Société

Le collectif DPM interpelle Annick Girardin : "Notre lagon, notre biodiversité, nos plages doivent devenir prioritaires"

Vendredi 26 Octobre 2018 - 12:13

Le collectif DPM interpelle Annick Girardin : "Notre lagon, notre biodiversité, nos plages doivent devenir prioritaires"
Le collectif de Défense du DPM (Domaine public maritime) s'adresse à la ministre des Outre-mer - actuellement en visite à La Réunion - sur la question des restaurants de plage. Alors que la décision du tribunal administratif est toujours attendue, le collectif souhaite qu'Annick Girardin s'implique dans la gestion du dossier. Voici leur courrier : 
 
"Madame la Ministre de l’outre-Mer,
 
Nous avons souhaité connaître la décision du Tribunal Administratif ce jeudi 25 octobre 2018 concernant les Paillotes de l’Ermitage avant de vous interpeller. Malheureusement la décision n’est pas connue au moment de ce courrier, nous prenons acte et nous respectons le temps judiciaire.
 
Cependant, nous ne pouvons rester sans agir et souhaitons vous interpeller pour la suite de la gestion des dossiers sur le DPM.
 
Depuis UN AN, le Collectif de Défense du DPM, les associations et plus globalement les Réunionnais réclament le respect et l’application des lois sur le DPM.

Respect des lois pour un accès libre à la plage mais surtout pour protéger notre lagon, nos récifs, nos plages contre l’érosion et préserver notre biodiversité.
 
UN AN de diversion de la part des exploitants, des lobbyings économiques pour maintenir une activité illégale sur un domaine inaliénable et imprescriptible
 
UN AN pour espérer que le tribunal administratif puisse permettre au Préfet d’intervenir rapidement pour libérer le DPM.
 
Au-delà de cette longue attente pour obtenir le respect des lois pour les 6 paillotes de l’Ermitage nous souhaiterions Madame la Ministre de l’outre-Mer de la part des services de l’ETAT (LA DEAL), de la collectivité Mairie et de la Sous-Préfecture de Saint-Paul l’ouverture et le traitement dans le respect des lois de tous les dossiers en situation illégale  sur le DPM.
 
Notre lagon, notre biodiversité, nos plages doivent devenir prioritaires dans le développement de la zone balnéaire.
 
Depuis UN AN, vous disposez des éléments de notre combat mais nous nous restons à disposition de vos collaborateurs pour l’évoquer si nécessaire.
 
Veuillez accepter, Madame la Ministre de l’outre-Mer, l'expression de nos sentiments respectueux."

Karl BELLON,
Porte-parole du Collectif de Défense du DPM.
A.D
Lu 1204 fois



1.Posté par Stop aux paillottes le 26/10/2018 12:15 (depuis mobile)

Stop aux paillottes. Il faut préserver notre environnement. C'est URGENT.

2.Posté par cmoin le 26/10/2018 12:27

On s'en fout de l'avis de racistes.
Bizarrement les milliers de maisons illégaux vous n'êtes pas contre!

3.Posté par Zorro le 26/10/2018 13:02 (depuis mobile)

Notre lagon, notre biodiversité, nos plages
ET MA MAISON !

4.Posté par Ma sonnerie le 26/10/2018 13:23 (depuis mobile)

Bravo..
Honte toujours au prefet..

5.Posté par Océane le 26/10/2018 16:41

Dans le cadre de la loi Littoral de janvier 1986, même avec l'assouplissement de la récente loi Elan, la bande d'insconstructibilité reste d'une largeur de 100 mètres.
Donc, ok, on vire les paillotes de l'Hermitage, mais pas que... toutes les autres aussi, sur tout le littoral de la Réunion, et toutes les propriétés privées qui ont les pieds dans l'eau.
Il ne faut pas 2 poids, 2 mesures quand on veut une application stricto sensu de la Loi.
Perso, j'aime bien siroter un verre au coucher de soleil sur le lagon, plutôt que de voir certains y laisser leurs capsules, canettes et mégots !

6.Posté par @5 la manipulation le 26/10/2018 18:37

comme d'habitude, la méthode éculée des bof :
"Perso, j'aime bien siroter un verre au coucher de soleil sur le lagon, plutôt que de voir certains y laisser leurs capsules, canettes et mégots !"
on a compris, y a que votre pomme qui compte bof bof
tout le monde sait bien que virer les paillotes n'implique pas polluer la plage
les paillotes sont des verrues et si on laisse des verrues, là c'est le pire exemple

7.Posté par Thierrymassicot le 26/10/2018 22:14

@5 Océane: Pouce en haut!
@6 La manip pour tous: Pouce en bas........

C'est tout...........

8.Posté par Dagober le 27/10/2018 05:36 (depuis mobile)

Il faut les viré la loi c'est la loi rien à foutre !!! Maisons illégal toujours avoir la réunion, la preuve fait un tour en haut de la point des châteaux dans les piquant......

9.Posté par Zako le 27/10/2018 07:35 (depuis mobile)

On s''''en fout que vius aimiez siroter un cocktail au lagon !!! Le principe c''''est quelle réunion nous laissons à nos enfants .DPM,arete atende ,ensorte bane payote la taye i

10.Posté par ex eric le 27/10/2018 14:03

N'importe quoi cet article sent la manipulation politique a plein nez !
Si vous vous préoccupiez vraiment de notre lagon pourquoi ne pas chercher du coté de la pollution globale ?
...les rejets en mer de différentes substances avec aussi la bénédiction des pouvoirs publiques... et pourquoi vous en prendre aux établissements du lagon de l'ermitage seulement ?... tout autour de l'île il y a aussi d'autres structures en bord de mer non ?
D'ici quelques temps vous verrez les amis de cette association prendre les rênes de ces établissements retoqués avec la complicité de certains élus...
"politique environnementale prétexte" comme d'habitude...
Fé pitié ! alon met ensamb !

11.Posté par Mouais le 30/10/2018 21:01

100% d'accord. Interdisons la baignade dans les lagons.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >