Océan Indien

Le Préfet de Mayotte échappe à un caillassage

Jeudi 20 Octobre 2011 - 10:43

La tension monte d'un cran à Mayotte. Aujourd'hui, c'est au tour du président du conseil général de ce nouveau département français, Daniel Zaïdani de demander le départ du préfet. Une réaction sans concession qui fait suite au décès d'un homme de 39 ans dans les rues de Mamoudzou hier.


Le Préfet de Mayotte échappe à un caillassage

"Je demande que nous ayons un interlocuteur crédible et audible", a déclaré Daniel Zaïdani, élu divers gauche, dans une interview sur la chaîne publique de télévision Mayotte Première. Le préfet Thomas Degos est également intervenu hier soir, en direct sur la même chaine publique pour lancer un appel au calme. A sa sortie des studios de Mayotte Première, il a été la cible de jets de galets par des manifestants présents aux abords de la station selon un journaliste de la chaîne.

"Le préfet m'a tuer"



Les manifestants scandaient des slogans demandant le départ du préfet, tandis que l'un d'eux brandissait une pancarte avec l'inscription "le préfet m'a tuer" et ornée d'une croix gammée. Thomas Degos a pu quitter les lieux, en voiture, sous la protection d'une vingtaine de gendarmes mobiles.

 Cette réaction de violence est sans doute la réponse aux propos du préfet. Selon lui, le manifestant décédé hier a vraisemblablement succombé à une crise cardiaque, écartant de ce fait l'implication directe des forces de l'ordre. Le préfet ne faisait semble-t-il que relayer des informations fournies par les médecins du centre hospitalier de Mamoudzou.

Thomas Degos a indiqué que la victime ne présentait aucune trace d'impact. "Les médecins privilégient l'hypothèse de la crise cardiaque", avait-il dit. Ce décès a suscité la colère de centaines de manifestants qui en contestent la version officielle, convaincus qu'il s'agit d'une bavure policière.

Un préfet à peine arrivé

Thomas Degos avait été nommé Préfet de Mayotte le 20 juillet dernier. Agé de 38 ans, cet administrateur civil a notamment été directeur adjoint chargé des affaires générales du cabinet de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie, puis ancien collaborateur de Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale.

Il avait remplacé Hubert Derache qui a précipitamment quitté Mayotte pour occuper son nouveau poste de directeur de cabinet du nouveau secrétaire d'Etat aux anciens combattants, Marc Laffineur.

Mise à jour : jeudi 20 octobre 12h20 - Source : Le Figaro avec AFP
.
Lu 2489 fois



1.Posté par Vrai journaliste le 20/10/2011 11:32

Ce n'est pas un article, c'est du plagiat, pourriez-vous citer votre source c'est à dire le quotidien ?

(Réponse de Pierrot Dupuy : Le Quotidien n'est pas le seul journal à avoir des journalistes sur place...)

2.Posté par Cambronne le 20/10/2011 11:37

Marrant que la révolte commence à pousser comme elle aurait du le faire depuis des lustres lorsque cette péronnelle de Pécresse se retrouve en pleine détresse parce que les méchants libéraux mangeurs d'enfants communistes de Moody's viennent de placer la France sous surveillance pour 3 mois , c'est à dire en fait la marquise Pécresse et le baron Baroin doivent jouer des coudes . Moody's a déclaré avoir observé dans un examen récent des comptes de la France des signes inquiétants. On peut penser que la Dette au 30 juin( 1 692,7 Milliards représentant 86,2% de notre PIB ) a dû les alerter et aussi que l'accroissement de 101, 5 Milliards pour les 6 premiers mois de 2011 a dû les inquiéter. Avec un peu de chances de gagner un jackpot à l'euro million on devait terminer l'année à 1 800 Milliards à ce rythme effréné , sauf imprévus comme dit Moody's qui doit se demander combien la France va mettre dans l'augmentation du fond Européen que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel souhaitent faire passer de 440 milliards à 2 000 Milliards.
Ils ont déclaré que la croissance était un élément conjoncturel qui n'entrerait pas en ligne de compte; heureusement car ll y en a qui disent que les 1,75% d'augmentation de la croissance en 2012 prévus par le gouvernement pourraient être 0,9% et que le rythme de 200 Milliards par an pourrait en être sérieusement affecté.Las poor Yorick! pas étonnant ensuite que ça craque partout depuis le pole emplois en passant par ces crétins d'hystériques énarques pour des marquages de requins ...ce qu'il ya de formidable avec ces pignoufs Sarkoziens ils ont su nous faire le show avec le Lefebvre, ancien aboyeur prétorien devenu moins disert depuis qu'il a disparu dans les catacombes d'un sous-ministère .
Puis il ya eu aussi la harengère Nardine Morano, effrayant la reproduction des cigognes sur les clochers sarkoziens, même les fientes de mouettes restaient pour nous fendre les oreilles avec des cris stridents, des cris dignes de son espèce en bonne vendeuse de poissons avariés .
il y a eu aussi le piètre Jacob, qui tenait le flambeau du soldat inconnu à produire des propos dignes de son niveau intellectuel.
Alors entre la Cruella Pecresse, son rictus permanent et sa grâce de harpie de service il y a des signes extérieurs de richesse en méchanceté difficilement contenue sauf qu'il est vrais que pour dire des conneries,la bougresse Pécresse elle se pose là, bien souvent en plus à coté de la plaque,c'est inexorable de temps à autre le fiel doit s'écouler et le Iznogoud Copé, dont le surnom à lui seul est tout un programme.
Dieu ! Que cette bassecours d'acajou est plaisante ! cette droite gauche soviétisante n'en finira donc plus de se parer de ridicule.

3.Posté par 17 octobre 1961 le 20/10/2011 11:47

L'anniversaire des massacres du 17 octobre 1961 ont ete l'occasion de rappeler que ni le prefet papon ni les policiers executants ont ete inquiétés.

Il va falloir que Flamby fasse des purges sévères en 2012

4.Posté par David Asmodee le 20/10/2011 12:02

Ce n'est qu'une conséquence du laisser-faire en vogue en France depuis de nombreuses années. Quand il y a des barrages, des grèves, des pillages, des menaces, des intimidations, l'Etat ne bouge pas pour faire plaisir aux syndicats.
Au final, quel dommage qu'il n'ait pas reçu le galet dans la tronche !

5.Posté par Ginrol le 20/10/2011 12:40

Vite dans l'avion, ils ne m'aiment pas ........................Dégage

6.Posté par alex du sud le 20/10/2011 12:59

Et ce n'est que le début...Sans vouloir jouer les pessimistes, on peut sans peine imaginer ces émeutes s'étendre à d'autres contrées.Moody's est encore trop bon de nous accorder 3mois de répit.Nous sommes des veaux que l'on amène à l'abattoir, et l'on s'extasie devant la femme du président.Relativisons les choses, et ramenons cet évènement à la place qui est le sien, c'est à dire rien.

7.Posté par cocos ? t'y es ! le 20/10/2011 16:01

elle est pas belle la vie à mayotte !

8.Posté par ALEXANDRA le 20/10/2011 17:59

La valse des préfets se fait le mercredi matin
Que celui de Mayotte et de La Réunion aillent où il fait le plus froid en France

9.Posté par al carbone le 20/10/2011 20:04

Mais qui est le 3...un inculte ou un partisan ???


Tous les ans depuis 1991, ceux que le FLN désigne sous le nom de « Frères des Frères », organisent à grand renfort médiatique une cérémonie à la mémoire des « Martyrs Algériens » du 17 octobre 1961. Au mois d’octobre 2000, les « Frères des Frères » ont créé l’ « Association 1961 contre l’oubli ».
Cette année, la commémoration a pris un éclat particulier avec la présence du candidat socialiste aux futures élections présidentielles lequel a lancé une rose rouge à la Seine en mémoire des manifestants qui y auraient été noyés…

Or, contrairement à ce qui est affirmé par des médias dont l’inculture est à l’égal de l’esprit partisan, le 17 octobre 1961, il n’y eut pas de massacre d’Algériens à Paris.



http://bernardlugan.blogspot.com/2011/10/mensonges-et-manipulation-propos-de-la.html


Soit du 17 au 21 octobre, 7 morts, dont deux seulement peuvent être imputés aux forces de police. Nous voilà bien loin des 300 morts avancés par certains… Ces chiffres prennent toute leur signification si nous nous reportons au début du mois d’octobre. Ainsi, entre le 1er et le 3 octobre, 24 corps de « N.A » entrèrent à l’IML, victimes de la guerre inexpiable que le FLN menait contre ses opposants partisans de l’Algérie française ou du MNA de Messali Hadj. Pour mémoire, de janvier 1955 au 1er juillet 1962, les tueurs du FLN assassinèrent en France métropolitaine 6000 Algériens et en blessèrent 9000.

10.Posté par Sansblague le 20/10/2011 21:09

9/
Cent personnes sont mortes du fait des exactions de la police, soutiendra en 1988 Constantin Melnik, qui fut conseiller pour la police et le renseignement au cabinet du premier ministre Michel Debré pendant la guerre d'Algérie.



11.Posté par Jipé tournebride le 21/10/2011 01:44

Et dire que tous ces préfets s'imaginent avoir un quelconque pouvoir ! un pouvoir de nuisance oui ! Incompétence, morgue, ambition, telles sont leurs qualités; en attendant Mayotte continue de souffrir, et l'île aux parfums se dégrade chaque jour un peu plus. Mais gageons qu'il y a du fric à faire et on découvrira bientôt que le vrai pouvoir à Mayotte réside dans les banques, les concessionnaires automobiles, les hypermarchés, et que ces gens s'enrichissent chaque jour un peu plus sur le dos du contribuable car enfin : que produit Mayotte ? a part des enfants je ne vois pas. Et pendant ce temps malgré le nombre sans cesse croissant de policiers et de gendarmes, les Comoriens, attirés par les lumières de Mayotte continuent d'arriver en France malgré tous les dangers. J'ai vécu à Mayotte, et tout cela me fait mal de voir ainsi souffrir des gens qui n'ont rien demandé si ce n'est de pouvoir vivre décemment.

12.Posté par Feroz le 21/10/2011 12:34

Vous avez pas l'impression qu'il y a eu erreur de casting ?
Ce n'est pas la relative jeunesse du Préfet qui est en cause, quelqu'un avec le profil de Boris Boillon ne ferait-il pas mieux l'affaire ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues