Société

Le point chaud sous le volcan de la Réunion à l'origine de l'extinction des dinosaures ?

Mardi 6 Mars 2018 - 13:05

Le site Futura Sciences a publié hier un article très intéressant sur notre Piton de la Fournaise.
Sa journaliste Floriane Boyer reprend une publication de Bradley Peters et de ses collègues de la Carnegie Institution for Science de Washington et de la Scripps Institution of Oceanography, en Californie, dans la revue Nature, selon laquelle notre ile est installée au-dessus d'un point chaud, ce que l'on savait déjà.
La nouveauté, c'est qu'on a découvert qu'il prendrait sa source dans une région du manteau datant de la Terre primitive, qui ne se serait pas mélangée correctement avec le reste du manteau. Cette anomalie aurait persisté pendant quatre milliards d'années.
Par ailleurs, et c'est ce que les amateurs de sensationnel retiendront, ce point chaud situé aujourd’hui sous La Réunion était autrefois bien plus actif. Il a formé il y a 66 millions d’années les trapps du Deccan en Inde, évènement qui aurait causé l’extinction des dinosaures conjointement avec l’astéroïde tombé à Chicxulub, au Mexique.
Nous reproduisons l'article de Futura Sciences ci-dessous...


Le point chaud sous le volcan de la Réunion à l'origine de l'extinction des dinosaures ?
Une relique de la Terre primitive se cache sous La Réunion. Cette île volcanique est installée au-dessus d'un point chaud qui, selon des chercheurs, daterait de la prime jeunesse de notre planète. Il serait le reflet d'une anomalie tapie à l'intérieur du manteau qui aurait persisté pendant quatre milliards d'années.

Les points chauds, lieux de remontées de magma au beau milieu des plaques, seraient alimentés par des panaches prenant source dans le manteau inférieur. Or, on observe une différence de composition entre les laves des points chauds et celles issues des volcans de subduction situés à la frontière des plaques. Les points chauds se manifestent donc au-dessus de zones particulières du manteau.
Dans le cas de l'île de La Réunion, le point chaud responsable du volcanisme effusif du Piton de la Fournaise serait encore plus exceptionnel puisqu'il puiserait son magma d'une région du manteau formée 4,39 milliards d'années (Ga) plus tôt et restée isolée depuis. Cette « poche », rescapée de la différenciation de la Terre primitive en couches successives (noyau, manteau, croûte), aurait échappé à l'homogénéisation du manteau et conserverait donc la composition chimique de l'époque.

Les chercheurs ont relevé des valeurs anormales du rapport isotopique des éléments néodyme-142 sur néodyme-144 dans les roches volcaniques de l'île. Elles trahissent l’ancienneté du point chaud de La Réunion. Celui-ci était autrefois situé sous le Piton des Neiges, un volcan aujourd’hui éteint.

La source du point chaud est une hétérogénéité datant de l’Hadéen

C'est en étudiant le rapport isotopique entre le néodyme-142 et le néodyme-144 au sein des roches volcaniques réunionnaises que des chercheurs ont pu déchiffrer la nature du point chaud caché sous l'île. D'après Bradley Peters et ses collègues de la Carnegie Institution for Science de Washington et de la Scripps Institution of Oceanography, en Californie, ce rapport présente des valeurs anormales, indiquant que la composition chimique des laves de ce point chaud correspond à une hétérogénéité du manteau ancienne. Ils ont publié leur analyse dans le journal Nature.

Pendant l'Hadéen, qui court de -4,5 Ga (naissance de la Terre) à -4 Ga, la planète en fusion s'est structurée en couches successives (noyau, manteau, croûte) de composition chimique différente : c'est la différenciation. Les éléments métalliques lourds, comme le fer, ont coulé au centre, tandis que le manteau riche en silicates est resté au-dessus.

Grâce aux mouvements perpétuels des masses rocheuses montant vers la surface, fondant par décompression et retombant vers le centre de la Terre, le manteau s'est homogénéisé. Un phénomène similaire s'observe encore aujourd'hui : des portions du manteau remontent au niveau des dorsales, alors que la croûte plonge dans les zones de subduction. Mais par endroits, des poches datant de l'Hadéen auraient subsisté sans se mélanger avec le reste.

C'est une hétérogénéité de ce type qui alimente le point chaud de La Réunion, comme l'illustre le rapport isotopique du néodyme-142 sur néodyme-144 mesuré dans les roches volcaniques. Les chercheurs précisent que toute différence d'abondance du néodyme-142 par rapport à ses isotopes résulte de modifications de la composition chimique du manteau ayant eu lieu dans un intervalle de 500 millions d'années après la naissance de la Terre.

En effet, le néodyme-142 est le produit stable de la désintégration du samarium-146. Cet élément radioactif à courte durée de vie (103 millions d'années), du moins à l'échelle des temps géologiques, était présent durant sur Terre durant l'Hadéen mais n'existe plus aujourd'hui, s'étant transformé totalement en néodyme. Donc, l'abondance de néodyme-142 ne change pas : elle est relativement la même dans toutes les roches du Globe.

Les résultats isotopiques, appuyés par des expériences en laboratoire et des modélisations, concordent pour montrer que les panaches de magma du point chaud réunionnais puisent dans une poche ancienne restée isolée, dont la composition chimique diffère du reste du manteau. Les chercheurs ont déduit que cette composition particulière serait issue d'un violent épisode de fusion du manteau de la Terre primitive.

Cette recherche éclaire d'une part les connaissances des scientifiques sur les processus géochimiques de la Terre primitive. Elle pourrait également apporter un éclairage sur d'autres anomalies du manteau, en fournissant notamment des indices pouvant expliquer la formation de super-panaches. Ces régions denses à la limite noyau-manteau, aussi appelées large low-shear velocity provinces (des régions où les ondes sismiques de type S se propagent lentement), pourraient aussi être des reliques de période de fusion du manteau primitif.
Pierrot Dupuy
Lu 15373 fois



1.Posté par Samwinsa le 06/03/2018 14:12 (depuis mobile)

Ben!! Et Ti Payet dernier coup la pété la éteint tou la fami Waro.
Ben, puisse mi di aou!! Sé ke lé vré. Ou na just po croire.

2.Posté par vigilance! le 06/03/2018 14:35

et pourtant il reste toujours quelques specimens dans certaines collectivités!.

3.Posté par Santa le 06/03/2018 14:39 (depuis mobile)

Le néodyme 148 dit qu''il n''y a pas eu de météorite mais une inondation l''Arche de Noé si certains crois encore en Dieu

4.Posté par Pamphlétaire le 06/03/2018 14:44

A ressortir le 1er avril....Tout le monde peut se tromper, n'est-ce-pas?

Qui était le premier ?

Des scientifiques en Belgique ont creusé à une profondeur de 10 mètres l’an passé et ils y ont trouvé des morceaux de fils de cuivre. Ils en ont conclu que leurs ancêtres avaient déjà un réseau téléphonique il y a 100 ans de cela.

Ne voulant pas être surpassé par les Belges, une équipe de scientifiques en France a creusé jusqu’à 20 mètres de profondeur. Voici le résultat raconté dans un article du journal, Le (petit) Monde : « Des archéologues Français ont trouvé un fil de cuivre d’il y a 200 ans et ils en ont conclu que leurs ancêtres avaient déjà un réseau de communications très performant 100 ans avant que les Belges l’aient. »

Une semaine plus tard le journal, Le Luxembourger Star publiait ce reportage :

« Jean Randenbourg, un vieux fermier et archéologue autodidacte, habitant dans les Ardennes au Luxembourg, a creusé à une profondeur de 30 mètres dans un vieux champ de blé près de Hosingen au nord du Grand Duché.

« Il n’a rien trouvé du tout. Il en a conclu que le Luxembourg avait le Wifi, (communication sans fil), il y a 300 ans de cela ! »


5.Posté par Et les tyranosaures le 06/03/2018 14:57 (depuis mobile)

Seuls les électeurs libres pourront mettre fin au règne et à l''''''''extinction des tyran nosaures qui sévissent dans les mairies et qui menacent tout employé et adjoint qui n''''''''obéissent pas à leurs ordres .

6.Posté par rito le 06/03/2018 14:59

Les chercheurs devraient porter toute leur attention sur une relique de l'Hadéen toujours actif à la Réunion. J'ai nommé l'ante diluvien noé, jusqu'ici réfractaire au carbone 14, qui a jeté son dévolu sur notre caillou.😆

7.Posté par kersauson de (p.) le 06/03/2018 16:07

a quand un PELERINAGE au volcan
avec mr aubry
pour glorifier cela
et apporter des vivres
ET DES VIERGES
au Dieu Vulcan
avec Petyt Lys d'Amour en sus

8.Posté par DOGOUNET le 06/03/2018 16:24

FAUX ! Ils pavoisent encore les SINI, VIRA, Mr BEAN-peï, DINEDAR, CASSE-NOISETTES... et même de plus jeunes tels que le pélerin de St Leu !

9.Posté par miro le 06/03/2018 16:26

en voila des nouvelles incroyables ! j'n tombe sur le c..l .

10.Posté par MalbarDentelle le 06/03/2018 16:28

Un petit vers l'article orignal aurait été sympa ^^

11.Posté par Maloki le 06/03/2018 16:33

Pas besoin de lire cette revue pour savoir que le point chaud de la Réunion est celui qui a été à l'origine de la fin des dinosaures. Il suffit d'aller à la cité du volcan et de s'arrêter devant les machins interactifs qui l'expliquent très bien.
On ressort de là en se disant, ah ouais !! quand même, c'est d'ici que tout est parti !!! et notamment l'Inde qui se trouvait au dessus de ce point chaud, qui a été dégagé vers le nord, puis création des Maldives, Chagos, Maurice, elles mêmes repoussées par le point chaud, vers le nord puis pour finir création de la Réunion.... nous sommes au dessus ! attention à nos fesses.

12.Posté par Biensir le 06/03/2018 16:42 (depuis mobile)

Ui bien sûr 974 pli belle île o monde
Route casse
Embouteillages
Saleté partout

13.Posté par G. Courbet le 06/03/2018 16:44

moi aussi j'ai un gros point chaud. Je pense qu'il pourrait être à l'origine du monde.

14.Posté par klod le 06/03/2018 17:45

zot la pas vu mon carriole bourique par le fait , prés du "point chaud" ?

15.Posté par TICOQ le 06/03/2018 18:04

Les dinosaures existent bel et bien à la Réunion, ils dirigent encore quelques communes.....

16.Posté par Govin09 le 06/03/2018 18:04 (depuis mobile)

@biensir: 974 plus belle île au monde. Ben oui c''est vrai. Tous les étrangers le disent. Pour ce qui est de la saleté, des routes cassées, embouteillages.... Ça c''est la fautes des habitants. Et ça ne change en rien la beauté de l''île.

17.Posté par Govin09 le 06/03/2018 18:06 (depuis mobile)

Après si, ça degrade un peu sa beauté mais simplement, la saleté, elle est créer par les habitants. Et elle est présente dans tous les pays et îles. Au lieu de cracher du venin pour rien, faut se remettre en question en tant qu'humain.

18.Posté par SPARTACUS974 le 06/03/2018 18:42

Selon les dernières infos,le point chaud serait situé à st Jacques dans le chef lieu.Heureusement,la police a fermé ce point chaud qui risquait de mettre le feu au quartier....

19.Posté par Bryandoht le 06/03/2018 18:52

Il y a environ 4 700 ans le flanc est du volcan du Piton de la Fournaise s’est effondré dans la mer. Quelques dizaines de kilomètres cubes se sont abîmées dans l’océan, déclenchant probablement un méga tsunami.

En effet, les scientifiques n'ont pas la certitude que ça se soit passé en une seule fois, mais ils savent, en revanche, que le (ou les) glissement(s) de flanc vont très vite. La montagne s’effondre quasi instantanément dans la mer. Les débris de cet énorme glissement de flanc ont été retrouvés au large de la côte de Bois-Blanc, sur la commune de Sainte-Rose.
Chercheur au laboratoire Magmas et Volcans de l’université Clermont II, Kelfoun Karim et d’autres scientifiques ont modélisé une éventuelle déstabilisation complète du piton de la Fournaise qui repose sur un tas de sable instable. Cela s'est produit à Hawaï, en 1975 et en 1868. Il s'avère que les caractéristiques du volcan d'Hawaï ne sont pas très éloignées de celles du Piton de la Fournaise de notre voisin réunionnais.

Une telle catastrophe serait précédée de signes précurseurs sous la forme de gros séismes.
Dans le scénario le plus catastrophique où il a été considéré l’effondrement de toute la zone du Piton de la Fournaise comprise dans l’enclos soit 90 km3 de roches. Des vagues pluridécamétriques toucheraient Saint-Denis (40m),St-Pierre(60m) onze minutes après l’initiation de l’effondrement. L’eau pourrait entrer jusqu’à 5 km à l’intérieur des terres touchant des villes comme Saint-André. Des vagues encore plus importantes de l’ordre de 100 m de haut pourraient toucher Maurice située dans l’axe de l’effondrement.

Ces scénarios de l'extrême émanent de hauts scientifiques du monde entier à l'occasion d'un séminaire sur les risques naturels encourus dans l'océan Indien, notamment sur les problématiques du tsunami.

20.Posté par bertrand carpaye le 06/03/2018 18:53

la reunion est un pt de convection de sorti de magma ( entre deux plaques donc) a la longue le deplacment de ce pt de convection a donner l inde ......par trainée....................elle se deplace puis donne aussi ..la reunion

21.Posté par ali le khafir le 06/03/2018 18:59

11.Posté par Maloki le 06/03/2018 16:33
les chagos maurice seraient plutot les restes d'un continent submergé par les eaux maintenant "la mauritia"

22.Posté par Sapiens LUMO le 06/03/2018 19:10

Bon, par où commencer ?
Tout d'abord, il faut savoir que le piton de la fournaise se trouve sur un point chaud qui émet depuis des millions et apparemment des milliards d'années. Du coup, quand on couple cette particularité avec la dérive des plaques, on se rend compte que d'abord ce point chaud à créé les trapps du Deccan en Inde, puis les îles Laquedives, les Maldives, l'archipel des Chagos et enfin les Mascareignes.
De plus, cela fait longtemps que l'on suspecte que "notre" volcan soit une des causes de l’extinction des dinosaures.

Mais cela n'est absolument pas le propos des recherches effectuées ! Ici, il est question du fait que les laves de notre volcan aient une composition différente des autres laves du monde. Une des propositions émise essaie d'expliquer ce phénomène par le fait qu'il puise cette lave d'une zone qui s'est formé, il y a plus de 4 milliards d'années. Par conséquent son étude pourrait nous renseigner sur la jeunesse de notre planète.

Voilà, c'est très beaucoup infiniment résumé, mais c'est l'idée.

23.Posté par taz le 06/03/2018 19:31

Bien sur que la Fournaise a fait disparaitre tout' band dinosaure de nout planèt ...

Sainte-Rose même sa ! Centre de l'univers ! Na deux trois rastas saint-rosiens i konés tout l'istwar mêm'

Alé koz ek zot ... band dread mens la i rappel encore kan la koulé de 1977 (mi lété la mêm) la exteminé tout' lo band dernier dinausore sauf l'espèce TAK, Hamilcaro, Sinimalé, Visapoulé et Robertix !

24.Posté par ben oui post 3 le 06/03/2018 19:43

Le plus important est de comprendre que cela n'a rien à voir avec notre réalité. Il s'agit de ce qu'on a sous les pieds et la seule chose à savoir est si le Piton des Neiges est bien endormi. :-)

25.Posté par li le 06/03/2018 19:52

In pate pistache dosé et tout' la pété.

Apré di nou lé pa kapab'!

26.Posté par Moi président le 06/03/2018 20:31

Finalement, bénis soient les cyclones. Ramassons toute l'eau et allons la jeter dans le volcan pour l'éteindre définitivement. C'est la survie de la planète qui est en jeu !

27.Posté par L'Ardéchoise le 06/03/2018 20:33

Govin 09 : très belle île, toutefois je ne suis pas sûre du tout que tous les étrangers disent que c'est la plus belle, ou alors ceux qui n'en connaissent pas d'autres...

28.Posté par Bryandoht le 06/03/2018 21:11

« La Réunion était autrefois bien plus actif. Il a formé il y a 66 millions d’années les trapps du Deccan en Inde, évènement qui aurait causé l’extinction des dinosaures conjointement avec l’astéroïde tombé à Chicxulub, au Mexique. »

Une précision sur la contribution du point chaud de la Réunion à l'extinction des espèces:
DEUX GRANDES HYPOTHESES se partagent les causes d'une crise naturelle majeure il y a 66 millions d'années (limite entre l'ère Secondaire et l'ère Tertiaire), ayant provoqué l'extinction de très nombreuses espèces animales terrestres et marines (dinosaures, ammonites...)LA PRESENCE IMPORTANTE D'IRIDIUM , UN METAL RARE, dans les couches sédimentaires de cette limite stratigraphique entre le Crétacé et le tertiaire, peut être interprétée comme résultant de l'impact destructeur d'une météorite géante. Mais, on sait aussi que de l'iridium provenant du manteau terrestre, est libéré à la surface de la Terre lors des grandes éruptions volcaniques, telles que celles du Deccan, rattachées au fonctionnement du « point chaud de La Réunion »... D'après une théorie récente, ce serait la combinaison de ces catastrophes qui serait responsable des extinctions massives de la crise Crétacé-Tertiaire.

29.Posté par Curieux ! le 06/03/2018 21:16

À 2.Posté par vigilance! le 06/03/2018 14:35

et pourtant il reste toujours quelques specimens dans certaines collectivités!.

Non, vous n'y êtes pas car les quelques spécimen auxquels vous faites allusion ne sont en réalité que des serpents à sonnette !

30.Posté par Bryandoht le 07/03/2018 00:09

Outre les records mondiaux comme le coût de la NRL, la pluviométrie, les attaques de requins et le volcan parmis les plus actifs, la Réunion est un petit cailloux du globe qui ne passait pas inaperçu. Notre île sera plus que jamais connue dans le monde avec la découverte du phénomène volcanique majeur du point chaud du Piton de la fournaise datant de l’ère primitive. Cette étude apportera à la communauté scientifique internationale de nouvelle connaissance pour la recherche volcanologique et géologique jusqu’à présent non élucidée.

31.Posté par parlamer le 07/03/2018 06:44

lé poin cho é ses thoeries fumeuses....

32.Posté par Grandimoune le 07/03/2018 06:59 (depuis mobile)

Zot i fait rit a moin a cause toute cet pou raconte l histoire est ce que zot été la quand la arrivé a moin pareil st thomas mi croit que cet mi voit de mes propres z yeux a zot de croire cet zot i veut surtout arrête répète cet les ecris dans livre

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >