Education

Le coût de la rentrée augmente encore pour les étudiants

Lundi 20 Août 2012 - 16:37

Non, le nouveau gouvernement ne changera en rien la condition des étudiants. C'est le constat, et la crainte aussi, évoqués ce matin par des représentants de l'Unef Réunion lors d'une conférence de presse. A quelques jours de la rentrée universitaire 2012-2013, Stéphane Maillot, le président de l'Unef, tire la sonnette d'alarme sur le coût de cette rentrée étudiante. Un coût qui augmente, selon une enquête de l'Unef national de juin 2012, de 3,7% (2,1% pour les droits d'inscription universitaire, 1,9% de cotisation de la sécurité sociale étudiante, 1,6% du ticket repas, 9,4% de la médecine préventive).

A la Réunion, plus de 50% des étudiants sont boursiers. C'est le cas d'Elodie, qui défend la cause des étudiants au sein de l'Unef. Les difficultés quotidiennes, elle en connait un rayon. Etudiante boursière à l'échelon 6 (niveau ouvrant droit à la bourse la plus importante selon le barème légal), Elodie a subi de plein fouet la crise du logement étudiant et vit dans un studio privé de 19m2. Nourriture, loisirs, manuels, absence de téléviseur et d'Internet... Tout est revu à la baisse pour que le loyer, la taxe des ordures ménagères, les produits de première nécessité... lui permettent de "vivre".

L'enseignement supérieur, plus accessible à tous

Si les dernières mesures appliquées au système d'aide (dixième mois de bourse, revalorisation des bourses à hauteur de 2,1% soit un peu plus de 9 euros), ont permis de limiter la dégradation du pouvoir d'achat étudiant, l'augmentation régulière des dépenses obligatoires fait finalement empirer la situation.

Dans le même temps, les étudiants non boursiers, dont une grande partie sont issus de la classe moyenne, n'arrivent pas à joindre les deux bouts et ne peuvent compter que sur l'aide d'urgence du Crous, le FNAU, qui a subi d'importantes coupes budgétaires lors du quinquennat précédent.

Bilan, l'Unef fait le sombre constat d'un "net recul de la démocratisation de l'enseignement supérieur". "Les 100 premiers jours du mandat de François Hollande n'auront visiblement pas été favorables à la jeunesse. La revalorisation de la bourse de 2,1% est certes un souffle, mais c'est plus qu'une action à la marge qui est attendu", revendique le président de l'Unef Réunion.

Les quatre représentants de l'Unef présents devant la presse ce matin regrettent que l'Etat ne contraigne ainsi l'étudiant à financer ses études supérieures. "Nous le déplorons. C'est à l'Etat de permettre à un jeune d'accéder à des études via l'Université", poursuit-il.

Et pourquoi pas un sommet social de la jeunesse?

Selon l'enquête nationale de l'Unef, la précarité augmentant chez les parents, ils sont de plus en plus nombreux à ne pas pouvoir aider leurs enfants. Et la première source de financement se trouve chez l'étudiant salarié. Or, ce statut correspond aussi à la principale cause d'échec à l'Université.

Voilà une question qui pourrait, selon l'Unef, être abordée à l'occasion d'un "sommet social sur la jeunesse" où une réflexion autour des conditions de vie, du logement, des inscriptions universitaires… aurait sa place. Sans compter la problématique des aides sociales (évoquée en début d'article) qui, à elle seule, vaut un chapitre entier, assure le syndicat étudiant !

L'Unef préconise la mise en place d'un guichet unique des aides sociales et la mise en oeuvre d'une allocation d'autonomie universelle, allocation qui ne dépendrait plus du revenu des parents et dont le montant serait calculé en fonction des besoins de chaque étudiant. Cette allocation s'impose, aux yeux de l'Unef, comme la seule solution qui puisse mettre un terme aux inégalités criantes du système d'aide sociale.
Lu 1639 fois



1.Posté par L'unef couvre aussi les imbéciles le 20/08/2012 18:06

Et bien entendu M. Maillot n'évoque pas tous ces piques assiettes qui grattent leurs fesses et viennent s'inscrire dans le supérieur pour pomper la bourse le plus souvent aux échelons 4 à 6.

A tel point que la Fac de Droit a voté la possibilité pour les filières de premières années, de laisser les étudiants émarger sans composer lorsqu'ils ne souhaitent pas passer leurs examens mais seulement toucher la bourse. Cela dans le seule but de vider les amphis pour laisser aux étudiants qui le souhaitent, des conditions descentes pour composer ET réussir leurs examens.

A titre indicatif, cette mesure ne vise rien que dans le site sud de l'UFR Droit, près de 300 "étudiants" plus soucieux de leurs allocations que de leur avenir...

Ah ! Mais voilà où trouver de quoi compenser le coût de la vie pour les autres !

2.Posté par n o e le 20/08/2012 18:34

ça coûte cher pour apprendre !
ça coûte cher pour réussir !
ça coûte cher aux parents qui veulent la réussite de leurs enfants !

Tout est payant en ce bas-monde !
Mon Dieu , venez aider vos pécheurs !

3.Posté par super-UNEF le 21/08/2012 15:07

Heu, même les piques assiettes. On sait que ça arrange l'Etat de faire passer des masses de chômeurs en boursiers. Le jour ou l'état reconnaîtra les chômeurs de moins de 25ans comme de vrais chômeurs, et leur versera l'allocation qui va avec, ça videra bien les amphis. En attendant ce n'est de la faute ni des jeunes, ni de l'UNEF. Et j'aimerais connaitre vos chiffres, sachant qu'on était 350 en L1 Droit Tampon l'an dernier et que 15% (donc environ 50-55 élèves) sont passés en L2, vous voulez dire que au moins 5 élèves sont passés sans avoir composé (respect) et que TOUT ceux qui ont composés sont passés!

Wouha c'est vraiment pas sélectif en fait le Droit...

4.Posté par Pour le post 3 le 21/08/2012 17:41

Ah pardon, j'ai parlé pour les profanes. Mais encore une fois vous nous démontrer le nombrilisme des juristes qui ne savent pas regarder autour d'eux. Je m'explique, quand on parle de Fac de Droit, il faut comprendre "et d’Économie" donc ne pas raconter que il n'y a que les L1 droit au Tampon alors que l'on attend près de 800 AES en première année rien qu'au Tampon (je cite le responsable pédagogique de la filière).
Là dessus vous ferez vos comptes tout seul pour avoir eu votre L1, le bac vous avez du le passer aussi !
Ensuite concernant la responsabilité de l'UNEF sur le mode d'attribution des bourses : qui a demandé à ce que tous l'ai (voir projet d'allocation d'autonomie étudiante) ? Qui est majoritaire au CROUS et CNOUS où les modes d'attributions sont votés sans pare-feu pour éviter ces dérives ?
Et pour la morale, laissons aux statistiques du chômage les gens sans expérience et non les jeunes diplômés du bac à qui on ne demande pas pour toucher leurs allocations, de trouver un travail là où il n'y en a pas mais bien de réussir là où ils le peuvent, ce qui n'est pas insensé et même tout à fait réalisable.
Pour les conditions de vie, et je sais que super-unef va rugir pour défendre sa camarade de promo, mais Miss Marcelin qui a sa voiture et qui vestimentairement n'est pas à plaindre, ne peut pas prétendre manqué de beaucoup même à l’échelon 6 alors qu'elle a encore le temps de défendre ses proches et de siéger aux conseils dont elle est élue sans que cela ne l'empêche de réussir brillamment ses études plutôt que de courir après un boulot pour financer ses études comme le font tous les cadres locaux du syndicat adverse !
Je n'observe aucune critique à son égard, elle qui fait honneur à un syndicat qui a depuis longtemps toucher le fond, mais bien à ce même syndicat qui là encore, aurait mieux fait de se taire et d'agir pour le coup, comme chaque année... Ils observent mais n'agissent pas, eux qui sont majoritaire sur le plan national !

5.Posté par Miss Marcelin le 22/08/2012 11:38

Si tu parles de la fac de droit, cela n'entend pas "et d'économie". Parle nous d'UFR DEG , et là, tu précises ton propos ce qui permettra aux simples "profanes" de comprendre ce que tu racontes. N'impute pas aux autres ton imprécision, d'autant que tu es sans doute un juriste nombriliste également (?), qui a donc l'habitude d'abréger (comme nous tous).
J'imagine qu'un étudiant d'AES ou d'économie a lui, l'habitude d'abréger "UFR DEG" en "Fac d'Eco". Non? En tout cas, même s'il est vrai que je n'en connais pas énormément, mes amis d'éco ne prennent pas le temps de préciser qu'ils sont en fac de droit. Si tu leur demande en quelle fac ils sont ils te diront "je suis en fac d'éco".
Ils sont bien loin de se prendre le chou comme le font nos chers professeur en conseil, pour savoir qui sont les plus importants entre juristes et des économistes... (D'ailleurs, je précise que je ne participe pas à ancrer ce clivage stupide entre deux filières qui se complètent l'une et l'autre, et que au contraire l'UNEF Réunion plaide pour que les économistes soient logés à la même enseigne qu'en droit...)

Maintenant parlons sérieusement:
Sur la critique des "pique-assiette" vous essayez de nous faire comprendre que tous les boursiers sont tous pareil? que nous ne sommes qu'une vaste bande de dégénérés qui vient voler l'argent de l'Etat en tant que bons assistés?
Laisser moi vous dire que votre façon de vouloir généraliser sur les boursiers est tout simplement inadmissible. Parce que vous, vous ne voulez voir que la partie vide du verre, vous oubliez la partie pleine, c'est à dire la MAJORITE DES BOURSIERS qui se bat pour avoir leur année. Je parle de ces personnes qui n'ont pas forcément eu leur L1 du premier coup , mais qui ont essayé, et qui ont dû apprendre à leurs dépends qu'à l'université le redoublement est vite arrivé. Et, ces personnes qui du coup mettent les bouchées doubles pour l'avoir la seconde fois.
Je parle de ces boursiers qui croient en l'égalité des chances, et qui estiment qu'ils ont droit à un niveau de vie décent, normalement accessible avec un diplôme.
Je parle de ces boursiers qui ont eu à leurs côtés, des gamins de médecin, de profs , d'infirmières, avoir tout cru dans le bec (je parle de prépa privée, de cours du soir etc... que ne peuvent payer que les parents des catégories socio professionnelles aisées)
et qui malgré tous ces cours payants ont redoublé 1, 2 fois leur année de médecine .
J'ai vu des étudiants "fils de... " aller dans les filières scientifiques sélectives , rater deux fois, se réorienter en médecine, rater deux fois, pour finir en école d'infirmier. Cela revient à 5 années de l1 consécutives. Ces étudiants ci ne sont ils pas des ASSISTES ??
Pourquoi vous vous ne parlez pas de ces "pique-assiette" qui empêchent certains étudiants volontaires et motivés d'accéder à ces filières ?
Et puis, cela serait hypocrite de dire que les parents aisés vont laisser leurs enfants sans diplôme... Ou du moins ils doivent être rare, car vous n'êtes pas sans savoir que notre système qui se veut être une "méritocratie" n'est qu'une vaste fumisterie lorsque observe que le taux de reproduction sociale n'a jamais été aussi fort depuis au moins 1968.
Ce mythe de l'ascenseur social, destiné à calmer ces salauds de pauvres qui espèrent un avenir meilleur pour leurs enfants, est cassé... Et vous le savez bien. Maintenant, quelle est VOTRE SOLUTION ? Vous comptez peut-être aller à la chasse aux sorcières, et brûler sur un bûcher tous les assistés de l'université (qui ne sont pas forcément des étudiants d'ailleurs)
Vous allez vous aider d'un Dieu X pour déterminer qui sont les méritant ou non?

Si ces personnes jouissant de la bourse laissent passer leur année, en attendant de pouvoir pointer à Pôle Emploi sont satisfaites d'elles même, VOUS vous n'avez qu'à y faire quelquechose, comme un grand.
Cela vous enrage? Allez donc parler à ces jeunes, allez leur parler de leur parcours, et allez constater leurs difficultés (tout le monde n'as pas de papa/maman qui parle français à la maison) , et profitez-en pour essayer d'ouvrir un petit peu cet esprit qui me semble si étriqué.

PS: Sur les remarques qui me sont destinées:
Si j'ai le temps de m'investir pour l'UNEF, c'est parce que j'en ai fait le choix. je ne suis pas plus ou moins intelligente qu'une autre, mais je fais des SACRIFICES pour mener de front mes ETUDES, l'UNEF, et mon JOB étudiant (si si, moi aussi je travaille pour mettre du beurre dans les épinards).
Je prend donc des risques avec MA scolarité, ce n'est pas sorti du ciel comme ça par hasard, mais parce que les cours que je rate, je les bosse plus tard. Le temps que je prend pour défendre les étudiants, je le prend parce que je trouve ça plus important que d'aller me bourrer la gueule le samedi soir en buvant de Mojito en boîte de nuit, ou que d'aller à la plage pendant le WE et les vacances. C'est une question de choix.

En tout cas, tu as l'air de bien m'observer, mais tu devrais quand même vérifier tes informations (je t'envoie mes contrats de travail de cette année quand tu veux chéri).

Enfin, si tu veux des cours de style vestimentaire pour pas cher, tu peux me contacter quand tu veux. Le système D ça s'apprend (mais merci de remarquer que j'ai du goût , ça fait plaisir!)
Evidemment, le ton de ce commentaire reste serein, et rien ne t'empêche de venir me parler dans la vie réelle car je ne vais pas m'amuser comme certains à débattre pendant des jours sur un forum (vu que je n'ai vraiment pas internet chez moi, je dois être à la fac pour y avoir accès, et quand je suis à la fac j'ai des choses plus importantes à faire!) A bon entendeur! =)

6.Posté par Pour le post 5 le 22/08/2012 13:53

1° Je n'ai jamais dit que tous les boursiers étaient des assistés, car ni toi, ni moi n'en sommes et j'en veux pour preuve. J'ai affirmé que le système d'attribution des bourses actuelles laissait beaucoup trop d'anomalies ce qui permettent à des personnes qui n'en n'ont rien à foutre de pouvoir jouir des allocations sans intentions de la mérité. Ce n'est pas à moi que tu vas apprendre les difficultés des études, moi qui est déjà du sur 4 années validées, en redoubler deux pour des motifs sérieux et différents à chaque fois. Il ne faudrait pas oublier aussi qu'en matière d'assistance financière aux démunies et aux revenus modestes, on a l'un des pays les plus (si ce n'est pas le plus) performants, alors qu'économiquement beau nombre de pays émergent sont en train de nous écraser par leur PIB.
Bref, pour ce qu'on a, on est les meilleurs sur le partage, même si vous passez votre temps à taper sur la droite pour autre chose que les mesures relevant de l'intérieur (où là vous auriez raisons), l'UMP sur sa branche respectant encore le pacte républicain, demeure plus à gauche que pratiquement la totalité des gauches des autres pays de l'Union Européenne. Maintenant qu'on a un Gouvernement socialiste vous trouvez encore le moyen de vous plaindre malgré ce constat ?
Si vous voulez faire du sociale, ce que vous n'arrêter pas de demander à l'Etat et à l'administration en général, ce n'est plus de leurs compétences mais de la votre en tant que citoyen : éduquer les gens ! Pour le temps que les gens passe à l'école en France et pour celui qu'ils passent avec leurs voisins, l'Etat a déjà fait plus que ça part, mais leurs prochains se grattent encore le cul !

2° Si tenter que j'ai besoin de cours pour m'habiller, je t'en propose pour t'exprimer à l'orale. Juan Prosper qui est vôtre représentant le plus charismatique, risque malheureusement de pas te suffire vue ton potentielle à l'écris.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter