Société

Le Tampon veut relancer la production de miel vert

Mercredi 18 Janvier 2017 - 16:42

Alors que la manifestation qui porte son nom s’est achevée dimanche dernier se posait cette question: existe-t-il encore du miel vert? Ce mercredi matin, la municipalité du Tampon a dévoilé le résultat de recherches et expérimentations menées depuis 2014 dans ses pépinières pour tenter de relancer la production du Tan rouge dont les fleurs sont à l’origine du fameux miel vert.

Après plusieurs tests non concluants, les techniciens communaux ont réussi à percer le secret de la germination des graines de Tan rouge. Les premières pousses de cet arbre endémique pouvant atteindre jusqu’à 10 mètres de haut sont apparues en décembre dernier, un mois après la plantation. "Une première étape importante", se félicite André Thien Ah Koon. 

Pour favoriser sa reproduction, les techniciens ont recréé, sous les serres de la pépinière du Dassy normalement réservées aux palmiers, les conditions de germination dans un mélange de terreau et de fibre de fanjan. 

L’objectif est ici de préserver un des piliers du patrimoine naturel réunionnais et dans quelques années développer aux côtés du très prisé miel de baies roses, l’or jaune des abeilles ayant butiné les petites fleurs blanches du Tan rouge.  Aujourd'hui sous l'appellation miel vert "l'on retrouve davantage de miel de forêt", précise François Payet président du syndicat apicole de La Réunion.

Le Tan rouge, espèce endémique de notre ile et de Maurice, difficile à reproduire, pousse dans les forêts humides de 500 à 1700 mètres d’altitude. Utilisé pour son écorce riche en tanin rouge et comme bois de charpente, il se fait de plus en plus rare. C’est donc "un projet de grande ampleur et de longue haleine" que la municipalité souhaite mener en collaboration avec le Parc National et l’ONF puisqu'il faudra attendre une dizaine d'années avant de proposer du miel vert, indique François Payet.

Après encore trois années à passer sous la surveillance de Christophe Pauzat, le responsable pépinière du Parc des Palmiers, les plants de Tan rouge devraient ensuite prendre place sur différents terrains communaux et dans la future plantation forestière du Parc du Volcan pour relancer la production de miel vert.
PB
Lu 4017 fois



1.Posté par 51889 le 18/01/2017 18:40

Après plusieurs tests non concluants, les techniciens communaux ont réussi à percer le secret de la germination des graines de Tan rouge.


L'art de se faire mousser... et d e faire croire qu'on a inventé l'eau chaude. Nombre de pépiniériste privés maîtrisent parfaitement la sylviculture du Tan rouge (weinmania tinctoria). De son côté, l'ONF dispose avec ses pépinières et ses agents (notamment au Tampon !) un réel savoir-faire. Au mois de novembre dernier, l'ONF avait d'ailleurs procédé à la régénération d'une parcelle de forêt au Plateau des Cnênes, à Cilaos, en y plantant, notamment des tans rouges. On pourrait aussi citer des associations telles que les Amis des Plantes et de la Nature de Raymond Lucas et de ses dalons...

Pourquoi ne pas faire appel au savoir-faire de tous ceux qui ont déjà une expérience plutôt que de se faire mousser dans son coin?

Enfin, en 2013, une plantation d'arbres et de plantes mellifères, dont le tan rouge, a eu lieu dans la forêt de Piton Ravine Blanche, avec les enfants des écoles de la Plaine des Cafres. Mais il est vrai qu'avant TAK, il n'y avait rien, et rien n'existait.

2.Posté par babouk le 18/01/2017 23:01

l'onf multiplie en pépinière et plante depuis plus de 40 ans le tan rouge. c un arbre aux multiples avantages, qui peut se planter en pleine lumière. le secret pour la germination des graines est en effet le broyat de fanjans. En fait, naturellement il ne pousse quasiment que sur les troncs (stipe) de fanjans, surlequel il se développe, svt a la faveur d'une trouée. A Maurice, il est aujourd'hui rarissime (10 individus). Son habitat de prédilection sont les forêts de moyenne altitude, aussi il est particulièrement adapté au tampon ou il était jadis abondant. donc meme si lé un peu menteur que bana la perse un secret, il faut qd meme saluer l'initiative de la commune de planter du tan rouge, plutot que comme elle l'a fait pendant de tres longue année (et sa continue encore) des pestes végétales. Cette commune est aujourd'hui envahi par plusiuers espèces anciennement planté au bord de chemin et dans les cours comme par ex. fanjans australien, tibouchina, passiflore banane, Ajonc etc... Il vaut mieux parfois s'abstenir. par contre les endémiques, et surtout si elles sont mellifères, allez y; je suggère au maire du tampon (sans pour autant que ses équipes aient a refaire tous les tests, les méthodes de multiplication sont connues...) de planter ces autres plantes qui paraissent adapté au tampon et qui sont également très mellifères : change écorce, mahots, fleur jaune, ambaville, petit tamarin des hauts, chandelle, palmistes roussel, noir et blanc, bois de nefles, bois maigre, tan georges, bois de papaye, bois de joli coeur... qui pourraient également aggrémenter nos bords de route et espace public et satisfaire l'appétit des gourmandes butineuses.

3.Posté par tonton le 19/01/2017 07:16

Heureusement que Tak lé la....
lol, ils ont "inventé" la multiplication du Tan Rouge....

Ils auraient pu avoir aussi l'idée de consulter le site de la Cirad:
http://arbres-reunion.cirad.fr/especes/cunoniaceae/weinmannia_mauritiana_d_don
ou une publication à ce sujet, qui est parue il y a 37 ans (à peine).


Evolution du pouvoir germinatif du tan rouge. Michellon Roger. 1980. In : Rapport annuel 1979. Saint-Denis : GERDAT-IRAT, 185-188.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >