Zot Zinfos

Le monde et les défis géopolitiques de Demain

Le futur imaginé et les Grandes questions humanistes au Cœur de l'archipel mégalopolitain mondial du XXIème siècle.

Mardi 19 Mai 2015 - 07:11

Chapitre XI

Les jours se faufilent très vite…Quelques jours plus tard, Roger est venu nous chercher à l’hôtel pour nous emmener vers les plages d’Andilana, tout au nord de Nosy-Bé.

« -Cette plage n’appartient plus au propriétaire indien depuis l’année 2000, me confie Roger.

-Ah bon ! Mais il y avait un hôtel Holiday in 5 étoiles ici ? Lui ai-je alors demandé. C’était le plus luxueux hôtel dans les années 1980.

-Oui ! répondit-il. Il a fermé en 1997. Ensuite, ce fut un promoteur italien du nom de Rodolfo Valentini, qui avait ouvert ici un grand complexe touristique luxueux de 1997 à 2015, du nom de « Nosyitaliabé hôtel ». Il y avait des vols directs pour un week-end entre Milan, Florence, Rome et Nosy-Bé. Mais le promoteur a fait faillite à cause de la ré-volte des Malgaches qui s’est terminée en émeutes meurtrières en 2015. Il était aussi un membre de la mafia sicilienne. Financièrement déplumé, accusé de fraude et de corruption et aussi de proxénétisme, il est rentré chez lui, à Catanzaro. L’Etat malgache a alors signé depuis 2020, un bail emphytéotique de 90 ans, avec quatre promoteurs associés : un Chinois, un Brésilien, un Sud-africain et un Indien. Ces actionnaires des puissances, à l’époque, émergentes, et dominantes aujourd’hui sur le marché mondial, ont saisi l’opportunité pour mettre en avant leur projet de développement touristique haut de gamme. De-puis 2020; ça marche très fort, me dit Roger ! L’hôtel a été baptisé « Asianlatinoafrican Paradise ». C’est une infrastructure haut de gamme équipée d’une piscine, de dix grands restaurants, des diverses activités annexes et surtout de 1000 chambres luxueuses ! Le monde a bien bougé durant cette première partie du XXIème siècle !

-C’est fou ! Interpellais-je Roger. C’est difficile de croire comment les puissances qui étaient au départ des pays sous-développés et souvent des ateliers des pays de la Triade dans les années 1950 à 1980, et qui ont connu une émer-gence économique et financière à partir de 1990, ont fini par connaître des fortes croissances depuis 2008. Aujourd’hui, tu vois, des pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud dominent l’économie mondiale alors que des pays comme les Etats-Unis et le Japon se sont affaiblis, appauvris brutalement. Leurs démographies sont en train de faire face au vieillissement et au manque d’innovation.

Ces pays ont stagné depuis la crise de 2008-2009 qui les a frappés de plein fouet… Cette crise d’ailleurs, il faut bien l’admettre n’était pas seulement une crise économique, financière ou matérielle. Elle a aussi fourni la preuve que les pays développés dominants de l’époque ont éprouvé une vraie crise d’angoisse existentielle, une crise identitaire et psy-chique face à la montée en puissance et à l’affirmation hégémonique des autres nations appartenant aux régions comme l’Asie ou l’Amérique Latine.

Les Etats-Unis, par exemple, à force de s’occuper des affaires des autres pays et d’aider les autres à s’émanciper, ont fini par oublier que les gens souffrent beaucoup dans leurs propres contrées. Ils auraient dû revenir à l’application de la doctrine du Président James Monroe, qui a été définie le 02 décembre 1823. Adeptes au départ d’une politique isolationniste, ils sont devenus trop interventionnistes. Ils ont par ailleurs, beaucoup souffert de catastrophes naturelles et parallèlement, leur économie et leur société se sont avilies à cause des guerres civiles, des cataclysmes naturels et des interventions incessantes contre l’Afghanistan, contre Irak et la Corée, puis contre l’Iran, le Pakistan, la Syrie, le Yémen et enfin le Myanmar en faveur de la démocratie.

L’Europe des 29, quant à elle, (en comptant la Turquie et la Russie) à force de s’élargir vers l’Est, est victime de paupérisation certes, et a réussi en revanche, à maintenir le cap grâce à ses dirigeants audacieux et à sa politique pluriculturelle de partage et de dialogue. L’idée des fondateurs de vouloir passer d’une Europe de guerre à une Europe de paix était excellente à la fin de la Seconde Guerre mondiale ! C’est le pas-sage du lien fédéral vers le supranational qui a été en réalité mal géré, un cap mal pris au début du XXIème siècle ! Cependant, les Français grâce à leurs capacités d’innovation dans le domaine médical et leurs technologies de pointe - aidés des Allemands en aérospatiale et en électro-nique, et des Russes dans l’aéronautique, l’astronomie et le nucléaire - font avancer cette grande puis-sance en marche, « ce grand chantier illimité » et toujours en cours de construction. La solidarité entre les peuples euro-péens et leurs cultures communes et complémentaires, les a sauvés et leur a permis de réussir à affronter les grandes dépressions économiques et les révoltes sociales cycliques.

Le Japon voit, quant à lui, sa population vieillir et sa situation économique et financière se détériorer gravement. Les rares jeunes n’ont plus de repères du tout ! Ils ont perdu toutes leurs valeurs et le pays de la courbette est devenu le pays de l’impériale criminalité ! Pire, ce pays a le taux de délinquance des vieux le plus fort du monde et le taux de suicides et de dépressions mentales aussi qui ont atteint des apogées l’année dernière ! Les nippons n’innovent plus ! Les autres l’appellent le « pays des nuits obscures »… et dire que c’était auparavant, « le pays du soleil levant ! » Le Japon a demandé en 2032, à intégrer l’Union Européenne, mais cette requête n’a pas aboutie. C’est aujourd’hui, un pays isolé !

Le Moyen Orient, quant à lui, de-puis que l’OPEP n’existe plus à cause des tarissements successifs des réserves de pétrole et des mésententes entre les Etats des « pétrodollars », n’a plus de poids au niveau international. Sa politique touristique et immobilière de reconversion a aussi atteint son paroxysme en 2012, et s’est révélée par la suite, inefficace à cause de la chute brutale du cours de l’immobilier et de l’ouverture des autres complexes touristiques haut de gamme plus attractifs ailleurs, notamment dans l’Himalaya et la Cordillère des Andes. On peut aussi ajouter le développement et la démocratisation massive du tourisme spatial (au départ élitiste) et qui est au-jourd’hui bon marché, à bord d’un avion-fusée suborbital de l’ISAFC (International Space and Air Force Company) à destination des complexes hôteliers flottants somptueux sur la Lune, sur Vénus et sur Mars.

Le monde n’est pas figé. Il est en perpétuelle évolution et je dirais même en pleine mutation. Les puissances qui do-minent par contre aujourd’hui d’une manière stable, sur le marché mondial, sont le Brésil, l’Inde et la Chine sans oublier le Mexique et l’Afrique du Sud. C’est in-croyable ! Qui aurait dit que ces puissances connaîtraient un jour, des ascensions fulgurantes ? Qui aurait pu dire que ces pays seraient devenus les éminents créanciers de tous les pays du monde. Leurs diasporas déferlent sur tous les continents. Les immigrants s’adaptent à leurs nouveaux modes de vie. Ils fondent des familles ailleurs. Ils apportent leurs propres cultures, leurs langues, leur sa-voir-faire culinaire, leurs systèmes de valeurs et leurs modèles sociaux d’intégration à d’autres pays. Les voix de ces pays sont écoutées en matière de lutte contre le terrorisme, de sécurité alimentaire, de l’indépendance de chaque nation, de politique nucléaire et de développement écologique durable. L’ONU et l’OTAN n’existent plus ! Ces organismes qui étaient devenus obsolètes ont été remplacés en 2016, par le SUNLAT (Solidarité Unilatérale entre Nations du Monde pour la Haute Lutte Antiterroriste). Cet organisme est unique et chaque pays y est traité équitablement, de plus, il n’y a plus de droit de veto et il n’y a que le vote majoritaire qui compte. Cet organisme est chargé de promouvoir, de sécuriser la paix, de maintenir l’ordre en cas de guerre et surtout de lutter contre le grand banditisme, la haute délinquance urbaine, les mafias, les sociétés secrètes dangereuses, les sectes religieuses et surtout les menaces terroristes internationales.

-Comme ce site au nord de Nosy-Bé ! me dit Roger. Ce sont les Brésiliens, les Indiens et les Chinois… ils sont par-tout ! Ils investissent, innovent et garantissent la sécurité et la survie alimentaire du monde qu’autrefois on appelait occidental. L’opposition Nord/Sud n’existe plus et les rapports et les sphères de puissances, voire les zones d’influence entre ce que l’on appelait couramment autrefois, les Centres et les Périphéries se sont curieusement inversés. Aujourd’hui, il y a les Pays Dirigeants d’Asie et Périphériques Européens Agissants (PDAPEA) et les Nouveaux Centres Pauvres d’Occident et du Moyen Orient (NCPOMO). On peut ajouter, évidemment les Etats-Unis qui forment avec le Japon et l’Australie, le club des Anciens Pays de La Triade en Voie d’Introversion, (APTVI). Il n’y a que le continent européen qui a survécu à ce que l’on appelait habituellement, l’ancienne Oligopole géo-graphique ou la Triade. Enfin, en marge de ces pays, il y a aussi les Pays Eternellement Dépendants et Instables (PEDI) comme les pays du Maghreb et d’Afrique noire, ainsi que quelques pays d’Amérique latine. Ils ont les plus faibles PNB et PIB au monde, mais en revanche, ils ont les plus grandes valeurs humaines.

- C’est tout à fait vrai ce que tu dis Roger, ajouta Vijay. Ces informations, je les avais déjà entendues sur l’ordinateur de bord, dans le cockpit de l’avion, que je pilotais en 2031 au cours d’un vol Rio de Janeiro-New-Delhi. Cet ordinateur enregistrait, dans un livre-journal numérique, une sorte de chronique évolutive de l’état du monde, et affichait quotidiennement la situation dans le monde, heure par heure. Tu as raison, le monde a bien changé et les pays qui dominent au-jourd’hui, ne sont plus forcément les mêmes que dans les années 2009-2010. Il n’y a que quelques pays européens comme la Russie, l’Espagne, l’Italie, la Pologne, l’Allemagne ou la France, qui ont compris très tôt, qu’il fallait s’adapter hâtivement, à la cadence technologique internationale et à l’harmonie interculturelle mondiale. »

En revoyant ce site du Nord de Nosy-Bé et cette belle plage d’Andilana, je me suis alors aussi souvenu prompte-ment d’une petite anecdote que j’ai ra-contée alors, à ma petite famille et à Roger.

« -C’était là en juillet 1986, il y a de cela bien longtemps, qu’avec mon père Rajesh et ma mère Sanya-Indira, je suis venu observer sur ce petit îlot que vous voyez en face de la mer, la comète de Halley ! Il y avait à l’époque, des télescopes de grande qualité installés par un coopérant français. Un soir de ce mois de juillet 1986, mon père m’a dit : Amith, veux-tu aller voir la comète ? Et tous, ensemble en famille, après le dîner, nous sommes allés en direction de ce site, pour contempler cette comète ! Nous étions très heureux et unis en 1986 ! »

Je me disais alors silencieuse-ment et j’étais en train de penser les yeux noyés de larmes, cachés par les lunettes solaires : Qui aurait dit que quatre an-nées plus tard, ma vie allait être totale-ment bouleversée par cet accident d’avion ? Après quelques minutes de silence, je demandais alors aux enfants, pour tester un peu leurs souvenirs d’élèves :

« -Vous vous souvenez de cette comète ?

-La plus célèbre des comètes, me dit alors, Eléonore. Elle réapparaît tous les soixante-seize ans. Son passage a été remarqué à trente reprises entre 240 av. J.-C. et 1986. Sa prochaine apparition est prévue pour 2061, c'est-à-dire dans 18 ans ! Les dates auxquelles la comète est visible de la Terre correspondent au moment où elle atteint son périhélie, le point de son orbite le plus proche du soleil.

-Son apparition en 1066 est restée célèbre par l'interprétation qui en fut faite ultérieurement, rajouta Kareena ! : Ce fut un présage favorable pour le Normand Guillaume, et signe néfaste pour le roi anglais Harold au moment de la ba-taille d'Hastings. La tapisserie de Bayeux authentifie du passage de la comète cette année-là.

-Eh bien ! Les enfants, je suis fier de vous ! Vous en connaissez des choses ! Ajoutais-je gaiement.
-Bon, on va y aller, dit Roger, nous devons passer à la plage d’Ambatoloaka, d’où vous devez prendre votre bateau, pour les excursions des îlots Nosy-Sakatia, Nosy-Komba, Nosy-Tanikely et surtout Nosy-Iranja…. Qu’il faut absolument aller voir…avant que la montée des eaux et les tsunamis ne les engloutissent !
-C’est vrai ! dit Eléonore, les îles paradisiaques de l’archipel des Maldives où nous nous sommes rendus en 2007, ont bien été submergées en 2020, par la montée des eaux, conséquence du réchauffement climatique et de l’effet de serre ! La pollution et les destructions deviennent universelles.
-Oui, les Seychelles et l’archipel de Tuvalu ont disparu également ! On dit de plus en plus que beaucoup de petites îles lointaines, dans la région du Pacifique et celle des Caraïbes par exemple, qui sont si belles, risquent de disparaître similairement. Tous les pays, surtout littoraux, sont touchés ! Tiens ! Par exemple, j’ai lu dans le quotidien numérique Midi Madagascar, ce matin, que le Bengladesh, le Népal et le Sri-Lanka ont disparu avec la fonte des glaciers de l’Himalaya et les tsunamis, ajouta Roger. Toute sa population survivante va migrer mainte-nant vers d’autres pays. Il faut dire que les habitants de ces pays n’ont pas eu de chance. Pour le Bengladesh, par exemple, qui est pour moi, le cas le plus douloureux, la nature a pris sa revanche totale sur l’homme, continua-t-il. La déforestation et la désertification ont fragilisé la terre et ont entraîné l’effritement et l’écoulement plus brutal des eaux. Les fortes pluies de mousson et la fonte des neiges ont provoqué en été la crue des fleuves comme le Brahmapoutre-Jamuna ou le Meghna. Les cyclones s’engouffrant dans le golfe du Bengale ont provoqué ainsi des tempêtes et la montée des eaux. Tout le Bengladesh et sa capitale Dacca étaient densément peuplés et se trouvaient dans la zone inondable et deltaïque. De même, les nouvelles îles formées par les sédiments, d’ailleurs eux-mêmes charriés par les fleuves qui descendaient de l’Himalaya, ont disparu.
-Oui, les causes à l’échelle mondiale en sont nombreuses, Roger ! Continue Eléonore. On peut rajouter les mas-sacres des forêts himalayennes, l’érosion qui entraîne le ruissellement, la dilatation de l’eau qui est elle-même liée au réchauffement climatique, l’augmentation de la température terrestre, la fonte des glaciers de l’Antarctique. A cette misère se sont ajoutées la médiocrité des communications et les difficultés d’acheminement des secours sans omettre les épidémies de choléra, de dysenterie, du SIDA, du paludisme, de tuberculose et surtout l’arsenicisme. Le sort s’est vraiment acharné contre ces personnes-là, termina-t-elle. Quelle misère !
-Nosy-Bé et ses îlots sont relativement à l’abri des inondations en l’occurrence ! fit remarquer Kareena. Ils sont encore protégés par la côte est africaine et Madagascar, compte tenu de leur situation géographique dans le canal du Mozambique.
-Mais dites-moi un peu pour éclairer ma lanterne, reprit Vijay. Qu’est ce que c’est l’arsenicisme ? Je me trompe où ce mot a quelque chose à avoir avec l’arsenic ? Excusez-moi de mon ignorance. Je voulais juste en savoir davan-tage, car le premier pas vers la connaissance est la prise de conscience de son ignorance, n’est-ce pas ? C’est papa qui nous l’avait toujours dit et répété depuis qu’on était encore petit.
-Oui ! C’est ça même mon ami Vijay, précisa Roger. Ton fils Vijay est curieux comme toi Amith ! Me lança-t-il en me donnant une tape amicale dans le dos. En fait, pour apporter un peu plus d’explication, l'arsenicisme est causé par l'arsenic chimique. L'arsenic est un élément toxique qui n'a pas d'effet bénéfique apparent pour la santé de l'homme. Les sels d'arsenic naturels sont présents dans toutes les eaux mais généralement à des concentrations très faibles unique-ment. La plupart des eaux dans le monde ont des concentrations d'arsenic naturel de moins de 0,01 mg/litre. La contamination par l'arsenic naturel était une cause de préoccupation dans de nombreux pays du monde, notamment en Argentine, au Bengladesh, au Chili, en Chine, en Inde, au Mexique, en Thaïlande et aux Etats-Unis d'Amérique. L'arsenicisme est l'effet de l'intoxication par l'arsenic généralement sur une longue période pouvant aller de 5 à 20 ans. Des études de cas sur la situation dans divers pays ont été compilées en 2020 et le problème de l'arsenic au Bengladesh notamment a entraîné la mise en place d'une surveillance plus intense dans de nombreux pays. Au Bengladesh, il a été montré que 91% des puits tubulaires peu profonds avaient une forte concentration d'arsenic (supérieure à 0,15 mg/l). On estime que 150 millions de la population totale du Bengladesh qui s’élevait à 500 millions étaient exposés à une eau de boisson contaminée. La consommation d'eau riche en arsenic sur une longue période entraîne divers effets sur la santé, y compris des problèmes de peau (tels que dépigmentation de la peau, et plaques rugueuses sur la paume des mains et la plante des pieds), le cancer de la peau, de la vessie, des reins et des poumons, et des maladies des vaisseaux sanguins des jambes et des pieds, et peut-être également le diabète, une hypertension artérielle et des troubles de la reproduction.»

Nous continuâmes notre périple. Nous avons donc loué un catamaran qui nous a emmenés vers ces îlots satellites magnifiques de l’île de Nosy-Bé. Nous avons exploré Nosy-Komba, où on a pu visiter une réserve de lémuriens, Nosy-Tanikely, où un phare de 1908, totale-ment en ruine, est bercé par la force des vagues…Les plus beaux îlots sont les frères Iranja et Tsarabajina. Nosy-Iranja est en fait constitué de deux îlots offrant un contraste flagrant, typique des espaces des pays sous-développés. Sur l’un des îlots, nous pouvons voir à l’intérieur d’une forêt de mangroves, un village typiquement africain et sur l’autre îlot, un hôtel cinq étoiles, un des plus chers de Madagascar. Un filet de sable blanc de deux kilomètres environ, relie ces deux îlots à la manière du cordon ombilical reliant l’enfant à sa mère. Et à marée basse, nous pouvons traverser en attendant que les vagues de chaque côté du filet se rejoignent au fur et à mesure, pour donner à la mer toute sa force et son unité, en plein canal du Mozambique. Lors d’une plongée, nous avons pu observer des choses magnifiques. Ce sont des paysages majestueux, où toutes les couleurs vives - dans le silence des pois-sons et la marche des langoustes - se sont donné rendez-vous comme sur une toile des peintres de la Renaissance. La vie et le silence sous la mer contrastent avec le bruit des oiseaux multicolores sur les arbres et le brouhaha des klaxons et les cris des vendeurs à la sauvette que l’on rencontre dès l’aube, dans les rues et les dédales de Hell-Ville…
En voyant la mer montée majestueusement en faisant disparaître la langue de sable blanc, je me suis rappelé aussi d’autres endroits dans le monde où la force de la mer fascine, intrigue et at-tire. Le détroit de Gibraltar où la mer Méditerranée rejoint l’Atlantique, le Cap de Bonne Espérance qui fait la jonction entre l’océan Atlantique et l’océan Indien, sans oublier le détroit de Magellan où l’Atlantique rejoint le grand océan Pacifique. A ces endroits, la nature et la force de la mer nous montrent combien la nature est puissante, combien elle est paradoxalement destructrice et séduisante.

Quelques jours plus tard, Vijay me fit la remarque que notre séjour touchait quasiment à sa fin.
« -Quel séjour sensationnel ! me dit-il. C’était émouvant et magnifique et nous avons appris pleins de choses sur notre Histoire.

-C’est fabuleux, merveilleux et presque magique et légendaire ! Ajouta Kareena. On saura quoi raconter à nos enfants lors des soirées, pendant les-quelles nous leurs lirons les contes et les légendes…
-Cette véritable histoire est romanesque et mythique, digne d’un livre Amith, dirent en chœur Eléonore et les enfants ! Tu devrais l’écrire en utilisant une fiction historique autobiographique !
-J’y penserai au retour, une fois retourné chez nous, répondis-je alors ! Mais, avant d’aller à l’aéroport international de Fascène, j’aimerais bien, et j’y tiens à vous emmener dans un endroit particulier !
-Roger ! Emmène-nous acheter des fleurs, des roses de toutes les cou-leurs au marché de Hell-Ville, s’il te plaît. J’ai un dernier endroit à visiter… »
Après toutes ces années, j’ai enfin l’occasion de me recueillir et de le faire avec ma famille, celle que j’ai fondée. Nous sommes arrivés à la sortie de Hell-Ville au cimetière indien. Un silence d’anges régnait dans ce lieu où repose éternellement mon passé…un passé immortalisé par des pierres tombales et les épitaphes gravés en langue gujrati et en français. En face de nous, se dressaient les tombes de mon père Rajesh, de ma mère Sanya-Indira, décédés tous les deux en 1990, et de mes grands-parents décédés en 1994…Avec l’ensemble de ma famille, je me suis recueilli silencieusement sur les tombes des miens… mes êtres chers qui m’ont tant aimé et que je n’oublierai jamais. J’ai toujours pensé à eux qui m’ont donné la vie, tous les jours. Ils sont vivants dans mon cœur et dans ma mémoire. Tous les souvenirs sont là, indemnes dans ma mémoire et remontent à la surface avec la force d’un tsu-nami. Ces chroniques sont là, témoins immortels d’un passé, de plusieurs pages de mon histoire. Ces souvenirs sont là, écrits et gravés dans mon cœur à tout jamais. Ils me donnent cette force, cette chaleur et cette envie de foncer, de combattre, de courir toujours et toujours, de ne jamais baisser les bras, d’affronter chaque épreuve de la vie et de me relever encore et toujours…Je sais qu’ils sont là, invisibles mais éternellement présents pour m’accompagner jusqu’au bout dans tous les combats et les larmes de mon cœur, et aussi en ouvrant pour celui-ci, sur la longue et grande voie de la Vie, la route de l’espérance qui donne un sourire et des moments de joie à mes larmes du cœur.

(...)

Heureusement, que quelques décennies plus tard, les chercheurs indiens et français ont développé et complété les travaux conjointement, à partir de 2039 et la communication sans fil se généralise progressivement, à mon sens plus rapidement qu’on ne le pense, et annonce la fin des téléphones portables d’ici 2100, d’après la présidente de la démocratie européenne Colombe-Couelle Cassandre Perséphone. De la communication virtuelle, le monde est en train de passer à la communication invisible, intuitive et silencieuse. Les limites déjà bien minces, du normal et du paranormal s’estomperont bientôt. Le monde évolue à une vitesse exponentielle. Des travaux sérieux et des preuves concrètes sur l’existence d’un monde parallèle ont aussi fait évoluer la science, et ont confirmé davantage l’érudition et la croyance en l’Homme. Cela m’enchante de voir que la croyance en l’Humanité et en une spiritualité purement laïque et non-religieuse puisse gagner enfin du terrain. La trans-mission de la spiritualité n’est plus le mo-nopole des religions. La laïcité gagne aussi du terrain. Cela est encourageant. Il y a une réelle Révolution des Consciences qui est en cours, progressive-ment sur tous les continents, grâce à la circulation des idées humanistes, de l’érudition via Internet, et des différentes actions, lors des tables rondes et des rencontres au sommet entre des hommes d’Etats européens et asiatiques de bonnes volontés, réfléchis, ouverts aux dialogues interculturels. Les Sciences occultes, ces doctrines et pratiques autre-fois, secrètes et hermétiques faisant in-tervenir des forces qui n’étaient reconnues ni par la science ni par la religion, et qui requéraient également une initiation - comme l’alchimie, l’astrologie, la cartomancie, la chiromancie, la divination, la magie, la nécromancie, la métaphysique, la radiesthésie - font aujourd’hui partie intégrante de l’évolution et du progrès des Consciences que connaît l’Humanité. Certaines croyances religieuses ont assimilé l’occultisme et l’ésotérisme. La dé-finition de la Science s’est considérable-ment amplifiée, car ces pratiques ont été acceptées et sont devenues fluides à la compréhension, à travers l’existence de preuves concrètes.

Le monde évolue, il n’est pas figé. C’est cela qui me réconforte…L’Humanité progresse. Des questions se sont posées à l’Humanité. Des Consciences se sont réveillées ! Quelles sont les parts d’ombre dans ce qu’a compris et dans ce que doit comprendre réellement l’Humanité ? Qui sommes-nous réellement ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Des questions presque existentielles se posent ! Tout ce qui peut s’avérer vrai est-il facilement explicable ? Par exemple les énigmes des civilisations précolombiennes toltèques et les mystères égyptiens des pyramides, des mégalithes de Gizeh et du Sphinx dans la Vallée des Rois ont-ils livré tous leurs secrets ? Tout ce qui est explicable est-il forcément vrai ? Par exemple, la Science orthodoxe et aca-démique et l’Histoire officielle sont-elles falsifiées ou erronées ? Pourquoi dans ce cas nous cacherait-on certaines vérités et quel serait l’intérêt réel des mensonges vis-à-vis de l’Humanité ? A qui cela profi-terait-il ? La vision de l’Histoire sous la forme d’une pensée unique imposée sciemment à la conscience collective se-rait-elle réelle ? L’Histoire est-elle vrai-ment écrite et imposée par les vain-queurs comme disait Napoléon Bona-parte ? La Politique et la Science sont-elles liées par des intérêts en l’occurrence financiers et d’interdépendances communes ? Des questions légitimes se posent, des histo-riens et des scientifiques consciencieux, des chercheurs indépendants y travaillent continuellement sous les directions de l’Américain James. Douglas Kenyon et de l’Indien Karhatsirroub Goulmohréanadjzét. La vérité est peut-être ailleurs et l’Histoire n’est peut-être pas si linéaire que dans les versions accessibles pour tous ! L’évolution ou la Grande Révolution des consciences est en cours…Nous sommes en 2043-2044 et l’Humanité avance à grands pas…Le premier pas vers la Connaissance commence pour chacun d’entre-nous, par la prise de conscience de son ignorance ! Les émi-nentes Éruditions, les nouvelles donnes sont certainement encore devant nous ! L’Amérique fut-elle découverte en 1492 par le génois Christophe Colomb ou par les Vikings d’Erik le Rouge en l’an 1000 ou encore 71 années avant les Européens en 1421 par l’amiral explorateur eunuque sino-musulman Zheng He ? La première circumnavigation est elle l’œuvre de Ferdinand de Magellan ou bien c’est au chinois Zheng He, le fameux navigateur de la dynastie des Ming que l’on doit le premier tour du monde de l’humanité ? La caravelle portugaise est-elle l’invention proprement européenne que l’on doit à Henri le navigateur ou simplement un bateau dont l’ancêtre reste le boutre arabe et indien, des boutres qui sillonnaient déjà la haute mer et les océans au temps des jonques chinoises, guidés par les vents de mousson ? L’imprimerie fut-elle inventée par Gutenberg ou ce dernier s’est-il simplement inspiré de la xylographie pratiquée par les Chinois, puis par les Coréens et les Ja-ponais depuis le VIIème siècle ? Que sait-on exactement du pilote arabe Ahmad Ibn Al Mâdjid de Vasco de Gama, un pilote arabe qu’il aurait rencontré du côté de Zanzibar et de Mombassa en 1498 et qui lui aurait permis d’atteindre l’Inde, pour la gloire du Portugal, mais en suivant les instructions nautiques des arabes et les vents de mousson asiatiques, route maritime millénaire des boutres ? L’Histoire est-elle épique et chevaleresque? Ou une épopée romanesque et lyrique ? Que savons-nous réellement des influences orientales historiques des sciences et des inventions arabes ; des apports des techniques et philosophies chinoises et des transferts des innovations et des cultures ancestrales indiennes sur l’évolution des pensées et sur les révolutions des consciences européennes et occidentales ? Y-a-t-il eu de réelles oppositions entre l’Orient et l’Occident ou peut-on plutôt parler de complémentarités millénaires réciproques et des interpénétrations culturelles séculaires constructives ? L’héritage culturel humaniste européen issu de la Renaissance et des Lumières est-il exclusivement grec et latin ?
Ce sont des questions qui se po-sent et qui semblent légitimes. Y-a-t’il des Histoires interdites ? Toutes les Histoires sont-elles linéaires ? Le doute méthodique existe dans de nombreux domaines…C’est l’esprit critique…C’est lui qui fera progresser les humains sur le chemin de la spiritualité, de la vérité et de la sagesse……


Dans le taxi de mon ami Roger, j’étais indubitablement ravi d’apprendre cette nouvelle qui me laissait encore quelques jours de plus, sur mon île d’enfance. A mi-chemin, entre Hell-Ville et l’aéroport de Fascène, Vijay a demandé à Roger de faire une halte devant un restaurant indien « Le Jamnagar Taj Mahal ».
«-Un restaurant indien à Nosy-Bé ? Demandais-je alors à Roger.



différents extraits du roman "Année 2043 : Autopsie D'une Mémoire."


Pour qu'écrire, se questionner, avoir l'esprit critique et le doute méthodique, le goût de transmettre et enseigner restent toujours des plaisirs partagés pour nous tous !

Article rédigé par Tamim KARIMBHAY professeur, historien et romancier auteur d'une monographie culturelle et historique d’un espace culturel et touristique insulaire dans l’océan Indien et le canal du Mozambique : Nosy-Bé : Âme malgache, Cœur français et du roman autobiographique et géopolitique : un hypertexte polyvalent et visionnaire : Année 2043 : Autopsie D’une Mémoire à contre courant.

Tamim KARIMBHAY
Tamim KARIMBHAY
Lu 721 fois




1.Posté par KLD le 19/05/2015 21:33

"Nosy-Komba, Nosy-Tanikely" : magnifiques iles , j'espère de tout cœur pouvoir y retourner et découvrir les autres iles .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >