MENU ZINFOS
Faits-divers

Le conjoint tortionnaire condamné à 30 ans de réclusion criminelle


Grégory Richard, accusé d'avoir séquestré et torturé sa compagne pendant près d'une semaine, a été condamné ce mercredi en cour d'assises. Il encourait la réclusion à perpétuité, étant en récidive. Il a finalement été condamné à 30 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers et d'un suivi socio-judiciaire pendant 3 ans.

Par - Publié le Mercredi 24 Février 2021 à 10:10

Il avait déjà été condamné à de la prison ferme pour des faits similaires en 2011, était sorti en 2016, et en août 2018, avait réitéré avec sa nouvelle compagne. Il l'avait attachée dans un garage et s'était déchaîné sur elle, la punissant de prétendues infidélités: brûlures de cigarettes, privation de nourriture, coups de pieds et de poings, viols... la pauvre femme, enceinte, fut laminée. Grégory Richard était jugé depuis hier devant la cour d'Assises et le verdict est tombé aujourd'hui.

Le deuxième jour d’audience s’est ouvert par l’audition de l’enquêtrice sociale concernant l’accusé. Il en ressort que Grégory Richard avait peu de relations avec ses demi-frères et demi-soeurs. Déscolarisé en fin de 4e, il a sombré dans la drogue et la délinquance. Sans repère d’autorité suite à la séparation de ses parents, il dira : "Il me manquait quelque chose", en référence à l’absence de figure paternelle. Il reconnait être jaloux et faire difficilement confiance. 

"Tout ce que j’ai au dossier, ce sont des violences avec les gens fragiles. Mr Richard ne s’attaque qu’aux faibles, il a l’intelligence de de choisir ses victimes, vous en pensez quoi", demande le président à l’accusé après l’audition de l’enquêtrice. "Non ce n’est pas ça", répond t-il benoîtement. La partie civile demande aux jurés de rendre justice à la victime. "Elle était enfermée dans une prison psychique. À mon sens, tous les faits sont constitués : Acte de barbarie, séquestration, elle ne pouvait pas partir ! Ce sont des faits atroces et à chaque fois plus graves. Il va toujours tout faire pour isoler sa victime. Il a tout fait pour en faire son objet, son défouloir. Elle se sentait prise au piège, elle craignait pour elle et pour son fils. Il s’est servi, c’est toute l’atrocité de ce dossier ! Il a mis un stratagème en place pour disposer de sa victime", explique indignée la robe noire. 

"En 2019, il y a eu 142.000 personnes victimes de violences conjugales, 88% sont des femmes ! Ces chiffres sont terrifiants et montrent la réalité quotidienne des plaintes au parquet et aux forces de l’ordre. Les enquêtes sont difficiles car souvent les victimes ne veulent pas parler. Si je dis cela, c’est pour rendre hommage à cette jeune femme qui a osé dénoncer ces faits. C’est une proie facile pour un homme comme lui ! Elle est extrêmement fragile. Il la culpabilise et menace de mort sa famille, il la terrorise. Elle a peur pour son fils et sa famille. Elle est timide à la limite de la phobie sociale avec une faible estime d’elle même, elle pense surtout à son fils et il a abusé de tout ça !

Comme il l’a dit : 'Si je savais qu’elle allait porter plainte j’aurais tapé plus fort'. Elle est déjà dans une prison mentale bien avant les faits. Ce qu’elle a subi dans la nuit du 1er au 2 aout 2018 est d’un gravité exceptionnelle. Ce ne sont plus des violences classiques, il a porté atteinte à sa dignité humaine : 'Tu vas voir ce que c’est d’être traité comme un chien', lui disait-il. Il s’est acharné sur elle pendant plus de trois heures. Ce n’est plus de la colère, il y prend plaisir. Il aurait pu la tuer ! Faut-il attendre qu’il tue quelqu’un ? Vous devez protéger la société ! Je vous demande une peine de 30 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 20 ans ainsi qu’un suivi socio-judiciaire de 10 ans, pour que l’on se donne le temps de garantir la sécurité de chacun", requiert l’avocate générale. 

Après une interruption de séance de quelques minutes, la défense s’apprête à plaider. Lourde tâche pour l’avocat de l’accusé qui est en état de récidive légale pour des faits identiques et avait écopé de 10 ans de réclusion criminelle. Il était sous libération conditionnelle lorsqu’il avait commis ces nouveaux faits. "Il y a eu une révolution par la libération de la parole de la femme. C’est l’expression d’une colère due à l’émotion mais aujourd’hui, vous ne pouvez pas laisser cette colère nous submerger. Il faut rendre justice à cette victime et vous avez une tâche difficile car vous devez vous attacher aux éléments de ce dossier, sans vous laisser submerger par l’émotion. Je ne vais pas vous faire avaler des couleuvres, c’est une femme battue mais toute la relation n’a pas été faite d’horreur et de violence. Il y a eu des passages ou ça se passait bien. 

Les faits du 1er aout sont atroces car les violences conjugales sont atroces ! Le contexte est particulier car il était alcoolisé, son tort, est de n’avoir pas su s'arrêter pour la victime, se faire soigner. Elle a monté un stratagème pour lui faire croire que leur relation reprenait et 2 infractions lui sont reprochées à partir de là : Le viol et la séquestration. Vous allez devoir trancher sur ces points que nous contestons. Les faits sont extrêmement choquants, mais les conséquences médicales sont entre la contravention et le délit. Je ne vais pas vous demander de faire preuve de clémence mais de mesure, il faut garder le sens des réalités",
 plaide la défense. 

Tout au long de sa plaidoirie, la défense s’est habilement évertuée à démontrer qu’il ne s’agissait pas d’actes de torture ou de barbarie compte tenu des éléments médicaux, qu’il ne s’agissait pas d’un viol au regard du stratagème de la victime vis-à-vis de l’accusé pour pouvoir s’enfuir. Il demande au président de déqualifier les faits en violences aggravées. Il ne sera pas entendu. Grégory Richard est reconnu coupable de viol aggravé, séquestration et actes de torture avec la circonstance aggravante qu'il est en état de récidive légale. Condamné à 30 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers et d'un suivi socio-judiciaire pendant 3 ans.

La Défense a déclaré son intention de faire appel du verdict.


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Curseur judiciaire le 24/02/2021 17:13

30 ans et les 2/3 de peine de sûreté ? Autant qu'un terroriste qui fait plusieurs morts ou qu'un tueur en série d'enfants !. Sans minimiser ces faits très graves bcondamnables, on ne peut pas infliger la même peine à un conjoint violent et taré qui devrait plutôt se faire soigner en hôpital psychiatrique !

2.Posté par cynical le 24/02/2021 17:42

Comment l'humanité peut-elle contenir de tels déchets? ça me dépasse... Même les animaux ne font pas ce genre de chose...

3.Posté par Le Jacobin le 24/02/2021 19:04

1.Posté par Curseur judiciaire le 24/02/2021 17:13

Vous pouvez faire la comparaison qu'il vous convient, l'essentiel est que cette tare soit au garage pour au moins 30 ans.

Une torture qu'elle soit Terroriste où individuelle reste une torture.

4.Posté par RIve Sud le 25/02/2021 09:27

Donc il a été condamné à 10 ans en 2011 pour des faits identiques et a été libéré en 2016... Même en admettant qu'il ait fait 2 ans de préventive, je dois avoir un problème car je ne comprends pas les mathématiques judiciaires.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes