MENU ZINFOS
Social

Le SAFPTR veut la cédéisation des travailleurs sociaux contractuels


Le Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de La Réunion (SAFPTR) demande au Conseil Départemental la cédéisation de tous les travailleurs sociaux de catégorie A et B de plus de 6 ans d'ancienneté. La situation est inacceptable pour le syndicat qui estime que ce contexte pénalise tout le monde dans une période où ces employés sont plus indispensables que jamais.

Par - Publié le Mercredi 25 Novembre 2020 à 15:22

Après avoir adressé un courrier au président du Conseil Départemental le 6 novembre dernier, le SAFPTR s’est directement adressé au préfet de La Réunion, au président de la République et aux ministres concernés pour un arbitrage urgent de la gestion de ce dossier. Le 1er syndicat de la fonction publique à La Réunion réclame la cédéisation de tous les agents contractuels de catégorie A et B possédant au moins 6 ans d’expérience.

"Au regard du contexte socio-économique et sanitaire actuel, il y a urgence que la collectivité se donne les moyens d’agir en titularisant les agents qui n’ont pas démérité. Ils doivent pouvoir travailler dans la sérénité", réclame Patricia Doxiville, responsable de la section départementale du SAFPTR. La représentante syndicale reconnaît que Cyrille Melchior a mis le chantier de la cédéisation en route, mais souhaite que la Direction générale des Services prenne ce dossier à bras-le-corps.

"Stop aux précaires qui s’occupent des précaires"

"Le Conseil Départemental est le chef de file de l'action sociale. Il y a une incohérence et quelque chose de dérangeant dans la situation actuelle. Nous interpellons Cyrille Melchior pour ceux qui ne rentrent pas dans le cadre des titularisations. Il faut prévoir des concours pour faciliter l’intégration de ces agents. Il faut dire stop aux précaires qui s’occupent des précaires", souligne-t-elle.

Le SAFPTR estime qu’actuellement, environ 50% des agents employés par la collectivité ne sont pas en CDI. Certains comme Bertrand Aupin, éducateur et travailleur social au département depuis 7 ans, sont toujours en attente d’un CDI qui permettrait d’éclaircir son horizon. Les non-titulaires ne touchent pas le même salaire que leurs homologues en CDI. De plus, le syndicat demande une revalorisation salariale des non titulaires et également l'ouverture des négociations pour un régime indemnitaire (RIFSEEP). "Parfois, on voit des familles mieux dotées que le travailleur social qui s’occupe d’eux", indique-t-il. Selon lui, la collectivité "surfe sur l’engagement des agents qui aiment leur travail. On ne s’est pas engagé dans la demi-mesure. On s’investit totalement".

Un investissement total qui se voit depuis le début de la crise Covid. Les travailleurs n’ont jamais cessé de s’engager auprès des familles durant cette période difficile, malgré les risques et les difficultés personnelles. "Les travailleurs sociaux sont des travailleurs de l’ombre qui ont apaisé le climat social durant cette période. Le travail de dialogue social a été important pour éviter l’explosion durant cette période. La collectivité doit être consciente de ça", rappelle Patricia Doxiville.

Les familles sont les premières impactées

Car pour le SAFPTR, ce sont souvent les familles qui sont les plus impactées par cette situation. "Il faut 6 mois pour entrer dans une situation d’une famille en difficulté. Lorsque l’agent a fini par gagner la confiance de cette famille, il y a une épée de Damoclès, car il n’est pas sûr de pouvoir revenir. C’est épuisant pour les familles d’avoir à tout recommencer avec un nouvel agent", précise la responsable de la section du SAFPTR. 

"Dans notre manière d’agir, est-ce qu’on est pas trop maltraitant? Car ce système perturbe les familles les plus fragiles. Au niveau de l’accompagnement, ce n’est pas un travail de bureau où l’on remplit des dossiers, c’est des familles que l’on accompagne. Il y a de l’humain. C’est de la maltraitance institutionnelle", poursuit Bertrand Aupin.

Malgré la grogne et la frustration qui s’accentue au sein des travailleurs sociaux, la SAFPTR privilégie le dialogue et l’intelligence de la collectivité. "Les agents nous sollicitent pour une manifestation, car la colère monte. On ne veut pas arriver à une explosion sociale. Le SAFPTR n’attend qu’une chose : que le chef de file comprenne bien le sens de notre démarche et concrétise la titularisation des agents", affirme Patricia Doxiville.

Le 14 décembre, le Conseil Départemental doit présenter un dossier à ce sujet lors du comité technique. Le SAFPTR regrette de ne pas être tenu au courant de ce travail, mais espère qu’il donnera une issue favorable à leurs revendications. "C’est usant de se battre pour les familles, pour nous, alors que ça devrait couler de source", conclut la représentante du SAFPTR.

Patricia Doxiville, responsable de la section départementale de la SAFPTR :


Jean-Marc Rivière, délégué syndical représentant les contractuels catégorie A au sein du département :


Bertrand Aupin, travailleur social et représentant au CCP :



Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par klod le 25/11/2020 18:27

déontologie et éthique ne seraient pas "respectées" au susdit "conseil départemental" selon le safptr ? quelqu'un peut il préciser ?

2.Posté par DOGOUNET le 26/11/2020 07:41

Sans doute question qu'ils en foutent encore MOINS et de façon DURABLE ! Bref, aucune crédibilité et beaucoup d'irresponsabilité.

3.Posté par Ti kok le 26/11/2020 11:35

Et à la région le délégué i bouge pas plus que ça !! ben fout ça dehors

4.Posté par Ti kok le 26/11/2020 11:35

Et à la région le délégué i bouge pas plus que ça !! ben fout ça dehors

5.Posté par Agent du département le 01/12/2020 22:35

Agent du département depuis 9 ans sans discontinuité. Et je rempile pour une dixième année, CDD d'un an en cours de signature... Un pion dont la morale et la légalité de son employeur semble dénuée du sens humain. Hironie du sort pour un travailleur qui oeuvre dans le social...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes