MENU ZINFOS
Patrimoine

Le centre historique de Saint-Leu


Lorsque l’on se trouve dans le centre de Saint-Leu, les nombreux bâtiments qui entourent la Mairie attisent la curiosité. Ils sont le patrimoine historique, preuve du passé maritime de la ville.

Par Sabine Thirel - Publié le Samedi 14 Février 2009 à 08:05 | Lu 1443 fois

Ancien Bureau des Marines
Ancien Bureau des Marines
Au cours du XVIIIe siècle , la production de café est en augmentation. Deux marines sont construites, une à l’entrée Nord de la ville près de la ravine qui a justement pris le nom de «  la Chaloupe » ; la seconde, la Marine Thémèze, dans le lagon à l’emplacement de l’actuel petit port de pêche.
Ces marines nécessitent une grande organisation pour l’accueil, le stockage et  le transport des marchandises. Ainsi, sont édifiés un bureau des marines, des bâtiments de stockage pour le batelage par chaloupes ou brises-marées … et aussi, une batterie pour les protéger d’une attaque éventuelle.

Le centre historique de Saint-Leu
Une main d’œuvre abondante est évidemment indispensable dans ces structures, rameurs, manœuvres, porteurs (on ne les appelait pas encore dockers), comptables, contremaîtres et des animaux de traits et leurs charretiers. A pieds, cette place du centre ville est encore pavée par endroit. La couverture à quatre pans de bardeaux en tamarins des hauts de l’Ancien Magasin du Roi est encore en réfection.

Le centre historique de Saint-Leu

A l’est de ce magasin, placés entre trois longs bâtiments, des abreuvoirs taillés dans la pierre accrochés à un mur de près de 80 cm d’épaisseur ont résisté eux aussi, à l’usage du temps. La rouille montre la trace des anneaux où étaient attachés les chevaux.

Le centre historique de Saint-Leu

En passant sous un petit porche à ossature de briques rouges, on arrive dans une cour fermée où des bâtiments rejoignent la plage comme bon nombre d’autres situés encore plus au nord.

Le centre historique de Saint-Leu
Le basalte, le corail, la chaux, le moellon et le même le sucre sont les matériaux de base de ces constructions historiques en argamasse. Le Magasin du Roi est le plus ancien, érigé en 1770, il servait au stockage des vivres, des balles de coton et par la suite, à celui du café. Au fil des siècles, il a été occupé par des particuliers ou des représentants de la colonie puis par l’administration. Le bâtiment qui abrite la Mairie a été construit bien après, fin du XVIIIe siècle d'abord en bois puis en pierres à la suite à sa destruction par un cyclone.

Le centre historique de Saint-Leu


La poudrière adjacente a une particularité qu’il faut souligner, elle abrite un plafond en voute, tout en cubes de corail taillé qu’on retrouve également sur sa façade.

Le centre historique de Saint-Leu
En se déplaçant vers le nord et lorsqu’on lève les yeux vers la montagne, on découvre la « Roche Pâté » surplombant la  baie de Saint-Leu. Il s’agit d’un monticule de grosses pierres posées les unes sur les autres par la nature vraisemblablement, vu le volume de ces pierres. C’était là que se tenait la vigie signalant toute présence suspecte dans les environs.

Le centre historique de Saint-Leu
Légèrement plus bas, la batterie des Sans-Culottes de deux canons,  gravés de l’An 2 et de l’An 3 du calendrier  républicain,  veillent encore sur la tranquillité de la ville. Cette batterie a repoussé une attaque anglaise en 1809. D'après le témoignage d'un habitant du quartier, jusqu'au milieu du siècle dernier, tous les 14 juillet , 14 coups de canons étaient tirés depuis cette batterie. Le chemin pavé qui monte de la ravine jusqu'à la Batterie, date elle aussi, de la fin du XVIIIe siècle.

Sources : -Le Patrimoine Des Communes De La Réunion.Auteur:Collectif- Editeur : Flohic- Collection:Le Patrimoine Des Communes De France- Parution : 21/11/2000
-WZ




1.Posté par genevrier le 14/02/2009 10:38

Je me suis également souvent posé la question de savoir pourquoi à la Reunion,des sites comme le tour des roches et toutes les traces du passé n'étaient pas mises en avant , ni signalés ni meme entretenus .
Pourquoi ne pas avoir le moindre musée historique à Saint Paul?....
Un musée de la marine par exemple, comme l'ont fait nos voisins mauriciens et malgaches?
Une réponse à tout hasard!
Horsmis tout ce qui à trait à l'esclavage et l'engagisme qui nous concerne tous...Le peuplement de la Réunion, , d'origine et d'époques diverses, ne veut rien retenir de son passé historique ancien car il ne releve pas de l'ensemble de la présente population, arrivée de façon disparate sur l'ile. Un peu comme si, en métropole, on demandait à un habitant d'origine magrebine ou africaine, d'etre sensible à la préservation des cathedrales.
Les ruines et les traces du passé étant, pour la plupart d'anciennes propriétés de gros zozos (Usine sucrières ect...) dont les décendants n'ont que faire quand ils sont encore là, ou de l'administration coloniale qui n'existent plus (compagnie des indes,crédit colonial) l'entretien et la mise en avant du patrimoine rencontrerait, à mon avis l'opposition, sur le plan financier et culturel de tous ceux, et ils sont majoritaires, dont la culture originelle n'a que faire des traces du peuplement des débuts.
Pour ceux-là, mais ont-ils tort? Cette conservation relève de l'état, ou d'associations 1901, pas de la communauté d'aujourd'hui.
Je peux me tromper, mais je ne vois pas d'autre explication!

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 14/02/2009 13:16

ce n'est pas faute d'avoir alerté par internet l'ancien maire à ce sujet à plusieurs reprises !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes