Blog de Pierrot

Le "déséquilibre islamique", la dernière maladie à la mode ?

Mardi 23 Décembre 2014 - 16:47

La France a connu trois attaques en trois jours, qui ont fait au total 28 blessés.

Selon Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, les deux dernières n'auraient rien à voir avec la mouvance islamique. Il ne s'agirait que de "déséquilibrés". Et tant pis si l'auteur de l'attaque à la voiture bélier de Dijon a crié "Allah Akhbar" à chaque fois qu'il heurtait des piétons, comme une boule abattant les quilles au bowling... Quant au dernier, celui de Nantes, impossible de se prononcer puisqu'on ne sait rien de l'auteur, et surtout pas sa religion. On vous répète qu'il s'agit d'un "déséquilibré"... Circulez, y a rien à voir...

Mais faisons semblant de croire quelques instants les grands manitous qui nous gouvernent. Ok, il s'agit de "déséquilibrés", tout comme d'ailleurs celui qui a attaqué trois policiers dans le commissariat de Joué-les-Tours car ne faut-il pas être totalement "déséquilibré" pour chercher à poignarder des policiers, que ce soit au nom d'une religion ou pour toute autre raison ?

Mais alors, cela signifie qu'il y a des déséquilibrés qui se baladent dans nos rues? Comment est-ce possible???

Comment est-il possible qu'un "déséquilibré" ait pu être hospitalisé 157 fois, comme l'a révélé la procureure de Nantes, et pouvoir se promener librement au milieu des badauds qui ignorent qu'ils côtoient un dangereux individu ?

Cette anecdote m'interpelle fortement et me rappelle des discussions avec un ami qui travaille dans le milieu psychiatrique. Selon lui, le secteur hospitalier psychiatrique est en ruines, que ce soit en France ou à la Réunion.

Il nous arrive de circuler en ville. A chaque trajet, qui doit durer un quart d'heure, il m'interpelle au moins deux ou trois fois pour me dire : "Tiens, je viens de voir un de mes patients", une fois que nous l'ayons dépassé pour que je ne voie pas de qui il s'agit. Et quand je lui demande s'il est dangereux, je l'entends souvent me répondre : "Non, en tous les cas pas pour le moment...". Un jour que je lui disais : "Je n'aurais jamais pensé qu'il y avait autant de déséquilibrés qui se promènent autour de nous", il m'a répondu :"Il y en a beaucoup plus que tu ne le penses. Là, je ne te parle que de ceux que je connais et qui sont passés devant moi..."

Cette réponse me fait souvent froid dans le dos. Mais le pire est à venir...

Curieux comme je suis, j'essaie de savoir comment fonctionne le secteur psychiatrique et le presse de questions. Que se passe-t-il quand quelqu'un est vraiment dangereux ? La réponse me laisse complètement déconcerté. Si quelqu'un est condamné aux Assises par exemple et reconnu malade psychiatrique dangereux, on le met en UMD (Unités pour Malades Difficiles). Mais il n'y en a pas à la Réunion et seulement trois en métropole. S'il reste à la Réunion, comme c'est la plupart du temps le cas, il faut lui trouver une chambre à l'isolement. Or il n'en existe qu'une quinzaine à l'EPMSR et peut-être deux ou trois de plus à Saint-Pierre. Dans ce cas, on choisit celui qu'on estime le moins dangereux parmi ceux qui sont déjà enfermés, et on le libère pour faire de la place au nouveau venu... On le libère, ce qui signifie qu'on le met en milieu ouvert et qu'il peut aller et venir à sa guise ! Et tant pis si on le considérait encore 24h avant comme suffisamment dangereux pour justifier son internement !

Et qu'en est-il des suivis médico-psychiatriques ordonnés par les tribunaux correctionnels ou les Assises pour les individus dont on estime qu'ils ne sont pas suffisamment dangereux pour être enfermés, mais qui ont malgré tout besoin de l'accompagnement d'un psychiatre ? Là aussi, je suis désarçonné par la réponse : "La salle d'attente est pleine de malades qui viennent pour ces suivis. Ils sont reçus par un psychiatre qui leur demande comment ils vont depuis leur dernière visite. On les interroge aussi pour savoir s'ils ont bien pris leurs médicaments. Ils répondent ce qu'ils veulent. On n'a pas les moyens de vérifier. Et on les met dehors avant de passer au suivant. Ces entretiens durent rarement plus de dix minutes"... Quand on lit dans les journaux qu'un condamné s'est vu ordonner, en plus de sa peine, un suivi médico-psychiatrique, on se dit que c'est bien, qu'ainsi la société sera protégée. En fait, il n'en est rien et ces malades passent leur temps en ville où nous les côtoyons tous les jours...

J'ai eu l'occasion d'aborder ces différents points avec un substitut du procureur. Réponse : "Nous sommes bien conscients qu'il y a un problème, mais c'est avant tout dû à un manque de moyens. Quand vous voyez les difficultés qu'on a à payer les experts dont on a besoin pour des procès...". Fermez le ban !

Si Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont cru malin de détourner notre attention des islamistes en essayant de nous faire croire qu'il ne s'agissait que de "déséquilibrés", ils n'auront réussi qu'à braquer les projecteurs sur la faillite de la médecine psychiatrique en France.... Et ça n'a pas commencé avec François Hollande. Ca fait longtemps que ça dure...
Lu 1601 fois
Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur




1.Posté par nomdedieu? le 23/12/2014 19:51

Pour nos décideurs du moment…… La sémiologie de la clarté et de l’intégralité du champ de la conscience a pour objet l'étude de ce que l'on appelle traditionnellement les troubles de la conscience, pour autant qu'elle ne varierait qu'en intensité et en clarté. On notera les degrés de clarté du champ de la conscience depuis son abolition totale (coma, syncope, sommeil) jusqu'à l'hébétude, l'obnubilation simple en passant par la confusion et les états crépusculaires. Il s'agit là d'une série de « degrés de conscience » qui vont depuis l'inconscience jusqu'à la vigilance.
La clarté et la lucidité de la conscience ne peuvent s'apprécier que par son pouvoir de différencier les phénomènes psychiques qui entrent dans son champ. De telle sorte que l'on a décrit à cet égard la pauvreté ou la richesse des contenus de conscience, leur condensation ou leur agglutination d'une part, et leur distinction ou leur précision d'autre part. Mais l'altération conflictuelle de la personnalité caractéristique de la personne névrosée comme nos décideurs, ajoute au tableau clinique ses symptômes fondamentaux.
Le névrosé est un homme pour qui les problèmes de la coexistence avec autrui sont insolubles (tout au moins non résolus), car il ne parvient pas à sa propre identification. La pathologie de cette auto construction du personnage s'enracine profondément, comme Freud et son école l'ont bien vu dans les premières relations d'objet et les identifications qu'elles facilitent ou inhibent. Mais elle se prolonge et se poursuit dans le déroulement de l'existence. Celle-ci est dès lors profondément déréglée, notamment dans ses rapports avec autrui et particulièrement le milieu familial. Ce malaise de l'individu face à lui-même et aux autres est éprouvé comme une angoisse où se mêlent les sentiments de honte, de culpabilité, le désir de se punir, la déception des frustrations, les complexes d'infériorité, etc. Ce sont là tous les aspects cliniques généralement considérés comme caractéristiques du caractère névrotique. Le sujet se débat avec lui-même dans une situation continuelle de conflit intérieur. Il ne parvient pas à assumer le rôle de son personnage, à s'identifier à lui et à authentifier sa personne ; et c'est dans une sorte de jeu artificiel, dans un porte-à-faux que le névrosé vit son angoisse. Celle-ci est malgré certaines apparences une angoisse qui ne dépend pas des situations, mais dont le point de départ est interne et inconscient. D'où son caractère d'incoercibilité lancinante et sans cesse renouvelée…..
On remarque cet état chez nos hommes et femmes politiques et les fous de Dieu !

2.Posté par KLD le 23/12/2014 20:11

OK , mais cette "misère psychiatrique" de date pas d'hier mon ami Pierrot !

3.Posté par cpaclair le 23/12/2014 20:45

C pas clair !!

4.Posté par oups! le 23/12/2014 21:03

La facilité avec laquelle les locataires du 5 avenue andré Malraux (tribunal de Saint-Denis) font soigner , toute personne qui parvient en évidence leur incompétence, par le biais de psychologue qui bouffent à tous les râteliers pour se faire un nom, je crois qu'il est bon que tout un chacun prenne du recul avec un tel témoignage.... Notre société, il faut le reconnaître fabrique de plus en plus de bi-polaire, mais de là à en voir un à chaque coin de rue, il y a de l'exagération....

5.Posté par k seurlekui le 23/12/2014 23:00

Post 3 : tu l'as dit, cpaclair, c'est vraiment pas clair, cette affaire. Mais ça aurait pu être clair, cpaclair,ça aurait pu être clair.

6.Posté par Clogion le 24/12/2014 00:41

Alerte
un piéton déséquilibré et ....
a fauché une dizaine de ...
mais c'est un fait d'hiver
fait froid en ce moment avec de déséquilibre climatique !

7.Posté par célimène le 24/12/2014 07:02

SOIT ON RESTE CHEZ SOI SOIT ON PREND LE RISQUE DE VIVRE !

8.Posté par noe le 24/12/2014 08:56

Agir au nom sois disant d'Alah est ridicule et sans fondement !
Il n'y a que des cerveaux sans cervelle propre qui agissent de la sorte ...
Doit-on les éliminer ou les soigner ?

9.Posté par A mon avis le 25/12/2014 20:47

"La France a connu trois attaques en trois jours," :
commencer un article de presse par cette phrase pour commenter 3 faits divers qui, manifestement n'ont aucun rapport entre eux, n'est pas digne d'un bon journaliste !

Déjà le titre : "déséquilibre islamique "qui fait l'amalgame entre ces 3 faits divers et l'islamisme" est davantage du domaine de la provocation dans la bonne ligne des promoteurs d'angoisse ! Du bon vocabulaire d'extrême droite !

10.Posté par clogion le 26/12/2014 02:31

le coran n'est pas un livre de paix et d'amour
le mec qui l'a écrit a pourfendu l'Afrique et l'Asie avec son épée
tu te convertis ou je te tranche la gorge glups
c pas déjà arrivé dernièrement ?
C'est écrit dans la bible "tu te convertis ou je te tranche la gorge"? nan
bel exemple

11.Posté par Bobby le 26/12/2014 08:44

la défaillance du système psychiatrique Français est Notoire, une de mes anciennes cliente qui travaillait sur l'Unité de St paul m'avait confié sa détresse en me disant qu'il ne disposait que de 30% des places nécessaires, et donc que 70% des patients qui nécessitaient un internement se retrouvaient dans la nature ...

12.Posté par Bobby le 26/12/2014 09:16

Quand a la revendication Islamiste de la part des déséquilibré ... peut on parler de mimétisme !? dans un environnement ou la psychose islamiste est savamment entretenue et orchestrée a des fins électorales ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie