MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le climat… Et les autres crises


Par Bruno BOURGEON - Publié le Lundi 23 Mai 2016 à 10:26 | Lu 416 fois

Le climat… Et les autres crises
La crise climatique a pris une telle importance qu’elle en vient à occulter, dans les politiques publiques, les autres crises environnementales, qui n’en sont pas moins importantes, comme la pollution atmosphérique, la pollution de l’eau, l’érosion de la biodiversité, ou même la dégradation des sols sous l’effet des agents chimiques. On peut le démontrer en comparant les décès prématurés ou les coûts économiques de ces différents phénomènes, voire les coûts sanitaires. Ainsi, le changement climatique, en additionnant les guerres climatiques aux problèmes d’eau et de faim dans le monde, c’est 18 millions de morts annuelles.

La pollution de l’air, c’est 7 millions de morts dans le monde, dont 3.7 du fait de la pollution de l’air intérieur, et à 90% cela concerne les pays en voie de développement. En France, même à +3.5°C, le nombre de décès attendu est de +13000. Or la pollution de l’air intérieur sera estimé à +20000, et la pollution atmosphérique à +80000. La France est l’un des grands pays de biodiversité, faisant partie des Mégadivers. Elle figure au deuxième rang pour les pertes d’espèces depuis le début du siècle. La proportion des eaux potables nécessitant un traitement avant distribution est de 100% en Ile de France, et de 65% en Bretagne, où elle ne cesse d’augmenter. Les problèmes du manque d’énergie, de l’épuisement des ressources, de la perte de l’humus et de la pollution atmosphérique et de l’eau, sont tous les symptômes d’un unique problème plus fondamental : la croissance.

Tant que notre système économique demandera une croissance infinie, aucune réforme ne sera possible. Dans ce cas, de quoi notre futur sera-t-il fait ? - Les optimistes croient que la croissance durera indéfiniment, sans limites ; - Les pessimistes pensent que nous allons vers un nouvel âge de pierre, ou vers l’extinction (ce serait la sixième pour cette planète !). La vérité est peut-être entre ces deux extrêmes. A #NuitDebout, nous souhaitons une société post-croissance, un retour à un état plus simple, dans lequel la consommation énergétique serait bien moindre. Cela signifie un autre mode de vie : plus de travail manuel, de travail agricole, et de production locale de biens, de nourriture, et de services. Comment se préparer à un tel futur éventuel ?

Attendez-vous à moins de nourriture et de biens venant de loin, redécouvrez la marche et le vélo, habituez-vous à dépenser moins d’électricité, débarrassez-vous de vos dettes, évitez les banques, court-circuitez la grande distribution, soutenez les entreprises locales, achetez vos aliments directement aux paysans locaux. Pourquoi ne pas remplacer votre pelouse par un potager ? Et pourquoi ne pas cultiver les espaces publics dans nos villes, comme à Totnes ? Apprenez à conserver vos aliments.

Envisagez l’utilisation de monnaies locales au cas où le système économique s’écroulerait. Et développez une plus grande autosuffisance. Ces mesures ne permettront pas d’éviter un effondrement, mais elles amélioreront nos chances dans un futur où l’énergie sera comptée, où nous devrons être plus autonomes. Tout comme nos ancêtres l’étaient.

Bruno BOURGEON www.AID97400.re #NuitDebout




1.Posté par Zozossi le 23/05/2016 13:44

Tiens!
L'inénarrable Bourgeon vient de s'acheter une casquette de plus: celle des médiatiques folles Nuits Bobo, celles où on enquiquine les riverains qui travaillent et se reposent la nuit pour causer de tout sans savoir rien en picolant et en fumotant, et en espérant ne pas se faire taper par les milices bolches ultra-violentes et les gentils "migrants" venus folâtrer et (un peu) dépouiller.

Et un copié-collé de plus, un…

Et revoilà le bobard du siècle, l'inusable autant qu'invisible (surtout cette année) "réchauffement" climatique, rebaptisé "changement", rebaptisé "crise"...
Et -illustration du phénomène d'accoutumance du drogué-, ces mots ayant perdu de leur force, voici maintenant les "guerres climatiques"!
Rien que ça!
Ne demandez ni où ni quand: il faut se saouler de mots forts; qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse!

Bien entendu, tout cela n'a strictement rien à voir avec les idées de bon sens (liées politiquement au nationalisme) consistant à produire et consommer sainement et au plus près, à réduire la pollution, à revaloriser le travail manuel.
Car ce mode de vie demande une rupture totale avec les lubies et utopies de tous les tocards de Nuit Bobo et leurs complices d'extrême gauche, chauds partisans d'une immigration débridée ennemie des équilibres humains et naturels, d'un mondialisme archi-polluant qui détruit les productions locales et la morale individuelle et familiale garante de la pérennité des rythmes naturels.

Comment peut-on être plus incohérent?

2.Posté par A. HOARAU le 23/05/2016 14:02

La pollution de l'eau est un problème majeur qui affecte le monde entier, ou presque ! Mais qui parmi nos 'guides politiques' s'en soucie(nt) sérieusement ?

La loi sur l'eau interdit d'assécher les cours d'eau (même temporairement), et pourtant, il n'y a plus aucune ravine dionysienne qui, en période hivernale, draine ses eaux jusqu'à la mer !

Les "autres crises",concernant l'EAU sont si nombreuses Mr Bourgeon,qu''il me faut ici 'fermer le ban' !

3.Posté par Bruno Bourgeon le 25/05/2016 15:00

Décidément, Zozossi, vous n'avez pas de parole. Dans un post précédent à propos d'une de mes interventions, vous disiez n'insulter que si l'on vous attaque. Vous démontrez ici même que cette parole légère est un pieux mensonge.
Vous prétendez qu'il s'agit d'un copié-collé : deuxième pieux mensonge. Ou alors prouvez-le. Vous aurez du mal.
Vous parlez du réchauffement climatique comme un bobard du siècle : les relevés de température en 2016 ont montré que les mois de février, mars, et avril ont été les plus chauds jamais enregistrés. Et 2015 était déjà l'année la plus chaude jamais enregistrée. Vous argumentez sur la vague de froid qui touche actuellement La Réunion. Mais La Réunion n'est pas le monde. Troisième pieux mensonge.
Vous estimez que le mot guerre climatique est un superlatif malvenu. Que nenni! La guerre du Sud-Soudan est une guerre d'accès à l'eau avant l'accès au pétrole, du fait de la sécheresse qui y sévit. La guerre de Syrie a été précédée de trois années de sécheresse entraînant une baisse considérable de la récolte de blé, et obligeant les campagnards à fuir la campagne, pour rejoindre les villes, où ils se sont entassés, à l'origine des conflits civils. Avant que d'être une guerre civile contre la dictature d'Alk-Hassad, la guerre en Syrie était une guerre d'accès à l'alimentation. Et la Russie n'a pu subvenir aux besoins des SQyriens, puisque cette sécheresse touchait également les plaines russes. Et les chioffres que j'avance ne sont pas inventés, je peux citer mes sources. Quatrième mensonge donc.
Quant aux élucubrations et autres fariboles concernant les #NuitDebout, je vous laisse à vos fantasmes. Ou alors venez sous le baobab de Champ-Fleuri le soir, vers 20h30, les lundis jeudis et samedis. Vous ne verrez pas les "tocards partisans d'une immigration débridée ennemie des équilibres humains", mais bien de solides partisans d'une société de post-croissance telle que décrite par les convivialistes ou par les économistes hétérodoxes, société nécessaire à notre survie. Et pas des fumotants alcoolisés. Ni des milices bolches. Cinquième mensonge enfin
Mais, bon sang de bois, n'en avez-vous pas assez de mentir à chaque post? Vous n'êtes à ce stade plus crédible.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes