Société

Le Sentier Littoral Nord fermé à cause d'un déversement d'eaux usées

Vendredi 2 Février 2018 - 19:02

Pour des raisons de sécurité, la Cinor et l’entreprise CISE Réunion ont décidé de fermer, depuis hier en fin d'après-midi, l’accès à la portion du Sentier Littoral Nord située au niveau de la ravine du Chaudron, entre l’aire des Tamarins et la piste de karting.
Une décision qui intervient suite à une fuite sur une canalisation transportant les eaux usées depuis le poste de refoulement de la Jamaïque jusqu’à la station d’épuration du Grand Prado, et suite aux préconisations des services de l’Etat et à la concertation de 5 experts assermentés.


L'accès à la portion du Sentier Littoral Nord située au niveau de la ravine du Chaudron, entre l’aire des Tamarins et la piste de karting, est interdit au public [Photos Jean-Alix COINDEVEL]
L'accès à la portion du Sentier Littoral Nord située au niveau de la ravine du Chaudron, entre l’aire des Tamarins et la piste de karting, est interdit au public [Photos Jean-Alix COINDEVEL]
"Les joints d'un manchon de cette canalisation ont en effet cédé et engendrent des fuites d'eaux usées qui, si elles se poursuivaient, causeraient des désagréments sanitaires et mettraient en péril la voie routière", explique Olivier Pince, responsable d'exploitation de la Cise.

"Après étude de toutes les solutions envisageables pour la réalisation de ce chantier, nous avons ainsi opté pour la réalisation d’une soudure PEHD par extrusion autour du manchon pour colmater définitivement la fuite", ajoute ce dernier.

La fermeture du sentier littoral - et de l'aire de pique nique des Tamarins - permettra les interventions techniques et la réalisation des travaux sur la canalisation identifiée, dès dimanche matin.

La Cinor et son exploitant CISE Réunion se sont ainsi attachés à mettre en place le protocole d’intervention le plus abouti afin de réparer la casse sur la canalisation de refoulement des eaux usées du poste de refoulement Jamaïque.

Gérald Maillot s'est montré clair : "la Cinor va se retourner contre les responsables identifiés pour réparer ce préjudice de malfaçon et ce préjudice écologique. Ces faits sont inadmissibles".
Gérald Maillot s'est montré clair : "la Cinor va se retourner contre les responsables identifiés pour réparer ce préjudice de malfaçon et ce préjudice écologique. Ces faits sont inadmissibles".
Un protocole qui découle du diagnostic du manchon fuyard réalisé ce vendredi 2 février 2018, par l'exploitant.
 
Au vu de l’importance de la fuite, la Cise a proposé à la Cinor d'intervenir le plus tôt possible, avec pour objectif  "de limiter les déversements d’eaux usées vers le milieu naturel".

Ainsi, dès ce samedi 3 février à 21h, la Cise actionnera l'arrêt du poste de refoulement, ce qui va engendrer le déversement d’environ 17 000 m3/j d'eaux usées dans le milieu naturel via la conduite de trop-plein.

Au même moment, il sera effectué la vidange totale de la canalisation de refoulement via une vidange dont l’exutoire est la ravine Chaudron, soit 2 500 m3.

Ce lundi 5 février à partir de 5 heures, la GTOI assurera pour sa part la finalisation des travaux de terrassement et de blindage de la fouille.

Des travaux très techniques...

La Cise interviendra de son côté pour la préparation d'un support puis la réalisation d’une soudure PEHD par extrusion autour du manchon pour colmater définitivement la fuite; une méthode d’assemblage de tuyau en PEDH  encadrée par la norme NF EN 13 705.

Après cette phase, une nouvelle intervention technique permettra d'assurer la consolidation de la réparation par la pose d’une couverture PEHD soudée autour de la conduite.

Par la suite, une  protection mécanique en béton hydrofuge viendra se fixer autour de la réparation afin d'absorber les charges futures de la chaussée.

Dès lors, interviendra le mardi 6 février, la remise en eau progressive du poste de refoulement Jamaïque et la remise en état de la chaussée et du site dans le courant de la même semaine.

Présent sur le site avec son équipe, le président de la Cinor se montrait très remonté hier contre le maître d’ouvrage du chantier d’origine mis en service en 2013.

"La Cise n’a pas d’autres choix que de rejeter les eaux usées vers la mer, et je le regrette. Nous n'allons pas en rester là. La Cinor va se retourner contre les responsables identifiés pour réparer ce préjudice de malfaçon et ce préjudice écologique. Ces faits sont inadmissibles", indique Gérald Maillot.

La CISE  et la Cinor confirment mettre tous les moyens en œuvre pour procéder à une réparation pérenne en prenant toutes les précautions pour garantir la sécurité des usagers du sentier littoral et des riverains.

"Après étude de toutes les solutions envisageables", la Cise, representée par son président Serge Daniel (2e à partir de la droite) n'a pu mettre en place une solution moins contraignante sur le plan environnemental, au grand regret de la Cinor
"Après étude de toutes les solutions envisageables", la Cise, representée par son président Serge Daniel (2e à partir de la droite) n'a pu mettre en place une solution moins contraignante sur le plan environnemental, au grand regret de la Cinor
NP
Lu 3951 fois



1.Posté par wai le 02/02/2018 20:13 (depuis mobile)

La cise n'a pu mettre en place une solution moins contraignante ......ils sont payer pour faire quoi ces mecs de la Cise ....

2.Posté par La vérité si je mens ! le 02/02/2018 21:12

La Cise nous sort par les pores quand on voit le fric facturé à payer à cette société !
Tant qu' à la CINOR , on a les élus qu'on mérite ... des charlots

3.Posté par « Les responsables identifiés » le 02/02/2018 21:35

« Gérald Maillot s'est montré clair : "la Cinor va se retourner contre les responsables identifiés pour réparer ce préjudice de malfaçon et ce préjudice écologique. Ces faits sont inadmissibles". »

Ben justement s’il se retourne il verra les responsables, ils sont presqu’en face !
Est-ce que Monsieur Maillot ira taper sur les doigts de son camarade qui travaille beaucoup pour la CINOR... ?

4.Posté par DOGOUNET le 02/02/2018 21:47

Vous verrez que de cette gosse merde, ils en feront un bonus...et nos zélis kréol s'en flatteront. Pauvres guignols !

5.Posté par mouton noir le 02/02/2018 22:05

on peux pas stopper ce tuyaux et aspirer ce qui en sort vers des camions prévu a cette effet ?
plusieurs navette avec plusieurs camion pour éviter de rejeter a la mer ?

6.Posté par fl le 02/02/2018 22:13

jusqu'ou iront leurs incompétence ??? ils pourrissent toute l'ile et nous font payer très chère leurs service de merde aller payez bande couillons!!!

7.Posté par fl le 02/02/2018 22:18

l'interdiction parce qu'ils ont peur que cela se sachent : demain j'irais prendre des photos malgré l'interdiction du à leurs incompétences et irais les diffuser sur certains médias avide de ce genre d'article

8.Posté par T le 03/02/2018 07:49 (depuis mobile)

Comme d'habitude, mangé requin... C'est bien un boulot de merde qui a été fait

9.Posté par Elle le 03/02/2018 09:28

Un début de campagne en fanfare !
Tellement gentil de vous préoccuper du pouvoir d'achat des contribuables de votre commune !
Continuez à faire le tri alors ! Y a sûrement d'autres "budgets à maîtriser "...

10.Posté par Robert le Yab le 03/02/2018 07:04

Ça fait des mois que ca dure ... en décembre une tranchée ouverte a été faite pour mieux évacuer la merde vers l’embouchure... déjà signalé sur fb avec photo debut d’année

11.Posté par quartier 3 lettres le 03/02/2018 12:49

" "La Cise n’a pas d’autres choix que de rejeter les eaux usées vers la mer, et je le regrette. Nous n'allons pas en rester là. La Cinor va se retourner contre les responsables identifiés pour réparer ce préjudice de malfaçon et ce préjudice écologique. Ces faits sont inadmissibles", indique Gérald Maillot. " c'est rigolo cette phrase : et le contrôle qualité à la livraison des chantiers inconnu vu le nombre de malfaçons sur l'ile .

12.Posté par cochon le 03/02/2018 13:30

rejeter les eaux usées vers la mer
comme à St pierre pratique qui devient banale
et dire qu'on paie très cher l'assainissement
vive la reunion cochon

13.Posté par dionysien le 03/02/2018 13:39

A quand une passerelle pour les piétons ( et coureurs ) et vélo , car après les pluies , traverser le radier comporte des risques sanitaires ( leptospirose ... ) ?
Merci .

14.Posté par Grangaga le 03/02/2018 14:16

"jusqu'ou iront leurs incompétence"

Tan ki kontrol' pa zot' CV, avan d'mètt' a zot' an plass', ou an poss'.........
Alors' ke noutt' bann' marmay'......diplomé pourr'........lé oblizé alé fé dé p'ti boulo an Franss'........
Po la po .....patatt'.

15.Posté par cmoin le 03/02/2018 17:12

Des incapables!Tous!

16.Posté par ste suzanne le 04/02/2018 07:34

il fera quoi contre ses mal façons rien
si pour faire du bruit comme le chantier de la MARINE A STE SUZANNE ou tous était bâclé
pourtant vous étiez au courant
SA SERT A RIEN DE SOUFFLE DANS UN TROMPETTE dans l eau

17.Posté par miro le 04/02/2018 11:46

mais que fait le maire de la commune ??????? il touche ses indemnités et puis barka ! je m'en contre fout du problème .....

18.Posté par A. HOAREAU le 06/02/2018 14:31

Pour la réalisation de ce genre d'ouvrage, la QUALITE des matériaux et pièces est primordiale !!
Les 'irresponsables' qui ont construit ce réseau ont dû fumer plus d'un JOINT juste avant de poser … l'autre joint pourri !

19.Posté par A. HOAREAU le 06/02/2018 14:37

Et si on parlait des rejets d'eaux usées chroniques (voir permanents) du coté de la passerelle située sur la ravine du Butor !!

Les odeurs sont insoutenables dans le secteur, et ce, 24h sur 24h !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter