MENU ZINFOS
Société

"Le Resto du Cœur créole" se fait voir pour être entendu


Depuis le début du confinement, un groupe de sans-abri "squatte" le kiosque de la place du 20 décembre au Barachois. Derrière la pauvreté, certains sont pleins de projets et d’espoir et ne rêvent que de s’en sortir. Mais malgré cette bonne humeur, ils ont conscience que leurs jours sur le front de mer dionysien sont comptés.

Par - Publié le Jeudi 28 Mai 2020 à 07:18 | Lu 4043 fois

"Pas d’alcool dans le kiosque, c’est la seule règle ! Sinon tout le monde est le bienvenu ici ", indique celui que tout le monde surnomme "Jésus". L’homme sait parfaitement les débordements que la boisson entraîne. "Ceux qui veulent boire vont ailleurs, pas dans le kiosque, sinon c’est ingérable. On n’a pas tous le même âge, les jeunes veulent s’amuser. Ils ne comprennent pas les dangers", indique Jésus qui regrette que certains très jeunes sans-abri plongent facilement dans l’alcool et la drogue "chamane". Mais malgré le trouble que ces derniers peuvent leur faire subir certains soirs, les résidents ne refuseront pas de les aider le lendemain, car "ceux qui restent avec nous réduisent leur consommation", affirme Jésus.

"On se donne la main"

Car c’est par finalement l’entraide entre sans-abri qu'a abouti l’occupation du lieu. Denis, que tout le monde appelle "Jah", connu comme chanteur-interprète à La Réunion et sans-abri, a commencé à distribuer des sandwichs et des cafés aux autres SDF. Au moment du confinement, il a décidé de se protéger sous le kiosque du parc du 20 décembre. Il a très vite été rejoint par d’autres SDF et ils se sont organisés en communauté.

Des associations, comme la fondation Abbé Pierre, sont venues à leur rencontre pour les écouter et les soutenir. En plus, les SDF ont eu la surprise d’avoir beaucoup de gestes de solidarité de la population. "On a les salariés qui travaillent dans le coin qui nous apporte à manger, on a un monsieur atteint d’autisme qui vient tous les jours nous apporter quelque chose. Il y a même une mamie de 80 ans qui nous apporte 5kg de riz toutes les semaines. On vit grâce aux gens, c’est mystique", assure Jah. Ces dons de nourritures sont ensuite partagés avec les sans-abri de passages. "On se donne la main", affirme Jah le sourire aux lèvres. Le site étant devenu une plaque tournante du don de repas, Jésus n’hésite pas à qualifier le lieu de "resto du cœur créole"

Ahmed et "Jésus"
Ahmed et "Jésus"
"On veut sortir de la rue"

La grande majorité d’entre eux n’ont qu’une idée en tête : se réinsérer. Mais avec la solidarité née entre eux ces dernières semaines, ils aspirent à pouvoir s’en sortir ensemble, tout en restant lucide sur les difficultés auxquelles ils doivent faire face. "On veut sortir de la rue", affirme Ahmed, également "locataire" du kiosque. Pour Jésus, "il faudrait des chantiers pour que les jeunes puissent se mettre à travailler". Mais Ahmed pense qu’il faut "également un accompagnement psychologique. La rue, ça fait des dégâts"

La grande difficulté est de sortir du cercle vicieux d’être sans toit et sans travail en même temps. "Si tu n’as pas de logement, tu n’as pas de travail, et l’inverse aussi. Quand tu es à la rue, le patron n’a pas confiance" certifie Ahmed. L’homme en a fait l’expérience. "Une fois, j’ai dit à mon patron que j’étais SDF. Il m’a annoncé qu’il ne pouvait pas me garder, car le métier était trop risqué (couvreur). Il m’a tout de même donné plus d’argent pour que je m’en sorte", raconte Ahmed avec un léger sourire en coin. Selon lui, il faudrait une structure capable d’accueillir les SDF pendant six mois pour leur permettre d’avoir le temps de se réinsérer.

Selon Jésus, l’idéal serait qu’on leur mette un bâtiment à disposition. "Si on nous met un bâtiment en mauvais état avec du matériel, on peut le rénover. On a les compétences pour ça", garantit le trentenaire. "On a besoin d’un endroit, on voudrait un truc collectif pour ne pas être divisé", ajoute Ahmed.

"C’est le regard des autres qui nous protège"

"On ne va pas tarder à se faire éjecter", regrette Jésus. La mairie ne voit pas d’un très bon oeil leur installation au Barachois. Le courant du kiosque a été coupé et les toilettes fermées pour les inciter à partir. Ils assurent qu’un policier "haut gradé" est venu leur annoncer qu’ils allaient devoir partir prochainement. En fait, ils sont tous conscients que c’est la vidéo de l’association Zetwal i brill qui leur a évité de se faire dégager. Selon eux, ils n’ont plus de problème depuis qu’elle a été publiée. "C’est le regard des autres qui nous protège", proclame Jah.


"Si on se fait virer sans solution, nous on en trouvera une" certifie Jésus avant d’ajouter que "si les pouvoirs politiques ne font rien, qu’on nous donne juste les moyens et nous on va s’en sortir""Il faudrait des tests de dépistages des talents, pour qu’on se rende compte de ce qu’on peut faire" assure le SDF avant de conclure que son combat dorénavant est de "prouver que les SDF ont des capacités".

"Jah" a pris de la hauteur
"Jah" a pris de la hauteur





Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Modeste le 28/05/2020 07:14

sur le fond les idées sont bonnes, maintenant la balle est dans le camp de nos chers élus.....côté ruines à restaurer St Denis n'en manque pas......! s'ils sont de bonne volonté donnez leur cette chance après ils veulent bosser c'est déjà bien.....! faudrait que notre Martine de la Région les aide.....!

2.Posté par ZembroKaf le 28/05/2020 08:16

Arprès les "zazalés" Du Tampon...maintenant les "kioskés" du Barachois lol !!!

3.Posté par eric le 28/05/2020 08:25

Il ne devrait pas y avoir de SDF a notre époque mais cela peut aussi etre un choix

je ne pense pas que l'on puisse accepter ce que je vois sur la photo

pas tres saint d'y ballader nos enfants


4.Posté par Enirsem le 28/05/2020 09:16

Il ne doit pas ètre bien difficile de les loger (charité bien ordonné commence déjà par soi_même ....)

5.Posté par justedubonsens le 28/05/2020 09:43

@Post 3. L'esplanade du Barachois est suffisamment grande pour ne pas avoir à promener vos mômes du côté du kiosque. Mais d'un autre côté que nos enfants voient qu'il existe toujours des gens sans moyen de logement en 2020 alors que l'on accueille de nombreux immigrés que l'on parvient à loger sans peine, pose question non ? Aujourd'hui les exigences pour accepter une location sont telles que bien des "sans logis" alors qu'ils ont un job n'ont pas les revenus nécessaires !
Quand nos abrutis d'élus qui font des dépenses dispendieuses avec l'argent public n'ont pas la décence de mettre un lieu à disposition de ces gens souvent victimes d'un accident de la vie qui les a amenés à cette vie dont ils ne parviennent plus à sortir faute de soutien.
Et tant pis si l'exposition de leurs serviettes ou sous-vêtements blessent la vue des "bien pensants" !

6.Posté par gratel le 28/05/2020 09:46

que la réunion s'occupe de ses habitants avis aux maires de st denis et de st andré les spécialistes de la délocalisation , que ces hommes de bonnes volontés trouvent du travail et un logement. Bientôt les élections faîtes sauter les chauffes fauteuils !

7.Posté par Marcus Fredrich le 28/05/2020 10:20

Certes il y a des accidents de la vie,mais croyez vous que tous ces gens en sont victimes, ou que pour certains d'entre eux c'est soit un style de vie,soit un manque d'effort.Notre société bien pensante, toujours prête à blamer tout le monde,c'est de la faute de qui s'ils sont là?Avant tout eux mêmes! Doit on toujours aider aider ... l'état n'en fait il pas déjà assez?
Si on ne veut pas un deuxième rd pt des Azalés, on sait ce qu'il reste aux forces de l'ordre à faire.

8.Posté par PIPO 🙈🙉🙊 le 28/05/2020 10:40

Bien sur qui faut encourager ce genre de démarche! Dés Lundi je vais me renseigner comment les aider financièrement.

9.Posté par hardcore le 28/05/2020 12:00

@4 oui sûrement pas difficile, néanmoins il y a près de 200 personnes en attente d un logement sur Saint Denis

10.Posté par Ah la la le 28/05/2020 13:21

@marcus Friedrich. Si on doit faire partir les sdf, soyons extrême, il faudrait aussi Se débarrasser Des gens qui font des enfants juste pour toucher des allocations, se débarrasser des petits vieux qui coûtent chers, des gens qui n’ont pas de salaires car coûtent chers aussi, Des prisonniers, des illettrés car inutiles. On veut une société super avec des gens qui travaillent, qui paient des impôts et qui ont de jolies maisons, de jolies voitures et de jolies enfants.... et tout est gentil et beau ! Il faut juste que le gouvernement arrête de ponctionner sur le dos des citoyens Niveau moyen et bas, de s’occuper de leur prisonnier et pas seulement les parquer, que la scolarisation soit utile et non obligatoire uniquement et de se pencher sur la situation des sdf s’il veut vraiment s’en occuper.

11.Posté par O.M le 29/05/2020 15:01

Post 7: effectivement les accidents de la vie existent par exemple une maladie mais ne conduisent pas forcément à devenir sdf. L'abstention de certains 'soignants' bien pensants et pas dans le besoin, du moins tant qu'ils ont les moyens, ou leurs actes volontaires, au bout de X temps et tentatives de procédure peuvent amener à un avis de classement à victime d'exercice illégal et irrégulier sans pour autant empêcher de ne plus pouvoir payer ses factures et là oui on devient sdf.
Le logement est une chose qui permet d'être en sécurité(oui. Il y a des risques dehors suffit de voir les journaux et la police connaît très bien, été en abris de nuit à cause de mon pied une semaine puis hôpital pour dengue et ensuite hébergé dans un hôtel depuis covid, sinon je dormais dans ma voiture) et les associations permettent au moins de survivre(certains peuvent enfoncer aussi..) mais ne résoudra pas d'autres problèmes.Je me souviens d'une image trouvée sur internet pour un Td, disant: À attendu d'être mort pour trouver un logement( une tombe). Ça parle..
On ne choisit pas forcément de devenir sdf, des fois on n'a pas le choix(déni de justice par lenteur compte tenu des conditions de vie et/ou déni tout court)
Post 10: la scolarité n'est pas obligatoire contrairement à ce que beaucoup de monde dit, c'est l'instruction, enfin entendu un ministre le dire hier ou avant hier. Comme beaucoup j'étais scolarisé et eu des diplômes mais d'autres choses s'apprennent dans la vie active.

12.Posté par O.M le 30/05/2020 09:09

Sur le même thème :
https://m.youtube.com/watch?v=l_F1bd1Fues

https://m.youtube.com/watch?v=TQPx7oiizxs

13.Posté par O.M le 30/05/2020 12:18

Chanson envoyée au Président de la République: https://m.youtube.com/watch?v=rRLzmUXVMng

Ça change tout dans l'histoire

14.Posté par O.M le 12/06/2020 10:04

Faits réels: quand je crevais de faim un infirmier addicto(c'est de la psy) qui passe dans les 'structures accueillantes' était persuadé que je m'entraîner pour le Grand Raid le soir(en tant normal je suis assez élancé) et un jour où je n'avais pas dormi depuis deux jours, je me suis affalé sur une table et là c'était 'parce que je me sens bien là '.
La suite est encore mieux: quand il aurait voulu faire libéral, les banques lui auraient refuser l'ouverture d'un compte bancaire parce-que ce n'est 'pas un revenu stable' alors que le RSA oui. Hic(...): après clôture de mon compte le jour où je devais avoir le virement du RSA, ma banque(Lions'club grosse voiture proposant ensuite in riz chauffé) à refusé de le rouvrir et j'ai du trouver autre chose. Et j'ai du mal à comprendre comment font les autres professionnels libéraux notamment l'infirmière qui venait soigner mon père ou celles qui étaient venues pour moi et aussi mes anciennes collègues de formation qui venaient juste en face ou là où je suis actuellement. Je comprends vraiment pas.
Depuis le RSA je m'occupe moins de mon ventre mais c'est pas bon de reprendre des forces en restant avec des gens qui sont persuadés que j'ai 'une grande énergie' (déjà fait des randonnées une journée entière en récupérant ensuite mais quand on doit s'arrêter plusieurs fois sur le petit sentier de l'ONF et qu'on a un super mal de tête ou mal au thorax ensuite c'est qu'il y a un problème).
Après il y a les associations qui pour la grande majorité nous dépannent bien mais il y a la madame Trump, veuve de médecin de son état et Lions'club aussi, qui est la pour se montrer et depuis qu'elle est venue me parler m'a toujours cassé alors qu'elle ne connaît absolument rien du dossier.
Ça, çà fait ch...!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes