MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le coronavirus révèle la fragilité de la mondialisation libérale


Par Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID - Publié le Jeudi 19 Mars 2020 à 17:17 | Lu 428 fois

Un krach financier dû au coronavirus est probable. Plutôt que de se réjouir d’une récession qui aurait des effets humains dévastateurs, la crise actuelle peut agir comme révélateur des fragilités extrêmes de la mondialisation, pour la condamner.

Selon les économistes les plus en vue, le grand péril du coronavirus n’est pas sanitaire. Les malades, les morts par milliers, c’est fâcheux. Il y a pire : la croissance mondiale terriblement affectée. L’économie tousse et le phénomène devient viral.

La croissance chinoise plonge. Certains évoquent une récession dans l’Empire du milieu, symbole de l’hyper croissance : la croissance de l’économie chinoise entre 1983 et 2013 a été de 10,2 % par an, ce qui laisse loin derrière nos modestes « Trente Glorieuses ». Il est vrai qu’un essoufflement apparaît depuis une dizaine d’années, avec « seulement » 8,1 % entre 2008 et 2018, 6,6 % en 2018 et 6,1 % en 2019.

Le virus de la récession menace désormais, par une contamination qu’on ne peut freiner, tous les pays industrialisés, puis probablement d’autres. Pourquoi ces pays ? Parce que le virus se propage par voie aérienne et maritime (pour les marchandises et les personnes), et par voie électronique (pour la sphère financière) entre des espaces industriels, commerciaux, financiers et touristiques « développés ».

Un monde du capitalisme financier voit les banques et les fonds d’investissement et de pension faire la loi ; les Bourses dominer l’économie ; les multinationales mettre en concurrence les pays qui pratiquent le dumping social, écologique et fiscal ; la dérégulation devenir la règle, qu’il s’agisse de la finance, des accords de libre-échange et de libre investissement qui donnent le pouvoir aux transnationales, y compris pour fixer les règles du jeu contre les États. Dans ce monde, le coronavirus joue le rôle d’une simple allumette capable d’y mettre le feu.

Pour les objecteurs de croissance, il est tentant d’y voir un argument de poids : les émissions mondiales de gaz à effet de serre et toutes les autres pollutions reculent sous l’effet de cette nette décrue de la croissance mondiale. Alors, vive le virus ?

Emprunter cette voie est déconseillé. D’abord, rien ne dit que le frein de croissance perdurera, même si la probabilité d’un krach est forte. Ensuite, un scénario de récession mondiale dans les structures économiques et sociales actuelles n’a rien de désirable sur le plan humain, pas plus qu’un scénario de pandémie mondiale qui toucherait les populations les plus fragiles. De plus, associer les bienfaits de la sobriété choisie et un virus mortel n’est pas le meilleur moyen de convaincre. Enfin, ce serait confondre l’allumette et le système inflammable du libéralisme financier. Aller directement du virus à la décroissance est une erreur. Il faut mettre en cause le système libéral et son extrême fragilité face à ces chocs qui reviendront, sous d’autres formes. Le coronavirus n’est pas l’allié des objecteurs de croissance.

Pour le dire autrement, un coronavirus n’aurait qu’un impact limité sur l’économie dans un monde où la finance serait sous contrôle public, où la monnaie serait un bien commun, où la majorité des productions (y compris énergétiques) serait relocalisée, ou la sobriété matérielle et énergétique supplanterait le consumérisme, et où l’on mettrait fin à la domination économique et politique des multinationales.

En revanche, la crise actuelle peut agir comme révélateur des fragilités extrêmes de la mondialisation libérale et contribuer à sa condamnation. D’autres crises n’ont pas suffi pour l’accuser. Il n’est pas certain qu’on y parvienne ici, mais il faut tenter.

D’après Jean Gadrey 
https://reporterre.net/Le-coronavirus-revele-l-extreme-fragilite-de-la-mondialisation-neoliberale?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_hebdo




1.Posté par Saucratès le 19/03/2020 18:47

Salut Bruno. Bel article. Tu as plus de chance que moi avec ZINFOS. Tes articles à toi passent les filtres. Pour une fois, je souscris complètement à ce que tu écris. Une Finance contrôlée et une industrie relocalisée souffrirait probablement beaucoup moins d'une telle crise du coronavirus. Même si la peur des petits épargnants ne serait pas forcément moins forte et qu'elle aurait malgré tout un impact sur les cours boursiers.

Après, là où je me demande si tu n'exagères pas un peu, c'est sur l'importance donnée au crack boursier ou financier. Serais-tu un peu un boursicoteur pour te sentir concerné ? Les problèmes de maladie et de morts me semblent pour moi évidemment bien plus graves que le recul de la croissance des économies et des bourses. Au fond, il ne s'agit que d'un énième épiphénomène ; il est même consternant que les plongeons des bourses soient considérés comme une cause si importante que les autorités monétaires se sentent obligées d'intervenir massivement. La faim dans le monde, le chômage de masse, le sous-développement de nombre de pays en Afrique ou ailleurs me semblent des sujets bien plus importants nécessitant une intervention massive des autorités monétaires internationales. Par contre, une telle action pour une baisse des cours des actions qui de toute façon connaîtra un arrêt dans quelques semaines, dans quelques mois, lorsque les cours auront trop baissé, me semble totalement infondée ! Si les financiers aiment à se faire peur, qu'ils se fassent peur.

Pour détruire la Finance, il n'y a selon moi qu'une seule solution, les laisser s'autodétruire et bloquer les mécanismes qui leur permettent de gagner beaucoup d'argent en spéculant sur tout et contre tout. Tu as raison de dire que nous avons une nouvelle occasion d'y arriver apres l'occasion de la crise financière de 2007-2009 ! Mais avec un ex-financier de Rothschild à la présidence française, ce n'est pas gagné ! Amitiés. Saucratès.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes