MENU ZINFOS
Faits-divers

Le Tampon - À chaque problème, une solution : brûler des voitures


Un Tamponnais a été condamné pour avoir brûlé la voiture du nouveau compagnon de son ex dans le parking de sa résidence. Le feu s’était étendu à d’autres véhicules. Quelques jours plus tôt, il "empruntait " la voiture d’une amie sans la prévenir. Pour éviter d’avoir à avouer sa faute, il a là aussi brûlé le véhicule.

Par - Publié le Vendredi 24 Décembre 2021 à 11:30

Kévin semble être un adepte de la politique de la terre brûlée. Lorsque le Tamponnais passe quelque part, les cendres débordent souvent du cendrier. Et tant pis pour ceux qui croisent sa route.

C’est l’amère expérience qu’a faite Nina*. La jeune femme avait hébergé Kévin quelques jours, le temps pour lui d’apprendre ses habitudes. Comme celle de ne pas fermer la voiture et de laisser la clé dans la boîte à gants. Le 28 décembre 2020, Kévin veut se rendre à Cilaos. Il a besoin d’un véhicule et il sait où en trouver un.

Sur le chemin, Kévin a une panne. Plutôt que d’assumer et d’appeler Nina, il va mettre le feu à la voiture en espérant ne pas être pris. Malheureusement pour lui, il était le premier suspect de la jeune femme lors de son dépôt de plainte.

Facebook devient l’étincelle

Quelques jours plus tard, Kévin se détend à Saint-Gilles avec sa compagne enceinte et son ami Vincent. Ce dernier voit une publication sur Facebook d’un contact à eux avec l’ex-copine de Kévin. Ce dernier disjoncte et menace d’aller brûler la voiture de son ex et du nouveau compagnon.

Vincent va raisonner Kévin, ce qui semble fonctionner d’après leurs dires. Il n’évoquera plus le fait d’aller mettre le feu, selon Vincent. En fin d’après-midi, les trois personnes rentrent sur le Tampon et déposent la compagne de Kévin chez elle.

Les deux amis vont alors chercher à la station un bidon d’essence et Vincent dépose son ami devant la résidence où vit son ex. C’est là que les avis divergent. 

La seule réalité du lendemain est que deux voitures ont brûlé et que des appartements à proximité sont également endommagés. Au total, cinq victimes ont été concernées par les dégâts.

Le rôle trouble de l’ami

Lors de sa garde à vue, Kévin a indiqué aux gendarmes que Vincent l’avait déposé devant la résidence avant de venir le récupérer un peu plus tard. Des faits que ce dernier conteste à la barre du tribunal. Il explique qu’il a déposé son ami devant la résidence avec le bidon d’essence, car il devait récupérer une voiture en panne sèche. Lui est rentré directement chez lui après. Kévin, qui loge chez lui à ce moment-là, arrivera bien plus tard dans la nuit.

Une version que va confirmer Kévin face à la juge Véronique Gimeno-Cabrera. L’occasion pour la procureure Simona Pavel de mettre en avant "l’emprise" de Vincent sur Kévin, confirmée par ses proches. D’autant plus que le casier judiciaire de Vincent est beaucoup plus fourni que celui de Kévin.

Une absence de culpabilité

Kévin explique qu'il n’aurait jamais commis ces actes s’il n’avait pas bu. Lorsque l’avocat de Nina, Me Ali Ben Ahmed lui demande si son excuse est d’avoir bu, Kévin pousse littéralement un ouf de soulagement, pensant avoir été enfin compris dans son malheur. Il promet même à la cour de ne plus boire d’alcool fort en sortant de prison, "parce qu’arrêter complément l’alcool, c’est compliqué"

"Pour lui, il boit, il commet des infractions et il faut l’excuser", indique Me Ali Ben Ahmed lors de sa plaidoirie. L’absence de culpabilité est également relevée par la procureure. 

Elle note que Kévin ne s’est jamais excusé auprès de Nina. Surtout, elle s'appuie sur le rapport de l’expert-psychiatre qui confirme que malgré la reconnaissance des faits, il intègre difficilement la notion de culpabilité. Il a de plus une abolition du discernement.

Des peines fermes

"On a quelqu’un qui a une facilité à mettre le feu aux véhicules. C’est très inquiétant. Il est sans remords et ne s’est jamais excusé. On a des sommes exorbitantes. Il coûte cher à la société et aux personnes concernées. Le seul qui aurait pu être raisonnable a finalement participé à la commission des faits", plaide la procureure.

Elle requiert donc 3 années de prison, dont une avec sursis pour Kévin et 12 mois de surveillance électronique pour Vincent. La juge va être plus clémente en donnant deux ans prison ferme à Kévin et 9 mois de surveillance électronique à Vincent.

Une audience sur les intérêts civils doit avoir lieu en mai afin de déterminer les dédommagements pour les victimes. Cela représente 3 voitures en plus de nombreux meubles.

*Prénom d'emprunt


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ra lebol le 24/12/2021 13:37

Moi je dirais plutôt une " tête brûlée "...Et dire que de tels voyous se reproduisent comme des champignons...
Quelle société on aura demain !
Il ne nous restera plus qu'à nous protéger contre cette vermine, les garants de la société ne nous étant pas trop utiles....

2.Posté par Menfin le 24/12/2021 15:10

C est normal. Il s appelle Kevin

3.Posté par Soly le 26/12/2021 11:27

Pourquoi n'essaie t'il pas de se brûler lui- même ?????. La sanction est ridicule. On les fabrique nos délinquants... ..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes