MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le billet d'humeur de Mohammed Aït Aarab : "Prenons soin de nous !"


Par Mohammed Aït Aarab - Publié le Mardi 14 Juillet 2020 à 08:33 | Lu 1775 fois

Le billet d'humeur de Mohammed Aït Aarab : "Prenons soin de nous !"
La période du confinement a été scandée par un leitmotiv : « Prenez soin de vous ! ».

Dans la bouche de nos élus, dans les courriels de nos familles, dans les S.M.S. de nos amis, un seul mot d’ordre : « Prenez soin de vous ! » Le care, la bienveillance, le souci de l’autre déferlaient sur nous comme un tsunami d’amour universel. Le monde d’après allait ruisseler de bonté, de générosité, d’altruisme. Aucun doute là-­dessus puisque le Président de la République lui-­même, la main sur le coeur et la larme à l’oeil, nous le promettait : la « reconstruction doit aussi être sociale et solidaire » afin de « mieux protéger nos aînés, mieux protéger aussi les plus pauvres d'entre nous ». « Les Jours heureux » évoqués dans une précédente allocution étaient pour demain.

Comme nombre d’entre vous, j’y ai cru. Parce que, malgré tout, nous restons d’indécrottables naïfs. Nous avons tellement besoin d’entendre nos politiques nous susurrer tendrement à l’oreille que demain, promis-­juré-­craché, la pauvreté, le mal-­logement, le chômage, la malbouffe, seront éradiqués, nos villes seront écologiques, vertes à n’en plus finir, nos enfants s’épanouiront dans leurs écoles. Après un mois de déconfinement, c’est surtout le monde d’avant qui revient au triple galop : primat de l’économie, fétichisme de la croissance, chantage à l’emploi, pollution, etc. Comme si nos gouvernants étaient frappés d’amnésie, à l’image de nos concitoyens qui ont jeté aux poubelles ‐ et souvent aussi dans la rue ­‐ leurs masques et les gestes barrière qui vont avec.

Au premier rang des dossiers que souhaite traiter Jean Castex, le nouveau premier ministre, figure la réforme des retraites. Celle-­là même qui, dans un passé lointain, avait fait descendre des milliers de travailleurs dans les rues. Il y a de cela… 5 mois. Et, pourtant, cette réforme, même le M.E.D.E.F. n’en veut pas ! Mais peu importe, tel un médecin de Molière, le gouvernement va nous imposer la saignée. Nous en mourrons. Mais nous mourrons guéris.

En 2007, le candidat Nicolas Sarkozy avait mené campagne sur le slogan « Travailler plus pour gagner plus ». Autre temps, autres moeurs : la période post-­Covid 19 nous imposera de travailler plus pour gagner moins. Et pour faire bon poids, avec la réforme des retraites, certains proposent de reporter aux calendes grecques la nécessité, pour ne pas dire l’urgence d’une rupture écologique ; de précariser davantage les domaines de l’enseignement et de la recherche. Quant au “Ségur de la Santé”, l’augmentation mensuelle de 180€ ne doit pas faire illusion : elle est, certes, une avancée, pour tous les personnels soignants. Mais elle ne remet pas en cause la dévalorisation, sociale, morale, salariale dont souffrent toutes les activités de soins dans notre pays.

La crise actuelle est une fenêtre de tir pour les apôtres de “l’État-­entreprise” pour imposer des régressions sociales. Mais elle peut aussi devenir une occasion exceptionnelle d’enclencher un mouvement vertueux pour sortir d’une logique marchande mortifère, insuffler davantage de démocratie dans les pratiques politiques et économiques. Quel que soit le domaine, les progrès réalisés par l’humanité l’ont été à travers des épreuves de force contre les tenants de l’immobilisme.

Ne comptons pas sur eux pour prendre soin de nous. Prenons soin de nous !




1.Posté par Bien entendu le 14/07/2020 11:33

Votre perspicace analyse qui appelle à plus de démocratie semble ignorer que les réformes aux forceps, que Macron impose aux français, lui sont imposées par des autocrates, donc non élus, qui décident à Bruxelles ce qui est à leurs yeux bon pour nous. Tant que les français ignoreront le poids du joug européen, joug que les britanniques ont eu l'heur de secouer de dessus leur cou, ils ne sauraient prétendre disposer de leur souveraineté. Les scrutins organisés localement ont encore une apparence de sens, mais ceux qui relèvent du national, c'est du foutage de gueule. Lorsqu'un Olivier HOARAU, maire du Port, démissionne de son mandat de suppléant de la chère Huguette Bello à l'Assemblée Nationale, il sait qu'au niveau local il dispose d'un pouvoir de faire bouger les choses dans une certaine mesure. A l'assemblée, hormis de profiter des avantages du poste, sur le plan politique c'est une cour de récréation où les députés ont l'illusion de voter des lois, lois que Macron, aidé du Conseil Constitutionnel, peut décider en bon autocrate sous forme d'ordonnances qu'il n'est plus tenu à faire voter par ladite assemblée dans un délai déterminé. Son ordonnance a force de loi sans limite temporelle. En France d'un point de vue prélèvement fiscal nous sommes chez les soviets, et d'un point de vue politique nous sommes en dictature. Il a raison de redouter la rentrée car le peuple n'acceptera jamais de se résigner et de crever en silence. Il a tremblé face au GJ, mais ce qui advient fera passer les manifestations des GJ pour un vulgaire monôme de potaches boutonneux. Il va regretter amèrement de s'être moqué des français avec son confinement stupide, mortifère, générateur de licenciements à grande échelle.

2.Posté par 7AC le 15/07/2020 08:10

Prenons soin de nous, respectons les gestes barrière, et embrassons nous, mélangeons nos fluides après les élections.
Oui, c'est scientifiquement prouvé, quand la liste est gagnante, le Coronavirus est absent.
Bande de demeurés !

3.Posté par IXE le 15/07/2020 12:40

2.Posté par 7A

Très juste, merci !

4.Posté par JANUS le 16/07/2020 10:53

Ah revoilà MOHAMED ...

Encore beaucoup de mots pour ne rien dire ☺☺☺

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes