Archivages - Zinfos974

Le coup de pied de l'âne

Lundi 18 Mars 2013 - 13:17

Pierrot Dupuy à qui je dois notamment ce retour sur l'île intense, et à quelques amis les doigts de pieds en éventail dans le club d'Air Austral, m'avait demandé de lui tricoter au moins un édito avant, un pendant et forcément un autre après voire plus si nécessaire...

C'est parti mesdames messieurs pour une revue de détail de ma semaine passée uniquement à Saint Denis hélas. Ces quelques lignes concoctées face à mes oliviers devraient vous rappeler le bon temps des éditos du samedi enfin presque...
 
Lundi   
 
Après cinq ans d'absence, je débarque à Roland Garros. J'avais oublié qu'il pouvait faire si chaud, oublié aussi la sensation désagréable au début, dès la sortie de l'avion, des bombons qui vous collent au papier. Première bonne surprise Max un Réunionnais, comme moi ancien de l'école des mousses, des commandos marines, un nageur de combat est venu m'accueillir. Nous nous sommes quittés en 1967, moment très émouvant… Grégory et Rémy du JIR sont là aussi. En 2008, lorsque je suis parti, Abdul Cadjee m'avait prêté sa Ferrari. Le carrosse a changé, la crise sans doute, mais l'essentiel est au volant: Rémy, mon fidèle ami. Par les temps qui courent, ce n'est déjà pas si mal.

Je file pour déjeuner chez mon vieux camarade Rachid aux sabots rapiécés… Le téléphone commence à grésiller, les affaires reprennent, les taupes téléphonent, les amis aussi. Pierrot Dupuy est le premier à débouler chez le toubib. Mis à part le ventre, le Pierrot n'a pas changé, toujours au créneau et le cœur sur la main pour ses amis. Pour les autres… La remise à niveau forcément  rapide, pas toujours objective, est efficace. Visiblement rien n'a changé dans le pays, sauf que c'est pire qu'avant : chômage, élus, Mayotte… La presse aussi a changé. Conciliante, c'est le moins que l'on puisse en dire. C'est d'ailleurs le site du Pierrot, Zinfos 974, qui révèle et dénonce les carabistouilles, c'est aussi celui de Richard Bouet Imaz Presse qui informe, photographie, raconte. Parce que la crise ne ménage personne à commencer par l'immobilier et le bâtiment, les patrons de presse écrite locale qui ont un pied dans chaque camp, dans le béton, l'immobilier et le papier, font comme leurs petits copains métropolitains, ils recherchent du pognon au détriment de leurs  lecteurs. Les subventions et la publicité extirpées avec difficulté des caisses de la région, du département  et de certaines municipalités, Saint-Pierre tout particulièrement, incitent les journalistes à baisser le nez devant les carabistouilles des uns et des autres, des élus tout particulièrement. Ce qui explique la baisse du tirage d'ailleurs facile à vérifier, c'est écrit dessus, dans l'ours du journal, comme le Port-Salut…

Imaz Press me demande ce que je pense de la presse locale: la rubrique météo s'est améliorée la page horoscope aussi…

Contact et interview téléphonique avec Freedom. Rien n'a changé de ce côté-là. Cette radio est désormais incontournable. Une chèvre au micro en chapeau et bas résille ferait le même taux d'audience. Petite nuance toutefois avec ce que j'ai connu, Camille Sudre, l'un des deux morceaux de Sudre, semble être plus conciliant avec la préfecture. Avant de souffler sur les braises, il réfléchit… Guy Jarnac aussi sur un projet de télévision Freedom qui mijote depuis un an… Vous me direz qu'il serait temps vu que Sudre avait mis la Réunion sans dessus dessous en 1991 parce qu'on lui avait retiré les émetteurs et du coup fermé Télé Freedom…

Je m'en vais prendre mes aises dans les hauts de Saint François histoire de passer la semaine en famille chez mon ami Alain.

RFO qui m'a invité aux matinales du mardi matin, m'informe que la grève nationale pourrait bouleverser son programme. Rien n'a changé de ce côté-là non plus…
 
Mardi
 
5 Heures du matin RFO me fait savoir que les matinales sont annulées. Ce sera le 6 au matin. Je passe la journée à attendre la confirmation. RFO a oublié de confirmer alors je pionce…

Pierrot et Antenne Réunion m'ont invité sur leur radio à débattre avec Ratenon sur ma gauche et Ibrahim Dindar sur ma droite. J'ai l'impression de rajeunir. Plus de 20 ans que je les entends sur fond de "ça va péter" blablater, servir la même soupe tiède sur les mêmes thèmes : surrémunération des fonctionnaires, débat créole zoreil, chômage, jeunesse, emplois précaires… Plus de 20 ans que Ratenon, pourtant loin d'être couillon, sert la soupe plus ou moins masqué à ce qu'il reste aujourd'hui du PCR et que l'Ibrahim Dindar se fâche et se réconcilie avec Nassimah, son épouse. Plus de 20 ans que les Dindar font le tour des partis politiques et plus de 20 ans que ça marche…

Je déjeune avec Abdul Cadjee au restaurant de l'hôtel Bellepierre. J'y retrouve avec plaisir deux professionnels de la restauration, des anciens du Labourdonnais. Tour d'horizon rapide avec le propriétaire du JIR qui me confirme ne pas s'occuper du journal. Il devrait pourtant… Abdull Cadjee semble en revanche se préoccuper des résultats financiers du JIR et du même coup d'un rapprochement avec le Quotidien. Ce n'est pas nouveau… Nous avions Alain Bailly et moi déjà à l'époque tenté de mettre ce train sur les rails du rapprochement, de la mutualisation. Sauf qu'il y a urgence aujourd'hui à mailler les deux quotidiens parce que l'un comme l'autre sont en perte de vitesse, plutôt inquiétante pour le plus petit d'entre eux. Pas loin de 10.000 exemplaires de perdus chaque jour, le double le samedi pour ce qui est du JIR si j'en crois bien évidemment les chiffres de tirage publiés par le Journal… Mais en l'absence d'Alain Bailly, de Maximin Chane Ki Chune hélas bien fatigué, de Carole sa fille qui ne s'y connaît pas plus en presse écrite que les dirigeants du JIR, on se demande qu'elle sera la tête du canard qui sortira de cette étreinte qui s'annonce longue et douloureuse, pour celles et ceux qui sont dedans bien évidemment.

Après-midi de dédicaces chez un ami et rencontres ici et là avec mes anciens lecteurs… Rencontre aussi avec quelques unes de mes taupes, celles qui m'informaient des carabistouilles chez les toques et les gandouras, les élus, des frasques sexuelles de Michel Fontaine aujourd'hui sénateur, des gratteurs de cul de la DDE, du rectorat, des  pandores… Les taupes s'emmerdent, les journaux ne sortent plus rien, certains journalistes "talpinent" même avec les magistrats. Du coup c'est  encore la belle vie pour quelques gandouras sudistes notamment, côté pince fesses en revanche ça s'est calmé quoique les voyages à Madagascar sont toujours d'actualité... Chez les gendarmes en revanche, ça ne rigole plus vu que le colon qui les commande connaît la musique et les musiciens parce qu'il est passé en métropole par la case IGS des pandores…

"Tonton" a organisé un dîner, quelques amis sont là, des élus aussi. La cuisinière est un ange, le cary zanguilles excellent. Je déguste aussi les informations concernant la municipalité de Saint-Pierre. A force de bidouilleries, le sénateur Ti coulou, parce qu'il avait déchiré en passant par la fenêtre le fond de sa culotte, va bien finir par attirer  la patrouille… Ce qui se passe à Mayotte est inquiétant. La tension entre Anjouanais et Mahorais est vive, les élus continuent allégrement de bouffer les subventions, de taper dans la caisse, de se déplacer en grande pompe et à grand frais en métropole et ailleurs. Le seuil de tolérance: immigration, délinquance, détenus… est largement dépassé. La mèche est courte, ne manque plus que le craqueur d'allumette.
 
Mercredi
 
J'apprends que "Témoignages", sorte de Pravda locale au sein duquel ont tartiné des pages entières un certain nombre de staliniens salariés, inféodés au PCR et à la famille Vergès, est en grande difficulté. Ce n'est pas la première fois que la feuille du PCR fait l'aumône, que les camarades élus, Elie Hoarau notamment, tendent la main, la larme à l'œil. Connaissant la fortune des Vergès, il serait logique pour service rendu à Raymond, Paul, Jacques, Pierre, Françoise, neveux, cousins et nervis qu'ils mettent la main à la poche…

Sans aller jusqu'à dire que si la feuille du PCR venait à disparaître c'est un bout de démocratie qui foutrait le camp, vu que le PCR, Vergès et Témoignages se sont peinardement assis dessus depuis des décennies, je ne peux oublier que, lorsque les rotatives et les archives ont brûlé, incendiées par les employés d'Armand Apavou, Témoignages à l'initiative de Raymond Lauret avait participé à la collecte et à ce grand élan de solidarité populaire qui nous avait sauvé d'une mort certaine…

Les taupes réveillées, en transe après un long sommeil, se défoulent et me balancent des kilomètres d'informations sur la région, le département, les élus, le SDIS, une grande partie des saints du calendrier : Saint-Pierre et Saint-Denis et cela va de soi sur quelques toques et gandouras de la vieille garde qui par miracle ont échappé à la Saint Barthélémy de l'IGSJ (inspection générale des services judiciaires) et à l'édito du samedi. Entre les actifs qui sévissent encore, les retraités qui poussent le bouchon un peu loin et certains avocats il y a de quoi faire. Pierrot a du pain sur la planche… A ce sujet je crois savoir qu'une lettre d'une association "Stop injustice" est partie de la Réunion direction la garde des sceaux dénonçant "une corruption active" ainsi qu'un certain nombre de magouilles au sein du barreau dionysien assortie d'une supplique obligeant les magistrats d'une part à ne rester que deux ans sur l'île et de l'autre à ne plus y revenir en leurs grades et qualités comme l'on dit… Jean François Beynel, directeur de cabinet adjoint de mâme Taubira, ex-juge d'instruction à Saint-Denis et tombeur de quelques élus, devrait y prêter dit-on une particulière attention... 

Dédicaces organisées à la librairie Autrement . Ça marche plutôt bien, une jolie petite vendeuse me dit être épatée. Je quitte la librairie une heure plus tard le stock de bouquins épuisé.

Dîner chez un ancien du JIR en compagnie d'un gendarme à la retraite et d'un journaliste du JIR bien évidemment, un ancien de l'équipe, pas un transfuge du Quotidien. Les souvenirs se ramassent à la pelle. Cela fait ancien combattant mais le moment est loin d'être désagréable.
 
Jeudi
 
Je me fais engueuler par les sudistes qui ne comprennent pas pourquoi je ne consacre pas une journée à Saint-Pierre, dédicaces comprises. C'est un loupé, va falloir que je revienne, rien que pour ça…

C'est la journée des élus: j'en rencontre quelques uns dont la députée Ericka Bareigts. Elle n'est pas bête et plutôt jolie. J'ai toujours pensé, plus ou moins en accord avec Paul Vergès mais pas dans le même but final, que les Parisiens en général et les ministres en particulier ne comprennent rien à la Réunion et que tôt ou tard, à l'exception de la défense, la police, la justice, l'éducation nationale, il sera indispensable et nécessaire façon comme une autre que la Réunion cesse de se regarder le nombril et du coup tourne en rond, d'ouvrir la porte menant à une autonomie spécifique par une gestion du département au sein d'une sorte d'assemblée unique… Seul véritable problème, les élus, l'absence de leader et le niveau crasse d'une grande majorité d'entre eux, comiques compris. Cela étant, les métropolitains ne sont pas mieux lotis. Maintenant que le PCR est moribond, qu'il n'y a plus de risque d'indépendance, d'autonomie à la mode et sous le joug du petit père Vergès, c'est peut-être le moment d'ouvrir le bal.

Je n'ai pas souhaité me rendre au JIR, on ne peut pas être et avoir été et puis l'ambiance et le reste ne sont plus ce qu'ils ont été. Alors je déjeune avec mes filles du JIR, accompagnées d'une infime partie de la vieille garde. Je m'attendais au moins à rencontrer Marine pour la remercier de son papier mais ils sont tous ou presque aux abonnés absents et pourtant, surtout elle…

Je dîne avec Didier Robert, président de Région. J'aime bien ce type et me suis toujours bien entendu avec lui. Raison de plus pour évoquer quelques bévues dans son système de communication ainsi qu'un certain nombre de conneries ou carabistouilles que l'on porte à son actif  à tort ou à raison tant aux Seychelles, qu'en Australie, à Adélaïde tout particulièrement… Je profite de la rencontre pour lui rappeler qu'il m'avait promis, et bien entendu oublié, de rapatrier le buste d'Alexis de Villeneuve dans sa maison natale, rue de la Victoire, en face de la case de Monseigneur Aubry, le chef des curetons. Case achetée sans vergogne par la région du temps ou Paul Vergès présidait cet honorable établissement. Le buste de ce grand  bonhomme, maire de Saint-Benoît, flingué par qui vous savez, étant maintenant bien à sa place à quelques mètres de la cathédrale proche de l'endroit où il fut assassiné, nous convenons que ce serait une couillonisse de le déplacer mais plus opportun d'apposer mais en grande pompe une plaque à l'entrée de la baraque, voire une copie du buste. A suivre…
 
 
Vendredi
 
Rencontre avec des élus dionysiens franchement socialistes pas vraiment proches de Gilbert Annette. Les prochaines municipales promettent comme toujours d'être particulièrement mouvementées et fratricides au parti socialiste. A droite aussi sauf qu'à gauche, documents en main,  les élus opposés à Annette ont fait savoir à Paris qu'ils n'hésiteraient pas, si ce n'est déjà fait,  à balancer quelques missives au procureur de la République mettant en cause Gilbert Annette et ses petits camarades… Je partage avec Pierrot Dupuy l'information selon laquelle l'un de mes clients préférés du samedi, le socialiste Wilfrid Bertile, jadis condamné et premier gracié de France par François Mitterrand, est appelé pour quelques mois en renfort au département aux côtés de Nassimah Dindar pour une mission technique fortement rémunérée, plus de 10.000 euros le mois… On me parle aussi beaucoup du chef des curetons qui pourrait démissionner, comme le pape mais pas pour les mêmes raisons, quoique…
 
Samedi
 
Il pleut comme un zébu  qui pisse et je m'en vais dédicacer chez Gérard. Je me dis que dans ces conditions il n'y aura personne, que je vais avoir l'air bien con... La fiesta commence à 15 heures, finira à 18,  bouquins épuisés, pas loin de 200 me dira le patron des lieux un tantinet étonné et rassuré. Les lecteurs qui repartent sans livre me font signer sur de vieux éditos, un bout de papier, sur ma caricature dessinée par Christophe Leroy… A l'exception d'une gazée agitée de tremblement nerveux qui me reproche de ne pas avoir évoqué le cas de son mari, tout c'est bien passé. J'ai vu défiler des lecteurs, quelques amis, compères la gratouille pour certains, quelques gendarmes et policiers, des élus, Albert Ramassamy, un monument de l'histoire politique réunionnaise que je suis heureux de retrouver, Marc  Gérard qui n'a pas changé, le papa de Cécilia qui regrette que fifille ne soit plus aux affaires et le deuxième morceau de Sudre, Margie Sudre, toujours jolie, très classe, qui a profité d'un pince fesses à la préfecture pour venir me raconter qu'elle n'avait jamais fait campagne en "ballerines". Du coup, j'ai rappelé mon vieux pote Joseph Sinimalé toujours en campagne dans les hauts de Saint-Paul qui m'a confirmé l'histoire des pompes de la sous-ministre et copine de Chirac Jacques...

J'évoque trop rapidement avec Fortier, un ancien du Quotidien venu me faire la bise, la belle époque de la guérilla JIR contre Quotidien et l'affaire du procureur Schiano parce que Rabou et lui nous avaient grillé la politesse sous le nez…

Au même moment ou presque, quelques donzelles subventionnées, grassement payées par le contribuable, Monique Orphée, Nassimah Dindar, Thérèse Baillif… gigotent au centre de Saint-Denis dans le cadre de la" féminisation des rues de Saint-Denis" sous le regard bienveillant de Paul et Pierre Vergès, d'Elie Hoarau et de sa femme Gélita... But de la manœuvre à l'appel du collectif pour l'élimination des violences intrafamiliales présidée par Thérèse Baillif, une mère la gratouille subventionnée à plus de 100.000 euros par le conseil général, débaptiser provisoirement six plaques de rue pour les remplacer par quelques figures bien de chez nous. Par exemple Juliette Dodu, la fausse héroïne de la guerre de 1870 dont la véritable histoire retiendra que les titres de gloire de cette Dodu goulue ont été obtenus dans toutes les positions en l'air, à l'horizontale, à quatre pattes aussi ou bien encore une dame Caze en remplacement de la rue Mahé de Labourdonnais dont la bio sur Wikipédia nous apprend que la dame en question détenait 35 esclaves… Vous me direz que les ascendants de la famille Vergès aussi qui possédaient 121 esclaves pour être précis… Vous ne serez pas surpris qu'en présence des Vergès, les donzelles toutes émoustillées ont débaptisé la rue Alexis de Villeneuve. C'est bien la  preuve que l'assassin revient toujours sur les lieux de son crime.
 
Lundi  
 
Mon départ est salué comme il se doit par un courrier des lecteurs publié en très bonne place dans le JIR bien évidemment. C'est un plumitif de l'AFP qui me titille en quelques lignes. Je me souviens parfaitement de ce lascar que nous avions aidé et soutenu alors qu'il était interdit de séjour à Madagascar. Comme le disait mon grand père qui ne se serait pas étonné que ce soit le JIR qui publie ce machin. "N'attend pas de l'âne que tu as convenablement nourri au foin autre chose qu'un coup de pied".
 
Mardi
 
 
De retour à Roissy dans un épouvantable merdier du à la neige qui tombait sur le Nord de la Franc, les bonbons se sont brutalement décollés du papier. Sur l'instant, j'ai regretté le chaud mais ensuite… Parce que s'il plaît à Dieu je reviendrai c'est certain sans doute pas là où l'on m'attendra…
 
Bonne semaine
 
Jacques Tillier
Lu 11809 fois



1.Posté par noe le 18/03/2013 16:47

Voila un homme qui sait écouter , voir et analyser le monde , jour après jour ...Son coup de plume avec ses belles phrases vous mettent en forme pour une semaine qu'il pleuve , neige ou vente !
Son livre est un pur merveille et se lit comme la coupe de champagne qui coule doucement dans votre gosier et vous lance des flashes derrières vos amygdales ...
Je lui souhaite un bon retour et l'invite de nouveau dans notre belle île intense !

2.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 18/03/2013 19:21

Ce que je retiens, pour la pertinence corrélative de ce que nous avons appris seuls depuis :

La presse aussi a changé. Conciliante, c'est le moins que l'on puisse en dire. Oh que OUI...
Plus de 20 ans que les Dindar font le tour des partis politiques et plus de 20 ans que ça marche…
les journaux ne sortent plus rien, certains journalistes "talpinent" même avec les magistrats.
C'est tellement vrai que s'en est lamentable, nous en avons honte pour ces minables...
Demandez leur de parler de la suite du scandale des Enfants de la Creuse, vous les verrez pisser lamentablement dans leur culotte
Chez les gendarmes en revanche, ça ne rigole plus vu que le colon qui les commande connaît la musique et les musiciens... Tans mieux et s'il a besoin de quelqu'un pour aider à confondre les ripoux y compris des hauts du Tampon, qu'il n'hésite pas a appeler...
gandouras de la vieille garde qui par miracle ont échappé à la Saint Barthélémy de l'IGSJ
Ça aussi ça reste incompréhensible pour les victimes... Nous ne lâcherons RIEN, JAMAIS...

Didier Robert, président de Région. J'aime bien ce type et me suis toujours bien entendu avec lui.
Surement par se que vous n'avez jamais lu ça et compris quel Père on peut être
http://www.zinfos974.com/Didier-ROBERT-un-depute-de-parole_a8812.html://

quelques donzelles subventionnées, grassement payées par le contribuable, Monique Orphée, Nassimah Dindar, Thérèse Baillif.... Vous voire prendre le relais nous rassure...
*******************************************************
Vous avez oublié Margouillat 1er et sa Clic AJOIenne de voyageurs Malgaches, et autres "spécialistes des rapports de complaisance" dont certains "vestigiens" sont rester pour effacer les traces de leurs casseroles, voire c....ls, sales...

M. Jacques Tillier, Vous voulez aider encore ?
Donner raison a Pierrot de soutenir des Pères qui souffrent sous le silence complice ?
METTEZ LES PIEDS DANS LE PLAT DU MARCHE JUTEUX
DES ENFANTS OTAGES DES "POUPONNIÈRES DE L'OUTREAU Mère"
Assoc "Père Amor"

3.Posté par RHK le 18/03/2013 20:10

Quel plaisir de lecture... Alors à l'époque impossible, d'autant que le patriarche ne ratait jamais l'édito du samedi et Dieu sait qu'il apprend les deux journaux chaque matin ; sans compter qu'il connaissait l'auteur et même son copain du quotidien : mais aujourd'hui, pour le plaisir de lire de tels écrits, j'aurai joué les taupes... très bonne analyse, coup de plume excellent, même pas la peine de signer... Encore encore encore et encore SVP, revenez vite

4.Posté par Maurice lotus le 19/03/2013 05:09

Certains transfuges du quotidien arrivés au Jir n'ont apporté que leur suffisance qu'il étale au quotidien et s'efforce ainsi de masquer leur faiblesse intellectuelle derrière des postures et des effets de manche.Sur ce point, je suis d'accord avec Tillier.Il serait temps que la direction générale du JIR porte un regard lucide, clair et sans complaisance sur les enjeux et le triste état de cette entreprise.Pour emporter l'adhésion des salariés et changer de cap, un coup de balai à la suffisance et au diktat des égo.

Aleluia.

5.Posté par evenkett le 19/03/2013 05:24

N'attend pas de l'âne que tu as convenablement nourri au foin autre chose qu'un coup de pied". C'est à quelque chose près ce que Philippe Hersant doit penser de Jacques Tillier qui encore une fois se perd dans ses contradictions.
Va prendre tes gouttes pépère et surtout ne prends pas froid.

Un fidèle détracteur

6.Posté par lecteur assidu le 19/03/2013 06:46

Combien il a raison Jacques Tillier quand il dit qu'à la Réunion, les "pseudo" journalistes de la presse écrite ou audio-visuelle sont devenus les cire-pompes de nos très chers élu-e-s cumulards qui s'en mettent plein les fouilles !!!

7.Posté par David Asmodee le 19/03/2013 07:36

Mis à part le ventre, le Pierrot n'a pas changé


Tout est dit. lol.

Dis un nafèr la d'ssus Pierrot !

8.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 19/03/2013 09:11

*D’abord – ayant autre chose à faire que de m’appesantir sur les dégueulis de Tillier – je n’ai rien vu relatant la scène qui s’est déroulée ce Samedi 09 à la Librairie Gérard. Je me suis dit : il préfère le silence… ; mais non, cette brute épaisse l’a ouverte : un de mes rares amis m’a signalé la phrase du « Rapport TILLIER » de cet évènement, soit : « À l’exception d’une gazée agitée de tremblement nerveux qui me reproche de ne pas avoir évoqué le cas de son mari, tout s’est bien passé. » (Sic – Tillier)

TILLIER est vraiment un has been et ignore que je n’ai plus de mari depuis des lustres ; il a voulu, sans doute parler d’un de mes amants mais n’a pas eu le courage de préciser lequel…

*Pour « LA GAZÉE AGITÉE DE TREMBLEMENT NERVEUX » (Sic – TILLIER), je présenterai un « Droit de Réponse » à Pierrot DUPUY. Il est en préparation, le « Droit de Réponse…

9.Posté par has been le 19/03/2013 12:02

Que c'est dur d'avoir été....

Bizarre pas un mot sur sa condamnation pour propos diffamatoires , pourtant en Une du JIR et de clicanoo.
Bizarre, il ne parle que du courrier des lecteurs dans le JIR et pas de la large promotion de son bouquin dans le même journal.
Bizarre, qu'il aime bien le copain de Pierrot, notre président de région. Conciliant lui aussi...

Bref, encore un papier sans intérêt...

10.Posté par LaPulmollVerte le 19/03/2013 12:03

Merci Pierrot ! Grâce à vous ce matin je déguste un grand bol d'oxygène ou de caviar voir les deux en même temps. Le GRAND homme est revenu et nous fait l'honneur d'un édito ! MERCI Jacques Tillier ! Vous lire, c'était mon bonheur matinale. Une journée sans vous lire c'était un jour sans pain. Vous avez cette plume vivifiante, régénératrice ! J'espère que cet édito ne sera pas le dernier et que nous aurons l'occasion de nous réjouir l'âme par vos futures écrits ! MERCI MERCI MERCI !

11.Posté par "REUNIONNAIS LAMDA" le 19/03/2013 14:39

Je suis d'accord avec Jacques TILLIER pour dire que PIERRE LAGOURGUE( INITIATEUR DU "PROJET -ROUTE DES TAMARINS" entre autres ) , ALBERT RAMASSAMY (fondateur de l'A.R.D.F. qui a sauvé "le statut français" de la Réunion ) , MARC GÉRARD ( défenseur acharné ,lui aussi, de la même cause ET MICHEL DEBRE (qui se considérait comme Réunionnais et qui s'est tant dévoué pour notre île dont il a contribué à mettre en place la plupart des infrastructures ) sont "DE GRANDS RÉUNIONNAISE !!!
Vergès a profondément divisé notre population en deux camps antagonistes qui se sont violemment et dangereusement affrontés entre 1959 et 1980 Les souvenirs et les stigmates de cette époque douloureuse se ressentent encore aujourd'hui !!! IL A SURTOUT ETE UN GRAND LÉNINISTE- STALINIEN AU SERVICE DU COMMUNISME INTERNATIONAL !!!!

12.Posté par jbourrin le 19/03/2013 17:08

Trop facile de critiquer l'état de la presse quotidienne .
Tillier alors PDG de l'union de reims n'aura rien pu faire pour sauver des emplois.Sa gestion financière du JIR était apocalyptique, un vrai gouffre , un puy sans fond.Il a beau rôle de donner des leçons de moral.Seuls les imbéciles peuvent croire dans ses beaux discours, haineux.
Comment Cadjee peut-il accepter ces propos ? Comment peut-il être ami avec ce type?
Tillier était bien content de trouver Cadjee comme repreneur.Au passage s'est-il sucré sur la transaction ?



Alors DG du JIR, sa gestion é

13.Posté par grossgueg le 19/03/2013 18:30

Pas fan du tout de Tillier mais force est de constater qu'il faisait vendre.
Il faudrait donner le pouvoir aux cons dans les journaux locaux car les intelligents n'arrivent pas à freiner le dégringolade des ventes de journaux.Les intelligents ne trouvent pas de solution.
Donnons le pouvoir aux cons, aux fainéants, aux trop payés, aux syndicalistes,aux femmes minoritaires,aux créoles,aux grandes gueules.
Redonnons le pouvoir aux salariés tout simplement !

14.Posté par adélaide bibini le 19/03/2013 19:07

Tillier a la dent dure contre la direction du JIR et pourtant le JIR possède à sa tête un type bien qui s'appelle Jean Baptiste Mariotti.
Un type plein d' humanité et c'est bien ce qu'on lui reproche. Un type qui ne rentre pas uniquement dans des rapports claniques , qui n'écrase pas sans savoir. Un type franc et ouvert .Ce n'est plus le sex symbole que j'ai connu autrefois mais un type bien reste un type bien.
Les salariés du JIR ont de la chance de l'avoir.
J'ai de la peine pour Tillier, toujours aveuglé par la haine et qui finira ses vieux jours péniblement.
Courage JBM

15.Posté par cnchtg le 19/03/2013 19:23

Quelle violence, j'en ai la chair de poule.

16.Posté par grognard le 19/03/2013 19:56

"Ayons une pensée émue pour tous les fachos de l'île de la Réunion qui pleurent le départ du Gouyave de France qui leur donnait à lire chaque samedi du Céline de maternelle".
Cette phrase de françois Gillet résume à merveille J Tillier.

17.Posté par administratif le 19/03/2013 20:39

un jour Tillier m'a dit "Ta fesse gauche dis à ta fesse droite ça pue dans le couloir , le couloir dit : dans mon sous sol aussi !"
Je ne suis pas certains six ans après d'avoir compris ses propos.

18.Posté par creuvard le 19/03/2013 20:50

Papounet a été vexé de l'édito de marine désigne dans femme magazine .POUR UNE FOIS IL AURAIT PRÉFÉRÉ UN EDITO CIRE POMPE.
Pas de chance Papounet, marine est intelectuellement honnête et a sans doute jugé que ton livre était chiant à mourir et définitivement has been.


19.Posté par Pat 974 le 19/03/2013 21:41

pat974
@17
un jour Tillier m'a dit "Ta fesse gauche dis à ta fesse droite ça pue dans le couloir , le couloir dit : dans mon sous sol aussi !"

Bien imagé votre histoire devoilé par TILLIER sur nos politique locaux.

Tout est dit

Je suis mort de rire et je le ressortirais.. Trop Fort

20.Posté par A tous... le 19/03/2013 23:49

Tirez pas sur le Jacques. Contariement aux anonymes, sous son vrai nom il a allumé plus d'un puissant qui se croyait intouchable. Aucun de ses présents détracteurs n'aurait eu le centième de son courage de défier la nomenklatura locale. Il a été invité par le préfet qui s'est voulu conciliant mais une fois dehors, la plume de Jacques s'est énervée de plus belle. D'autres autorités ont tenté de l'amadouer sans succès. Je me rappelle que dans une sale affaire de corruption au sein de la police, que les autorités préfectorales voulaient d'ailleurs mettre sous le boisseau, le Jacques a mis son journal à disposition de la vérité. Aidé de son ami Rachid, ils sont montés au créneau et naturellement cela a déplu. Ils ont même été invités par le procureur Legras qui était fort mécontent, mais les deux compères n'étaient pas hommes à s'en laisser conter.

Je peux vous assurer que quelques puissants tremblaient à l'idée de voir leur nom dans l'édito du samedi et que quelques hommes politiques ont agi pour le faire taire, n'hésitant pas à user de moyens extrêmes, mais le Jack, était serein: il avait déjà côtoyé la mort de très près.

Certes, il a des défauts comme chacun de nous, mais le ton qu'il a donné à la presse, plus jamais aucun titre n'osera. Le terme "talpinent" qu'il a employé je suppose à escient, met en exergue un dangereux glissement vers la non-information. Les faits divers seront le quotidien des journaux, au détriment de l'investigation sur de vrais zaffaires qui portent atteinte à nos intérêts.

21.Posté par jacquo le 20/03/2013 06:29

Le mec , il a voulu dire que si ça pue , il faut aller remuer la merde pour savoir la couleur des étrons.
C'est une image pour dénicher des scoops.

22.Posté par M.B. le 20/03/2013 15:55

pour le Post 14 "adélaide bibini"
Mariotti est quelqu'un de bien. J'avoue. Dommage qu'il paie des gens à glander sur les forums toute la journée ...

23.Posté par G.V le 20/03/2013 19:05

Pour le post 22.
IL FAUT Y AJOUTER ceux qui passent une grande partie de leur temps sur facebook.

24.Posté par gestapiste le 20/03/2013 19:12

Post 22. Des noms, on veut des noms.!

25.Posté par etienne le 20/03/2013 21:30

Post 22 Glander c'est un vrai métier . Il ne faut pas confondre les paresseux qui ne font rien et les glandeurs, qui ne travaillent pas mais ont une journée bien remplie. Lorsqu'on arrive au bureau, il faut, par exemple, aller saluer tous ses collègues, discuter un peu avec eux, boire un café, récupérer la cuvette des toilettes parce qu'un collègue à chier à côté . Entretenir une vie sociale riche est une activité valorisante. Autre élément essentiel pour s'occuper: surfer sur le web, se connecter à Facebook, préparer ses prochaines vacances, lire zinfos ... Ensuite il y a les stratégies classiques: prendre son temps pour déjeuner, multiplier les pauses café ou cigarettes. L'interdiction de fumer dans les lieux publics a d'ailleurs été une bénédiction pour les glandeurs: sortir fumer prend bien plus de temps maintenant, surtout si vous bossez en haut d'une tour. Autre astuce: ne pas associer deux pauses en une! Vous avez envie de fumer et de boire un café? Faites-le avec dix minutes d'écart entre les deux. De même, ne prenez pas votre café à la fin du déjeuner, cela vous donnera l'occasion de ressortir 20 minutes après la fin de votre déjeuner. Je suis glandeur professionnel et j'aime ça.

26.Posté par glandu le 20/03/2013 21:49

Post 22
“Le travail est l’opium du peuple et je ne veux pas mourir drogué” disait Boris Vian. Moi je magnifie l’art de faire sembler de travailler.
Garder les sourcils froncés pour avoir l’air d’être concentré, marcher vite dans les couloirs pour paraître pressé et surtout quand vous passez devant le bureau de votre responsable qui lui même glande en général ... l’objectif, c’est de ne pas en faire trop, sans être repéré. S’il est plutôt facile de préparer un maximum de réunions (si l’on considère en effet que “les réunions ne servant à rien, les préparer consciencieusement permet d’optimiser leur effet contre-productif”), il est nettement plus compliqué d’apprendre à dormir les yeux ouverts...
Garder les sourcils froncé vous invite à vous méfier de l’ennemi numéro un du glandeur, “le/la stagiaire fouine qui veut se faire bien voir et furète dans tous les coins pour tout connaître de la vie de l’entreprise”. Le glandeur bosse car il se doit d’être imaginatif. glandu 1er roi de la glande

27.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 22/03/2013 10:31

20.Posté par A tous... Exactement... Merci

28.Posté par O.de Trogoff le 23/03/2013 12:09

Pourquoi les " taupes" se rendorment elles lorsque J T n'est plus sur place ?? Pourquoi Pierrot Dupuy ne se détaupent elles pas pour Zinfos? Une question, Jacques Tillier a t 'il connu Zinfos974 à ses débuts et n'a t'il rien à dire à ce propos ? par exemple l'humour de plus en plus mal perçu et la censure de plus en plus large sur ce média qui à mon sens est due comme pour tous les journaux à l'apport de plus en important du CA publicité. La publicité sert à faire vivre un journal , ça c'est le côté positif mais elle sert surtout à lui faire modérer ses propos, à rendre la censure plus sélective, plus vigilante plus partie prenante... A partir de là quels sérieux attacher aux articles de tel ou tel journal. Le canard Enchaîné, Médiapart gagnent de l'argent et engrangent des bénéfices, sans faire aucune publicité, personne n'a d'emprise sur eux à partir de là nous avons de véritables informations. J'aurais aimé qu'il en soit de même pour Zinfos974, avec des abonnements. Car il a fallu être couillu pour créer ce Zinfos là à cette époque, et il est bien dommage que la censure soit de plus en plus systématique. A moins que le censeur de service soit devenu de plus en plus étroit. Je suis trés étonné aussi qu'un Monsieur TILLIER se laisse faire " la bise " par un individu tel que ce fortier ils ne boxent vraiment pas dans la même catégorie ....

29.Posté par Jojo le 02/04/2013 18:00

Bof, Tillier égal à lui même, càd beaucoup d'esbrouffe pour pas grand chose. Du blabla, pas bcp d'humour. Des formules bien surannées et un style bien ringard. Quand je pense que Pierrot a payé le voyage à JT pour cela, il aurait dû garder son argent pour aller aux......

30.Posté par Étrange copain ... le 29/03/2015 15:43 (depuis mobile)

Tillier ferait bien d''étudier une bien vieille affaire pour savoir qui est en réalité Marc Gérard.
Affaire Rubègue ...
C''était du temps de la justice coloniale.