MENU ZINFOS
Economie

Le monde agricole touché de plein fouet par l'augmentation des prix


La Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion lance un appel aux pouvoirs publics ; la survie de milliers d’entreprises agricoles est menacée par l’augmentation brutale des prix et du coût de production. Le communiqué de son président, Jean-Michel Moutama.

Par NP - Publié le Mercredi 3 Novembre 2021 à 08:31

Le monde agricole touché de plein fouet par l'augmentation des prix
L’opinion publique réunionnaise s’est émue à juste titre de la hausse importante des prix du gaz et des carburants au 1er novembre. Ces hausses arrivent au moment où l’augmentation importante du prix du fret maritime renchérit toutes les importations.
Le monde agricole est touché lui aussi de plein fouet. Le gazole non routier que nous mettons dans les réservoirs de nos tracteurs a beau être un carburant détaxé, cela ne l’a pas empêché d’augmenter de 8 centimes, soit une hausse brutale de près de 11 %. Une augmentation aussi importante sur un intrant aussi essentiel ne peut que bouleverser le fonctionnement de nos entreprises.
Le contexte international fait que cette tendance risque bien de se poursuivre, alors que comme toute l’économie réunionnaise, les agriculteurs subissent les conséquences d’une crise sanitaire qui se prolonge.
Nous sommes aussi victimes de l’évolution de la réglementation qui met fin à la fabrication de la molécule active de nos herbicides sans nous donner d’alternative. Les stocks pourront être écoulés jusqu’à l’année prochaine. Profitant de cette situation, certains fournisseurs d’herbicide ont augmenté de 100 % le prix de certains produits. Cette situation est intolérable ; comment les services de l’État peuvent-ils laisser proliférer de tels abus ? 
A cela s’ajoute l’augmentation du prix de l’engrais utilisé par les planteurs. Habituellement, le prix se situe aux alentours de 600 euros la tonne, mais il va bientôt approcher voire dépasser 1000 euros la tonne. Comment allons-nous travailler nos champs à la fin de l’année pour préparer la prochaine campagne sucrière ? 
L’augmentation spectaculaire du coût du fret maritime a aussi des conséquences directes pour les agriculteurs, car les intrants indispensables à notre production voient eux aussi leur prix augmenter, sans aucune alternative possible. Les planteurs de cannes à sucre sont confrontés à un prix de la canne bloqué depuis des années alors que les charges ne font qu’augmenter .On parle même d’un éventuel report de la négociation de la future convention canne en 2023 , après les élections présidentielles !!!!!! 

 Augmentation du coût de la main d’œuvre sans bénéfice pour les salariés

Dans le même temps, un accord signé par la FNSEA et la Fédération nationale des CUMA a instauré une retraite complémentaire obligatoire. L’adhésion forcée des entreprises et des salariés à l’ARRCO et l’AGIRC se traduit par une hausse des cotisations patronales et une baisse de 50 euros du pouvoir d’achat des salariés dans une période où tous les prix augmentent. 
Comment la FDSEA a-t-elle pu autoriser la FNSEA à signer un tel accord qui s’applique à La Réunion, sans tenir compte de la situation particulière des entreprises agricoles et de leurs salariés à La Réunion ? L’augmentation du SMIC depuis le 1er octobre a également un impact.

 La concurrence des importations qui fixent le prix de la production locale

Tout augmente mais les recettes des agriculteurs stagnent voire diminuent. Pour les éleveurs et les maraîchers, ces hausses sont impossibles à répercuter sur le prix de vente. En effet, les sociétés qui contrôlent une grande partie de la production locale ont également la main sur les importations. Il est facile pour elles d’augmenter le volume de ces importations, dont le prix devient la référence à ne pas dépasser, mais qui est sans rapport avec le coût réel de la production locale à La Réunion. 

​Les pouvoirs publics vont-ils laisser faire ? 

 Cette hausse générale des prix menace la survie de nombreuses entreprises agricoles et donc l’emploi de leurs salariés. C’est une catastrophe sociale qui se prépare si les pouvoirs publics ne prennent pas conscience de la gravité de la situation dans le monde agricole. Comment aller vers l’autosuffisance alimentaire de La Réunion si la hausse des prix pousse des agriculteurs à mettre la clé sous la porte ? Quel nouveau modèle agricole allons-nous construire si les entreprises agricoles disparaissent les unes après les autres ?
La CGPER interpelle donc les pouvoirs publics pour qu’ils agissent afin permettre au monde agricole de passer ce cap difficile. La CGPER souligne que cette solidarité est la condition pour que nos milliers d’agriculteurs ne sombrent pas dans le désespoir. 
Il n’y a pas de temps à perdre, il en va de la survie des agriculteurs réunionnais.




1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 03/11/2021 11:07

Quand je vois les primeurs qui s'ouvrent de partout c'est que le business des fruits et légumes est très rentable.
D'ailleurs, il suffit de comparer la qualité des produits en totale inadéquation avec les prix au kilo.
C'est juste une escroquerie, et vu que les matières premières vont augmenter dans le bâtiment...ils veulent en profiter aussi ces escrocs.

2.Posté par Réveillez vous le 03/11/2021 12:11

" La concurrence des importations qui fixent le prix de la production locale"
Tant que vous ne sortez pas de l Europe....vous ne pourrez rien changer....
Libre circulation des biens et des prix ....
Sans compter le taux de taxation moyenne pour les pays importé sont tombé a 2.4% ....
N oublions pas que l union europeen a accepté pour différent CETA, TAFTA, MERCOSUR...

"FNSEA et la Fédération nationale des CUMA a instauré une retraite complémentaire obligatoire"
"comment la FDSEA a-t-elle pu autoriser la FNSEA à signer un tel accord qui s’applique à La Réunion"


La FNSEA applique les injonctions de l europe ...
Il faut savoir que, du fait de son appartenance à l’Union européenne, le gouvernement français est tenu chaque année de présenter à la Commission européenne, par le biais du RESF, la politique budgétaire qu’il compte mettre en œuvre pour appliquer les « recommandations » dictées par la Commission.

La politique budgétaire restrictive, clé de voûte des GOPÉ, impose continuellement à la France de privatiser son système de santé et de diminuer ses dépenses publiques en matière de santé (en application des articles 106 et 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne


" l’évolution de la réglementation"
Hé oui l europe impose l interdiction de molécule pour sont utilisation dans l europe..
Pourtant elle la fabrique..l exporte...les pays hors UE l utilise et ....on retrouve ses fruits et légumes sur nos étales.... c est TOP !!!

Le reste des soucis malheureusement sont mondial même si on aurait pu limité les importations en ayant nos propres usine en France....



EN tous cas, si vous votez pour un partie qui veux rester dans l union europeen....hé bien continuez de pleurer !

3.Posté par Caf le 03/11/2021 12:46

Faut pleure le metropole....nous on a rien eux si....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes