MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le franc-maçon du jour : Jean-Baptiste LISLET-GEOFFROY…


Par JANUS - Publié le Mercredi 21 Janvier 2015 à 09:51 | Lu 819 fois

Le franc-maçon du jour : Jean-Baptiste LISLET-GEOFFROY…
Sa vie profane
- Né le 23 août 1755 à SAINT-PIERRE, Ile de La REUNION
- Décédé le 8 février 1836 à PORT-LOUIS, Ile MAURICE

• Cartographe

Enfant naturel, comme on disait à l’époque, non reconnu et sans patronyme, il n’acquérera ce dernier que quarante années plus tard.
Il était légalement impossible à M. Geoffroy père, d’épouser Niama en justes noces, même affranchie, pas plus qu’il ne lui était loisible de reconnaître son fils, quand bien même l’eut-il souhaité ardemment.

Notons que lorsqu’en 1755, Geoffroy-père demande au Conseil Supérieur de l’affranchir, il justifie sa requête en précisant qu’il doit “un service considérable de sa plus ancienne esclave nommée Niama, négresse de Guinée, particulièrement dans une maladie de deux ans”. Celle-ci fut donc, selon Jérôme Jolivet, la cinquième femme affranchie de Bourbon, elle sera d’ailleurs une des toutes premières à obtenir une concession jouxtant celle de M. Geoffroy.

Comme le couple s’était établi dans la région de la rivière d’Abord, dans un lieu-dit “L’islet Bassin plat”, cela valut à l’enfant son surnom de “Lislet”, qui ne quitta plus son patronyme, du moins lorsqu’il lui fut devenu possible de porter ce dernier, c’est-à-dire à compter de 1794.

Cela eut le mérite de lui conférer une identité particulière, ce qui était rarissime voire unique en cette période d’esclavage.

C’est en 1794, en effet, que M. Geoffroy père, put enfin bénéficier de l’opportunité légale que lui accorda la Convention, d’enfin pouvoir adopter légalement son fils, Jean-Baptiste Lislet, et faire ainsi de lui son héritier.

Son père, ingénieur de la Compagnie des Indes, est un érudit, féru de technique, peintre de talent, il sut procurer à son fils aîné une instruction de grande qualité pour l’époque. L’année précédente, la famille de Lislet quitte Saint-Pierre pour l’Isle de France et décide vraisemblablement de s’établir à Port-Louis. De cet événement fortuit et certainement professionnel, naîtra une ascension intellectuelle sans faute note.

L’arrivée des Geoffroy à Port-Louis coïncide avec l’entreprise de grands travaux dirigés par le chevalier de Tromelin et destinés à transformer Port-Louis en un grand port d’envergure régionale. Dès seize ans, Lislet travaille aux Ponts et Chaussées comme "piqueur sur les chemins du gouvernement".

Lorsqu’en 1771, Commerson décide de visiter le Piton de la Fournaise en compagnie du chevalier de Saint Lubin et M. de Crémont, intendant de l’Ile Bourbon, il paraît tout naturel que ce soit Lislet Geoffroy qui les guide et les accompagne.

En 1780, il est alors nommé dessinateur en génie militaire, il a alors 25 ans.

On lui doit également à la même époque, les premières observations météorologiques qu’il tiendra avec régularité durant cinquante années. Il entreprend une étude scientifique sur la résistance et la densité des bois tropicaux, en comparaison des bois européens.
A chaque fois, il rend compte de ses travaux à Paris, tant et si bien que le 23 août 1786, âgé de 31 ans, il se voit admis comme correspondant officiel de l’Académie Royale des Sciences, avec pour parrainage, le duc de La Rochefoucauld, cousin du roi.

C’est le premier homme de couleur à obtenir pareille distinction. Louis Arago, autre scientifique brillant, prononcera cet éloge de Lislet Geoffroy :

Au point de vue de la géographie, la dette envers Lislet Geoffroy est énorme, surtout si l’on considère qu’à cette époque, la connaissance des côtes et des routes maritimes revêtait une importance cruciale au niveau stratégique et colonial. Il sera d’ailleurs inscrit à la section de géographie et navigation de l’Institut de France.

Toute sa vie, Lislet dressa des cartes d’une précision indiscutable, on lui doit la connaissance parfaite des contours de Madagascar, de La Réunion et de Maurice, idem pour les Seychelles ou Rodrigues.

La portée de ses travaux fut immense pour l’histoire de la navigation dans l’océan Indien.

En 1787, il relève la carte de la baie de Sainte-Luce, en 1793, c’est au tour des îles Seychelles, en 1797, ce sont celles de La Réunion et de l’Isle de France. Le gouverneur Malartic le nomme même officier-adjoint du Génie militaire.

A partir du 4 janvier 1816, il sera en charge du dépôt des chartes et journaux de Maurice.

Officier adjoint dès 1794, en 1803, le général Decaën, alors commandant des colonies orientales, le promeut au grade de capitaine du Génie. C’est dans cet uniforme que Louis-Antoine Roussin en fit le portrait conservé par la Société Royale des Arts et des Sciences de Maurice.

Sous la colonisation française de l’île, Lislet-Geoffroy n’obtint jamais de poste de premier plan, cela s’avérait impossible de par la législation esclavagiste, raciste et ségrégationniste du Code Noir, puis du Code Napoléon. Malgré toute la reconnaissance qu’il lui témoigna, le général Decaen dut lui avouer, se confiant à lui, "qu’il ne pouvait l’appeler aux hautes fonctions pour lesquelles son savoir et ses talents le désignaient tout naturellement, en raison de sa position sociale".

Sir Robert Townsend Farquhar lui offrira ainsi de demeurer à Maurice, lui proposant un poste important.

Veuf et avec deux enfants encore en bas âge, cela l’intéressera d’autant plus que Louis XVIII venait injustement de lui refuser la pension à laquelle il avait pourtant droit pour services rendus. Sans fortune personnelle, il demeura donc à Maurice en tant qu’ingénieur géographe de sa majesté britannique, trop content de pouvoir enfin faire valoir ses services à leur juste prix.

On lui doit la fondation, en 1801, de la Société des sciences et des Arts de l’Isle de France, puis celle de la Société d’émulation en 1805, celle de la Société d’Histoire naturelle de l’Ile Maurice, en 1829.

C’est dans sa modeste maison de la rue d’Artois qu’il s’éteint, le 8 février 1836, ayant eu le temps de vivre l’abolition de l’esclavage.

Sa vie maçonnique :

• Initié en 1789 à la loge de PORT-LOUIS, Ile MAURICE




1.Posté par L'INSOUMIS le 21/01/2015 19:32


Vous aurez beau faire, les francs-maçons auront toujours une image de secte malsaine et surtout à la Réunion.
A bon entendeur . . .

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes