MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le courage de se parler davantage. Entre nous !


Lettre ouverte de Réunionnais anonyme(s) - Car une signature n'apporterait rien de plus. Au contraire.

- Publié le Mardi 26 Août 2014 à 17:44 | Lu 381 fois

Le courage de se parler davantage. Entre nous !

Maintenant que le président de la République est parti, nous allons peut-être réussir à nous parler. Entre nous. Entre Réunionnais.

 

Croire qu'une visite présidentielle apportera des réponses que notre irresponsabilité nous fait attendre d'autrui, est sans doute la maladie infantile de notre réunionnité.

 

Certes, l'Etat a son rôle à jouer, des arbitrages à rendre. Il doit assurer une solidarité républicaine à laquelle La Réunion contribue. 

 

Mais que de lettres publiques emphatiques, que de discours ou de postures héroïques, que d'enfantillages aussi parfois, à côté d'utiles propositions, à l'occasion de cette visite !

 

En même temps, prenons-en la mesure exacte. Tous ces messages publics à l'hôte de l'Elysée, qui en était fort bien averti semble-t-il, lui étaient-ils vraiment destinés ? Et si ces messages s'adressaient d'abord à l'opinion réunionnaise… Et s'ils traduisaient et la nécessité où nous sommes, et la formidable envie des réunionnais, de faire ensemble PROJET.

 

Comme il serait intéressant de faire cet exercice : compiler toutes les bonnes mesures proposées au chef de l'Etat, les arbitrer, les mixer si possible, les compléter au besoin, le tout bien entendu dans le cadre imposé d'une dépense publique contrôlée.

 

Qui croirait qu'un gouvernement, quel qu'il soit, pourrait résister à des priorités réunionnaises, comportant des mesures concrètes clairement énoncées et hiérarchisées, faisant consensus local, et financées à budget constant, pour ce qui est de la dépense publique à La Réunion ?

 

Ah, le projet réunionnais ! Dessiner le contour idéal de notre maison commune, les lignes pures de notre futur bateau (sans nous aviser que nous sommes déjà dedans-dessus…), combien de fois en avons-nous débattu sans fin, comme s'il s'agissait de le rêver sans jamais le construire? 

 

Que nous manque-t-il donc pour y parvenir? Un peu moins d'héroïsme et un peu plus de courage, serait-on tenté de répondre.

 

Le courage d'abord de se parler davantage. Entre nous. Ce qui implique, insignifiant détail, de surmonter nos irréductibles clivages. De cesser de repousser toute idée novatrice au motif qu'elle provient d'un tel ou de tel autre. De partir des réalités du temps. D'assumer notre commune responsabilité citoyenne.

Prenons un exemple. Voyez comment une cause lointaine, l'injustice faite à un peuple écrasé sous les bombes a su nous réunir. De Didier Robert, qui s'est fendu d'une lettre publique, à Nassimah Dindar. De Paul Vergès à l'Evêque de La Réunion. De la gauche à la droite. 

 

Que s'est-il passé ce jour-là, le 9 août dernier, sur le parvis de Champ-Fleuri ? 

 

C'est simple, ce jour-là nous étions tous des héros, c'est-à-dire tous des traitres ! A partir d'une initiative de la société civile réunionnaise, nous avons tous pactisé avec l'ennemi, surmonté nos clivages. Comme Mandela qui a pardonné aux bourreaux du peuple sud-africain. Comme demain les héros de Palestine qui devront faire acte de haute trahison : concrétiser la paix avec l'ennemi.

 

Prenons un autre exemple. Celui de l'apartheid social dans lequel nous confinons notre jeunesse: l'atteinte la plus évidente aux droits de l'homme dans notre île, une injustice criante qui bouche tout horizon d'espoir.

 

Et il n'y aurait rien de mieux à faire, après les récentes annonces, que d'adresser de nouvelles lettres au père Noël en demandant toujours plus ? Et nous n'aurions pas les moyens d'agir ensemble pour mettre un terme à cette injustice qui mine notre cohésion sociale ? Et il faudrait d'abord changer la Constitution, ou le gouvernement, avant de faire le premier pas ? Et nous ne pourrions pas opérer les choix, à budget constant, qu'impose la situation pour créer, dans les conditions de notre petite économie insulaire, un nombre suffisant d'emplois par un soutien plus actif à la production locale de biens et de services, y compris de services publics d'intérêt régional ? 

 

Oui, prenons le cas de la jeunesse sans emploi. Et appliquons- nous à faire consensus sur les réponses concrètes à apporter, avec l'objectif d'obtenir des résultats tangibles à un horizon raisonnable de cinq ans. Nous verrons qu'en prenant à bras le corps cette question, dont tout le monde reconnait l'urgence et la priorité, nous tirerons les fils de toutes les autres questions qui se posent à la société réunionnaise : celle de la remise en cause, autant que nécessaire mais sans complaisance ni tabou, de nos politiques de formation et d'emploi ; celle de la production locale ; celle de notre modèle de développement ; celle enfin de nos modalités de gouvernance…

 

Pour cela, c'est la société civile réunionnaise qui doit donner le mouvement pour surmonter les clivages. Voilà qui pourrait, qui devrait, nous mobiliser pour l'année qui vient, alors que se profilent des élections régionales qui ne seront qu'incantations et divisions, si la société civile ne réagit pas.

 

Et ce n'est pas au monde économique de donner le la. Ni aux syndicats. Ni aux associations. Ni à tel ou tel secteurs représentatif de notre vie sociale. Ni aux élus de tel bord contre tel autre. 

Chacun a sa pierre à apporter. Mais c'est à nous, ensemble, nous tous citoyens qui faisons La Réunion, d'engager un dialogue concret. Entre nous, entre tous. Pour agir de façon concertée. Ici et maintenant.

 

Prenons le courage de nous parler davantage. Et la route s'ouvrira devant nous.

 

Après tout, ce que nous avons à faire ensemble à la Réunion, c'est quand même plus facile que ce qu'a fait Madiba en Afrique du Sud. Ou que ce qui reste à faire, pour les artisans de la paix, en Palestine.

 

Alors ? Que faisons-nous ? On met un pied devant l'autre ? Ou, chacun pour soi, on continue à regarder le match à la télé ?

 

 

 

 

 





1.Posté par KLOD le 26/08/2014 19:44

Bravo à toi anonyme , moi j'aime . Pour plagier Kennedy : que pouvons nous faire pour la Réunion, et non pas que l'état peux t'il encore faire pour la Réunion ?

2.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 26/08/2014 21:29

*Aux courageux "anonymes" et à "KLOD", tout aussi anonyme: commencer par exister - sans masque - pour vous et pour les autres; dire et vous dire la Vérité, toute la Vérité sur ce qui mine votre pays et que j'appelle "la racine du mal".Sans un minimum de lucidité, d'honnêteté et de courage, vous ne ferez JAMAIS rien pour "votre" pays...c'est clair !

3.Posté par KLOD le 27/08/2014 10:07

Caranta , ah; ah

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes