MENU ZINFOS
Social

Le Syndicat du Sucre souhaite une reprise des négociations "sereines et apaisées"


Les négociations vont reprendre entre planteurs et sucriers ce jeudi malgré les "débordements" qui ont eu lieu hier sur une parcelle expérimentale de cannes à l'Etang-Salé. Des négociations que le Syndicat du Sucre espère "sereines et apaisées".

Par Zinfos974 - Publié le Mercredi 31 Mai 2017 à 16:46 | Lu 745 fois

Le Syndicat du Sucre souhaite une reprise des négociations "sereines et apaisées"
Malgré les débordements des JA et de la FDSEA (syndicats minoritaires), débordements qu’ils déplorent, les industriels ont accepté de poser les bases de la reprise d’une discussion indispensable face aux enjeux de pérennisation de la filière Canne- Sucre.

La réunion qui s’est tenue ce mardi matin en Préfecture a permis de poser les bases d’une reprise des discussions dans le cadre de la convention-canne 2017-2021 entre les planteurs et les industriels.

La levée des barrages des sites industriels et l’arrêt de toutes les actions de terrain étaient une condition sine qua none pour que les réunions puissent reprendre dès ce jeudi 1er juin, selon le calendrier validé en CPCS* : une condition désormais remplie. Les industriels réaffirment leur volonté de travailler conjointement dans un climat serein et apaisé et confirment les éléments qu’ils présenteront à la prochaine réunion, tel que prévu par le calendrier.

En premier lieu, les industriels ont déploré les débordements des syndicats minoritaires (JA et FDSEA) conduits par Bruno Robert et Frédéric Vienne. Parmi ces débordements, à l’Etang Salé, une parcelle expérimentale de canne à sucre (essai régional série 2006, hybridation de l’année 2003) du centre de recherche eRcane a été ravagée. Ces actes de vandalisme compromettent la libération d’une nouvelle variété de canne destinée aux planteurs de la zone irriguée du Sud-Ouest de l’Ile de La Réunion.

Face aux enjeux que représentent les discussions de la Convention Canne 2015-2021, les industriels ont néanmoins souhaité que le dialogue puisse reprendre dans des conditions sereines et apaisées.

Lors de la réunion entre la Préfecture et les industriels de ce matin, il a donc été convenu par l’ensemble des parties que les négociations au sein du CPCS* initialement prévues le 1er juin pourraient se tenir dès lors que les barrages seraient levés, que toutes les actions de terrain seraient arrêtées et à condition que la charte de bonne conduite soit désormais respectée par toutes les parties, sans nouvelle anicroche. 
A l’ordre du jour de la réunion prévue ce jeudi 1er juin, conformément au calendrier du CPCS (qui a été validé par les planteurs et les industriels depuis le 2 mai 2017), les industriels réaffirment qu’ils présenteront :

-  les comptes de l’industrie sucrière qu’ils présentent traditionnellement, comme annoncé lors de la réunion du 24 mai dernier ;

-  les évolutions possibles du prix de référence, nommé " P0 ", en lien avec l’évolution de l’écart technique (variation entre le sucre mesuré lors de l’achat de la canne et le sucre qui peut être extrait).

Par ailleurs, pour que les négociations puissent être constructives et productives, les industriels ont fait valoir, en Préfecture, la nécessité que :

-  les réunions des prochains CPCS* se déroulent dans un nouveau format, plus restreint permettant d’avancer sur les propositions techniques ;

-  le lieu de rendez-vous pour les négociations à venir soit déterminé de manière à garantir la sérénité des débats. 

*Comité Paritaire interprofessionnel de la Canne et du Sucre
 



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes