MENU ZINFOS
Politique

Le jour où les Réunionnais découvraient le Concorde en même temps que Valéry Giscard d'Estaing


Le 20 octobre 1976, le Concorde se posait pour la première fois sur le sol réunionnais. Avec à son bord, le chef d'Etat Valéry Giscard d'Estaing.

Par Nicolas Payet - Publié le Jeudi 3 Décembre 2020 à 09:52 | Lu 2269 fois

Avion supersonique, le Concorde a été conçu conjointement par Sud-Aviation et British Aircraft Corporation
Avion supersonique, le Concorde a été conçu conjointement par Sud-Aviation et British Aircraft Corporation
C'était il y a 44 ans. Le 20 octobre 1976, les Réunionnais découvraient pour la première fois le Concorde, cet avion de ligne supersonique, et à son bord, Valéry Giscard d'Estaing. L'ancien chef d'Etat, décédé ce mercredi des suites du Covid-19, était le deuxième président de la République à poser les pieds à La Réunion (le premier étant le général de Gaulle).

Valéry Giscard d’Estaing avait été accueilli à l'aéroport par près de 70 000 personnes, selon la presse écrite de l'époque. "Triomphe pour Giscard", avait titré le JIR dans son journal paru le lendemain. Le président, qui était attendu par le député-maire Auguste Legros, s'était ensuite rendu à la mairie de Saint-Denis. 

Dans une allocution prononcée le jour de son arrivée au Chaudron, celui qui avait fait abaisser l'âge du droit de vote de 21 à 18 ans s'était adressé aux jeunes Réunionnais : "Je voudrais enfin vous demander non seulement de garder votre liberté de jugement, mais de développer votre esprit de jugement. Pour rester des citoyens indépendants et libres, il ne faut pas vous laisser endoctriner par des systèmes d'explications qui cherchent à simplifier les choses et à faire appel aux instincts de la démagogie et de la facilité. Les jeunes Français ont le droit de choisir et de juger eux-même leur avenir. Ils ont mieux à faire que de s'insérer dans un long cheminement de cortèges et de manifestations qui ne les conduira nulle part", avait-il déclaré.

VGE, homme de droite, s'était également rendu à Saint-Louis (alors ville PCR) pour y affirmer son opposition à l’autonomie.




1.Posté par A mon avis le 03/12/2020 12:25

VGE homme de droite écrivez vous.

De centre droit serait plus exact avec l'UDF.

Si on ne veut retenir le côté positif de son septénat, il faut admettre qu'il a été un président réformateur à qui l'on doit notamment :
- la majorité à 18 ans
- le divorce par consentement mutuel
- le collège unique
- et surtout la loi Veil sur le droit des femmes à l'avortement.
Lois bien souvent votées malgré l'opposition des députés de droite !

Il était aussi un pro-européen.

2.Posté par vanessa groton le 03/12/2020 14:09

le concorde quelle technologie extraordinaire pour l epoque

 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes