Communiqué

Le député Jean-Hugues Ratenon à la rencontre des agriculteurs

Lundi 30 Avril 2018 - 07:49

La Réunion connait une saison cyclonique très active.

Depuis le mois de décembre 2017, l'île est sévèrement abîmée avec des cumuls de précipitations et de vents impressionnants : 1m90 à la Mare à vieille place dans le cirque de Salazie, 2m30 à Grand Ilet, 1m87 à la Plaine des Palmistes, etc., selon des chiffres de Météo France. Concernant les vents, à la vue des dégâts, nous pouvons sans trop nous tromper dire que des rafales ont dépassé les 150 km/h.

Ces intempéries ont durement touché la population générale et les professionnels ; certains ont même tout perdu.

Face à cette situation exceptionnelle, je suis allé à la rencontre des bazardiers et des producteurs ce vendredi au marché forain de Saint-André. Ce dimanche 29 avril, sur invitation de Jean-François Sababdy, au Chemin Valentin à St André, je me suis entretenu avec une vingtaine d’agriculteurs. Le constat est sans appel : la profession est en danger et les familles ont un sentiment d’abandon.

Aussi, avec les agriculteurs, nous avons convenus d’interpeller les décideurs sur les demandes suivantes :
            
-L’accélération des déclarations de l'état de catastrophe naturel et de l'état de calamité agricole;

Et dans l’attente, l’urgence doit porter son nom car ceux qui ont été durement touchés ne peuvent attendre ; c’est une question de survie.

 -Gel des charges sociales et patronales pour les exploitants et leurs salariés, à minima pour l’année 2018.

-La tenue d’une réunion d’urgence du Comité Paritaire de la Canne et du Sucre dès le mois de Mai.

-Déblocage immédiat d’un revenu pour les exploitants maraichers en activité (conjoint (e) ou le couple d’agriculteur).

-L’Etat doit organiser avec les banques l’arrêt provisoire des prélèvements de remboursements de crédits et qu’ils proposent un nouvel échéancier après reprise de la production.

Aussi, devant le manque d’alerte rouge et le manque d’information concrète en direction des professionnels, les exploitants n’ont pas trouvé utile de protéger leurs outils de travail, de prendre les dispositions adéquates. Ceci a entraîné de nombreux dégâts et des pertes financières considérables. Donc, l’Etat doit mettre rapidement en place des mesures financières pour réparer au plus vite les outils de travail.

Pour les agriculteurs rencontrés,
Le Député de La Réunion, Jean Hugues Ratenon
Lu 193 fois



1.Posté par MARTIAL le 30/04/2018 11:43

Populiste et démago, rien à ajouter ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter