MENU ZINFOS
Faits-divers

Le parcours chaotique des deux agresseurs de contrôleurs Citalis les mène de la rue à la prison


Les deux agresseurs de contrôleurs de bus comparaissaient ce vendredi après-midi devant le tribunal de Champ fleuri. Le premier a été condamné à 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis probatoire, avec incarcération ; le second à six mois de prison avec maintien en détention.

Par I.Serre - L.Grondin - Publié le Vendredi 23 Juillet 2021 à 15:32

Mardi vers 19H50, quatre passagers d’un bus d’une ligne Citalis traversant Sainte-Clotilde sont contrôlés (Le récit de l'agression du contrôleur de bus Citalis). À bord du bus, ils voyagent sans titre. Naturellement, le contrôleur invite les resquilleurs à descendre au prochain arrêt. Ce sera le cas à l’arrêt ZEC Chaudron. Le groupe semble vouloir coopérer et descend sans plus d’histoire. 

Mais l’un d’entre eux revient sur ses pas. Un deuxième acolyte suit le mouvement. Le premier sort un couteau et s’en va blesser le contrôleur à la main. Fort heureusement, l’attaque a lieu à trente mètres du dépôt des bus de la Sodiparc (qui gère le réseau Citalis, ndlr) à deux pas de la Nordev. Deux autres contrôleurs voyant leur collègue en difficulté viennent lui prêter main forte. Ils sont à leur tour blessés, certes plus légèrement.  

Le contrôleur plus sévèrement touché a bénéficié de 15 jours d’ITT. Il a subi ce mercredi une intervention chirurgicale à la main. Il a eu les tendons situés entre le pouce et l’index sectionnés. 4 jours ont été attribués à son collègue venu l’aider. 

L’impression des contrôleurs le jour de l’agression selon laquelle leurs vis-à-vis n’étaient pas dans leur état normal s’est avérée juste. Le principal agresseur était alcoolisé. Il a été testé à 1.28 gr/l. D’autres révélations sur leur état physique viendront à la barre du tribunal de Champ fleuri où les prévenus se sont présentés en short de sport et t-shirt blanc froissé.

Parcours chaotique de Marseille à La Réunion

De plus, le premier prévenu, un certain Nicolas H., déclare avoir pris du Rivotril alors qu’il se trouvait au niveau du cimetière. En guise d’explication, il dit avoir agressé le contrôleur "parce qu’il avait insulté sa mère". Selon ses dires, il avait bu une bouteille de whisky et était en possession d’un couteau. Sans domicile fixe, le jeune de 22 ans dit dormir derrière l’église de Sainte-Clotilde. Plus jeune, il a bénéficié d’un placement dans une famille d’accueil. Son casier porte 2 mentions, tout comme son "collègue".

L’autre, un certain Médi D., n’était pas alcoolisé, mais il avait aussi un couteau… Son parcours semble aussi des plus chaotiques. Il est placé en famille d’accueil depuis son arrivée à La Réunion en 2017 et se trouve en errance et marginalisé depuis longtemps. Il aurait connu une vingtaine de foyers dans son enfance marseillaise. 

Interrogé à la barre, Nicolas H. affirme qu’il était "sous effet et ne se souvient de rien". Son couteau ? Uniquement "pour se défendre car il vit dans la rue".

"Pourtant les faits sont têtus", dit le président d’audience Bernard Molié : "Vous avez couru derrière monsieur C. alors qu’il regagnait son véhicule et vous l’avez piqué plusieurs fois. Et ensuite quelqu’un vient à son secours et vous le piquez aussi". 

"Est-ce que vous êtes dangereux à votre avis ?", lui demande le président. "Non !", répond le prévenu. "Votre attitude montre le contraire", fustige le magistrat. 

Un contrôleur avoue avoir aussi été dans la rue dans sa jeunesse, et pourtant…

C’est au tour du second jeune homme d’argumenter. Selon lui, il se balade avec un couteau pour se défendre de la police. Une déclaration qui ne plaît que moyennement aux juges. Ces derniers rappellent qu’il a été condamné pour des outrages et rébellion sur personne dépositaire de l’autorité publique. 

Le contrôleur Monsieur C. s’avance à son tour à la barre, la main ainsi que le pouce bandés. Il exerce ce métier depuis 10 ans. Il a déjà été menacé et a déjà été blessé à l’arme blanche une fois au cours de sa carrière. Sa famille est terrorisée. Le soir des faits, il était seul en service sur cette ligne. Ce sont des collègues d’une autre société qui sont intervenus pour lui porter assistance. 

L’autre victime s’approche à son tour. Le contrôleur blessé en tentant de maîtriser les agresseurs de son collègue explique avoir été lui aussi à la rue dans sa jeunesse et pourtant il n’a jamais agressé personne. C’est lui qui a eu l’estafilade de 10 cm sur l’épaule. La lame du couteau de Nicolas H. faisait 8 cm. 

Le ministère public a requis 2 ans de prison dont six mois avec sursis probatoire à l’encontre du principal agresseur. "Il n’y avait aucune raison valable qu’il agresse les contrôleurs", affirme la procureure.

Pour son compère, qui avait un couteau similaire et qui est poursuivi pour port d’arme uniquement, elle a proposé la peine de 6 mois de prison, avec maintien en détention pour les deux.

Pour la défense du premier, Me Morgan Pouly estime que "c’est une autre personne qui était à la place de son client au moment des faits, à cause de la prise d’alcool et de substance" et que "s’il a bu, c’est pour éviter la solitude de SDF". 

Pour le second, Me Nicolas Sanson demande la relaxe car le couteau de son client ne figure pas selon lui dans la catégorie des armes répréhensibles.

Après délibération, Nicolas H. a été condamné à 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis probatoire et incarcération immédiate, ainsi qu'à l'interdiction de porter une arme. Médi D. a, quant à lui, écopé de 6 mois de prison ferme avec maintien en détention et s'est également vu interdire le port d'une arme.




1.Posté par Ali le kafhir le 23/07/2021 16:35

Un séjour dans les prisons russes leur ferait plus grand bien.

2.Posté par Paul HOARAU le 23/07/2021 18:37

Un verre c'est le paradis, deux verre c'est l'enfer, toi même choisi!

3.Posté par Olive le 23/07/2021 18:38

On ne peut pas les expulser de la Réunion ?
SDF délinquants drogués venant de Marseille... qu'ils y retournent, qu'ils aillent aux Baumettes

4.Posté par Espoir le 23/07/2021 19:19

Un séjour dans la rivière des galets en été avec une masse pour éclater des galets leur ferait un grand bien également.

5.Posté par boul le 23/07/2021 19:49

je suis sur qu'ils sont heureux les gars passent de la rue aux prisons club Med , qui ne voudrait pas d'une telle évolution. On accueille vraiment tous les cassos sur notre île

6.Posté par Ice-cream le 23/07/2021 22:04

Cette justice est vraiment trop clémente. C’est une tentative de meurtre avec préméditation. Ce genre de personnages ne s’en sortent jamais. Ils continueront. La prison ne fait que les endurcir.
Il fallait les coffrer pour 20 ans. Et si le contrôleur était mort? Tous se seraient émus quelques jours et puis chacun serait passé à autre chose en attendant une autre affaire similaire. On est dans un monde pourri. Une société qui ne sait plus ce qu’il faut faire. Elle court à sa perte.

7.Posté par reinfocovid.fr le 24/07/2021 07:57

Est ce que les 2 malandrins étaient à jour de leur pass sanitaire lors de leur interpellation?
On ne sait jamais, ils auraient pu créer un cluster de peste noire dans le bus et metrre en danger la vie de centaine de milliers de réunionnais

8.Posté par elpatron le 24/07/2021 14:25

coméla ou baise un moune coup couto ou ggn un an en prison normal ne qua la violance i augmente entre humain il sentretu

9.Posté par Lionel le 25/07/2021 11:59

La peine es pas assez lourdes il faut il gardé 20ans de prison es juste le lit es couverture pas de télé es dans la journée fait casé couillou pour la route du littoral as midi tu donnes un potage es un pain rasi comme dans les années 40.

10.Posté par David le 25/07/2021 13:02

Merite un bon totochement. 22 ans quoi.

L autre y sorte en France. Mi le en France justement, et bana le vraiment mal eduque.

A remettre en place.

11.Posté par pipo le 26/07/2021 01:38

Pardonne marmailles c'est de la bonne graines pour l'avenir.
Marmailles la tête un peu dure mais ils sont gentils.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes