MENU ZINFOS
Société

Le collectif DPM revient à la charge sur les installations de bord de mer


Le collectif SOS DPM 97.4 revient à la charge 5 ans après ses premiers coups de balai sur six paillotes situées le long du bord de mer de l’Ermitage. Cette fois-ci, le collectif de défense et de préservation du Domaine Public Maritime passe à la vitesse supérieure. Il a dans son viseur pas moins d’une vingtaine d’établissements de restauration ou d’hôtels, la paillote Planch Alizé située à Trou d’eau et enfin les fameux chemins pêcheurs privatisés. Le communiqué du collectif :

Par LG - Publié le Mardi 26 Juillet 2022 à 12:32

Après avoir réussi à faire démolir six paillotes de l'Ermitage ces 5 dernières années, voici que le collectif place dans son viseur d'autres installations de bord de mer
Après avoir réussi à faire démolir six paillotes de l'Ermitage ces 5 dernières années, voici que le collectif place dans son viseur d'autres installations de bord de mer
Refus du maire de Saint-Paul de communiquer la copie d’Autorisations d’Occupation Temporaire (AOT) 

SOS DPM 97.4 identifie 28 établissements de restauration ou hôteliers exerçant leur activité sur le Domaine Publique Maritime terrestre ou zone des 50 pas géométriques, sur le territoire de la commune de Saint-Paul, face au lagon, de Boucan Canot à Trou d’Eau, sur une portion côtière d’une douzaine de kilomètres. 

Ces établissements bénéficient d’une Autorisation d’Occupation Temporaire (AOT) délivrée par la mairie, leur permettant d’occuper et exploiter une surface précisément délimitée. 

Les établissements de restauration situés sur la plage, sont tous en situation illégale puisqu’aucun ne respecte la réglementation sur les concessions de plage (décret plage de 2006), ainsi que les dispositions du code de la propriété des personnes publiques, du code de l’urbanisme et de la loi littoral de 1986. 

Par conséquent, l’ensemble des AOT délivrées depuis l’époque des premières « paillotes » qui se sont implantées à l’Ermitage, il y a plus de 50 ans, est entaché d’irrégularité. 

Au-delà de cette situation hors-la-loi, sans aucun scrupule, les exploitants de ces restaurants se permettent de déborder au-delà des limites des surfaces attribuées, en y installant tables, chaises, fauteuils, et autres mobiliers de plage, accaparant ainsi des territoires protégés au dépend du public. 

À l’instar des six ex-paillotes de l’Ermitage démolies sur décision de justice, en décembre 2018, plusieurs exploitants s’autorisent même à installer des clôtures autour de leur établissement, pour mieux refouler et exclure, en quelque sorte, les usagers de la plage qui ne sont pas clients chez eux. 

Ces pratiques permettent à ces « accapareurs », dont certains affichent leur arrogance au grand jour, de gonfler illégalement leurs bénéfices, sans réajustement de leur redevance, au mépris des lois et au détriment des droits et libertés de la population réunionnaise. 

Les mêmes abus peuvent être reprochés aux exploitants d’un certain nombre de restaurants installés sur les esplanades piétonnières de Roches Noires et Boucan Canot. Il en va de même de certains établissements hôteliers dont les transats envahissent outrageusement la plage. 

Ces dérives et infractions multiples relèvent d’une provocation intolérable vis-à-vis des réunionnais. Face cette situation, la mairie, gestionnaire du Domaine Public Maritime depuis 2008, et sa société publique locale, TAMARUN, sont absents. 

C’est devant ce constat qu’en août 2021, un premier courriel a été adressé au maire, Monsieur Emmanuel Séraphin, par notre porte-parole qui agissait alors en qualité de président de l’association Agir DPPME, demandant à celui-ci communication d’une copie de l’ensemble des AOT. Ce courriel, ainsi que deux relances écrites en 2022 et deux déplacements à la direction économie, n’ont donné aucun résultat. 

Le 09 juillet 2022, nous avons adressé un nouveau courriel à ce sujet à Monsieur Séraphin. Cet écrit a été déposé et enregistré en mairie hier, 25 juillet 2022. 

Situation de la paillote « Planch’Alizé » à La Saline-les-Bains 

Parmi tous les établissements exerçant leur activité sur la plage, comme vous le savez, La paillote Planch’ Alizé à La Saline-les-Bains, située en zone rouge du Plan de prévention de Risques Littoraux (PPRL), est « hors-norme », hors de tout cadre légal depuis plus de 5 ans, et ce, dans une totale impunité. 

Là encore, les multiples courriers adressés au maire, ainsi qu’au préfet, demandant la cessation d’activité de cet établissement, sa démolition, et la remise en état de la plage aux frais de ses exploitants, restent sans réponse. 
Alertés régulièrement sur ce dossier, comme sur tous les autres (privatisation des chemins pécheurs, empiètement sur la plage de certains propriétaires du bord de mer, constructions et activités commerciales illégales dans la zone des 50 pas géométriques, mise en danger du lagon, de la plage et leurs biodiversité et richesse écologique etc...), nos 13 parlementaires, de même que la présidente de région et le président du conseil départemental, n’ont même pas la correction de répondre à nos courriels, ni même d’en accuser réception. 

Comment ne pas penser, dans ce contexte, que « Planch’ Alizé » est « protégé », et qu’il plane sur ce dossier, des soupçons de corruption ? 

La cerise sur ce gâteau pourri, est que les exploitants de cet établissement de plage illégal ont l’intention de « fêter ses 40 années d’existence » au nez et à la barbe des réunionnais et des autorités, le 13 août prochain. Le préfet et le maire de Saint-Paul vont-ils rester sans réaction devant une telle provocation ? 

Enquête publique sur les « chemins pêcheurs » condamnés ou privatisés sur le territoire de la commune de Saint-Paul 

Suite au travail considérable effectué, depuis plus d’un an, sur les servitudes de passage transversales au rivage de la mer ou « chemins pêcheurs » condamnés ou privatisés par certains propriétaires indélicats du bord de mer, de Boucan Canot à Trou d’Eau, et aux multiples alertes lancées en direction du préfet par notre porte-parole, alors président d’Agir DDPME, nous sommes informés que la DEAL « se serait mise au travail » sur ce dossier, et que des avancées importantes auraient été enregistrées. 

Dans le secteur de Grand-Fond et de la plage de Brisants notamment, des transactions sur plusieurs propriétés concernées par une servitude de passage au rivage de la mer, auraient été bloquées et soumises à une enquête publique. Il est anormal que la DEAL n’informe pas la population réunionnaise sur ces enquêtes. 

Dans un courriel adressé le 21 juillet 2022, nous avons demandé au préfet de bien vouloir donner des instructions à cette direction, afin qu’elle associe désormais notre collectif à ses investigations. 

Dans ce même écrit, nous avons réitéré nos alertes concernant « Planch’ Alizé », et demandé, à nouveau, que soient ordonnées sans délai par la prise d’un arrêté, la cessation d’activité et la démolition de cet établissement. 



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

51.Posté par JORIlapoudrée le 28/07/2022 08:39

ELIE le système local est corrompu et les sans gênes qui pensent que st gilles c'est leur propriété ils vous diront tant que le drapeau flotte ils seront chez eux même sur un tas de fumier ils feront des paillottes . Au nom du fric je prostituerai dame nature !

52.Posté par oté la Réunion le 28/07/2022 08:43

A post 39
Que les touristes fréquentent les lieux, sans clôturer l'espace public! NON à la privatisation! Ils ont acheté les plages, ces gus? C'est à eux? Non, c'est à tous! Là où c'est dérangeant, c'est que les espaces soient fermés! Il faudrait qu'un couillon s'installe au Piton des Neiges et se l'approprie et seuls ceux qui auront payé pourront s'y rendre!

53.Posté par franqui le 28/07/2022 11:00

@jeanditrien , vos propos "a condition de venir avec sa serviette et de ne pas s approprier ce qui ne lui appartient pas" m'amuse énormément. Pour les familles Réunionnaises, la règle ou la tradition sur les plages "libérés" de l'envahisseur" , c'est de s'installer en famille les plus nombreux possibles, le plus largement possible, avec tables chaises marmites, musiques. Lors de certains évènements l'envahissement commence même plusieurs jours avant. Et ne parlons surtout pas de l'état de ces plages après ces festivités!!!!! Les quelques mètres carrés "libérés" par ce collectif en détruisant les restaurants de l'Ermitage, n'échappent pas à cette nouvelle privatisation des familles.

54.Posté par jean dit rien le 28/07/2022 22:33

franqui...quand on veut etre idiot on a le meme raisonnement que toi..J'ai bien dit que j'etais pour la verbalisation des gens qui s'appropriaient la plage..Les familles reuniionnaise comme tu dis elles partent le soir et la ou t'as pas eu ta place si tu reviens demain ce sera ton tour ...Vos paillotes ,restaurant hotel,c'est la meme chose?pfff,reflechis deux minutes et mets de coté toute emotion affective,tu comprendras enfin pourquoi il faut laisser les plages,le littoral ,libre de tout acces..Tu veux aller au bar,il y en a en ville..et pour ce qui est de l'etat des plages,je suis d'accord que les macotes existent ,mais il suffit de nettoyer et c'est de nouveau accessible..quand il y a un resto,ses transats,ses parasols et qu au fur et a mesure ils s'etendent on fait quoi?

55.Posté par franqui le 30/07/2022 11:15

jean dit rien, je ne savais pas que nous nous connaissions? En fait, il suffit que deux ou trois agitateurs retraités (qui ont du temps à perdre) vous manipulent pour que vous vous réveilliez. Ils ont agit de la même manière pour les structures de l'Ermitage. Est-ce que la situation actuelle s'aggrave? : non, est-ce qu'il y a beaucoup plus de structures qu'avant ?: non. Est-ce que ces restaurants ou hôtel polluent le lagon : non. Est-ce que de nombreux réunionnais et leur famille profitent de ces installations? oui.
Sur cette île de plus en plus dégradée par l'artificialisation, le béton; les routes, les voitures, l'insécurité, les faits-divers lugubres, l'alcoolisme, les chiens errants, les violences conjugales, les constructions et bientôt un million d'habitants il doit y avoir d'autres combat que celui de vouloir supprimer quelques transats et parasols.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes