MENU ZINFOS
National

Le message de détresse d'un habitant de Saint-Martin


Sur l'île dévastée de Saint-Martin, certains habitants n'hésitent plus à piller des magasins mais aussi des maisons.

Par Zinfos974 - Publié le Samedi 9 Septembre 2017 à 01:18 | Lu 9496 fois

Les habitants de Saint-Martin font face, après le passage de l’ouragan Irma, à une autre menace : celle de bandes organisées prêtes à tout piller. Avec la destruction d’une bonne partie des infrastructures de l’île et l’absence de forces de police pour y faire régner l’ordre, les vols non alimentaires se poursuivent, installant un climat d'insécurité. 

Les premiers pillages ont commencé dès mercredi et le début de l’accalmie après le passage dévastateur d’Irma, ouragan ayant atteint une puissance jamais relevée jusque-là.

Ce vendredi, lors d’un point de situation, la ministre des Outre-mer a confirmé que de nombreuses scènes de pillage avaient été constatées. "Ce n’est pas toujours pour des besoins d’eau ou des besoins alimentaires. Moi quand je suis passée il s’agissait de télévisions", a pu constater Annick Girardin.

200 gendarmes en renfort

Si les scènes de pillage de magasins alimentaires n’ont pas surpris en pareille circonstance, les habitants de l’île craignent désormais pour leur propres biens. Certains restent barricadés, et vire armés, depuis le passage de l’ouragan, de peur d’être pillés par des "bandes organisées", qui effectuent des repérages pour des vols ciblés d’objets de valeur cette fois. Des magasins d’électroménager ont par exemple été vidés.

200 militaires doivent arriver en renfort sur l’île dévastée. Au total, près de 400 gendarmes vont être à pied d'œuvre dans les prochaines heures. En plus des gendarmes mobiles, dont la mission est de protéger les sinistrés et les biens, une vingtaine d'experts de l'Unité de gendarmerie d'identification des victimes de catastrophes (UGIVC) ont décollé jeudi soir de l'aéroport de Roissy direction la Guadeloupe, en transit, avant de gagner Saint-Martin.

Déjà critique, la situation pourrait encore s'aggraver avec l'ouragan de force 4 José dans quelques heures.








1.Posté par John le 09/09/2017 00:03

L'État français vous foutez quoi ?
Vous êtes payés ça pour non ?
Les impôts sont où ?
Aidez ces pauvres gens !!!
Et si demain ça arrivait en France ?
Sérieusement... C'est ça la France ?

2.Posté par quartier francais le 09/09/2017 07:09

tous ses élus sans scrupules qui cherche a faire profit sur la tète des plus démunis
IL EST TEMPS DE MONTRER VOTRE BONNE FOI FAITE DON D UNE PARTIE DE VOS INDEMNITÉ A SES GENS LA vous en première MADAME LA MINISTRE

3.Posté par jean claude payet le 09/09/2017 07:18

i tm la pub rien de tel que zinfo

4.Posté par Pamphlétaire le 09/09/2017 08:26

Rappelez-vous que les honnêtes gens sont désarmés pour être mieux brutalisés, torturés, rudoyés, esquintés chez eux afin d'être pillés, volés, dévalisés par les pillards, malfrats, pirates,...

"Au secours, à l'aide, aidez-nous, .... Oui j'entends ces cris d'appels à l'aide monter des nécropoles des innocents tués chez eux par les malfrats pour les voler de leur bien et afin qu'ils ne puissent pas parler pour donner des renseignements sur les ravisseurs...

Au fait, vous rappelez-vous l'ex-préfet Dominique Sorain qui a pris à la Réunion l'arrêté pour inciter les bonnes gens à déposer les armes qu'ils avaient en leur possession afin de ne pas se défendre et blesser les malfrats venus les malmener? Cela va rester dans l'Histoire de la Réunion.

5.Posté par pfffff le 09/09/2017 08:41

c'est déjà triste d'être sinistré si en plus on doit être pillé c'est franchement dégueulasse, mais dans quel monde vit on??? il n'y a plus de solidarité, on veut tout avoir quitte à voler piller et parfois tuer.....! en clair faut vivre armé!

6.Posté par Fred le 09/09/2017 10:07

http://www.boredpanda.com/hurricane-irma-photos/?utm_source=facebook&utm_medium=link&utm_campaign=BPFacebook

des images qui font bien peur ..;quand on sait comment est ..;construite LA Réunion ...!!! Espérons qu'on aura jamais à subir un tel montre de Puissance chez nous !

7.Posté par cheche le 09/09/2017 10:50

La partie française de l'ile de St Martin a toujours été en retard dans ses investissements hoteliers et commerciaux notamment.L'aeroport international est dans la partie hollandaise où sont concentrés les hotels,lieux d'animation,commerces...et les touristes etrangers se rendent dans ce secteur hollandais.Il serait temps d'y faire bouger les lignes..

8.Posté par Pamphlétaire le 09/09/2017 11:47

6.Posté par Fred le 09/09/2017 10:07

Un monstre de ce gabarit s'est déjà présenté dans l'Océan Indien mais il est passé au Nord de la Réunion. Ne pas oublier...
https://www.facebook.com/zinfos974.reunion/posts/1180510411959527

9.Posté par Fredo974 le 09/09/2017 11:48

POST 7 CHECHE

Je pense que les lignes ont du bouger maintenant ...

10.Posté par juste une remarque... le 09/09/2017 12:32

Comme souvent dans ces situations , il y a des pillages , des violences sur les personnes !
Certains veulent nous faire croire que ces "pauvres pilleurs" volent car ils n'ont plus rien et qu'il faut bien manger!
Mais bordel , regardez les vidéos , ces véroles ne volent pas la bouffe , ils volent des télé ,des chaines HIFI , ce sont des racailles ...et ne confondons pas !
Pas d'amalgame comme dirait l'autre: il y a des tas de pauvres gens qui ne volent pas , qui n'agressent pas et pourtant , leur situation est dramatique...ceux là sont aussi agressées par ces merdes!
il faut arrêter de faire semblant de croire que les pilleurs sont des malheureux , ce sont juste des voyous , des cagnards comme on dit chez nous!

11.Posté par pacha25 le 09/09/2017 12:40

Poste 1 : laisser leurs le temps d'arriver sur plus , vous croyez que ca se fait comme ca en claquant des doigts
ya 7000kmentre la métropole et les antilles + un 2 ieme ouragan qui arrive bouffon.

12.Posté par Ti-tangue le 09/09/2017 13:54

La racaille a pris possession de la rue , de plus elle est armée ( des coups de feu ont été entendus ) , ces grater d'ku profitent de la faiblesse de l'autorité de l'Etat pour se servir sur le cadavre ; les gens "normaux" sont terrorisés et n'osent sortir à l'extérieur .
Nous avons le même genre de bougs ici ; c'est flippant d'imaginer une telle situation de chaos .

13.Posté par Ti-tangue le 09/09/2017 14:08

C'est la guerre civile à St Martin ( Pierrot , oseras tu publier ça ? )
Aujourd'hui sur " ladepeche.fr " une femme médecin sur l'île depuis 25 ans témoigne : ils défoncent les portes des cases encore debout en criant .... les blancs dehors !
La racaille est armée , ils ont forcé les locaux de la douane et ses sont emparés des armes au ratelier .

14.Posté par Dimitri le 09/09/2017 14:37

C'est désolant mais pas tellement étonnant. Saint-Martin est un baril de poudre depuis longtemps et le climat social y est l'un des plus dégradés de la zone Caraïbes. Quant à Sint Marteen, on voit souvent des commentaires du type "partie hollandaise regardez tout va bien l'armée est là, côté français c'est le bordel comme d'hab l'état fait rien blablabla", bref inutile de brailler c'est tout aussi instable côté néerlandais où la ghettoïsation et la misère sociale sont encore plus grandes (modèle américain oblige).
Irma est une catastrophe engendrée par la nature et dont cette île superbe se remettra, mais la catastrophe humaine mise à jour ça c'est autre chose... Bon courage à tous les habitants de là-bas.

15.Posté par verolia le 09/09/2017 17:05

Stupeur et inquiétude blabla elle s'imaginait quoi ? Que les choses cachées sous le tapis n'allaient pas remonter ?

Sur la page fb de la préfecture de St-Barth et St-Martin...
https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1412708955509885&id=730216490425805

un commentaire parmi d'autres : C'est pas faute des millions d'euros donnés tout les ans qui ne servent qu'à embaucher des employés à la collectivité au lieu d'investir dans les réseaux d'eau d'électricité et de remise aux normes...

Et la préfete, elle est où ? Sous tizane saisissement ?

" La préfète de St-Martin et son équipe en état de choc
A St-Martin, ce ne sont pas seulement les populations qui ont subi un grave traumatisme. RCI révèle que l’équipe préfectorale de l’île du nord, va être renforcée car elle est en état de choc. La préfète-déléguée n’est plus capable de remplir ses fonctions en réalité...;

A St-Martin, ce ne sont pas seulement les populations qui ont subi un grave traumatisme. RCI révèle que l’équipe préfectorale de l’île du nord, va être renforcée car elle est en état de choc. La préfète-déléguée n’est plus capable de remplir ses fonctions en réalité.

Il y a eu d’abord une certaine incompréhension, puis des interrogations, avant que les choses deviennent prégnantes au point que l’administration centrale s’est vue dans l’obligation de prendre des dispositions dans l’urgence pour pallier la défaillance de fait, de la sous-préfète déléguée de St-Martin.

Impossible à camoufler ?

C’est le président de la collectivité de cette île du nord qui a semble-t-il rendu la situation impossible à camoufler. Daniel GIBBS a tenté durant plusieurs heures en vain de joindre la représentante de l’Etat à St-Martin et il s’en est inquiété. Dès lors, il était difficile de dissimuler l’évidence. Motif de ce silence : la sous-préfète déléguée de cette île du nord s’est trouvée dans l’incapacité d’assumer ses fonctions. Mais pas seulement elle. Toute son équipe. C’est le retour de flamme de la nuit du cyclone, où ils ont tous subi un choc traumatique dû au passage de l’ouragan, qui faut-il le rappeler, a détruit la préfecture de St-Martin. Une situation extrême qui avait obligé l’équipe préfectorale à passer toute la nuit dans une étroite pièce en dur, dans le noir, dans une grande promiscuité. « Elle a vu la mort en face », nous a déclaré une source préfectorale. Ceci explique cela et il a donc fallu prendre des dispositions pour gérer cette incapacité, avec souplesse.

Toujours en place

Reste que, Anne Laubiès, il faut le préciser, n’a pas été relevé de ses fonctions. Dans le langage convenu, elle a été renforcée par deux sous-préfets, un de l’administration centrale et un sous-préfet de la Martinique. Par ailleurs d’autres cadres de l’administration sont également arrivés sur l’île, pour garantir le plein exercice de l’autorité de l’Etat sur ce territoire totalement dévasté." ( RCI Guadeloupe)

16.Posté par Pro no stick le 09/09/2017 19:25 (depuis mobile)

On peut leur envoyer Amaury et.Eric...? Il connaît les îles..8 mois en gwada..et il saura avec Eric rappeler ce que de droit aux pilleurs..

17.Posté par PATRICK CEVENNES le 09/09/2017 23:06

fukcd473
1.Posté par John le 09/09/2017 00:03
Ben, vous attendez quoi pour prendre l'avion et aller en aide là-bas.

Puisque vous êtes une science infuse expliquez-nous quels moyens matériels vous mettriez en œuvre pour évacuer la bagatelle de 75000 habitants? Et où vous les évacueriez ? Bien entendu avant le passage d'Irma.

Je ne suis pas certain que Princess Juliana puisse accueillir la bagatelle de 150 gros porteurs en une journée. Je ne vous parle pas de Grand-Case. Et puis faut les trouver les 150 gros porteurs dans la zone. Même question pour les navires.

18.Posté par Grangaga le 09/09/2017 23:17

Volèrr' y vol' volèrr' as'tèrr'.........
Domann' .......P.Balkany in l'invantèrr' satt' li la pèrdd'..........
Sin Martinn' nana in.......gran kaz', avèkk' ryink' bwatt' o lètt', ès'ké la rèss' doboutt' ??????????
Satt' y parl' de zinpo là......si zot' y koné konbyin zot' z'inpo té y pass' sou lo pon-lévi déyièrr' l'aéroporr' Jiliana là...........an ......yachtt'.......toutt' op'syion mounwarr' !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes