MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Santé

Le directeur du CHU signe la fermeture du service urologie


Le directeur général du Centre hospitalier universitaire de La Réunion a signé l'acte administratif officialisant la fermeture du service d'urologie se situant sur le site nord.

Par Ludovic Grondin - Publié le Mercredi 19 Mai 2021 à 09:47

Le directeur du CHU Réunion Lionel Calenge
Le directeur du CHU Réunion Lionel Calenge
La mobilisation de patients et de nombreuses personnalités publiques n'y ont rien fait. La fermeture du service urologie du CHU Félix Guyon est entérinée.

Les patients d'ores et déjà admis ou programmés au service d'urologie feront l'objet d'une déprogrammation et d'une réorientation vers le lieu de soins de leur choix, "dans le respect des conditions de qualité, de sécurité, d'accessibilité et de continuité des soins", informe l'acte administratif signé par Lionel Calenge. Et ce sont bien ces deux derniers points qui continuent de générer cette crainte de la part de la patientèle contrainte de se tourner vers une prise en charge, soit à l'autre bout de l'île sur le site Sud du CHU, soit par le secteur privé dans le nord. 
Courrier des lecteurs Indignation suite à la fermeture du service Urologie du CHU Nord

A contrario, la décision du directeur du CHU, prise en lien avec l'autorité dédiée, à savoir l'ARS, s'est construite à la lumière de relations très tendues entre les quatre praticiens du service d'urologie nord.

Plus aucune entente entre les quatre praticiens

Le rapport de l'Inspection générale des affaires sociales a ainsi établi que "la qualité et la sécurité des soins prodigués aux patients" n'étaient plus assurées. Il ressort du rapport de l'IGAS que "l'éclatement de fait du service ne permet plus de garantir la sécurité des patients ni celles des professionnels et en particulier des quatre praticiens, soumis à des risques psycho-sociaux manifestes. Le rapport fait apparaître que la fermeture rapide du service mettra fin définitivement aux risques d'incident grave pour les patients et les professionnels concernés."  

Cette fermeture du service appelle également, sur le plan des ressources humaines, un redéploiement des personnels concernés. Ainsi, les personnels médicaux feront l'objet d'un accompagnement en lien avec le centre national de gestion et les personnels non médicaux feront l'objet d'un changement d'affectation. 




1.Posté par frigidaire le 19/05/2021 11:34

ENFIN. Il n'y aura plus de querelle interne

2.Posté par Laurent le 19/05/2021 11:48

Mi souhaite pas que ce bougue là y tombe malade et a besoin de ce service , lamentable

3.Posté par dudule974 le 19/05/2021 11:55

Et bien voila!
Après les autorités nous dirons que la médecine se développe et progresse à La Réunion.
Honte à ses praticiens à l'égo énorme, bien sur. mais honte aussi au Directeur du CHU, qui n'a pas su imposer son autorité.
Qui va trinquer ? une fois de plus la population. heureusement j'habite le sud .

4.Posté par ray flexion le 19/05/2021 13:13

faudrait radier les medecins à l'origine de cette situation.

5.Posté par Guétali le 19/05/2021 13:30

Cette décision est à l'image de ce qu'est l'administration française.
Ces docteurs peuvent être poursuivis et également l'Etat français qui a été défaillant.
Peut-on imaginer que l'on ferme l'Elyée, un ministère, suite à de la mésentente ?

6.Posté par martin carol le 19/05/2021 13:43

relations très tendues entre les quatre praticiens du service d'urologie nord.? on ferme ! mais qui paye les pots cassés de ces individus les patients

7.Posté par zarzuela le 19/05/2021 11:59

Et voilà comment la santé se meurt en France bravo bande de décideurs à la con

8.Posté par Rton le 19/05/2021 12:57

Service en moins....état qui va mal. Très mal

9.Posté par Zorro le 19/05/2021 15:10

Fièrement issu de la préférence régionale, ce directeur fait des miracles...

10.Posté par Poetoise le 19/05/2021 15:29

Ça c est boug pas là avec la santé des reunionnais, c est pour cela lors des embauches la préférence régionale i revient tjrs. Li gagne pas recadre son personnel donc li ferme le service. Trop fort

11.Posté par mqey le 19/05/2021 14:15

Nos impôts servent à ça... Pourquoi les 4 tbibs sont pas interviewés ? Le journalisme créole ?

12.Posté par Ben oui le 19/05/2021 14:31

Peut-être suis-je naïf mais on n’aurait pas pu virer ces 4 guignols et les remplacer?

13.Posté par Le vengeur manqué le 19/05/2021 17:14

Démentèlement du service public continue avec l'approbation de nos soi-disant élus de gauche.
Contestation de façade de Bareigts la macroniste et accord tacite de Bello avec la présence sur sa liste de la directrice de clinifutur.
Finalement seul Robert est en accord avec lui en se félicitant que les patients aillent enrichir le privé.

14.Posté par Damnatio memoriae le 19/05/2021 17:35

Pas de service urologie dans un CHU est un scandale.
L'urologie c'est essentiel pour les personnes de plus de 50 ans, entre autres, et il y en a beaucoup dans le nord.

15.Posté par Damnatio memoriae le 19/05/2021 17:40

10.Posté par Poetoise le 19/05/2021 15:29
Pour la préférence régionale, ce Directeur a passé son bac à St-Paul, regardez son cv et le vôtre puis comparez les 2 :
https://www.reseau-chu.org/fileadmin/reseau-chu/DG/CV-Lionel-Calenge.pdf

16.Posté par Le Jacobin le 19/05/2021 18:29

Il est incapable de gérer un conflits entre 4 Coqs de combat, et il gère un Hôpital, il ferme un service très important de soins au public pour protéger 4 Méddecins qui n'ont rien à foutre des malades.

MAIS VIREZ LES !

En lisant l'intutulé de l'arctile je m'àttendaisà ce qu' il signe sa lettre de démission.

Voilà ce qui arrive quand certains Réunionnais accèdent à des responsabilités haute fréquence, il manque de couilles.

Il ferme le service et garde les Médecins.

17.Posté par Service public nul le 19/05/2021 18:45

Nuls des toubibs,
Nul le directeur qui n'a pas su gérer,
Virez les tous du service public !!!

18.Posté par l''''antivol le 19/05/2021 19:43

Non mais dites moi on vit où ? Sur une planète de fous digne des shadocks !
On va continuer de mettre en danger la vie de patients urgents en service d'urologie à St Denis. Ces personnes qui dépendent de soins spéciaux on va les obliger à prendre la route pour aller jusqu'à St Pierre parce que deux connards de chefs de service d'urologie se bouffent la gueule et ça aboutit à la fermeture du service.
Mais qu'on les foutent donc dehors sans indemnités, retour métropole sans motifs impérieux, et que l'on embauche de nouveaux chefs de services, mais qu'on ne privent pas une catégorie de Réunionnais de soins essentiels.
Monsieur le patron du CHU de Bellepierre réveillez-vous et réglez une bonne fois pour toute ce scandale. Faites preuve de bon sens même s'il faut mettre la main à la poche pour se débarrasser de 2 ou 3 malfaisants criminels et débiles.
On n'est pas au fin fond de l'espace bon dieu !

19.Posté par DOGOUNET le 19/05/2021 20:38

C'est pas nouveau: casser le thermomètre vous empêche d'avoir la fièvre !

20.Posté par Oufti le 19/05/2021 21:04

Honte absolue aux médecins, aux autorités ! Ils devraient être poursuivis pour mise en danger de la vie d’autrui ! Quand ce monde devient ignoble, petit et mesquin !

21.Posté par Bob Denard le 20/05/2021 06:46

Le CHU n'a pas la main sur son recrutement, les PH (praticiens hospitaliers) sont nommés par Paris, et il y a un biais de recrutement à l'hôpital, certes il faut passer un "concours" supplémentaire, mais la principale motivation reste la sécurité de l'emploi et l'absence de responsabilité civile, et ici vivre au soleil avec une bonne sur-rémunération: donc pas les plus ambitieux, pas les plus travailleurs, pas les plus courageux et qui en plus ne s'impliquent pas dans la patientèle qui de toutes façon est là, bon ou mauvais médecin, travailleur ou non, la paye est la même. Et c'est de là que viennent bien des problèmes sans reconnaissance des qualités et dans un milieu anxiogène, la seule façon d'exister ets de defoncer les autres et la capacité à freiner tout le système revoyez "mon Oncle d'Amerique " de Resnais, on voit bien comment les rats y survivent.

22.Posté par bruce le 20/05/2021 08:23

tant qu'on y est fermons tous les hopitaux, ça permettra de financer les vaccins et les flics qui vont nous controler

23.Posté par Dr Anonyme le 20/05/2021 10:13

Que les politiciens cherchent des électeurs supplémentaires dans les 3000 patients qui se plaignent de la fermeture du service d'urologie du CHU NORD, quoi de plus normal.

Et quoi de plus inutile quand on sait pour quelles véritables raisons les médecins ne se sont pas entendus. En 2008, à 68 ans, j'y ai fait quatre mois sur réquisition de Monsieur CALMON. J'y étais seul.

Vous voyez par cet exemple que cette pénurie de date pas d'aujourd'hui sans que les admnistrateurs n'y trouvent une solution.

Il faut savoir que les écoles de métropole qui forment les urologues sont d'accord, pour l'essentiel, sur les conduites à tenir (CAT) devant telle ou telle pathologie. Heureusement sinon la vie professionelle serait vite insupportable.

Toutefois, sur certains sujets comme la CAT à suivre dans le cancer de la prostate ou encore d'autres détails dans d'autres CAT, des différences d'attitude selon les écoles d'urologie sont encore légion et peuvent donner une mauvaise atmosphère dans une équipe hiérarchisée.

Voilà pourquoi le recrutement des quatre PH du CHU UROLOGIE doit s'effectuer en ne prenant que des urologues formés à la même école. C. CHABERT en 1996 était sur le point d'y parvenir ! Or il y a une pénurie de jeunes médecins dans les spécialités d'exercice difficile dont l'urologie, y compris en métropole.

Le rapport de l'IGAS ne retient que des "mots d'oiseaux" et que des disputes entendues dans les couloirs par le personnel sans en approfondir les raisons, les véritables raisons médicales des désaccords.

L'IGAS est composé de fonctionnaires n'ayant pas, pour la plupart, fait ou exercé la médecine de terrain. Responsable de la fermeture, il serait judicieux de charger l'IGAS du recrutement pour une réouverture. Ils en sont incapables prisonniers de directives administratives. Clinifutur, lui, en est capable ! Il a recruté en Allemagne !

Le pire, dans un CHU hiérarchisé, se rencontre quand il s'agit des "reprises" (réouverture du bloc pour reprendre une intervention de (A) qui a des mauvaises suites). Si le premier opérateur (A) ne reprend pas lui-même (s'il est absent en congrès hors département), il est problématique de demander à un de ses autres collègues B,C,D de se charger de la reprise : elle pourrait mal se terminer. Qui devient alors responsable de l'échec de la CAT ? Le responsable est toujours celui qui se charge de la reprise, jamais celui qui a choisi une CAT discutable.

En effet, en cas de procès, les juges ne tiennent compte que du résultat à l'arrivée et non de l'erreur du départ. C'est ainsi que plusieurs urologues déjà ont été jugés sur des reprises difficiles ratées et ont préféré quitter un tel milieu ou accepter d'être virés, y compris en métropole. Perdre un des PH pour ces raisons bien connues de tous les urologues c'est de nos jours se mettre en position de ne plus pouvoir recruter personne.

J'ai cité la possibilité de recrutement en Allemagne, un pays que je connais bien, j'y avais mon domicile 36 ans et le soir je mangeais au casino (la cantine) de l'hôpital allemand situé à 50 mètres de mon domicile. Ce pays de 80 millions d'habitants possède au moins 5000 urologues, nous 800 pour 60 millions.

Pourquoi ? Parce qu'à la mort du CHEFARTZ d'un petit hôpital, ce n'est pas l'OBERARTZ qui prend la suite du chef comme en France le fait l'assistant. Les hôpitaux sont gérés par la municipalité et non par l'Etat. C'est elle qui recrute en fixant toutes les conditions avantageuses de celui qui sera choisi parmi plusieurs candidats.

La bizarrerie est que le plus souvent le nouvel élu CHEFARTZ ne retient pas les équipes constituées par son prédecesseur. Il vient prendre la chefferie avec plusieurs de ses assistants afin d'obtenir une homogénéité de conduite de l'équipe Justement c'est ce qui nous manque. Cette curieuse pratique libère d'un coup des équipes complètes qui se mettent alors à la recherche d'un nouvel hôpital. D'où leur liberté temporaire.

CHRISTIAN CHABERT en 1996, alors chef à Chambery a quitté son poste pour fonder le service d'urologie du CHU NORD. Depuis son dècès le directeur du CHU n'est jamais parvenu à recruter les quatre PH qui soient issus de la même école d'urologie dont un tel service a besoin.

Pas facile si on ne déréglemente pas !

24.Posté par Kreol974 le 20/05/2021 11:22

Calenge , la marionnette du ministère pour privatiser le CHU

25.Posté par Dr Anonyme le 20/05/2021 11:59

Vous dites : " Le CHU n'a pas la main sur son recrutement" Ni sur la fermeture décidée par l'IGAS qui ne s'occupa pas du recrutement.

Hum ! Non ! Le directeur de Félix Guyon était il dans l'illégalité quand il m'a recruté comme chef de service en 1967 puis en 1972 sans demander l'avis à Paris ? Et pour le CHU NORD de nouveau en 2008 comment M Calmon a pu me réquisitionner dans ma retraite ? Explication : crise de recrutement que le numérus clausus modifié ne peut pas corriger puisque la décision de carrière se fait en fin de parcours. Et que vous soyez dermato ou cardio, ce n'est pas la même servitude. Mais ce sont les mêmes émoluments. Principale raison des pénuries électives sur les métiers difficiles.

A vrai dire les chefs de service sont recrutés par un comité de médecins régional. Alors qu'en Allemagne les hôpitaux sont gérés par la municipalité et les recrutements faits par annonces et décision du conseil municipal. A CV identiques c'est la religion qui joue.

Les médecins hospitaliers et libéraux se distinguent surtout sur un tout autre critère : soigner des malades (médecins libéraux), soigner des maladies (Médecins hospitaliers). Bien entendu ils font les deux fonctions mais pas de la même manière. Les différences ne sont pas perceptibles par les patients mais elles le sont par les médecins. C'est quand ils comprennent leurs véritables vocations qu'ils se séparent ou se disputent.

Vous avez raison certains hospitaliers savent qu'ils ne sont pas faits pour le libéral. Ils choisissent la sécurité de l'emploi même avec des émoluments bien plus faibles que dans les pays voisins; sinon ils partent surtout aux USA.

Dans Mon Oncle d'Amerique " de Resnais, inspiré par Henri Laborit dont j'ai traduit en américain le livre L'INHIBITION DE L'ACTION, on voit bien surtout comment les hypertensions artérielles surviennent.

26.Posté par Dr Anonyme le 20/05/2021 17:08

24.Posté par Kreol974 le 20/05/2021 11:22

Je vous cite : "Calenge , la marionnette du ministère pour privatiser le CHU" ? Voilà de quoi surprendre. Avez-vous des sources sérieuses ? Ou est-ce de la pure devinette ?

Le problème du recrutement vous est expliqué plus haut. Le rapport de l'IGAS ne retient que des "mots d'oiseaux" et que des disputes entendues dans les couloirs par le personnel sans en approfondir les raisons, les véritables raisons médicales des désaccords.

L'IGAS est composé de fonctionnaires n'ayant pas, pour la plupart, fait ou exercé la médecine de terrain. Responsable de la fermeture, il serait judicieux de charger l'IGAS du recrutement pour une réouverture. Ils en sont incapables prisonniers de directives administratives. Clinifutur, lui, en est capable ! Il a recruté en Allemagne !

27.Posté par Fanchou le 20/05/2021 18:55

Oui qu'on les vire ces toubibs. Si le personnel en faisait le 1/4 ils seraient déjà licenciés. Honte à ces querelles de cours de récréation de maternelle.

28.Posté par Dr Anonyme le 21/05/2021 09:34

Fanchou

Querelles de cour de maternelle ? Vous oubliez ceux qui ont été virés par le passé par jugements de tribunal ! Aucun membre du personnel. Vous savez où trouver quatre PH qui s'entendent ?

Le pire, dans un CHU hiérarchisé, se rencontre quand il s'agit des "reprises" (réouverture du bloc pour reprendre une intervention de (A) qui a des mauvaises suites). Si le premier opérateur (A) ne reprend pas lui-même (s'il est absent en congrès hors département), il est problématique de demander à un de ses autres collègues B,C,D de se charger de la reprise : elle pourrait mal se terminer. Qui devient alors responsable de l'échec de la CAT ? Le responsable est toujours celui qui se charge de la reprise, jamais celui qui a choisi une CAT discutable.

En effet, en cas de procès, les juges ne tiennent compte que du résultat à l'arrivée et non de l'erreur du départ. C'est ainsi que plusieurs urologues déjà ont été jugés sur des reprises difficiles ratées et ont préféré quitter un tel milieu ou accepter d'être virés, y compris en métropole. Perdre un des PH pour ces raisons bien connues de tous les urologues c'est de nos jours se mettre en position de ne plus pouvoir recruter personne.

Nous nous approchons peu à peu des difficultés de recrutement et les dégâts pour les malades ceux qui suivent les pénuries non compensées. Il suffirait que le CHU SUD avec ses 19 lits d'uologie déclare débordé et forfait. Comme en Suède ! Le pays dont le socialisme était vanté par tous autrefois.

En 1972, j'y suis allé deux semaines en visite envoyé par mon patron. Les médecins suédois étaient en nombre insuffisant. Pesque tous partis aux USA. Les services d'urologie du principal hôpital de Stocholm étaient au 3/4 fermés. Le patron n'opérait plus. Un chilien communiste se disputait avec un hongrois anticommuniste. Belle entente !

Pour se faire opérer d'un cancer du rein, il fallait être inscrit sur une liste d'attente nationale et attendre sept ans. Les listes étaient immenses. De nombreux suédois se faisaient opérer en France à leurs frais. Vous me croyez pessimiste ?

Savez vous combien il y eut d'évasans en 1968 du fait de l'absence d'urologues et combien d'urologues sont venus de métropole opérer chez nous par séries de 12 malades en huit jours ?

Même cette solution ne peut plus s'appliquer de nos jours avec 40 % de postes vacants. Vous verrez la suite.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité









Publicité


 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes