MENU ZINFOS
National

Le déficit de la Sécu va s'aggraver à 14,7 milliards d'euros en 2015


Par S.I - Publié le Lundi 29 Septembre 2014 à 15:52 | Lu 651 fois

Le déficit de la Sécu va s'aggraver à 14,7 milliards d'euros en 2015
Le déficit de la Sécurité sociale risque de largement déraper. Selon la commission des comptes de la Sécurité sociale, si aucune mesure nouvelle n'est prise, le déficit de la Sécu va s'aggraver à 14,7 milliards d'euros en 2015. Le retour à l'équilibre n'étant pas attendu avant 2017...

Dans le détail, le fonds de solidarité vieillesse (FSV) atteindrait un déficit de 4,3 milliards d'euros. Concernant le solde prévisionnel, il serait de -19 milliards d'euros, contre -15,3 en 2014, selon une synthèse de la commission des comptes dont l'AFP s'est procurée copie.  

Pour rappel, le budget 2015 de la Sécurité sociale sera présenté ce lundi à 17h30.




1.Posté par jean-jacques le 29/09/2014 17:10

Et pendant ce temps les professionnels de la santé vont défiler pour pouvoir continuer à se gaver !

2.Posté par véridik le 29/09/2014 17:17

ne vous inquiétez pas, des hausses du prix du paquet de cigarettes sont prévues bientôt .....

3.Posté par mi marche ec Melenchon le 29/09/2014 17:21

avec les 25 milliards de la fraude aux cotisations sociales on pourrait boucher le trou et avec l’excédent remettre nos hopitaux en etat de fonctionner pour tout le monde.

4.Posté par Le Corbeau le 29/09/2014 18:43

LA CRISE

Il semble que le Socialisme, à l'origine, était censé défendre les faibles, les pauvres, les salariés, la classe ouvrière - ça c'était hier.
Aujourd'hui,, avec la crise, il semble avoir muté en prédateur avec le Patronat.
En effet, fiscaliser les allocations familiales, réduire le congé parental, supprimer les acquis sociaux des travailleurs etc...etc...considérés comme des privilèges sans toucher à ceux du Patronat des Elus grassement payés en rendant les salariés responsables de la crise alors qu'ils sont victimes de la mauvaise gestion des incompétents qui nous gouvernent - Ce n'est plus du Socialisme
Comme dans " Les Animaux malades de la Peste " de La Fontaine, le socialisme d'aujourd'hui donne raison sinon approuve, la réponse du Loup au Lion qui s'accusait d'avoir dévoré des moutons " Sire, vous êtes trop bon, " Manger du moutons ( aujourd'hui des salariés au chômage ), vous leur faites beaucoup d'honneur ) ce n'est pas grave, ils coûtent cher à la Société et mettent en péril les finances des Caisses de l'Etat.
Hélas ! aujourd'hui comme hier " La Raison du plus Fort est toujours la meilleure.

5.Posté par noe le 29/09/2014 18:57

C'est pas de moi !
Je ne prends jamais de congés de maladie de convenance perso !
Ces jours de congé ne devraient pas être payés ... il y aura moins de paresseux du boulot !

6.Posté par David Asmodee le 30/09/2014 07:59

De moins en moins de cotisants, de plus en plus de demandeurs. C'est logique.

Quand à la supposée fraude, si l'Etat sait qui fraude, il n'a qu'à aller chercher l'argent. Je suis pour à 100%, faisant partie moi même des vaches à lait qui paient toutes ces merdes, rubis sur ongle jusqu'au dernier centime.
S'il y a fraude, c'est qu'il y a dissimulation. Comment peut-on savoir le chiffrage exact d'une dissimulation ? Ce n'est qu'une légende qui permet à l'Etat de se défausser de sa responsabilité. Il faut bien donner un os à ronger.

Mon petit doigt me dit qu'en 2015, ce problème va s'aggraver. Les forces vives du pays ont déjà reçu leur feuille d'impôt. Le matraquage fiscal est sans précédent. De nombreuses décisions seront prises en début d'année : arrêt d'activité, restructuration, réduction d'effectif,délocalisation. C'est logique. Mais apparemment, la logique n'est pas un concept de gauche.

En attendant, goute ça toujours !

7.Posté par DR ANONYME le 30/09/2014 19:45

A mon avis le modèle allemand de BISMARCK (1882-1911) serait à imiter dans de nombreux domaines.

http://www.cleiss.fr/docs/regimes/regime_allemagne0.html

Si l’on vante l’efficacité de nos voisins allemands pour le dynamisme de leur économie ou leur force de travail, les avantages de leur système de santé sont moins souvent évoqués.

A tort, si l’on en croit une étude réalisée par l’Institut Thomas More. Les deux auteurs de l’enquête, Jakob Höber et Caroline Popovici se sont basés sur des données obtenues grâce à une méthodologie de collecte, un traitement et une nomenclature similaires : les statistiques d’Eurostat, de l’OCDE et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Ils n’ont utilisé des sources nationales que lorsque « les informations n’étaient pas autrement disponibles ».

Conclusion de leur analyse comparée : pour des résultats sanitaires similaires, l’Allemagne parvient à une maîtrise des dépenses de santé contrastant avec le déficit français. Voilà une équation a inconnues qui devrait attirer l’attention de nos ingénieurs en santé publique.

Par exemple l’Assurance maladie allemande jouissait en effet en 2009 d’un solde positif de 1,4 milliards d’euros, contre un trou de 10,6 milliards en France. Comment expliquer cette différence abyssale ?
Jakob Höber et Caroline Popovici ne sont pas des médecins mais des économistes, des comptables qui donnent des chiffres sans être capables de les expliquer. Equation ne contenant qu’une inconnue à mon avis.

Quelles est donc cette inconnue ? Il faudrait invoquer le parcours de soins exemplaire de l’assuré allemand qui ne ressemble en rien au parcours de combattant de l’assuré français.

Pas d’attente, pas de rendez-vous à six mois. Pas de retard ! Tout est en tiers payant sans dépense pour l’assuré. Vu aussi qu’il y a assez de médecins : le double et qu’ils sont deux fois mieux payés.

Toute maladie a un début, une période d’état, une période terminale. Plus on attend et plus cela coute et ceci de façon géométrique.

Mise en place immédiate de tous les examens complémentaire dans le cabinet du premier médecin sans attendre plus que deux heures, pas la moindre somme à payer sauf un euro trimestriel tous les actes additionnés en cumul étant réglé rubis sur l’ongle par la Caisse des médecins à la fin du trimestre.

Prise en charge de tous les examens médicaux et même prise en charge des Heilpraktiker (guérisseurs diplômés), prise en charge de tous les médicaments qui sont pourtant plus onéreux mais cinq fois moins prescrits que chez nous. Pourquoi pas chez nous?

8.Posté par tasoeur le 30/09/2014 21:07

bof lé simple arréte mange l'argent la métropole,déficite terminer,la caf en méme temps,fer le mone trvaille mais lé difficile kan zoreil derrière nou fesse....

9.Posté par DR ANONYME le 30/09/2014 21:10

Cette façon de faire empêche le saucissonnage du parcours de diagnostic et de soins et elle empêche la multiplication des consultations, le temps perdu, les arrêts-maladie d’attente, les médicaments prescrits sans que le diagnostic ne soit connu.

Qu’on se rassure pour nos voisins, cette différence abyssale n’est pas à rechercher dans les cotisations : celles-ci sont plus faibles de l’autre côté du Rhin (2 277 euros par habitant vs 2 459 euros sous le drapeau tricolore).

Doit-on redouter alors des revenus plus faibles pour les médecins ? Nenni : les omnipraticiens généralistes allemands y bénéficient d’un revenu annuel moyen de 74 703 euros, contre 46 824 dans nos contrées.

Serait-ce dans le fait que le montant des remboursements est plus restreint chez nos voisins : atteignant 2 289 euros par habitant allemand, contre 2 551 en France ?

Pas du tout ! Tout est pris en charge à 100 % en Allemagne en tiers payant sans aucune restriction sur les médicaments, sur les actes médicaux. Même les Heilpraktiker (guérisseurs) sont payés par les caisses.

De même on note que les dépenses publiques de santé par habitant s’élèvent à 2 721 euros en France, contre 2 609 euros en Allemagne, ce qui représente une différence de 38 milliards d’euros par an. Pourquoi ?

Une étude détaillée révèle par ailleurs que les coûts liés aux médicaments représentent 14,8 % des dépenses en Allemagne, contre 16,7 % en France. Or les médicaments sont plus chers et, en outre, il n’y a pas de restriction en % dans leur prise en charge par les caisses allemandes ? C’est qu’ils sont bien moins prescrits. Pourquoi ? C’est la liberté du parcours de soins qui explique cela.

Les frais hospitaliers entraînent pour leur part 24 % des dépenses, contre 35 % en France.
Par ailleurs, on relèvera que 10,8 % des Allemands sont couverts par une assurance privée (quand en France nous sommes tous affiliés à la Sécurité sociale.

Les dépenses administratives des assurances sociales et privées sont bien moins importantes représentant 5,4 % des dépenses totales de santé, contre au moins 7 % en France sans compter les multiples démarches des assurés auprès des CPAM des mutuelles et des assurances diverses pour se faire rembourser les honoraires surtout s’ils dépassent les tarifs.

Le mot dépassement n’existe pas chez nos voisins germains. Les praticiens sont classés selon leur expérience, leurs titres et leur notoriété et leurs honoraires sont pris en charge par les caisses.
Accès aux soins : un tableau un peu plus flatteur en France

Ces multiples différences, pourra-t-on penser, ont très probablement un impact sur l’organisation de l’offre de soins, voire sur la santé des Allemands. Une fois encore, rien n’est moins sûr.

Si les Allemands ont un nombre d’établissements hospitaliers moins importants que nous (2084 vs 2751 pour une population plus importante de 17 millions d’âmes qui compte en outre une part plus élevée de personnes de plus de 65 ans), le nombre de lits pour 100 personnes est finalement plus élevé outre Rhin (8,2 vs 6,6).

Cependant, les nombre de personnels hospitaliers pour 100000 habitants est plus faible en Allemagne (1338/100 000 contre 1608).
Par ailleurs, en termes d’accessibilité la France se montrerait plutôt favorisée : à l’exception d’une densité de médecins libéraux un peu plus faible (3,3 vs 3,6), elle compte une proportion de personnes moins importante renonçant à des soins pour des raisons financières (23 % contre 26 %) et des délais d’attente également plus limitées.
Ces écarts n’ont cependant pas d’impact décisif sur la prise en charge des Allemands : leur espérance de vie n’est ainsi que très légèrement inférieure à la nôtre (80,3 ans contre 81 ans).
Par ailleurs, l’Institut Thomas More indique que la mortalité pour cancer du sein est comparable et que l’on trouve plus de diabétiques bénéficiant de soins préventifs en Allemagne (40 % contre 31 %).

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes