MENU ZINFOS
Communiqué

"Le collectif CAP2024 exige le calendrier électoral et dénonce l’irresponsabilité du collectif Nouvel Élan !"


Frédéric Miranville et ses soutiens dénoncent une "absence de visibilité sur le calendrier" concernant l'élection à venir de la présidence de l'Université de La Réunion. Une absence de "transparence" qui "menace la sécurité juridique du scrutin" à venir, regrettent le collectif CAP 2024. Les critiques du camp Miranville s'adressent également à leurs adversaires du collectif Nouvel Élan, mené par Brigitte Grondin-Perez, qui a "une fois plus" démontré son "irresponsabilité et son mépris pour la communauté universitaire en ne siégeant pas au conseil académique (...) afin de paralyser par défaut de quorum". Le communiqué du collectif CAP2024 :

Par NP - Publié le Jeudi 22 Avril 2021 à 11:22 | Lu 967 fois

Une absence de visibilité sur le calendrier électoral !

Notre collectif a pris acte de la nomination de Monsieur Jean-Michel JAUZE en qualité d’Administrateur provisoire de l’Université de La Réunion ce lundi 19 avril 2021. Nous avons également entendu l’engagement de Madame la Rectrice de réaliser les deux séances manquantes pour l’élection du Président de l’Université de La Réunion sous 1 mois. Nous avons indiqué le jour même que nous serons extrêmement vigilants quant à la mise en œuvre d’un calendrier électoral qui soit conforme aux statuts de l’université.

A une semaine de la décision du Tribunal administratif et 3 jours après la nomination de l’Administrateur provisoire, cet engagement fort de Madame la Rectrice a d’ores et déjà du plomb dans l’aile car aucune information n’a encore été communiquée aux candidats en matière de calendrier. Alors que des délais incompressibles existent et qu’il ne reste que deux séances à réaliser, il est urgent que le calendrier soit communiqué à la communauté universitaire : non à la procrastination !

L’absence de transparence de l’Académie à ce stade sur la suite du processus électoral est incompréhensible et menace la sécurité juridique du scrutin ! nous appelons solennellement Madame la Rectrice à débloquer au plus vite cette situation, car nous n’accepterons pas que l’administration provisoire s’éternise !

Dans le même temps, Nouvel Élan méprise la communauté universitaire en pratiquant la politique de la chaise vide pour bloquer l’établissement !

Ce mardi 20 avril 2021, le collectif Nouvel Elan, conduit par Madame Brigitte GRONDIN-PEREZ, a une fois de plus démontré son irresponsabilité et son mépris pour la communauté universitaire en ne siégeant pas au Conseil Académique en formation restreinte (CacR) afin de paralyser l’institution par défaut de quorum.

Cette instance, qui devait statuer en particulier sur les avancements de carrière des enseignants-chercheurs autres que les Professeurs des universités mais également sur le recrutement d’enseignants-chercheurs pour la prochaine rentrée universitaire n’a pu se tenir, ce qui porte atteinte aux collègues concernés et illustre le mépris des élu(e)s de Brigitte GRONDIN-PEREZ envers eux et envers les équipes pédagogiques !

Il est irresponsable de prendre en otage les carrières des enseignants-chercheurs et d’empêcher délibérément nos collègues, de quelque sensibilité qu’ils soient, de pouvoir progresser dans leur vie professionnelle ! Nul ne doit porter atteinte à l’intérêt des étudiants et de l’établissement en fragilisant le processus de recrutement des enseignants-chercheurs qui renforceront les équipes pédagogiques à la prochaine rentrée universitaire !

Cette désertion des instances importantes de l’établissement, organisée par Brigitte GRONDIN-PEREZ, est inadmissible et indigne des valeurs de la communauté universitaire et de l'éthique universitaire.

Cette tentative de blocage de l'Université de La Réunion par Madame Grondin-Perez et son collectif "Nouvel Élan" pénalise l'ensemble de la communauté et mettra l'établissement en difficultés à la rentrée.

Cette attitude délétère doit être sanctionnée dans les urnes lors de l'élection à la présidence de l'Université de La Réunion !




1.Posté par Tartenpion le 22/04/2021 12:24


"Non à la procrastination" c'est l'hôpital qui se fout de la charité quant on sait que sous la mandature de Miranville les élus des conseils ont souvent les documents au mieux 2 jours avant la séance voire le jour même.

2.Posté par Mieux vaut en rire (qu''''en pleurer) le 22/04/2021 12:56

Toute l’université se scandalise du ridicule de la nomination en tant qu’administrateur provisoire de Monsieur Jauze, vice-président de monsieur Miranvile, co-listier et pilier de la campagne cap 2024 ( un peu comme si on confiait l’arbitrage du match PSG-OM à Angel Di Maria), Toute l’université, soyons juste … à de rares exceptions dont la responsable du SGEN Madame Angué qui elle se félicite cette nomination (mais elle-même étant vice-présidente de Monsieur Miranville , quoi de moins surprenant qu’elle se réjouisse du choix de son camarade de l’équipe présidentielle pour organiser les élections). Quant à Monsieur Miranville, Président déchu (et sans aucune légitimité tant qu’il n’aura pas fait -et gagné- un recours devant le Tribunal administratif), il persiste dans une stratégie à laquelle il nous a habitué : accuser l’équipe de madame Grondin de ses propres turpides et irrégularités. Autant dire que lorsqu’on regarde la manière dont a été élu le VPRV (vice président recherche) nous ne sommes pas sortis de l’auberge. Probablement encore du travail pour le Tribunal administratif.

3.Posté par LG le 22/04/2021 18:34

Frédéric Miranville ne manque pas d'air.
Il oublie que c'est lui le grand responsable de ce merdier.
Mécontent d'avoir été désavoué pour ses magouilles il veut faire porter la responsabilité aux autres.
Cette attitude délétère de Monsieur Miranville doit être sanctionnée dans les urnes lors de l'élection à la présidence de l'Université de La Réunion !

4.Posté par RadioFM le 22/04/2021 21:10

Chronique d’une université à la dérive !

Pour se défendre de la décision du TA qui annulait son élection, Miranville avait chargé la Rectrice pour le défaut de son contrôle de légalité... sur des points que pouvait normalement assurer un service juridique de l’université digne de ce nom avant les délibérations et sur la base simple du code de l’éducation et des statuts.

Pour si peu, la Rectrice embarrassée ne pouvait donc pas faire autrement que de nommer un affidé de Miranville comme administrateur provisoire, en oubliant la situation de conflits d’intérêt et le fait qu’une administration provisoire n’a pas vocation à être associée à un exécutif (VP dont les mandats tombent avec celui du Président, conformément aux statuts de l’UR révisés et validés par... Miranville).

Et maintenant, Miranville revient à la charge contre la Rectrice pour obtenir un calendrier accéléré, comme celui qu’il avait imposé lorsqu’il était aux commandes pour précipiter sa réélection alors que son mandat courait jusqu’au 31 décembre 2020. Si d’aventure la Rectrice suivait encore sa demande, il reviendra encore à la charge contre elle pour les irrégularités qu’elle n’aurait pas relevées dans un processus à clôturer dans un délai d’un mois.

Pour ce collectif CAP2024, l’urgence tient évidemment aux recrutements et promotions de personnels, les leviers habituels du pouvoir de Miranville qui peinent à survivre dans ces conditions. Par contre, les conditions désastreuses d’études pour les étudiants avec la crise covid, les places pour le concours de médecine avec la réforme santé... n’ont pas recueilli son attention particulière depuis des mois, il a donc bien raison de ne pas en parler (surtout avec 3 co-listiers du secteur santé, dont la doyenne de la fac).

Comme à son habitude, Miranville se pose en victime lorsqu’il a été incapable d’assurer la régularité des élections, comme en atteste les décisions judiciaires. Et il voudrait minimiser ces décisions par rapport à une légitimité qu’il aurait définitivement acquise. Il se trouve que les décisions judiciaires s’opposent à cette légitimité quand il y a des irrégularités qui affectent la sincérité des résultats !

L’irresponsabilité est donc pour celui qui n’a pas su organiser correctement les élections, en renonçant délibérément aux règles de base !

Rappelons qu’en 2016, une administration provisoire s’est imposée de juillet à septembre... du fait de Miranville candidat à 2 voix qui voulait s’imposer entre les deux autres candidats majoritaires dans une élection à plusieurs tours pour la présidence. Il ne s’était alors pas soucié de la rentrée des étudiants !

Et pourquoi CAP2024 n’investirait pas Jauze à la place de Miranville pour la candidature à la présidence ? Voilà une idée pour la sortie de crise... avec un contrat de gouvernance entre Jauze et Grondin-Perez, comme Miranville l’avait fait avec Lajoie en 2016 ! Qu’en pense Frédéric Miranville ?

5.Posté par Katanga le 22/04/2021 21:14

« ...menace la sécurité juridique du scrutin » : Miranville et son collectif CAP2024 se soucieraient-ils maintenant de la sécurité juridique du scrutin ou menaceraient-ils d’un recours si ce scrutin ne se tenait pas dans le délai d’un mois ?

Il a encore enfumé la Rectrice qui devrait lire une bonne fois pour toute les statuts de l’UR : le délai de 1 mois s’applique pour une vacance de la présidence, pas pour la constitution du Conseil d’administration puisque c’est sa composition irrégulière qui était en cause !

Une question trop facile pour le DAJI qui n’aurait pas pris le temps de la résoudre ? C’est vrai, on peut faire comme si on n’avait pas compris et si il y a recours, on dira que le contrôle de légalité de la Rectrice a été défaillant.

De toute façon, ces opérations sont déjà compromises... par les statuts de l’UR !

DAJI : chercher l’erreur et souffler le à Miranville...ou à Jauze qui se fera un plaisir de prolonger son séjour à la présidence dans un magnifique bureau épuré, en accès différencié, à la moquette blanche, une vue imprenable sur la mer, une douche attenante et un escalier de sortie discrète pour éviter les paparazzi. Il ne lui manque plus qu’une petite salle de gym, car s’il est doyen d’âge il tient encore une forme olympique pour sauver l’UR de ce désastre.

6.Posté par WTF le 22/04/2021 21:15

On nomme un administrateur provisoire dont la mission était de réorganiser les élections, et Miranville s’en prend maintenant à la Rectrice pour le faire.

Quelle tartuferie cette université et cette académie de La Réunion !

7.Posté par CollectifParents-médecine le 22/04/2021 22:09

Miranville et ses soutiens (dont la numéro 2 doyenne de la fac de médecine) ont-ils préparé la rentrée 2020 avec la réforme catastrophique des études de santé pour 1500 étudiants en total abandon jusqu’à ce jour ? Les étudiants attendent depuis cette rentrée 2020 le nombre de places au concours de médecine que doivent fixer l’université et l’ARS. Et Madame la rectrice s’en soucie ?

8.Posté par Erratum le 23/04/2021 08:37

Une irrégularité encore sur le calendrier électoral !

Notre collectif a pris acte de la nomination de notre allié Monsieur Jean-Michel JAUZE en qualité d’Administrateur provisoire de l’Université de La Réunion ce lundi 19 avril 2021. Nous avons également entendu l’engagement à contre-coeur de Madame la Rectrice de réaliser les deux séances manquantes pour l’élection du Président de l’Université de La Réunion sous 1 mois. Nous avons indiqué le jour même que nous serons extrêmement défiants sur la mise en œuvre d’un calendrier électoral qui soit conforme aux statuts de l’université, selon notre interprétation.

A une semaine de la décision du Tribunal administratif qui a tranché pour des élections irrégulières et 3 jours après la nomination, que nous avons forcée au choix, de l’Administrateur provisoire, cet engagement fort de Madame la Rectrice, qu’elle n’a certes pas gravé dans le marbre, a d’ores et déjà du plomb dans l’aile car aucune information n’a encore été communiquée aux candidats en matière de calendrier, peu nous importe la régularité. Alors que des délais incompressibles existent, selon notre interprétation et pour notre survie, et qu’il ne reste que deux séances à bricoler, il est urgent que le calendrier soit communiqué à la communauté universitaire : non à la manœuvre dilatoire de la Rectrice !

L’embarras perceptible de l’Académie à ce stade sur la suite du processus électoral est incompréhensible et menace nos intérêts pour 4 ans ! nous vous enjoignons Madame la Rectrice à débloquer au plus vite cette situation, car nous n’accepterons pas que l’administrateur provisoire soit acculé à répondre d’une organisation calamiteuse de tout le processus électoral !

Dans le même temps et heureusement, Nouvel Élan défend le respect des électeurs en pratiquant la politique de la chaise vide dans des instances qui traitent des choix d’un président déchu qui n’a toujours pas acquis sa légitimité !

Ce mardi 20 avril 2021, le collectif Nouvel Elan, conduit par Madame Brigitte GRONDIN-PEREZ, a une fois de plus majestueusement démontré son engagement pour la communauté universitaire en ne siégeant pas au Conseil Académique en formation restreinte (CacR), afin de ne pas soutenir les promesses faites à nos soutiens.

Cette instance, qui devait statuer en particulier sur les avancements de carrière pour les promotions de nos soutiens déjà déçus autres que les Professeurs des universités mais également sur le recrutement d’enseignants-chercheurs pour nos candidats pressentis et en attente pour la prochaine rentrée universitaire n’a pu se tenir, ce qui porte atteinte à notre crédibilité et illustre le bien-fondé de l’action des élu(e)s de Brigitte GRONDIN-PEREZ contre notre stratégie électorale !

Il est irresponsable, par ces élections mal organisées depuis le début, de prendre en otage les carrières des enseignants-chercheurs et d’empêcher délibérément nos collègues, de quelque sensibilité qu’ils soient, de pouvoir progresser dans leur vie professionnelle ! Nul ne doit porter atteinte à l’intérêt des étudiants et de l’établissement en fragilisant le processus des élections et donc de recrutement des enseignants-chercheurs qui renforceront les équipes pédagogiques à la prochaine rentrée universitaire (comme l’annulation par le passé d’une campagne emploi par une irrégularité commise par Frédéric Miranville) !

Cette défiance envers le collectif CAP2024, organisée par Brigitte GRONDIN-PEREZ, est digne des valeurs de la communauté universitaire et de l'éthique universitaire.

Cette tentative de sauvetage de l'Université de La Réunion par Madame Grondin-Perez et son collectif "Nouvel Élan" mobilisera l'ensemble de la communauté et mettra l'établissement en voie de résilience.

Cette attitude courageuse doit être reconnue dans les urnes lors de l'élection à la présidence de l'Université de La Réunion, pour une alternative à l’équipe sortante au bilan catastrophique !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes