Economie

Le groupe Caillé aura à terme 28 Leader Price et 2 Géant Casino

Jeudi 2 Avril 2009 - 07:28

L’Hypercrack de la ZAC Canabady, à St-Pierre, devient Géant Casino, tout comme le Champion de la Châtoire au Tampon. Par ailleurs 13 franchises Champion et 15 sous-franchisés de la même enseigne deviennent Leader Price. Toutefois, le Leader Price de Bellepierre n’entrera pas dans le groupe Caillé.


François Caillé aurait souhaité intégrer ce magasin, “mais c’est techniquement impossible”.
Le PDG du groupe éponyme ne vit pas de regrets. “Nous devons déjà être satisfaits d’une part d’avoir réussi à nous remettre rapidement du coup que nous a joué Carrefour métropole et d’autre part, d’avoir ramené le hard discount à La Réunion. Et ce ne fut pas chose aisée car Carrefour métropole ne nous a pas facilité la tâche”.
“D’une part, c’est dans les magazines spécialisées que nous avons appris en juin de l’année dernière que Carrefour ne voulait plus commercialiser l’enseigne Champion au niveau national et de supprimer également les marques de distributeurs Champion”, relate François Caillé.
Le groupe a alors tenté de négocier un nouveau contrat “du même type, c’est-à-dire sous forme Carrefour Market. C’est l’enseigne qui remplace Champion”. La réponse de Carrefour métropole a été “une fin de non-recevoir”.
“Il n’était pas question de remplacer notre contrat de Master franchise Champion par un contrat Master franchise Carrefour Market”. Dès lors la rupture était inévitable.
Le PDG du groupe Caillé regrette surtout “la méthode. Elle est extrêmement décevante. Nous avons été déconsidérés. Nous ne méritions pas un tel traitement”.
Carrefour est allé jusqu’à proposer au groupe Caillé de commercialiser des produits sous la marque Carrefour. “On nous a demandé de vendre des produits sous la marque de notre concurrent. Nous étions dans une situation difficile. Nous avons commencé à prospecter de nouvelles enseignes dès le mois d’octobre 2008”.
L’annonce de l’arrivée de l’enseigne Leclerc en lieu et place de Leader Price et le contrat arrivant à terme entre le groupe TAK et Géant Casino, se sont révélés deux opportunités.
Les discussions ont abouti mais ce n’est qu’hier matin que la direction du groupe Caillé en a informé les IRP (Instances de représentation du personnel) d’une quinzaine de ses sociétés du changement qui va s’opérer.
“Nous leur avons demandé leur avis”. Même si cet avis n’est que consultatif, “il est indispensable. Et, nous avons été très heureux que l’ensemble du personnel ait accueilli cette information de manière enthousiaste. Le choix que nous avons fait a recueilli l’assentiment de tous”.
“Cela ajoute à notre joie d’avoir ramené le hard discount dans l’île, sous une enseigne qui a un taux de rentabilité au mètre carré bien supérieur à la moyenne qui est de 11.730 €, alors que Leader Price est à 15.116 €”. François Caillé espère encore améliorer ce chiffre.
Mais d’ici octobre 2009, la charge de travail s’annonce importante “pour la mise à jour des 28 Leader Price et des 2 Géant Casino”. Sur la vidéo, François Caillé parle de ce calendrier qui “sera serré”.
Jismy Ramoudou
Lu 5410 fois



1.Posté par phyllie le 02/04/2009 11:21

Aux Antilles, le groupe Hayot exploite l’enseigne Carrefour * et son partenaire Despointes, l’enseigne Champion. Tous les deux sont associés au travers la plate-forme logistique du Havre la Sogédiale, qui approvisionne seulement les Antilles, allez comprendre.
Caillé ne bénéficie pas de cette structure logistique en métropole, les relations entre Le groupe Hayot et le groupe Caillé ont souvent été un peu compliquées.
Par ailleurs, en terme de marketing et de gestion, il est moins coûteux de communiquer sur une « Marque » que sur deux. (je sais, il ne faut pas être très malin pour le comprendre).
En conséquence, la stratégie de Carrefour est simple, en ne commercialisant qu’une marque de distributeur au lieu de deux, il y a des économies d’échelles à réaliser chez les fournisseurs ; donc création de valeurs, donc négociation sur la taille des parts. En d’autres termes, amélioration des marges en MDD pour Carrefour France et optimisation des budgets marketing.
La disparition de Champion entraîne de fait la disparition des contrats de franchise. Le temps est venu pour les franchisés de passer à la casserole, et subir la négociation à « la française » : On balaie l’adversaire « militairement » et on négocie l’inacceptable.
« La rupture était inévitable » de dire F. Caillé.
Je ne serais pas étonné d’apprendre que Carrefour France lui a poliment indiqué la porte. En poussant un peu la paranoïa, je sens l’ombre de Bernard Hayot derrière tout cela. Je pense qu’il n’a toujours pas pardonné à F. Caillé le coup de l’Hyper Crack Champion de la zone Canabady.
Pour F. Caillé c’est l’heure de la désillusion : “la méthode. Elle est extrêmement décevante. Nous avons été déconsidérés. Nous ne méritions pas un tel traitement”.
Dans les faits, François Caillé, vient de subir le même traitement qu’un salarié lambda de n’importe quelle entreprise française. La réalité est souvent dure à admettre.

Avec le retour de Leader Price, nous assistons au jeu des chaises musicales, cela va faire grincer les dents chez certains de nos amis chinois.

* Hors Carrefour Lancry à Fort de france.

2.Posté par Kader Oussel le 02/04/2009 13:11

Grincer des dents, nos amis "chinois" ? Mais non, Phyllie, ils ont trouvé un pigeon pour fourguer leur matos ! De plus, dans la distribution, l'expérience montre que François Caillé ne représente pas un danger majeur !

3.Posté par despe le 02/04/2009 18:38

ah ah ah le jeu de chaises musicales !

mais c'est toujours les mêmes qui gagnent, et toujours les même qui trinquent !

4.Posté par MATHIEU le 02/04/2009 21:09

Pour repondre a phillye , il faut savoir que CAILLE n'est pas actionnaire de SOGEDIAL ( 50% HAYOT et 50%DESPOINTES ) .Les Carrefour Reunionnais s'approvisionnent en metropole en grande partie via cette plateforme (depart du HAVRE , de FOS SUR MER ,de MONTOIR DE BRETAGNE ou de ORLY pour le fret avion ) mais SODEXPRO (plateforme REUNIONNAISE des magasins CHAMPION ) s'approvisionne aussi en metropole via la logistique SOGEDIAL (pas uniquement bien sur ) . A mon avis HAYOT avait plus à gagner qu'à perdre de voir les CHAMPIONS passer CARREFOUR MARKET (comme en metropole )plutot que LEADER PRICE. (plateforme SODEXPRO , communication commune ) face à l'arrivée de LECLERC .Le probleme maintenant est de savoir combien de franchisés "CHAMPION" vont rester avec CAILLE ou basculer coté "LECLERC" par exemple .

5.Posté par MATHIEU le 02/04/2009 21:18

Pour ce qui est de l'entente entre CAILLE et HAYOT c'est vrai qu'elle n'est pas au beau fixe à cause du probleme HYPER CRACK CANABADY mais surtout depuis que HAYOT à raflé a CAILLE la franchise DECATHLON pour la REUNION , ce dernier ayant du se rabattre sur GO SPORT (LOL ! ) Quand au nouveau paysage reunionnais je vois disparaitre 2 enseignes sur l'ile (CHAMPION et DIA ) et reapparaitre une seule enseigne ( LEADER PRICE ) car pour moi GEANT CASINO et JUMBO SCORE (qui sont des GEANT tropicalisés) c'est pareil (GEANT etant l'enseigne d'hyper la plus chere de FRANCE) .Bonjour la concurrence !

6.Posté par gugus974 le 04/04/2009 17:23

HELLO
Attention, le Groupe Caillé n'exploite pas l'enseigne Go Sport à la Réunion.
Cette enseigne Go Sport, comme City Sport est exploitée à La Réunion par une filiale(Sté SPCR ) du Groupe Mercure international installé à Monaco.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 11:36 Crise letchis : F. Faby, le PDG de Colipays rassurant