MENU ZINFOS
Faits-divers

Le kiné tripoteur reste en prison en attendant son procès


La justice a estimé qu'il était plus prudent de maintenir le détenu, un kinésithérapeute de Saint-André soupçonné d'agressions sexuelles sur une patiente, derrière les barreaux.

Par - Publié le Mardi 9 Mars 2021 à 16:33 | Lu 7042 fois

Une mineure de 15 ans a porté plainte il y a plus d’un an pour agression sexuelle. La particularité du dossier : il met en cause un professionnel de santé.

Le père de famille de 40 ans avait été interpellé et placé en garde à vue début février. S’étant tailladé le cou avec une cuillère en plastique, il avait été soigné en hôpital psychiatrique pendant une quinzaine de jours. Déféré ensuite devant le parquet, il a été mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs et placé en détention provisoire. 
 
Mais voilà que deux semaines de détention lui ont largement suffi ; le détenu a fait appel de cette décision et se trouvait donc ce mardi devant la chambre de l’instruction qui a décidé que oui, il était plus prudent de le maintenir derrière les barreaux en attendant son procès. 
 
Devant les magistrats, il a avoué la majorité des faits : "Je me suis rendu compte de beaucoup de choses. J’avais des choses à assumer comme le fait que j’ai créé beaucoup de souffrance". 
 
L’adolescente avait en effet expliqué à la police que les rendez-vous avec son kiné étaient fréquents et les attouchements, systématiques ; le professionnel allant même jusqu’à sortir son sexe. Sa mère ne comprenant pas pourquoi elle reculait devant ses rendez-vous, la victime a fini par en parler à sa conseillère de collège. 
 
Des témoignages concordants et un comportement suspect

Le prévenu a d’abord nié les faits, avant d’avouer, puis de crier au complot et d’accuser ses confrères. Car ses collègues affirmaient avoir remarqué son comportement suspect. Sans parler du porno visionné au travail, ainsi que la consommation d’alcool. 
 
Ce qui dérange davantage, ce sont les témoignages d’autres collégiennes, notamment des stagiaires. Et cette plainte en 2011 d’une adolescente, qui s’est conclue en une affaire classée sans suite, n’arrange pas la situation de ce kinésithérapeute.

Il avoue que depuis, un protocole avait été mis en place pour permettre aux collègues de regarder par un box dans la salle de soins et que les portes devaient rester déverrouillées. Mais la police n’a trouvé aucune preuve de cela dans le cabinet et aucun collègue n’affirme en être au courant. Le détenu assure même avoir soigné tant de jeunes filles à cause du comportement déplacé de son collègue, et afin de les protéger. 
 
L’avocate générale, en demandant à ce que le détenu soit maintenu en détention, a rappelé que lors de son séjour en hôpital psychiatrique, le suspect en avait profité pour contacter sa secrétaire pour lui demander les contacts de ses patientes. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par TICOQ le 09/03/2021 17:34

Tripoteur un jour........

2.Posté par Choupette le 09/03/2021 17:50

Tordu !

Père de famille, en plus.

3.Posté par boul le 09/03/2021 17:53

pourquoi n'a t-on pas les noms de ces violeurs attoucheurs etc? ah oui la loi protège les nombreux violeurs élites de notre société du coup ceux du bas en bénéficient aussi

4.Posté par Olivier le 09/03/2021 20:11

Kiné qui kine l'alcool et qui veut kine la pine

5.Posté par anagramme le 10/03/2021 07:31

Il confond kiné et niké.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes