Courrier des lecteurs

Le journal de Paul Hoarau - Réunion "idéaliste" ou Réunion "réaliste" ?

Lundi 19 Mars 2018 - 09:51

Le journal de Paul Hoarau - Réunion "idéaliste" ou Réunion "réaliste" ?
Je prie le lecteur de bien vouloir m'excuser. Je ne vais pas l'entretenir d'un sujet qui le préoccupe, aujourd'hui, concrètement. Je vais me perdre dans une réflexion philosophique (sommaire : je ne dispose que de deux pages). Certains vont me dire : « Très bon diagnostic, Monsieur Hoarau, et maintenant, concrètement qu'allons-nous faire ? » 

Il y a deux façons, en effet, de connaître les  choses, donc de connaître La Réunion. Il y a une façon idéaliste et une façon réaliste. L'idéalisme « est une doctrine philosophique qui nie l'existence du monde extérieur et réduit celui-ci aux représentations que nous en avons » . Le réalisme « est une doctrine philosophique qui consiste à affirmer que notre connaissance peut atteindre la vraie réalité ».

La connaissance idéaliste de La Réunion correspond à la représentation que s'en font, depuis toujours, des dirigeants de l’État, certains compatriotes métropolitains (quand ils s'y intéressent) et des Réunionnais d'ici. La Réunion c'est la France, La Réunion est en France, il y a une continuité territoriale entre la France et La Réunion ; l'Histoire de la France et l'Histoire de La Réunion se superposent : tout ce qui s'est passé à La Réunion, des origines à nos jours, est la reproduction de ce qui se passe en France ; les Métropolitains à La Réunion et les Réunionnais en « Métropole », c'est exactement la même chose, La Réunion est un prolongement de la France dans l'Océan indien, etc., etc., etc.

La connaissance réaliste de La Réunion est toute autre. En regardant une mappemonde, on constate que La Réunion (française, oui!), n'est pas en France, qu'il n'y a pas de continuité territoriale entre la France et La Réunion ; qu'une partie de ce qui s'est passé à La Réunion c'est, en effet, passé en France, mais qu'une partie de ce qui s'est passé à La Réunion, s'est passé, aussi, en Afrique, en Chine, en Inde, en Indianocéanie ; qu'il n'y a pas eu en France, comme cela s'est passé à La Réunion dès les origines de son Histoire, une rencontre d'hommes et de femmes d'Afrique, d'Asie et d'Europe, pour constituer un peuple nouveau, issu du métissage de ces apports originels ; que cette rencontre a donné naissance à une langue nouvelle, le créole ; que l'environnement indianocéanien de La Réunion n'est pas comparable à l'environnement méditerranéen du sud de la La matière Réunion a été formée et « informée » par une Histoire, des politiques, un travail et des vécus d'hommes et de femmes, différents de l'Histoire, des politiques, du travail et des vécus d'hommes et de femmes de France. La Réunion est et existe en soi. Il n'est pas possible d'imaginer que l'on puisse, de l'extérieur d'elle-même, lui substituer une représentation « idéaliste » qui la transformerait en autre chose que ce qu'elle est.

Tout cela vient de la difficulté de certains esprits français influents à reconnaître les différences ; de la difficulté à comprendre que l'universalité n'est pas l'uniformisation par clonage de modèles dominants ; de la difficulté à concevoir que l'unité doit s'enraciner dans la diversité.

La Réunion idéaliste, c'est un rideau-décor qui montre les représentations qu'en ont la plupart des dirigeants de la Nation et ceux qui les suivent, et que traduisent les constitutions, les lois et les décrets . La Réunion perd sa banque ? C'est faux parce que la Réunion c'est la France et que la banque qui l'a absorbée est française. La Réunion a perdu son industrie sucrière ? C'est faux, parce que La
Réunion c'est la France et que les nouveaux propriétaires de son industrie sucrière sont Français. De plus en plus, les marchands qui vendent aux Réunionnais les voitures qu'ils utilisent et les produits qu'ils consomment ne sont plus Réunionnais ? C'est faux, parce que La Réunion c'est la France et que les nouveaux marchands sont Français. En vérité, La Réunion perd au profit de la France. Mais par le
tour de passe-passe de la représentation « la Réunion c'est la France » La Réunion ne perd pas. La Réunion étant la France, la France qui gagne, c'est La Réunion qui gagne...

Il faut admettre que les Français de France et les Français de La Réunion peuvent avoir des intérêts opposés. Il faudra, alors, régler les contentieux entre franco-français, mais pas par la suppression de la partie réunionnaise que l'on aura dissoute dans une masse française uniformisée. La sauvegarde de la partie réunionnaise devra être garantie en partie par des dispositions politiques et juridiques. Elle ne pourra pas être laissée aux seuls rapports des forces économiques. Sans ces garanties politiques et juridiques, les entreprises réunionnaises les plus résistantes finiront par disparaître.

La Réunion « réaliste » est derrière le rideau de sa « représentation idéaliste ». La chose la plus concrète à faire aujourd'hui, est de faire tomber ce rideau, de « quitter les balises quotidiennes, les conventions et les limites à ne pas dépasser en public, et (aller) à l'initiation de la solidarité active et consciente » , d'être peuple, un peuple français parmi d'autres, mais identifié et reconnu.

N.B. : Vous pouvez lire ce journal, le commenter et lire d'autres commentaires : sur le site REELR et sur ma page Facebook
Paul Hoarau
Lu 283 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Septembre 2019 - 17:51 Lettre ouverte à Didier Robert