MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Courrier des lecteurs

Le chauffage au bois n’est pas une solution face au changement climatique


Par Bruno Bourgeon - Publié le Jeudi 25 Novembre 2021 à 09:27

Le chauffage au bois n’est pas une solution face au changement climatique
Une nouvelle publication de l'European Academies Science Advisory Council (EASAC), une structure européenne collaborative et bénévole d'aide à la décision en matière de science, met en garde contre les prétendus bienfaits environnementaux du chauffage au bois.

Ces dernières années, la production mondiale de granulés de bois utilisant la biomasse forestière a augmenté et a atteint 24 millions de tonnes en 2019, soit 50 millions de stères (Outlook for Wood Pellets, 2019).

La majeure partie de la production industrielle de granulés est destinée à la production d’électricité qui est passée de 52146 MW en 2009 à 95687 MW en 2018, les augmentations les plus rapides se produisant (sur la même période) dans l'UE (de 15912 à 24081 MW) et en Asie (de 14140 à 34845 MW), selon l'Agence internationale des énergies renouvelables. Ce dynamisme s'explique par les règles internationales qui considèrent la biomasse forestière comme renouvelable, bon moyen pour les pays d'atteindre leurs objectifs en matière d'énergie renouvelable. Ainsi l'Union Européenne qui s'est donnée notamment comme objectif de porter la part des énergies renouvelables à au moins 32 % en 2030. Environ la moitié des énergies renouvelables (EnR) de l'Union européenne (UE) provient de la biomasse solide (Berndes et al., 2016; Eurostat, 2019).

Si la combustion de biomasse forestière pour l'électricité et la chaleur est un moyen écologique, local et efficace, selon l'EASAC, les granules de bois libèrent plus de carbone que le charbon. « Les granulés de bois ne sont pas une solution miracle pour fournir de l'électricité et de la chaleur sans contribuer au changement climatique. Même si l'UE et de nombreuses politiques nationales encouragent leur utilisation à grande échelle », explique le professeur Lars Walloe, président du programme environnement de l'EASAC qui ajoute : « pour le climat, il n'y a pas d'alternative à l'arrêt immédiat du charbon et d'autres sources d'énergie fossile. Mais nous avons également souligné à plusieurs reprises que, dans de nombreux cas, la substitution à grande échelle du charbon par la biomasse forestière accélérera le réchauffement climatique et augmentera les risques de dépassement des objectifs de Paris. La raison est simple : lorsque la forêt est récoltée et utilisée pour la bioénergie, tout le carbone de la biomasse pénètre très rapidement dans l'atmosphère, mais il ne sera pas réabsorbé par de nouveaux arbres avant des décennies. Cela n'est pas compatible avec la nécessité de s'attaquer d'urgence à la crise climatique », a déclaré Michael Norton, directeur du programme environnement de l'EASAC.

Dans le cadre de l'urgence climatique, on ne peut plus considérer que l'exploitation des arbres pour les brûler reste neutre en bilan carbone. Or, ce sont les règles de comptabilisation décrétées par les Nations Unies et qui sont ensuite transposées par les Etats. Ainsi, conformément aux règles de l'ONU, la directive de l’UE sur les énergies renouvelables révisée fin 2018 et le système d'échange de quotas d'émission (ETS) de l'UE évaluent à zéro les émissions de carbone de toute utilisation de la biomasse. « Cela donne une impression trompeuse aux consommateurs d'énergie et aux décideurs politiques, et ces échappatoires doivent être rapidement supprimées », ajoute Michael Norton. Il continue : « Le concept de neutralité carbone de la biomasse forestière avait peut-être une certaine validité en 2009 lorsque l'urgence de lutter contre le réchauffement climatique était moins largement reconnue et l'idée était simplement que la croissance de la biomasse élimine autant de CO2 de l'atmosphère que celui émis par sa combustion. Mais l'accent est mis aujourd'hui sur la limitation du réchauffement climatique à 1,5 ou 2 ° C. Cela nécessite des actions urgentes, sans attendre la croissance de nouveaux arbres tout en pompant de grandes quantités de carbone dans l'atmosphère en brûlant des arbres pour produire de l'énergie ».

Or, les importantes subventions aux EnR mises à disposition dans certains États membres de l'UE ont entraîné une énorme augmentation de l'utilisation de la biomasse forestière - y compris le remplacement du charbon dans les grandes centrales électriques par le bois, par exemple des États-Unis, du Canada et d'autres pays européens. Projet en cours à La Réunion. Le processus de récolte des forêts pour produire des granulés de bois a été industrialisé à une échelle de plusieurs millions de t par an et transporté sur des milliers de kilomètres.

L'exploitation des forêts ne semble poser aucun problème : les industriels du bois martèlent que la forêt est bien gérée et les chaudières / poêles à bois se vendent comme des petits pains. Mais une forêt bien gérée ne l'est généralement que dans une approche commerciale : dans ce type d'exploitation forestière, la biodiversité est souvent faible, les machines pour couper et extraire le bois détruisent des milieux qui peuvent être fragiles, les essences plantées n'ont pas forcément d'intérêt écologique, l'absence d'arbres morts appauvrit le milieu et le bilan carbone ne retrouve sa neutralité qu’après plusieurs dizaines d'années, un laps de temps trop long.

Sur ce point, la bioénergie se heurte au temps de récupération du carbone : temps qu'il faut aux nouveaux arbres en croissance pour réabsorber le carbone libéré lors de la combustion. Loin d'être neutre en carbone, la combustion de la biomasse forestière ajoute en fait du CO2 à l'atmosphère pendant la période de récupération du carbone, qui pour les arbres les plus pertinents se situe entre 50 et 100 ans. Un délai incompatible avec l'urgence climatique qui réclame des mesures immédiates et drastiques. C'est pourquoi, l'EASAC recommande la mise en place d’une période de récupération maximale, compatible avec l’accord de Paris.

L'EASAC note que lors de la conférence de Madrid (COP25), les gouvernements nationaux veulent montrer leur succès. Des règles de comptabilité carbone trompeuses permettent de réduire les émissions nationales sur papier simplement en passant du charbon (où les émissions doivent être déclarées) à la biomasse importée (déclarée comme zéro émission). « La biomasse forestière pour l'énergie est saluée comme la solution miracle proverbiale qui offre un avantage mutuel aux décideurs politiques, aux forestiers et aux sociétés énergétiques, car les règles actuelles lui permettent d'être subventionnée sans discernement en tant qu'énergie renouvelable. Mais pour le climat, c'est comme sauter de la poêle dans le feu », explique le Dr William Gillett, directeur du programme énergétique de l'EASAC.

Si les bûches de bois ou les granulés de bois sont considérés - à tort - comme une source d'énergie renouvelable et neutre en carbone, leur combustion dans de mauvaises conditions peut également constituer une part significative de la pollution aux particules fines. Ainsi, en France, en 2018, le chauffage au bois domestique était responsable de 43 % des émissions nationales en PM 2.5, ainsi que plus de la moitié des très fines émissions en PM 1.0. Or, plus les particules sont fines, plus elles pénètrent profondément dans l’organisme. Rappelons que le Centre International de la Recherche sur le Cancer a déclaré en 2013 les particules fines comme cancérogènes pour l'Homme. En France, elles sont responsables de 40 000 décès par an selon Santé Publique France, dont 17 000 pourraient être évités en respectant les valeurs recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé. Quand on pense que nos « décideurs » péi croient pouvoir « faire » de l’écologie en important du bois pour produire de l’électricité, on croit rêver en écoutant de telles âneries…
 
D’après Notre Planète Info : https://www.notre-planete.info/actualites/3874-chauffage-bois-bilan-carbone




1.Posté par Kalimouna le 25/11/2021 13:36

Après avoir mis s'en dessus dessous l'île, et racler tt les fond de tiroir, l'option choisie par ce bougla des granulats laisse sans voix ester la partie cachiète le personnage à contre courant en temps de chargement climatique vaut mieux i voit pili bne cachiète.

2.Posté par A mon avis le 25/11/2021 17:54

La forêt est un puits de carbone, à condition que le bois reste "bois" et ne soit pas brûlé ou décomposé.

Quels que soient les combustibles, c'est toujours du carbone qui brûle et du CO2 qui se retrouve dans l'atmosphère.
Les "experts" trouveront toujours des explications "logiques" pour justifier l'emploi de tel ou tel combustible par rapport à tel autre.
Le nouveau gouvernement allemand va remplacer le charbon par le gaz pour assurer la "transition énergétique". Ils ont au moins la sagesse d'avoir abandonné le nucléaire et de ne pas revenir sur leur décision. Mais pour le CO2 c'est une autre histoire (industrielle) !

La seule solution logique serait de réduire la consommation énergétique. Mais aucun pays n'envisage cette solution. Nos besoins d'énergie sont insatiables et ne font que augmenter.

3.Posté par L'Ardéchoise le 25/11/2021 21:55

Bon, juste faire la différence entre le bois et les granulés.
Entre le bois " non écorché" et le nu, sans écorce.
Et le fuel.
Rien n'est bien et rien n'est mieux.
On fait avec les moyens que l'on a pour se chauffer puisque le réchauffement climatique implique des hivers très froids par rapport à des étés trop chauds.
On se pèle !
Et l'on bûche, tant qu'est plus.
C'est détestable, mais on fait avec.
Et le bois crie, des fois.
Fuel ou bois ?
That is the question.

4.Posté par Lodiab le 26/11/2021 03:28

Inconditionnel du chauffage au bois, j'en étais resté aux études qui montraient que ce type d'énergie est neutre en carbone, du fait de l'absorption de CO2 durant la vie de l'arbre équivalente à la production de CO2 lorsqu'il se consume.

Les problèmes surviennent souvent avec la multiplication à très grande échelle. Ici, c'est la généralisation des granulés, là l'élevage et les cultures intensifs.

Entre une maison correctement isolée et une passoire thermique, la consommation annuelle de bois peut aller de 4 à 10 stères de bois. ( Dans nos régions, L' Ardéchoise. 😉)
Pour les particuliers, il faudrait d'abord s'occuper de l'isolation !

Par ailleurs, trop de particuliers se contentent de porter tous leurs déchets végétaux dans les déchèteries qui débordent, alors qu'en triant un peu, on peut récupérer du bois d'allumage et des petites bûches en taillant ses arbres ou ceux des voisins.

Toute production de chaleur est source de pollution, mais pour moi, le plaisir de la flamme, dans un poêle à haut rendement, est incomparable... 🔥

5.Posté par Bertel de Vacoa le 26/11/2021 11:06

Depuis la nuit des temps, les humains on toujours brûlé du bois pour se procurer un peu de chaleur et/ou cuire leurs aliments !

Cette consommation du bois à l'échelle domestique est une infime dégradation face aux déforestations massives ! Vous trouverez tous les liens que vous souhaitez sur INTERNET !

Nous vivons dans un monde où les multinationales, avec l'aval des gouvernants de tous les pays, veulent nous culpabiliser ... pour détourner le regard de leurs turpitudes !

6.Posté par A mon avis le 26/11/2021 13:30

@ 5.Posté par Bertel de Vacoa

Pourquoi voulez vous nous déculpabiliser ?
Nous sommes tous coupables et responsables. Nous sommes tous utilisateurs d'énergie (à des degrés divers), et nous sommes tous responsables en élisant nos représentants, et les systèmes économiques qui vont avec.

"Depuis la nuit des temps, les humains on toujours brûlé du bois pour se procurer un peu de chaleur et/ou cuire leurs aliments !" écrivez vous.

En effet, c'est comme ça que ça a commencé !
Et le besoin en bois n'a fait que augmenter au fur et à mesure que la population a progressé en nombre et en techniques !

Tout est question d'échelle !

Un cabri ou deux, seuls sur 1 ou 2 ha de terrain, vont vivre sereinement.
Sur le même terrain, un troupeau de 50 cabris auront vite fait de raser totalement la végétation.

Prenez l'exemple de l'île de Pâques parfait exemple de la combinaison de surpopulation, de changements climatiques et de surexploitation de la forêt et des terres cultivables, qui aboutit à la disparition de la forêt et à la disparition de la civilisation (sans parler de l'obsession - probablement mystique - à vouloir ériger des statues géantes).

7.Posté par Bertel de Vacoa le 26/11/2021 17:09

6.Posté par A mon avis le 26/11/2021 13:30

J'ai bien lu ! Si vous avez une solution, n'hésitez surtout pas à la partager !

8.Posté par L'Ardéchoise le 26/11/2021 17:20

Bonjour !
Les forêts ont besoin d'être éclaircies pour se régénérer , chez nous ce n'est pas de la déforestation, mais de l'entretien.
Et comme dit Lodiab, que de bois perdu lors de la taille des arbres !
Alors que ce n'est pas si compliqué que de préparer des cagettes de petit bois.
Une cheminée, c'est vivant, ça chante, ça danse, hélas, si la maison est grande et même bien isolée elle ne suffit pas forcément, mais elle économise le fuel.
L'essayer c'est l'adopter !

9.Posté par polo974 le 26/11/2021 20:52

Le bois lorsqu'il pourri dégage du méthane, donc il vaut mieuxle brûler que le laisser pourrir.

Enfin, ça, c'est juste pour le côté réchauffement.

Car ensuite se pose le problème de l'appauvrissement des sols.

Et de la biosphère de la forêt.

Sinon, il existe des cultures rapides de bois de chauffage, car il n'estpas nécessaire de disposer de grosses bûches...

Par contre, rien sur le transport de biomasse intercontinental pour faire tourner nos 2 centrales charbon???

Ou sur l'import de charbon de bois pour les barbeks???

10.Posté par A mon avis le 27/11/2021 23:50

@ 7.Posté par Bertel de Vacoa
A part réduire notre consommation d'énergie, il n'y a pas de solution. Toute combustion produit du CO2

Seul le chauffage électrique ne produit pas de CO2.
Mais comment produire de l'électricité "propre" (sans combustible carboné ou nucléaire) en quantité suffisante ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









Publicité


 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes