MENU ZINFOS
Zot Zinfos

Le franc-maçon du jour : VOLODINE …


Par JANUS - Publié le Jeudi 19 Mars 2015 à 09:24 | Lu 527 fois

Sa vie profane
- Né le 11 août 1882 en RUSSIE
- Décédé le 18 septembre 1945 à PARIS

• Anarchiste

Vsevolod Mikhaïlovitch Eichenbaum dit Voline, est né dans une famille aisée (son père et sa mère sont médecins), Voline fait des études de droit à Saint-Pétersbourg, Il prend alors une part active à la Révolution de 1905, puisqu’il participe à la fondation du soviet de Saint-Pétersbourg. il est arrêté par la police. Emprisonné, il s’évade et gagne la France en 1907.

Voline est un intellectuel et un écrivain prolifique.

En Ukraine en 1917, il joue un rôle fondamental lors de la création de la confédération Nabat ainsi que dans le débat sur l'organisation anarchiste qui l'oppose, en France dans les années 20, à Piotr Archinov.

Il est le théoricien de la synthèse anarchiste qui a pour ambition de réunir toutes les tendances anarcho-syndicaliste, communiste libertaire et individualiste dans une seule organisation : « Ces trois éléments (le syndicalisme, le communisme, et l’individualisme) sont trois aspects d’un seul et même processus, la construction, par la méthode de l’organisation de classe des travailleurs (le syndicalisme), de la société anarcho-communiste qui n’est que la base matérielle nécessaire à l’épanouissement complet de l’individu libre. Ces trois éléments coïncident chronologiquement, et se manifestent fortement dès le départ de la révolution sociale. »

À Paris, il fréquente les milieux anarchistes russes. En 1913, il devient membre du Comité d’action internationale et fait de la propagande contre la guerre qui approche.
En 1915, menacé d’emprisonnement par le gouvernement français, il s’enfuit vers les États-Unis, où il rencontre Trotsky qui lui déclare que ce dernier l’arrêterait s’ils se retrouvaient à Moscou (ce qui se vérifiera par la suite en 1920).

Il est accueilli par la Fédération des Unions d’ouvriers russes aux États-Unis et au Canada pour laquelle il participait à la revue Goloss Trouda (La Voix du Travail), il entame aussitôt une activité de propagandiste et de publiciste au sein de la revue.

En 1917, la rédaction part en Russie, il est choisi comme rédacteur en chef de la revue qui devient l’organe de l’Union de propagande anarcho-syndicaliste de Pétrograd. Après les accords de Brest-Litovsk, il quitte la revue et se rend à Brobov dans le sud de la Russie, où il est chargé de l’éducation des masses populaires. Il participe au quotidien Nabate (Le Tocsin).

Il participe aussi au travail de la Conférence de Koursk. Il est notamment chargé de rédiger une synthèse anarchiste qui puisse être un programme pour toutes les tendances anarchistes de Russie.
La réaction bolchevique l’oblige à quitter ses fonctions, et il rentre alors en contact avec le mouvement makhnoviste. Il prend alors la tête de la section de culture et d’éducation de l’armée insurrectionnelle. En 1919, l’armée l’élit président du Conseil militaire insurrectionnel, mais il est arrêté six mois plus tard par l’Armée rouge (sous le commandement de Trotsky) qui le remet entre les mains de la Tchéka.

Il est libéré en octobre 1920 suite à un accord entre Makhno et les bolcheviques. Il part alors pour Kharkov pour préparer le congrès anarchiste du 25 décembre, mais les bolcheviques (sous les ordres de Trotsky) l’arrêtent à la veille du congrès, avec tous les anarchistes ayant combattu avec Makhno.
Emprisonné et torturé, il est libéré à la suite d’une intervention de syndicalistes européens venus participer à un Congrès du Profintern, mais il doit quitter la Russie soviétique à jamais.

Il se réfugie en Allemagne, où il milite au sein de l’Union ouvrière libre qui siégeait à Berlin. Il participe avec A. Gorielik & A. Komoff à la rédaction de la brochure La persécution contre l’anarchisme en Russie Soviétique (traduction française : Répression de l’Anarchisme en Russié soviétique, 1923), et traduit le livre de Pierre Archinoff : Histoire du Mouvement makhnoviste. Il crée aussi l’hebdomadaire de langue russe, L’ouvrier anarchiste.

Sébastien Faure l’invite en France, où il séjourne successivement à Paris et à Nîmes, pour participer à la rédaction de l’Encyclopédie anarchiste. Il y écrit de nombreuses études, souvent reproduites en brochure. À la demande de la CNT espagnole, il rédige son journal de langue française L’Espagne antifasciste.

Au moment de la déclaration de guerre, il est à Marseille où il fait la connaissance d’Émile Danoën qui réussit à décider Gaby Neumann, la directrice intérimaire des éditions du Sagittaire, à lui donner un travail mieux rémunéré que celui qui consistait à tenir le guichet du poulailler à la caisse du théâtre du Gymnase.

Durant son séjour marseillais, il termine l’écriture de sa grande œuvre La Révolution inconnue. Les privations, et les dangers de la vie clandestine qu’il doit mener durant cette période ont raison de sa santé.

Il meurt de tuberculose le 18 septembre 1945 à l’hôpital Laennec à Paris. Il est incinéré au crématorium du Cimetière du Père-Lachaise.

Sa vie maçonnique
• Initié à la Loge « La clarté », PARIS
• Frère de la Loge « La parfaite union «, MARSEILLE



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes