 (depuis mobile)

Pourquoi avoir demandé le classement pour laisser ce bel ouvrage pourrir ? Il vaut mieux avoir quelque chose d''utile et bien non classée , qu''1 tas de mer.e inutile classé au patrimoine mondial .

11.Posté par Pamphlétaire le 24/05/2018 02:22

L'ENTRÉE EN RÉSONANCE DES INFRASTRUCTURES

L'épisode de la Basse-Chaîne aura quand même servi d'exemple puisque désormais il est inscrit dans tous les règlements militaires qu'une armée ne peut pas marcher au pas sur un pont : "Sur les ponts on ne marche jamais en cadence".

12.Posté par lecteur attentif le 24/05/2018 07:02

Le classement en monument historique de cet ouvrage industriel remarquable, conçu, fabriqué et monté intégralement par une entreprise métropolitaine qui existe toujours, est une excellente chose au point de vue mémoriel ....

Souhaitons qu'à l'issue de sa réfections, ce lieu ne soit pas l'emblème de tous les futurs suicidés que compte notre île !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >